Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

J'ai le rêve socio-professionnel.

Surtout en vacances. Je rêve de cours. De cours terribles qui dégénèrent, que je n'arrive plus à maîtriser, lors desquels je me ridiculise (pleurs, cris, morve, affliction, rage type Érinyes), qui me contraignent à démissionner tant j'ai honte, tant il m'est impossible de revenir la tête haute devant les élèves. Je n'ai malheureusement pas le rêve glorieux : je pourrais rêver que je valide des compétences par centaines, que je fais de l'accompagnement personnalisé avec 1000 élèves de manière incroyablement individualisée, que je sauve des élèves de l'illettrisme, je pourrais rêver d'être capable de savoir si on est en semaine A ou B( mais non). Je dois me contenter de cauchemars (sans doute est-ce parce que la réalité est déjà un rêve, ouais, sans doute, si, si...je l'ai lu dans un journal pour filles).

Je dois cependant progresser car j'ai été tout particulièrement héroïque dans l'un de mes rêves récents : au fond de la classe, deux élèves s'échangeaient des mots. Je les voyais faire. Dans la mesure où j'étais consciente de rêver, j'avais un peu la flemme d'aller jusqu'au dernier rang pour confisquer l'échange épistolaire. Je laissais faire. Puis, dans un ultime sursaut, je me levais, m'écriant "rêve ou pas rêve, on ne se passe pas des mots dans mon cours".

Je me suis réveillée comblée : j'avais oniriquement agi en bon fonctionnaire de l'Etat. Je n'en suis pas peu fière. Reste cette question : amélioration ou...aliénation ?

[Je me demande si la Ministre fait des rêves de ce type : une manif d'enseignants pour lui dire que sa réforme est géniale, un potion magique qui permet de faire de l'accompagnement personnalisé à trente, un discours d'Obama dans lequel il explique qu'il travaille désormais en îlots à la Maison Blanche]

[Est-il facile d'être enfant de prof ? La réponse, ici]