Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

'origine gauloise de la France est un thème récent, mais la mythologie gallo-romaine un outil d'instrumentalisation politique bien ancré.

Nicolas Sarkozy a un don certain pour lancer en quelques mots une polémique. Ce fut le cas hier avec son envolée selon laquelle: «Si l'on veut devenir Français, on parle français, on vit comme un Français. Nous ne nous contenterons plus d'une intégration qui ne marche plus, nous exigerons l'assimilation. Dès que vous devenez français, vos ancêtres sont gaulois.» Certes, le propos est quelque peu confus. Il mérite un décryptage quant à deux niveaux: l'usage du mythe gaulois, le sens de ces déclarations pour le prétendant à la présidence de la République.

Depuis quand nos ancêtres sont-ils gaulois?

L'origine gauloise de la France est un thème récent. A l'époque médiévale, il n'est pas question de se penser descendants de telles peuplades, ni même de mettre en avant l'héritage gallo-romain. Pour se démarquer, il s'agit de remonter au plus haut dans la mythologie païenne.

C'est au XIIIè siècle que le «roi des Francs» devient «le roi de France» et qu'apparaît le mot «nation», tandis que celui de «patrie» change de sens, passant du lieu de la naissance individuelle au royaume. Les historiens du monarque mettent alors en place un récit selon lequel les Francs auraient pour ancêtre «Francus» qui eût été le fils d’Hectorayant accompagné Énée après la chute de Troie, voire descendraient directement d'un Énée qui se serait réfugié sur la rive droite du Rhin, sur les futures terres de Clovis.

Comme Lutèce eût été fondée par un duc troyen au Xè siècle avant notre ère, il ressort que les Francs et les Gaulois seraient une seule famille remontant à la plus haute antiquité. Les récits d'origine connaissent des variations. Au XVIè siècle, on affirma que les premiers habitants de la Gaule descendaient d’un des petit-fils de Noé après qu'eût lieu le Déluge, que certains Gaulois avaient migré en Orient fonder Troie, et de là on reprenait l’histoire avec Énée et Francus.

Mais le système féodal se transforme sous l'action de la monarchie. Celle-ci travaille ardemment à concentrer et rationaliser les pouvoirs en sa faveur grâce à la mise en place de son administration, et sans hésiter à anoblir les bourgeois qui servent ses desseins. Les mythes historiques lui sont utiles: le sempiternel retour à l’origine, la volonté de faire accroire que la monarchie absolue serait déjà présente dès l’avènement de Clovis, est une négation du temps, une sortie de l’histoire qui vise à la permanence de l’ordre politique du souverain.

A LIRE AUSSI

Je déteste Astérix et je suis pour César

LIRE L'ARTICLE

Une bipartition politico-raciale

C'est l'édification de la monarchie absolue qui, en réaction, va mettre à jour la matrice du récit gaulois

C'est donc l'édification de la monarchie absolue qui, en réaction, va mettre à jour la matrice du récit gaulois dans les écrits d’Henri de Boulainvilliers (1658-1722).

De 1700 à sa mort, celui-ci publie une suite de textes venant refaçonner l’histoire nationale. Il est le chef de file intellectuel de l’opposition aristocratique à l’absolutisme, se refusant à ce que le monarque et son administration centralisent le pouvoir. Pour lui, Clovis ne fonde pas le royaume de France en étant soutenu par la providence mais par son glaive. C’est le droit de conquête des Francs qui leur a donné des droits sur ces terres. D’où il ressort que les Francs auraient donné jour à la noblesse tandis que les Gallo-romains vaincus formaient la paysannerie. Descendants de vaincus soumis au droit de conquête, les membres du Tiers-État ne sauraient être élevés aux privilèges de la noblesse d’épée. Qui plus est, si les Francs eussent donné l’État noble, ils fonctionnaient sur un modèle égalitaire guerrier où leur chef n’était pas le lieutenant de Dieu mais un simple «premier parmi ses pairs».

Cette vision raciale revient bien à affirmer une égalité au sein de la noblesse, légitimant un retour à une société de type féodale, tout en refusant le processus d’anoblissement des bourgeois utilisé par la monarchie et le principe même de l’absolutisme. Cette histoire mythologique s’impose jusqu’au XIXe siècle et inspire le fameux «nos ancêtres les Gaulois» des manuels d’histoire de la IIIe République par le processus classique de rétorsion de la péjoration.

Des Gaulois au marxisme

Les républicains avaient en ce récit un propos exposant comment ils avaient brisé une oppression multiséculaire venue de l'extérieur. Grâce à Boulainvilliers, ils peuvent déconstruire la légitimité de l’Ancien régime mais également celle de la féodalité. La Révolution française devient l'achèvement d'une guerre civile des races, avec le triomphe d'un peuple mis en servitude par l'élément germanique. Ce récit correspond enfin aux nouvelles façons de se représenter le monde: il ne s’agit plus de se revendiquer d’une haute antiquité mais bien du mouvement de l’histoire. À une légitimité statique, liée à un ordre initial, originel, déclaré naturel, se substitue une légitimité fondée sur le mouvement.

Boulainvilliers inspira le camp républicain mais aussi Karl Marx et le principe même de la lutte des classes

Non seulement de Boulainvilliers inspirait le camp républicain, mais sa postérité fut multiple. En inventant un conflit perpétuel entre vaincus sans droits autre que de travailler la terre des vainqueurs, cette thèse fournit ensuite à Karl Marx le principe même de la lutte des classes construisant toute l’Histoire –tant il est vrai que la mythologie des deux races ainsi faite est, certes, un instrument donnant sa cohérence à l’inégalité sociale, mais ne peut en aucun cas permettre une unité de type nationale. La structure d'une Histoire dont le moteur serait l'affrontement entre deux races de qualité inégale n'allait cesser de se redéployer, en particulier dans les mythologies racistes de l'aryanisme.

A LIRE AUSSI

Utile, violent, désiré, repoussé: depuis le Moyen-Âge, l'étranger n'est jamais tranquille

LIRE L'ARTICLE

Usage présent

De quoi les Gaulois sarkozystes sont-ils le nom? Bien sûr, on peut s'attendre à ce que les soutiens de l'ex-président s'insurgent contre le «politiquement correct», les «cris des belles âmes de gauche», et exposent que leur champion présente une version républicaine de la nation, puisque quelque soit notre couleur ou notre confession son propos feraient de nous tous des gaulois. C'est là l'art de la controverse tel qu'ils peuvent l'espérer: polémique / victimisation / affirmation de courage et de lucidité / rassemblement autour du ténor.

Au jeu de billard des primaires, le journaliste Bruno Larebière suggérait fort justement récemment que le durcissement sans fin des sarkozystes avait pour fonction de rétrécir le cors électoral de la primaire: ancrer l'idée que c'était là un enjeu seulement de la droite, pour que les électeurs centristes effarés ne viennent pas y participer. Au vu des dérives, cela paraît pertinent -chez Laurent Wauquiez ce n'est même plus une dérive, mais une cavale.

Toutefois, Nicolas Sarkozy dit aussi des choses qui ont peut être à voir avec ce qu'il pense de la France. A l'extrême droite, le référent celtique a beaucoup servi à dire que si la République pouvait accepter chacun comme Français, la nationalité avait un lien avec le sol et le sang. C'était ce que disait abruptement un autocollant d'Unité Radicale: «si Mouloud est Français, moi je suis Breton!».

Nombre d'entre nous ont des aïeux qui furent des indigènes algériens, des esclaves noirs, ou des travailleurs indochinois. C'est cet ensemble qui est et fait la France

Le recours à l'amour de l'histoire de France qu'a fait Nicolas Sarkozy est lui-même dans cette optique. Car nos ancêtres ne sont pas (que) des Gaulois. Être français c'est certes avoir une somme de références partagées (les capétiens, Henri IV, Louis XIV, la Révolution française, l'Empire, Verdun, etc.), qui, par définition, s'enrichit de génération en génération. Ce sont aussi des références plus personnelles: dans «l'idée de la France» que je me fais il y a les Communards, le capitaine Dreyfus, Missak Manouchian, dont Eric Zemmour doit trouver le prénom bien difficile à prononcer, Boris Vian et sa trompette, etc. C'est là un panthéon qui sera différent de celui de mon lecteur, tout aussi français et patriote que moi. Et, n'en déplaise, nombre d'entre nous ont des aïeux qui furent des indigènes algériens, des esclaves noirs, ou des travailleurs indochinois. C'est cet ensemble qui est et fait la France –le lecteur curieux pourra d'ailleurs se reporter au tout récent «Atlas des immigrations en France» afin d'avoir une perspective historique et géographique.

S'il s'agit d'assimiler, comme le dit Nicolas Sarkozy, cela ne devrait-il pas signifier non seulement que l'étranger devenu français adopte les références communes, mais également qu'il fait profiter les autres de cet apport en les plaçant dans le patrimoine culturel national? On connaît l'affiche de Vichy présentant le maréchal Pétain avec ce slogan «êtes-vous plus français que lui?» : il n'est pas interdit de penser que Missak Manouchian eût pu répondre «oui».

L'identité dont parle tant Nicolas Sarkozy n'est pourtant pas cet objet qui s'enrichit ainsi perpétuellement. C'est une stase. Il n'y a plus mouvement, mais injonction du retour à l'origine drechef. Sa cohérence, malgré ce qu'il en dit, n'est pas historique. Dans son discours d'hier, celui qui par ailleurs loue, fort à raison, le génie des cathédrales, lançait ainsi: «Je n'accepterai pas les comportements moyenâgeux qui veulent qu'un homme se baigne en maillot de bain, quand les femmes sont enfermées». Le Moyen Âge reprend ainsi l'image aussi courante qu'effarante d'une époque d'obscurantisme, afin de pouvoir faire vivre encore un peu plus longtemps la polémique estivale du burkini. Ce n'est pas un appel à vivre avec des références partagées forgées par l'histoire et par la culture, mais un appel à la confrontation entre stases identitaires ethno-culturelles. Alors même que le débat public est empli de références à la nation, à la République et à l'usage de l'enseignement de l'Histoire pour renouer du lien, force est de constater que, pour l'instant, ces thèmes ne servent qu'à diviser. Soit l'inverse même du nationalisme républicain, qui repose sur le principe du contrat social avant toute chose.

Nicolas Lebourg

PARTAGEZ CET ARTICLE

1.5K LIKES 0 TWEETS 0 +1 0 LINKEDIN

NOUS RECOMMANDONS:

Pourquoi la musique jamaïcaine est un éternel recommencement

À la Maison-Blanche, les femmes ont un stratagème unique pour se…

Quand le meilleur tennisman du monde était homosexuel

Bob Marley, une photo rare fait resurgir face sombre et mythes reggae

Recommandé par

Par Nicolas Lebourg

Commenter cet article