Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Grèce : la responsabilité du FMI mise au jour, mais tout continue comme avant

Un peu plus de six ans après le début de la crise grecque, la narration officielle, le « storytelling » qui a été élaboré par les gouvernements et les institutions qui ont géré cette crise, tombe chaque jour un peu plus en lambeaux. Alors que la malheureuse Grèce, soumise à un troisième mémorandum signé voici un an avec ses créanciers, n'en finit pas de s'effondrer économiquement, le FMI, membre de la troïka qui a supervisé la gestion de cette crise, n'en finit pas de procéder à des mea culpa tardifs, mais sans appels.

Absence de discussions internes

Après avoir reconnu qu'elle avait sous-estimé les « multiplicateurs budgétaires », autrement dit l'impact de la consolidation budgétaire sur la croissance, pour la Grèce, l'institution de Washington avait récemment, dans un article de recherche reconnu les effets négatifs des politiques d'austérité imposées à Athènes. Ce jeudi 28 juillet, un nouveau rapport est venu critiquer le rôle pris par le FMI dans sa gestion de la crise grecque. Et il est sévère. Le Bureau indépendant d'évaluation du FMI (IEO) a publié un long rapport sur le « FMI et les crises en Grèce, au Portugal et en Irlande » qui dresse un constat : le FMI a agi sous la pression des intérêts de certains pays de la zone euro, contre ses propres intérêts et a cherché pour cela à court-circuiter le conseil d'administration. Cette procédure a clairement conduit à des erreurs d'appréciations majeures de la situation, notamment en Grèce.

Dans son rapport, l'IEO confirme notamment ce que, entre autres, la Commission de Vérité sur la dette grecque, établie au printemps 2015 par le parlement hellénique, avait pointé du doigt : pour faire passer le soutien financier à la Grèce du FMI malgré le caractère insoutenable de la dette grecque, la direction de l'institution a fait adopter discrètement une modification des critères d'accès à l'aide du FMI. « Le conseil d'administration n'a pas été consulté sur cette question. En fait, les directeurs ne furent pas même informés des doutes des équipes sur la soutenabilité de la dette grecque », estime l'IEO. Et de poursuivre : « ni la direction du FMI, ni les équipes n'ont cherché à porter l'attention du Conseil sur la décision proposée de modifier les critères ou sur le fait qu'un critère d'accès exceptionnel serait modifié en approuvant le programme grec ». En clair : il y a eu clairement une volonté de tromper le Conseil, en incluant cette modification cruciale, qui plaçait le FMI dans la position de s'exposer à un pays insolvable. L'IEO renforce cette idée en précisant que le Conseil a été pressé par le temps, et n'a pas eu la possibilité de regarder le programme en détail.

Conséquences désastreuses

Les conséquences de cette pratique ont été désastreuses pour la Grèce. Ce pays s'est en effet retrouvé dans la situation de devoir gérer une dette insoutenable et croissante. L'issue de cette impasse était une autre impasse : demander toujours plus d'aides pour rembourser la dette. Créer donc un schéma de Ponzi, avec la complicité du FMI et des pays de la zone euro désireux de maintenir la fiction de la « soutenabilité » de la dette grecque. C'est ce montage qui a obligé la Grèce à aller toujours plus loin dans la politique d'austérité puisque ses créanciers continuaient à vouloir faire croire qu'une purge budgétaire et des « réformes structurelles » suffiraient à rendre la dette soutenable. Cette « tromperie » du FMI est donc une des sources des maux grecs. En passant, on remarquera que l'IEO estime que ceci pose un problème de « légitimité » pour le FMI. Une question de légitimité qui se pose aussi pour la dette du FMI alors contractée par la Grèce et qui, en 2015, a pesé si lourd dans le sort du pays.

Soumission à la zone euro

Si le FMI avait appliqué ses critères habituels, il aurait imposé une restructuration de la dette dès 2010. C'est la procédure habituelle du Fonds : faire de l'austérité contre une coupe dans la dette. Selon une étude parue en 2015 aux Etats-Unis, les équipes avaient proposé cette possibilité au directeur général d'alors du FMI, Dominique Strauss-Kahn. Ce dernier l'aurait cependant rejeté et aurait refusé de le proposer aux Européens. Et ceci pose un autre problème majeur posé par l'étude de l'IEO : les amours coupables entre le FMI et la zone euro. Car les causes de ce refus de la restructuration de la dette en 2010 sont connues : c'est la protection des banques européennes, principalement françaises et allemandes, exposées à la dette grecque. Il fallait rapidement venir à la rescousse de ces créanciers, pour leur donner le temps de vendre les titres à des investisseurs rassurés par l'implication du FMI.

Le rapport de l'IEO ne va pas jusqu'à cette conclusion, désormais cependant bien connue, mais il pointe les relations très étroites entre la direction du FMI et la zone euro. Il critique ainsi la « faiblesse de la surveillance de la zone euro » fondée sur l'idée que « l'Europe est une chose différente ». Cette faiblesse a conduit à l'absence d'analyse des déséquilibres de la zone euro, notamment sur les comptes courants. Elle a ensuite conduit à un « oubli » des « leçons des crises passées ». Ces leçons « ne furent jamais appliquées », estime l'IEO. De fait, le FMI est largement apparu comme suiviste des décisions de l'Eurogroupe puisque les décisions de la zone euro « ont toujours précédé les réunions du conseil du FMI ». « Le FMI a perdu sa souplesse et son agilité en tant que gestionnaire de crise compte tenu des multiples couches de décisions dans la zone euro », explique l'IEO qui déplore aussi le poids de l'Eurogroupe qui a conduit « les jugements des équipes techniques du FMI à des pressions politiques ». C'est donc bien une soumission du FMI à la zone euro qu'implicitement dénonce l'IEO. Du reste, le rapport souligne la très forte « asymétrie de l'information » au sein du FMI puisque « des directeurs représentant les pays de la zone euro ont pu avoir accès à des informations qui n'étaient pas à la disposition des autres ».

L'IEO ne cache donc pas la soumission du FMI aux instances de la zone euro. Ceci pose, pour l'institution, la question de la nationalité de ses directeurs généraux. Le fait que le FMI ait été dirigé par un Français et l'est encore apparaît clairement comme une entrave à son bon fonctionnement, mais aussi à l'efficacité de ses politiques. Il est sans doute temps de donner aux pays dits émergents leur chance au sein du Fonds.

Destruction de la narration officielle

En attendant, cette soumission à la zone euro a eu des conséquences majeures pour la Grèce : nul ne s'est opposé aux décisions prises par Paris et Berlin pour « sauver la zone euro » et nul n'a vraiment apporté un esprit critique sur ses plans d'aide. Cette soumission du FMI a permis le développement dustorytelling officiel : la faute est grecque. La Grèce aurait fait des excès et elle serait « sauvée » et « aidée » par les Européens. Plus tard, lorsque l'échec de ces politiques était devenu évident, le problème a encore été porté sur les Grecs qui auraient refusé de « s'approprier les programmes ». Or, là aussi l'IEO souligne que l'aveuglement du FMI a été total et qu'il a bien été commis des erreurs de politiques économiques majeures, notamment, comme on l'a vu par l'oubli du passé. « Les programmes du FMI pour la Grèce et le Portugal ont inclus des projections de croissance largement trop optimistes », indique le rapport qui ajoute des « projections plus réalistes auraient rendu évidents les impacts sur la croissance et la dynamique de la dette de la consolidation budgétaire ». L'IEO indique que ceci aurait conduit à laisser « jouer les stabilisateurs automatiques », ce qui n'a pas été fait et a conduit à l'effondrement de 25 % du PIB grec sur 6 ans en plongeant l'économie hellénique dans un cercle vicieux. En refusant la réalité par sa soumission politique, le FMI a donc été une des causes de la crise grecque. C'est une destruction en règle de la narration officielle.

Le rapport de l'IEO confirme donc ce que la Commission sur la dette grecque de 2015 avait établi sur 2010 : un déni de réalité a dominé les décisions d'alors, alimenté par des intérêts politiques dans les grands pays de la zone euro. Ce déni de réalité est devenu une vision officielle qu'il a fallu maintenir à tout prix et a conduit à l'effondrement de la Grèce. Le FMI a contribué à cette situation. C'est ce que la crise du premier semestre 2015 a prouvé : le nouveau gouvernement grec a réclamé la fin de ce cercle vicieux et a demandé la construction d'un compromis qui lui a toujours été refusé. Les créanciers ont préféré une nouvelle fois briser l'économie grecque plutôt que de reconnaître les erreurs que l'IEO met en avant aujourd'hui.

La réponse de Christine Lagarde

La question reste désormais de savoir quel sera l'impact réel de ce rapport. L'IEO rappelle que dès 2011, elle avait mis en garde contre l'aveuglement vis-à-vis de la zone euro, sans succès. La réponse, vendredi 29 juillet, de l'actuelle directrice générale Christine Lagarde n'est guère encourageante de ce point de vue : elle a repris la critique de la Grèce, de son manque « d'appropriation » des programmes, de l'instabilité politique du pays et a finalement rappelé que la Grèce est restée dans la zone euro, ce qui était « un objectif majeur ». Bref, le mea culpa au sein des instances agissantes du FMI n'est pas à l'ordre du jour. Rappelons que, de 2010 à 2015, la Grèce n'a connu qu'un mois d'instabilité politique après les élections de mai 2012. Le reste du temps, la majorité parlementaire en faveur de la troïka a été stable et les gouvernements ont pu appliquer les programmes. Certes, tout n'a pas été appliqué, mais ne serait-ce pas le signe que tout n'était pas applicable ? Selon une étude de l'OCDE datée de 2015, la Grèce a été le pays le plus « réformateur » de l'organisation. Dire que la Grèce n'a rien fait n'a pas de sens : l'effondrement de l'économie et le redressement des finances publiques sont les preuves de cette action. La réalité est bien que c'est la politique menée qui était insensée. Le maintien dans la zone euro est, de ce point de vue, une consolation bien maigre et une façon d'éviter le cœur du problème, ce qui semble le plus urgent pour Christine Lagarde.

La logique actuelle continue de dominer

En réalité, rien n'a changé. La politique du troisième mémorandum et du troisième mémorandum « et demi » imposée à la Grèce en août 2015 et encore en juin 2016 viennent le confirmer. Aucune critique n'a été réalisée au sein de la zone euro sur les politiques menées. L'Eurogroupe continue de dominer le jeu et d'imposer sa logique de consolidation budgétaire et de réformes structurelles à une économie exsangue. Cet Eurogroupe refuse toute remise en cause de la narration officielle et continue à réclamer du gouvernement grec un « engagement » dans le programme. La mise en place de coupes automatiques dans les dépenses pour atteindre l'objectif d'excédent primaire de 2018 est le nec plus ultra de cette logique. Et la preuve que rien n'a réellement changé. Aujourd'hui, la narration officielle fait toujours porter la faute de l'échec des programmes est toujours reporté sur les Grecs et sur son gouvernement qui a osé refuser au premier semestre 2015 ces politiques imposées par les créanciers. Or, cette critique qui était fort modérée et davantage un appel au compromis, se révèle chaque jour désormais plus pertinente.

Quant au FMI, il affirme avoir changé : il demande désormais une restructuration de la dette avant d'entrer dans le programme. C'est une avancée importante. Mais le FMI a néanmoins accepté le plan de juin 2016 et le report de l'essentiel de la restructuration de la dette à après 2018. A l'été 2015, il a tout fait pour faire échouer le gouvernement grec et le conduire à accepter un troisième mémorandum. Et, on l'a vu, l'analyse de Christine Lagarde demeure très proche de celle de l'Eurogroupe. Au final, le rapport de l'IEO est un élément important pour écrire l'histoire. Mais certainement pas pour la changer.

ROMARIC GODIN

@RomaricGodin

DU MÊME AUTEUR

Abonnez-vous à partir de 1€

SUR LE
MÊME SUJET

A VOIR SUR LE WEB

L'actualité économique en vidéo : Economie : le message brouillé de Donald Trump

Recevoir un email si quelqu'un répond à mon commentaire.

Envoyer commentaire

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

européen a écrit le 02/08/2016 à 3:56 :

La Grèce doit avoir un excédent budgétaire pour rembourser sa dette. En échange, la Grèce doit bénéficier d'un moratoire sur les intérêts et ne rembourser QUE le capital (mais TOUT le capital).. l'Allemagne, la France, la BCE bénéficie actuellement de taux d'emprunts NÉGATIFS : un prêt à taux zéro reste donc bénéficiaire pour les prêteurs concernés... !
Il faut exiger de la Grèce qu'elle devienne adulte dans sa gestion... pas qu'elle en crève !
Aujourd'hui la Grèce A un excédent budgétaire... la France, elle, en est loin !
la France souhaiterait que les dépenses liées à la sécurité soient exclues du calcul du déficit budgétaire français : on devrait rajouter à l'excédent grec les investissements utiles (bien sur, pas les dépenses courantes...)

Répondre Suivre

Citoyen blasé a écrit le 31/07/2016 à 12:16 :

Tandis que l'aide à la banque italienne elle ne s'est pas faite attendre...

Répondre Suivre

ATHANASE a écrit le 30/07/2016 à 21:02 :

Je crois que on est en train de voir une pièce que même Ionesco ne pouvait mieux écrire. Le FMI, qui lui même a triché sur ses propres membres, essaye de nous expliquer le rapport que lui même à rédiger. Sa directrice inculpée dans l'affaire Tapis faisant preuve d'achromatopie et fait porter le fardeau aux grecs.
Mais, pour être honnêtes, il faut assumer notre responsabilité sur la situation. On avait dérapé c'est vrai et inutile de le nier. Le problème se pose quand il faut faire entendre des notions comme la solidarité à nos amis européens. J'etait un des plus fervents défenseurs de l'idée européenne. Malheureusement. Il faut se rendre en évidence que l'union européenne est une prison pour la plupart des pays qui y appartiennent . Je pense qu'il est temps de commencer sa dissolution ou sa transformation. Il n'y a rien de démocratique dans la façon de procéder. Et je ne parle pas que pour la Grèce. La plupart des décisions importantes sont prises par des gens qui ne sont pas élus et qui ne rendent pas comptes à personne sauf à la inteligencia économique . Le parlement européen n'a pas de rôle sur ses décisions. La valeur humaine pour eux n'a pas de sens car il n'est pas mesurable et par déduction pas importante. Il suffit de suivre les décisions de la comission sur les perturbateurs endocriniens pour comprendre.
Je pense donc que la seule issue possible est la dissolution de l'union et après on verra si la politique de l'euro fort et le transfert des sources du sud vers le nord est soutenable et jusqu'à quand. L'Europe a besoin d'un gigantesque plan équivalent du plan Marshall pour relancer son économie. Sinon le risque d'être le prochain Japon et énorme.

Répondre Suivre

Réponse de Patrickb le 31/07/2016 à 11:31 :

@athatrèsnaze: 1) solidarité ne veut pas dire assiatance ad vitam aeternam, 2) le fardeau que l'on porte est celui qu'on a bine voulu accepter, et comme disait Thomas Jefferson: on a jamais que le gouvernement qu'on mérite. 3) comparer la Grèce et le Japon, c'est peu dire combien tu sais de quoi tu parles :-) Allez, relance ton commentaire une 4e fois :-)

Signaler un contenu abusif

Réponse de Vassilis prof grec le 31/07/2016 à 16:31 :

@Patrickb: si l'on adoptait votre style de jeux de mots très -voire trop- discutable avec les noms, on pourrait supposer que Patricka devait être vraiment trop nul: alors, on l'a sabordé et l'on a recommencé avec Patrickb.
Pourtant, au vu de tout ce que cette tentative a donné, on doit s'attendre à toute une série de Patrick, jusqu'à Z. et si cela ne suffit pas pour atteindre un humour de qualité supportable, il y a d'autres langues avec bien plus de lettres. A titre indicatif, le chinmois vous offre quelques milliers d'idéogrammes

Signaler un contenu abusif

Réponse de Patrickb le 31/07/2016 à 19:34 :

@vassilis prof grec: ya loublou Patrika veut dire j'aime Patrick en russe. je sais pas comment on dit en chinmois, mais si je devais chiner, ce ne serait pas toi ou tes potes :-)

Signaler un contenu abusif

zeze a écrit le 30/07/2016 à 19:47 :

Romaric Godin est il grec ????? Cette insistance systematique à defendre ce pays nous en fait douter !En fait il souligne le mal absolue du monde moderne ,'''''LE PRET '''' Il nous faut une loi qui interdise le pret source de tout nos maux et des consequences funestes qui en decoulent !Je propose d'interdire le pret sous peine de mort ,par ecartelement de preference !Interdiction de preter aux particuliers ,aux entreprises ,aux collectivités territoriales ,aux états .C'est là le mal absolue? d'autant que pour certains dont l'auteur de l'article semble faire partie ,''''PRETER C EST DONNER ''''Chez les enfants et ados dans les cours de récré on sait bien faire la difference entre preter et donner, mais à l'age adulte pour certains, c'est la confusion totale ,MAIS TRES INTERRESSE !Chacun doit se debrouiller avec son argent ,le cancer qu'est le pret mine inexorablement la société et la mene à sa perte !Sur que les donneurs de leçons qui sont pour effacer la dette grecque vont se precipiter chez leur banquier pour effacer la leur ,voire manifester pour que les français pauvres et endétés voient leurs dettes effacés ,on peut toujours attendre .....

Répondre Suivre

Réponse de Tony A le 31/07/2016 à 11:09 :

Si prêter n'est pas donner, il faut aller au bout de votre logique et demander l'interdiction des sociétés à responsabilités limitées, (SA, SARL, etc.). Chiche !

Signaler un contenu abusif

Patrickb a écrit le 30/07/2016 à 13:41 :

Je me demande quels sont les intérêts de Godin à toujours défendre les Grecs bec et ongles. Magouille il y a toujours quand de l'argent est en cause. La finalité est tout de même que le gouvernement grec de l'époque et le gouvernement grec actuel touche ou a touché de l'argent. Vouloir passer la patate chaude aux autres exonérera-t-il les Grecs de leurs propres responsabilités ? Et quand on connaît les pratiques séculaires des Grecs d'évasion fiscale, on ne peut absolument pas les exonérer :)

Répondre Suivre

Réponse de Tony A le 31/07/2016 à 11:16 :

Quand bien même le gouvernement grec (quelques dizaines de personnes) "touche ou a touché de l'argent", les grecs, tous les grecs, sont-ils responsables ?
Vous sentez-vous responsables des turpitudes des Cahuzac ou Balkany ?

Quant aux "pratiques séculaires des Grecs d'évasion fiscale" !... Il est vrai que les fonctionnaires de la Troïka ne pratiquent pas l'évasion fiscales puisque... leurs salaires sont défiscalisés !

Signaler un contenu abusif

Réponse de Patrickb le 31/07/2016 à 18:18 :

@Tony A: 1) maintenant, c'est moi qui vais être responsable des élections en Grèce, n'est-ce pas ? Jefferson disait qu'on a jamais que le gouvernement qu'on mérite. 2) les incuries des uns n'exonèrent pas les incuries des autres, et je dois avouer que la France file aussi un mauvais coton, mais c'est un autre sujet. 3) les magouilles politiques sont effet très présentes, notamment en Europe, et le peuple doit y mettre fin, mais encore faut-il des gens courageux pour ce faire :-)

Signaler un contenu abusif

Réponse de Line B le 02/08/2016 à 11:15 :

@Patrickb On a jamais que le gouvernement que l'on mérite. Encore faut-il que les rapports de force l'autorise à agir comme il le souhaite et comme le peuple le souhaite. Je ne sais si vous le savez, mais la Grèce est une colonie de l'Union européenne désormais. Je ne vois pas où les Grecs peuvent choisir quoi que ce soit de leur futur désormais.
Vous exonérez en permanence la Troïka de ses responsabilités, alors ne venez pas donner de leçons en la matière.
Il faut un certain courage pour aller aujourd'hui à l'encontre de l'idée répendue à tort que tout est de la faute des Grecs et que chaque Grec doit payer ad vitam eternam une dette éternelle. Je comprends le côté biblique du péché originel, mais en économie c'est une sacrée fumisterie. Libre à vous de la défendre. Cela ne la rend pas moins inefficace, absurde, voire criminelle.
Chaque pays devrait faire un audit sur sa dette, le tort de la Grèce a été d'enterrer sa commission sur ce sujet. Mais encore une fois, quelle liberté a le gouvernement grec ? Aucune.
Alors la Grèce a le gouvernement qu'on lui choisi, pas celui qu'elle mérite :) ^^ ^^

Signaler un contenu abusif

truc a écrit le 30/07/2016 à 13:28 :

A quand un printemps européen?

Répondre Suivre

ATHANASE a écrit le 30/07/2016 à 12:58 :

Je crois que on est en train de voir une pièce que même Ionesco ne pouvait mieux écrire. Le FMI, qui lui même a triché sur ses propres membres, essaye de nous expliquer le rapport que lui même à rédiger. Sa directrice inculpée dans l'affaire Tapis faisant preuve d'achromatopie et fait porter le fardeau aux grecs.
Mais, pour être honnêtes, il faut assumer notre responsabilité sur la situation. On avait dérapé c'est vrai et inutile de le nier. Le problème se pose quand il faut faire entendre des notions comme la solidarité à nos amis européens. J'etait un des plus fervents défenseurs de l'idée européenne. Malheureusement. Il faut se rendre en évidence que l'union européenne est une prison pour la plupart des pays qui y appartiennent . Je pense qu'il est temps de commencer sa dissolution ou sa transformation. Il n'y a rien de démocratique dans la façon de procéder. Et je ne parle pas que pour la Grèce. La plupart des décisions importantes sont prises par des gens qui ne sont pas élus et qui ne rendent pas comptes à personne sauf à la inteligencia économique . Le parlement européen n'a pas de rôle sur ses décisions. La valeur humaine pour eux n'a pas de sens car il n'est pas mesurable et par déduction pas importante. Il suffit de suivre les décisions de la comission sur les perturbateurs endocriniens pour comprendre.
Je pense donc que la seule issue possible est la dissolution de l'union et après on verra si la politique de l'euro fort et le transfert des sources du sud vers le nord est soutenable et jusqu'à quand. L'Europe a besoin d'un gigantesque plan équivalent du plan Marshall pour relancer son économie. Sinon le risque d'être le prochain Japon et énorme.

Répondre Suivre

ATHANASE a écrit le 30/07/2016 à 12:58 :

Je crois que on est en train de voir une pièce que même Ionesco ne pouvait mieux écrire. Le FMI, qui lui même a triché sur ses propres membres, essaye de nous expliquer le rapport que lui même à rédiger. Sa directrice inculpée dans l'affaire Tapis faisant preuve d'achromatopie et fait porter le fardeau aux grecs.
Mais, pour être honnêtes, il faut assumer notre responsabilité sur la situation. On avait dérapé c'est vrai et inutile de le nier. Le problème se pose quand il faut faire entendre des notions comme la solidarité à nos amis européens. J'etait un des plus fervents défenseurs de l'idée européenne. Malheureusement. Il faut se rendre en évidence que l'union européenne est une prison pour la plupart des pays qui y appartiennent . Je pense qu'il est temps de commencer sa dissolution ou sa transformation. Il n'y a rien de démocratique dans la façon de procéder. Et je ne parle pas que pour la Grèce. La plupart des décisions importantes sont prises par des gens qui ne sont pas élus et qui ne rendent pas comptes à personne sauf à la inteligencia économique . Le parlement européen n'a pas de rôle sur ses décisions. La valeur humaine pour eux n'a pas de sens car il n'est pas mesurable et par déduction pas importante. Il suffit de suivre les décisions de la comission sur les perturbateurs endocriniens pour comprendre.
Je pense donc que la seule issue possible est la dissolution de l'union et après on verra si la politique de l'euro fort et le transfert des sources du sud vers le nord est soutenable et jusqu'à quand. L'Europe a besoin d'un gigantesque plan équivalent du plan Marshall pour relancer son économie. Sinon le risque d'être le prochain Japon et énorme.

Répondre Suivre

Urko a écrit le 29/07/2016 à 23:30 :

Ah, pour sauver l'Euro et les intérêts de ceux qui en profitent, ainsi que les rêves fous de ceux qui l'ont instauré, que ne ferait-on pas ? Essorer un pays tout entier ne les a pas arrêtés...

Répondre Suivre

Jao Aliber a écrit le 29/07/2016 à 23:00 :

Il s'écoulera une longe période de misère, de chômage,etc. avant que les gens comprennent qu'on n'est pas en démocratie et qu'on n'a en fait jamais été en démocratie.

En Grèce, le chômage officiel était à 25 sans compter la catégorie des chômeurs précaires, malgré tout cela, elle a élue un gouvernement radicale capitaliste.

Et comme l'économie capitaliste est sans pitié, la prochaine crise aggravera le chômage.Alors, les travailleurs verront, avec évidence, qu'il n'y a qu'une seule solution: le renversement violent de l'ordre capitaliste actuel pour fonder la démocratie réelle basée sur le pouvoir des travailleurs c'est à dire de tout le monde(sauf ceux qui détestent bosser, les propriétaires privées n'auront pas de place dans cette démocratie.)

Répondre Suivre

Réponse de Corso le 30/07/2016 à 10:34 :

Pour l'instant les principaux responsables européïstes qui encadrent la Grèce sont ceux qui l'ont fait s'endetter, ils sont tous socialistes. Pourquoi parler de "capitalistes" ?

Signaler un contenu abusif

Jao Aliber a écrit le 29/07/2016 à 23:00 :

Il s'écoulera une longe période de misère, de chômage,etc. avant que les gens comprennent qu'on n'est pas en démocratie et qu'on n'a en fait jamais été en démocratie.

En Grèce, le chômage officiel était à 25 sans compter la catégorie des chômeurs précaires, malgré tout cela, elle a élue un gouvernement radicale capitaliste.

Et comme l'économie capitaliste est sans pitié, la prochaine crise aggravera le chômage.Alors, les travailleurs verront, avec évidence, qu'il n'y a qu'une seule solution: le renversement violent de l'ordre capitaliste actuel pour fonder la démocratie réelle basée sur le pouvoir des travailleurs c'est à dire de tout le monde(sauf ceux qui détestent bosser, les propriétaires privées n'auront pas de place dans cette démocratie.)

Répondre Suivre

Réponse de Corso le 30/07/2016 à 10:32 :

Pour l'instant les principaux responsables européïstes qui encadrent la Grèce sont ceux qui l'ont fait s'endetter, ils sont tous socialistes. Pourquoi parler de "capitalistes" ?

Signaler un contenu abusif

Réponse de zedit le 30/07/2016 à 20:08 :

Dans votre democratie aucune richesse ne serra crée car tout le monde pantouflera !Etsine communiste jusqu'au bout des ongles a dit publiquement '''''LE COMMUNISME CA MARCHE PAS '''''Il n'y avait pas mieux placé que lui pour le dire ,la quasi totalité du bureau politique du PC russe pensait de meme!Ca vous coupe la chique ,la vie la vrais c'est comme ça !Bat toi pour te sortir de la mouise dans laquelle tu te trouves si tu ne le fais pas pour toi personne ne le ferra à ta place !Partager ce que les autres font et gagnent alors que sois meme on glandule et est inefficace est contre la nature humaine ..........

Signaler un contenu abusif

Réponse de Vassilis prof grec le 31/07/2016 à 16:35 :

@ Corso: des "socialistes"!!!! Oh, la bonne blague! Ils ne sont que de néolibéraux complexés

Signaler un contenu abusif

Vassilis a écrit le 29/07/2016 à 20:26 :

Vous voulez savoir ce que les grecs pensent de l'austérité qu'on leur impose? Que la Grèce est le laboratoire de l'austérité et que malgré les erreurs de la Troïka, cette dernière continue à imposer encore plus d'austérité pour aller jusqu'au bout de leur expérimentation

Répondre Suivre

VERITE a écrit le 29/07/2016 à 17:50 :

JE PLAIN LES GRECS EST LEUR ENTETEMENT A RESTER DANS L EUROS? MAIS JE DIT SOUVENT C EST ENCORE LE PEUPLE QUI EN SUBIT LES CONSECANCES LES PEUPLES A MONNAIE FAIBLE NON RIEN A GANE A VOULOIR RESTE DANS L EUROS???

Répondre Suivre

Réponse de Niko le 30/07/2016 à 10:52 :

Intérêt d écrire en majuscule? Vous criez lors des repas pour couvrir les voix des autres??!

Signaler un contenu abusif

PR CALGUÈS a écrit le 29/07/2016 à 16:27 :

Pouvez-vous nous rappeler qui était le "prodigieux économiste", envoyé du Ciel, qui à peine élu Président de La République Française - simple formalité- devait accomplir des miracles ?
Son nom, s'il vous plait !

Répondre Suivre

Vassilis a écrit le 29/07/2016 à 14:44 :

Et maintenant? Que va-t-il concrètement se passer?

Par ce que je reviens de Grèce où j'ai plus de misère que lors de mon dernier séjour. Par des exemples des grecs qui mendient dans les rues ou dans le métro etc.

Autres exemples: mon oncle vient de connaître une douzième baise de sa retraite, ma cousine qui a fait des études universitaires, bosse comme vendeuse à temps plein pour 700€ par moi mais ça la troïka s'en fiche pas mal d'avoir produit autant de misère et de pauvreté.

Répondre Suivre

Corso a écrit le 29/07/2016 à 14:25 :

On peut être le Godot de la farce, celui qui ne vient jamais, sans même s'en rendre compte et disserter avec une science de clochard sur les moindres détails, sans tirer jamais de conclusion qui remettrait en cause son existence. C'est le cas ici pour ce journaliste, comme peut-être pour le FMI qu'il tente de dénoncer. Car enfin, le FMI est un organisme qui se prétend indépendant mais qui est surtout politique, c'est la soupape connue du système pour en gommer au secondaire ses effets par trop pervers, pas une institution charitable ! Le FMI adopte donc la posture de ses mandants à savoir : faire de la zone européïste un seul et même pays, avec un seul gouvernement, en rayant la France de la carte, comme tous les autres. Que son dirigeant soit toujours français par convention n'y change rien. La dénomination géographique ancienne : "La France" pouvant alors dans ce plan tout juste servir de repère touristique à l'avenir. La Grèce dans ce tableau passe encore plus au plan bien accessoire. Car l'on se doute assez que ce l'affaire gigantesque en cours que l'on nous impose fera quelques malheureux face auquel le discours et les discours de rechange sont déjà prêts. Le journaliste en question sait fort bien que tout est devenu communication et et qu'il est là pour en maintenir la gageure, les électeurs devenant des pantins que l'on promène. Voudrait-il nous faire croire à l'intégrité des paroles et des actes, voire des traités ? Je lui conseille de revoir Georges Clooney et son film "Les Marches du Pouvoir", rien de nouveau à vrai dire et même une approche bien tiède de la réalité. Mais, lui... le journaliste, a-t-il changé son esprit par rapport à une furia européïste qu'il supportera politiquement au final ? Est-il devenu souverainiste ? Non, il continue à critiquer mais ne rien changer de son comportement... comme le FMI qu'il dénonce. Alors...

Répondre Suivre

Dingo a écrit le 29/07/2016 à 13:54 :

Cela montre tout simplement que le FMI sert à faire de l’ingérence pour briser la souveraineté des nations. Ce que les "analystes" considèrent comme des "erreurs" ne sont en fait que des manoeuvres stratégiques. A ce niveau là, on sait pertinemment que les mêmes causes entraînent les mêmes effets.

Répondre Suivre

Citoyen blasé a écrit le 29/07/2016 à 13:42 :

Qui était l'ancien président du FMI ? DSK, qui est l'actuelle présidente du FMI, Lagarde à savoir deux de nos politiciens les plus impliqués dans des affaires en tout genre.

Si le FMI dit de temps en temps la vérité c'est pour garder un minimum de légitimité, de là à attendre qu'ils deviennent honnêtes c'est loin d'être gagné.

Le néolibéralisme c'est l'avènement de l'affairisme comme logique politique. C'est très inquiétant...

Répondre Suivre

Réponse de ppdesbuse le 30/07/2016 à 9:46 :

Rappelons-nous : DSK, l'économiste prodige et Lagarde, la marquise tout va bien, ont été tous deux encensés par un autre prodige financier, Moscovici avec les compétences qu'on leur connait à tous les trois : Moscovici dans l'affaire Cahuzac, Lagarde a genou devant Sarkozy avec les millions négligemment donnés à Tapie et DSK avec la gestion de fonds confiée à un ami dont il ne savait rien. Cela résume assez bien ce qui se passe dan ses sphères complètement décollées de la réalité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article