Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Anarchisme individualiste

L’anarchisme individualiste, parfois anarchisme égoïste1, ou individualisme libertaire est un courant de l'anarchisme qui prône la liberté des choix de l'individu face à ceux, généralement imposés, d'un groupe social.

On emploie généralement le terme d'anarchisme individualiste dans un soucis de distinction avec l'acception courante d'égoïsme.

Dans ce cadre, l'égoïsme est la doctrine de l’Ego, de la primauté donc de l'individu et de son expérience sur tout autres concepts. Cette philosophie est à rapprocher du solipsisme, du nihilisme de Gorgias et du scepticisme antique2, entre autres.

Selon E. Armand, l’anarchisme individualiste se définit comme « La négation, le rejet, la haine de la domination et de l’exploitation ; l’absence de l’obligation, de la sanction et de l’empiétement dans tous les domaines ; l’abolition de la contrainte grégaire sur l’initiative et l’impulsion individuelles »3.

 

Le droit individualiste[modifier | modifier le code]

Le concept de propriété est selon Max Stirner défini de différente manière suivant le type de droit dont il est issu. Considérant que les droits étatiques, tant les droit humains que le droit naturel, sont des droits imposé, et donc étranger à l'individu, Max Stirner prend le droit au sens étymologique, qui désigne la volonté de l'individu. Ainsi la propriété doit correspondre à la volonté individuelle, volonté qui est matérialisée par la force physique individuelle. " Je pense qu'elle appartient à celui qui sait la prendre ou qui ne se la laisse pas enlever." citation de L'Unique et sa propriété de Max Stirner, chapitre Ma Puissance. De ce point de vue, les anarchistes s'opposent radicalement au communisme, car ces dernier pensent au contraire que la terre doit appartenir à ceux qui la cultivent. Les communistes croient dogmatiquement à l'égalité de fait entre tous les humains, ce qui, par le fait même de l'existence de personnes handicapées, prouve que c'est une pure fantaisie de l'esprit. Pour résumer la philosophie anarchiste individualiste, elle consiste donc à accomplir sa volonté égoïste/individuelle.

Définition[modifier | modifier le code]

Tenter de définir l'anarchisme individualiste est malaisé car, comme l'a justement écrit E. Armand, « On ne trouve guère deux anarchistes individualistes défendant les mêmes théories ». Au sein de l'anarchisme, l'individualisme s'oppose franchement aux courants liés à la gauche politique et sociale, principalement le socialisme libertaire, le communisme libertaire et l'anarcho-syndicalisme.

Cela ne signifie pas que l'individualisme anarchiste soit associé à la droite ou au conservatisme (si on exclut évidemment l'anarcho-capitalisme qui est en réalité davantage une forme de libéralisme radical qu'un courant anarchiste [réf. souhaitée]). Les individualistes s'opposent pour la plupart radicalement au capitalisme et se placent par delà le binôme « gauche/droite » hérité de la Révolution française.

L'individu[modifier | modifier le code]

Les anarchistes individualistes considèrent l'individu comme seule réalité et comme principe de toute évaluation. Mais contrairement aux individualistes libéraux, les anarchistes individualistes comprennent l'individu comme l'Unique, l'individu réel, existant, effectif, différent de tous les autres par son existence, et non comme un concept, une idée générale. Cet individu est son propre principe directeur et ne demande pas à être reconnu comme « Homme ». L'individu, l'Unique existe en-soi et par soi, et ne saurait être réduit à aucun concept. Toute tentative de réduction de l'individu à un concept, aussi séduisant soit-il, constitue pour l'individu une coercition inacceptable, une tentative de négation de ce qu'il est. Par exemple, la pression à « être quelqu'un de bien » n'est qu'une tentative de restreindre la richesse de l'Unique à un cadre moralisateur.

Ainsi, l'individualisme anarchiste est foncièrement anti-humaniste. Ne voir en l'individu que l'Homme ou la Personne, ne respecter que l'Homme en lui, c'est ne voir que ce qu'il a de commun avec les autres. C'est ne voir que ses ressemblances avec les autres et tenter de fabriquer une identité fictive à partir de la description de ces ressemblances. Bref, « l'homme » est un concept froid, abstrait, un « fantôme » dans le vocabulaire stirnérien, alors que l'individu, lui, est ce qui existe réellement.

L'association[modifier | modifier le code]

La plupart des individualistes anarchistes font une nette distinction entre la Société et l'association entre individus. Pour eux, la libre association est un instrument de l'individu, alors que la Société est un de ses oppresseurs. La Société veut passer pour sacrée, elle se sert des individus. L'association, au contraire, est à leur service. Une association d'individus est donc pensable si elle reste un moyen pour eux de satisfaire leurs intérêts communs en unissant leurs forces. Mais elle ne doit jamais rester une instance autonome, obligatoire, permanente, supérieure à l'individu au sens où elle poursuit ses propres fins au détriment de l'individu. L'association doit donc être petite, limitée, informelle, ouverte et temporaire.

Moyens d'action[modifier | modifier le code]

L'individualisme anarchiste s'oppose généralement à l'idée révolutionnaire, les rêves de Grand Soir étant jugés potentiellement répressifs. Les anarchistes individualistes croient généralement que les mouvements d'insurrection sombrent fatalement dans une organisation militarisée aux antipodes de l'intérêt de l'individu. C'est donc à l’individu lui-même de se libérer en rejetant la société dominatrice. Pour beaucoup d’individualistes, être anarchiste signifie être un « en dehors » et vivre selon ses propres principes, en refusant de collaborer aux institutions oppressives et en refusant toute forme d'embrigadement qui pervertit l'idéal libertaire sous prétexte de le servir.

Concrètement, les anarchistes individualistes proposent deux grands types de moyens d'action : d'une part, l'objection de consciencegénéralisée et la mise en pratique de modes de vie en rupture avec les principes autoritaires, et de l'autre la pédagogie libertaire. La conjonction de ces deux stratégies a été qualifiée par Gaetano Manfredonia de « modèle éducationniste-réalisateur ».

Stratégies expérimentales[modifier | modifier le code]

La première des stratégies proposées par les individualistes anarchistes est basée sur l'insoumission, l'objection de conscience et la mise en pratique immédiate de modes de vie anti-autoritaires, notamment dans les communautés libertaires. Ainsi, l'individualiste n'obéit que par nécessité, que lorsque sa propre préservation est en cause. Mais lorsque l'État présente comme des devoirs civiques certaines actions (comme le vote), il refuse de répondre à son appel. L'individualiste anarchiste refuse de participer à ce qu'il désapprouve et remet fortement en cause, par ce refus et par ces gestes quotidiens, la légitimité de l'État.

De plus, les anarchistes individualistes préconisent la mise en application immédiate des principes libertaires de la libre association. Selon eux, il est non seulement utopique de croire, à l'instar de Bakounine, que nous ne pouvons être libres tant que tous les individus ne le seront pas, mais une telle croyance condamne également l'individu au sacrifice de soi à une cause extérieure à lui-même, ce qui est inacceptable. Il importe donc de créer immédiatement des zones de liberté expérimentale dans les espaces négligés par l'État, des expériences anarchistes dont le caractère temporaire et insaisissable garantit l'authenticité.

L'expérience immédiate de la liberté passe, pour les anarchistes individualistes, par l'exploration de modes de vie et de valeurs anti-autoritaires, que ce soit par le végétarisme, la création de milieux libres, ou de Zone autonome temporaire, et par des pratiques transgressives, l'amour libre, le naturisme, etc.

Stratégies d'éducation populaire[modifier | modifier le code]

D'autres anarchistes individualistes pensent que le préalable à la libération sociale est le changement, non imposé, des individus. Selon eux, on ne peut concevoir une société libre sans la formation d'individus nouveaux, ayant bénéficié d'une éducation spécifique. Ils proposent donc l'éducation intégrale des enfants au moyen d’institutions indépendantes de l’École, de l’Église et de l’État.

Les deux traditions de l'individualisme anarchiste[modifier | modifier le code]

Max Stirner est considéré comme le fondateur et le premier théoricien de l'individualisme anarchiste, même s'il se défend dans L'Unique et sa propriété d'être anarchiste. En fait, l'individualisme stirnérien a eu peu d'impact sur le développement de l'anarchisme au xixe siècle. Ce n'est qu'avec la parution des ouvrages de John Henry Mackay que l'individualisme stirnérien est redécouvert, vulgarisé et adapté aux revendications anarchistes. Mackay peut ainsi être considéré comme l'un des principaux initiateurs de la tendance anarcho-individualiste.

Les théories unicistes de Stirner ont été lues, commentées et assimilées principalement en France et aux États-Unis, où elles ont donné naissance à deux types distincts d'individualisme anarchiste.

 

Commenter cet article