Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Judaïsme

Judaïsme : religion monothéiste fondée, selon la Bible, par Abraham et devenue celle de l'ancien Israël dont Dieu (Yahvé) aurait fait la Terre Promise. La Loi du judaïsme aurait été révélée à Moïse sur le Sinaï par Dieu qui aurait conclu avec le peuple juif une "alliance" engageant sa loyauté.

Les Israélites croient en l'immortalité de l'âme, au "Jugement Dernier" (où Dieu statue sur le sort de tous les hommes) et attendent la venue du Messie pour instaurer un royaume de paix, d'amour et de droit. Leur relation à Dieu est directe et personnelle. Les principales fêtes religieuses du judaïsme sont le Sabbat (repos sacré le dernier jour de la semaine), la Pâque (en mémoire de la sortie d'Egypte), le Yom Kippour, Rosh Haschana(nouvel an juif)... Le judaïsme accorde, d'une manière générale, une place très importante au rituel.

Le judaïsme, dont la source est la Bible et en particulier la Torah (le Pentateuque), a été pratiqué sans interruption par les Juifs, en dépit de leur dispersion à travers le monde (Diaspora). Il fut le point de départ du christianisme, dont il se distingue par l'absence de hiérarchie cléricale, ainsi que de l'islam. Les rabbins sont les interprètes des textes et accomplissent les cérémonies religieuses, mais ils n'ont pas de fonction sacrée.

Les Juifs sont aujourd'hui une quinzaine de millions dans le monde, essentiellement en Israël, aux Etats-Unis et en Europe.

Le judaïsme serait sans doute, comme des centaines d'autres religions, tombé dans l'oubli sans quelques particularités (Cf. ci-dessous) qui ont contribué à assurer sa pérennité au cours des siècles.

  • Une des premières religions monothéistes, si l'on excepte celle introduite sans succès par le pharaon égyptien Akhenaton (Aton)
    Créé à l'image des hommes, Yahvé se montre vindicatif, mesquin, jaloux, orgueilleux... Il n'est qu'un petit dieu local élevé au rang de dieu unique.
    Pour ceux qui y croient encore, on pourrait rajouter que, vite dépassé par les évènements, Yahvé a lâchement abandonné son poste et le peuple qu'il avait "élu", en le condamnant à l'errance et à de multiples persécutions.
  • Absence (ou presque, comme le fait remarquer un internaute) de prosélytisme
    C'est sans doute, avec l'humour juif, la principale qualité du judaïsme. Il faut dire qu'avec un dieu comme Yahvé, ses adeptes manquent d'arguments de vente.
    Seul un très fort repli communautaire, facteur de cohésion et de survie dans un environnement souvent hostile, a permis au peuple juif de ne pas disparaître ou se dissoudre.
  • Source du christianisme et peuple déicide
    La Bible du judaïsme constituent l'Ancien Testament du christianisme. Jésus et ses apôtres étaient juifs. Pour avoir fait condamner à mort Jésus, un agitateur qui se prenait pour le Messie, les juifs ont longtemps été considérés par les chrétiens comme un peuple déicide*, pour leur malheur. A deux mille ans près (Qu'est-ce que deux mille ans à l'échelle d'un Dieu ?), Jésus aurait été un bon vendeur de voitures d'occasion, un télévangéliste parmi des centaines d'autres ou interné dans un hôpital psychiatrique.
    * Le mot "déicide" est à lui seul une antinomie. Un dieu que l'on peut tuer n'est pas un dieu, ou alors il s'agit d'une mise en scène.
  • La Diaspora ou dispersion des juifs au cours des siècles.
    La première eut lieu au VIe avant J.C. à la suite de la captivité à Babylone et la seconde après la prise de Jérusalem au Ier siècle par les romains. Des communautés se sont constitués dans les pays où les juifs ont pu s'installer.
  • La Terre Promise ou comment on a fini par confondre un conte (la Bible) avec un acte notarié.
    Cette véritable bombe à retardement, mise par Yahvé entre les mains d'Abraham, est aussi la conséquence de la Diaspora. Transmise de génération en génération et allumée par le mouvementsioniste, elle a fini par exploser en 1948 avec l'autorisation de créer l'Etat d'Israël... sans que l'on demande leur avis à ceux qui habitaient sur ces terres depuis des siècles.
    Le monde doit maintenant faire avec et en assumer les conséquences.
  • propos du judaïsme et du prosélytisme juif en particulier
    par Yves - 28/08/2007


    Les textes publiés dans Vos contributions (rouge foncé) ne représentent que l'opinion de leurs auteurs.


    Je suis un athée véritable, et je ne fais pas semblant de l'être (beaucoup s'autoproclament mais tiennent encore à quelques principes de foi : ils sont enchaînés à vie à la religion en fait)

    Voilà. Maintenant, concernant votre page sur le judaïsme, j'aurais quelques petits ajouts qui pourraient vous intéresser:
  • le terme prosélyte (comme vous le savez sûrement déjà), d'origine grecque, désigne un converti au judaïsme.... c'est un terme biblique.

    Aussi, les juifs ont (surtout après la dernière -y en a t-il eu vraiment d'autres- destruction du temple de Jérusalem par les romains) établi des comptoirs ainsi que des "synagogues" sur le pourtour méditerranéen, afin de rassembler et de convertir les éventuels intéressés (l'intérêt était surtout une protection communautaire et pécuniaire). Cela s'est produit notamment en Grèce et aux alentours (Delos par exemple). Il s'agissait d'augmenter le nombre de fidèles, les juifs ayant eu sûrement peur de se "diluer" dans l'empire romain lors de la diaspora.

    Ce qui est étrange, c'est que les dictionnaires n'en font presque jamais mention. Seuls les livres d'histoire romaine ciblant spécialement la chute de l'empire romain, ainsi que l'avènement du bas Moyen-Âge en font mention.

    En fait le terme "synagogue" n'est qu'un lieu de conversion pour "gentils", le lieu de culte proprement dit étant plutôt le "temple" ou "l'école rabbinique", l'abus de langage s'étant popularisé avec le temps.
  • Pendant le règne byzantin, certaines tribus du "Khan d'Or" se sont converties à l'Islam, d'autres restant shamanistes (croyances très similaires à leurs cousins mongols)...... certains , antérieurs à l'établissement de l'empire de Genghis -les Khazars- s'étant convertis au judaïsme au VIII ème siècle.... c'est un fait historique dans l'histoire des envahisseurs asiatiques des actuelles Bulgarie, Roumanie et Hongrie. Il faudra attendre Siméon pour assister à des conversions au christianisme (par la force comme d'habitude).
  • Actuellement, les juifs ne sont presque plus prosélytes, et non pas pas du tout. Je m'explique:
    J'ai plusieurs amis dont le père est juif (modéré en général) et dont la mère est soit chrétienne (pas pratiquante, maronite ou modérée), musulmane (c'est très rare!) ou carrément athée. Ces personnes subissent une pression énorme pour une éventuelle conversion (alors que la tradition les considère comme "Gentils", pariahs ou bâtards... je sais c'est inhumain). Dans leur cas, le prosélytisme est une réalité.


  • Yves
    Sémite, Hébreu, Israélite, Juif, Sioniste, Israélien... Comment s'y reconnaître ?

  • "Hébreu, israélite, juif. Trois visages, trois nuances linguistiques et trois étymologies cachées. Hébreu, l'errant ; Israélite, l'indompté ; Juif, le fidèle."
    (Ricardo Calimani, historien / L'errance juive, Exil, destin, migrations : de la destruction du Temple de Jérusalem au XXe siècle / 2003)



  • Sémite, Hébreu, Israélite, Juif, Sioniste, Israélien..., ces mots ont une longue histoire et des significations parfois voisines. Dans le langage courant, ils sont souvent utilisés l'un pour l'autre, ce qui peut être à l'origine de contresens ou de malentendus. En outre, le mot "juif" a une double signification, membre du peuple juif et adepte de la religion judaïque. Ceci contribue à rendre encore plus délicate la distinction entre les mots marquant l'hostilité ou l'opposition, comme antisémite, judéophobe, anti-juif, antisioniste, anti-israélien...


    Sémite : personne appartenant à un des peuples originaires d’Asie occidentale (ancienne Mésopotamie et du Moyen-Orient), que la tradition fait descendre de Sem, fils de Noé, et qui ont parlé ou parlent les langues dites sémitiques (l'hébreu, l'arabe, l'araméen, le babylonien, l'assyrien, et l'amharique). Le terme "sémite" désigne plus particulièrement les peuples et les tribus bibliques ainsi que leurs descendants actuels, incluant aussi bien les Hébreux que les Arabes. Il n’est donc pas synonyme de juif. Ce mot est tombé en désuétude.

    Hébreu (selon la tradition juive, de l'hébreu ivri, dérivé de Eber, descendant de Sem qui était le fils de Noé, ou de ever, "au-delà" [du fleuve Euphrate]) : personne appartenant au peuple des Hébreux. La Bible nomme Hébreux les tribus sémitiques semi-nomades qui vivaient en Syrie depuis le XIXe ou XVIIIe siècle avant JC et qui, après avoir traversé l'Euphrate, se sont installées en terre de Canaan (la Palestine) sous la conduite d'Abraham. Cet épisode est relaté par la Genèse, Chapitre XII. Ceux qui plus tard s'installèrent en Egypte avec Joseph furent contraints à l'esclavage (L'Exil) jusqu'à ce que Moïse les libère et les amène sur la Terre Promise. A partir du VIe siècle avant JC, ils se désignent comme les Judéens d'où dérive le mot "juif".
    Dans les évangiles, les Hébreux sont les Juifs de Palestine qui parlent l'araméen.
    L'hébreu est aussi la langue, d'origine sémitique, de l'ancien peuple d'Israël (de la Bible Hébraïque) ainsi que la langue officielle de l'Etat actuel d'Israël.

    Israélite : descendant du peuple d'Israël formé par les douze fils de Jacob dont l'histoire, décrite dans la Bible, commence à la sortie d'Égypte avec Moïse. Après le schisme qui suivit le règne du roi Salomon, le terme "israélite" (du royaume d'Israël) s'oppose à "judéen" (du royaume de Judée) d'où dérive le mot "juif". De nos jours, "israélite" est souvent utilisé comme euphémisme pour éviter d'employer le mot "juif".

    Juif : (de l'hébreu Yehoudi, habitant de Judée, l'un des deux royaumes rivaux après le schisme du royaume d'Israël) personne appartenant à la communauté du "peuple juif", descendant des Hébreux ou de ceux "qui les ont ralliés" au cours des époques. Bien qu'il se confonde parfois avec le sens d'appartenance religieuse, le mot "juif" a plutôt une signification d'appartenance ethnique. La grande majorité des Juifs se considèrent comme formant un peuple unique et membres d'une nation disséminée dans les pays du monde (Diaspora).
    Dans la pratique moderne, le terme "juif" inclut à la fois l'individu qui pratique le judaïsme et l'individu qui, même sans pratiquer cette religion, s'identifie comme juif en vertu de son héritage familial et culturel.
    Longtemps considérés comme déicides par les chrétiens, les Juifs ont été, très souvent au cours de l'histoire, victimes de brimades, de discriminations, de pogroms (émeutes antisémites) et de persécutions... L'antisémitisme a atteint son point culminant dans la première moitié du XXe avec le racisme anti-juif des nazis et leur entreprise d'extermination, un génocide appelé Shoah ("catastrophe" en hébreu), qui a provoqué la mort de 5 à 6 millions de personnes selon les estimations des historiens.

    Sioniste : (de l'hébreu sion, l'une des collines de Jérusalem) partisan du sionisme. Le sionisme est un mouvement né à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, visant à la création d'un Etat juif indépendant en Palestine. Il s'est développé sous la pression de l'antisémitisme et des pogroms d'Europe centrale, mais aussi à cause du choc provoqué par l'affaire Dreyfus.
    Plus politique que religieux, le sionisme trouve cependant son inspiration dans le sentiment mystique de l'avènement messianique (voir Messie) et du retour du peuple juif sur la Terre Promise. Le sionisme, dont Theodor Herzl fut le principal organisateur (premier congrès à Bâle en 1897), rencontra des oppositions au sein même de la Diaspora juive, mais devint l'espoir pour les communautés persécutées d'Europe orientale. La déclaration Balfour, en 1917, permit la création d'un Foyer juif en Palestine. Il fut à l'origine de la création de l'État d'Israël en 1948.

    Israélien : habitant de l'Etat (actuel) d'Israël.

    Sémites
    ¦
    ¦
    V
    ------------------------------------------------
    ¦ ¦ ¦
    Arabes Hébreux Assyriens...
    ¦
    ¦
    V
    ------------------
    ¦ ¦
    ¦ ¦
    Israélites / Juifs