Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

PARIS   SOUS   TENSIO N

Se faire exploiter, choisir un maître (ou se le voir imposer) et de manière générale faire comme tout le monde; est-ce cela la liberté ? NON. Dépassons ce constat amer que nous faisons -trop- régulièrement. Réfléchissons et discutons de tout ce qui nous opprime, nous exploite et nous empêche de nous émanciper. Pointons du doigt les responsables, les collabos, leurs projets et leurs structures qui participent à la perpétuation et au développement de la domination et de l’exploitation. Faisons résonner les diverses manifestations d’insoumission et d’attaques, les révoltes plus ou moins étendues dans l’espace et dans le temps. Car la domination et l’exploitation s’incarnent dans des êtres humains, des bureaux, des structures, des véhicules, etc. bien réels et atteignables par l’imagination de chacun-e. Car voici notre conviction : nous pouvons nous donner les moyens de reprendre nos vies en main, de lever la tête, d’agir et de rendre des coups au «meilleur des mondes» par nousmêmes, de manière directe et autonome. Sans se soumettre, ni commander. Et au-delà de tout cynisme ou résignation, nous sommes capables de rêver et d’imaginer des vies et des relations autres que celles qui nous sont imposées. Ce journal se veut ainsi un cocktail d’oxygène et d’étincelles, d’idées et de rêves de liberté, d’attaques, d’insoumission et d’offensives diverses. Par des individus d’ici et d’ailleurs qui se mettent en jeu; avec audace, lucidité, espoir, dégoût, rage, joie et confiance en soi, ses idées et ses complices... Ce journal souhaite montrer et faire la convergence de ces vies; ces vies comme des paris sous tension... Se faire exploiter, choisir un maître (ou se le voir imposer) et de manière générale faire comme tout le monde; est-ce cela la liberté ? NON. Dépassons ce constat amer que nous faisons -trop- régulièrement. Réfléchissons et discutons de tout ce qui nous opprime, nous exploite et nous empêche de nous émanciper. Pointons du doigt les responsables, les collabos, leurs projets et leurs structures qui participent à la perpétuation et au développement de la domination et de l’exploitation. Faisons résonner les diverses manifestations d’insoumission et d’attaques, les révoltes plus ou moins étendues dans l’espace et dans le temps. Car la domination et l’exploitation s’incarnent dans des êtres humains, des bureaux, des structures, des véhicules, etc. bien réels et atteignables par l’imagination de chacun-e. Car voici notre conviction : nous pouvons nous donner les moyens de reprendre nos vies en main, de lever la tête, d’agir et de rendre des coups au «meilleur des mondes» par nousmêmes, de manière directe et autonome. Sans se soumettre, ni commander. Et au-delà de tout cynisme ou résignation, nous sommes capables de rêver et d’imaginer des vies et des relations autres que celles qui nous sont imposées. Ce journal se veut ainsi un cocktail d’oxygène et d’étincelles, d’idées et de rêves de liberté, d’attaques, d’insoumission et d’offensives diverses. Par des individus d’ici et d’ailleurs qui se mettent en jeu; avec audace, lucidité, espoir, dégoût, rage, joie et confiance en soi, ses idées et ses complices... Ce journal souhaite montrer et faire la convergence de ces vies; ces vies comme des paris sous tension... Se faire exploiter, choisir un maître (ou se le voir imposer) et de manière générale faire comme tout le monde; est-ce cela la liberté ? NON. Dépassons ce constat amer que nous faisons -trop- régulièrement. Réfléchissons et discutons de tout ce qui nous opprime, nous exploite et nous empêche de nous émanciper. Pointons du doigt les responsables, les collabos, leurs projets et leurs structures qui participent à la perpétuation et au développement de la domination et de l’exploitation. Faisons résonner les diverses manifestations d’insoumission et d’attaques, les révoltes plus ou moins étendues dans l’espace et dans le temps. Car la domination et l’exploitation s’incarnent dans des êtres humains, des bureaux, des structures, des véhicules, etc. bien réels et atteignables par l’imagination de chacun-e. Car voici notre conviction : nous pouvons nous donner les moyens de reprendre nos vies en main, de lever la tête, d’agir et de rendre des coups au «meilleur des mondes» par nousmêmes, de manière directe et autonome. Sans se soumettre, ni commander. Et au-delà de tout cynisme ou résignation, nous sommes capables de rêver et d’imaginer des vies et des relations autres que celles qui nous sont imposées. Ce journal se veut ainsi un cocktail d’oxygène et d’étincelles, d’idées et de rêves de liberté, d’attaques, d’insoumission et d’offensives diverses. Par des individus d’ici et d’ailleurs qui se mettent en jeu; avec audace, lucidité, espoir, dégoût, rage, joie et confiance en soi, ses idées et ses complices... Ce journal souhaite montrer et faire la convergence de ces vies; ces vies comme des paris sous tension... Se faire exploiter, choisir un maître (ou se le voir imposer) et de manière générale faire comme tout le monde; est-ce cela la liberté ? NON. Dépassons ce constat amer que nous faisons -trop- régulièrement. Réfléchissons et discutons de tout ce qui nous opprime, nous exploite et nous empêche de nous émanciper. Pointons du doigt les responsables, les collabos, leurs projets et leurs structures qui participent à la perpétuation et au développement de la domination et de l’exploitation. Faisons résonner les diverses manifestations d’insoumission et d’attaques, les révoltes plus ou moins étendues dans l’espace et dans le temps. Car la domination et l’exploitation s’incarnent dans des êtres humains, des bureaux, des structures, des véhicules, etc. bien réels et atteignables par l’imagination de chacun-e. Car voici notre conviction : nous pouvons nous donner les moyens de reprendre nos vies en main, de lever la tête, d’agir et de rendre des coups au «meilleur des mondes» par nousmêmes, de manière directe et autonome. Sans se soumettre, ni commander. Et au-delà de tout cynisme ou résignation, nous sommes capables de rêver et d’imaginer des vies et des relations autres que celles qui nous sont imposées. Ce journal se veut ainsi un cocktail d’oxygène et d’étincelles, d’idées et de rêves de liberté, d’attaques, d’insoumission et d’offensives diverses. Par des individus d’ici et d’ailleurs qui se mettent en jeu; avec audace, lucidité, espoir, dégoût, rage, joie et confiance en soi, ses idées et ses complices... Ce journal souhaite montrer et faire la convergence de ces vies; ces vies comme des paris sous tension... Se faire exploiter, choisir un maître (ou se le voir imposer) et de manière générale faire comme tout le monde; est-ce cela la liberté ? NON. Dépassons ce constat amer que nous faisons -trop- régulièrement. Réfléchissons et discutons de tout ce qui nous opprime, nous exploite et nous empêche de nous émanciper. Pointons du doigt les responsables, les collabos, leurs projets et leurs structures qui participent à la perpétuation et au développement de la domination et de l’exploitation. Faisons résonner les diverses manifestations d’insoumission et d’attaques, les révoltes plus ou moins étendues dans l’espace et dans le temps. Car la domination et l’exploitation s’incarnent dans des êtres humains, des bureaux, des structures, des véhicules, etc. bien réels et atteignables par l’imagination de chacun-e. Car voici notre conviction : nous pouvons nous donner les moyens de reprendre nos vies en main, de lever la tête, d’agir et de rendre des coups au «meilleur des mondes» par nousmêmes, de manière directe et autonome. Sans se soumettre, ni commander. Et au-delà de tout cynisme ou résignation, nous sommes capables de rêver et d’imaginer des vies et des relations autres que celles qui nous sont imposées. Ce journal se veut ainsi un cocktail d’oxygène et d’étincelles, d’idées et de rêves de liberté, d’attaques, d’insoumission et d’offensives diverses. Par des individus d’ici et d’ailleurs qui se mettent en jeu; avec audace, lucidité, espoir, dégoût, rage, joie et confiance en soi, ses idées et ses complices... Ce journal souhaite montrer et faire la convergence de ces vies; ces vies comme des paris sous tension... Se faire exploiter, choisir un maître (ou se le voir imposer) et de manière générale faire comme tout le monde; est-ce cela la liberté ? NON. Dépassons ce constat amer que nous faisons -trop- régulièrement. Réfléchissons et discutons de tout ce qui nous opprime, nous exploite et nous empêche de nous émanciper. Pointons du doigt les responsables, les collabos, leurs projets et leurs structures qui participent à la perpétuation et au développement de la domination et de l’exploitation. Faisons résonner les diverses manifestations d’insoumission et d’attaques, les révoltes plus ou moins étendues dans l’espace et dans le temps. Car la domination et l’exploitation s’incarnent dans des êtres humains, des bureaux, des structures, des véhicules, etc. bien réels et atteignables par l’imagination de chacun-e. Car voici notre conviction : nous pouvons nous donner les moyens de reprendre nos vies en main, de lever la tête, d’agir et de rendre des coups au «meilleur des mondes» par nousmêmes, de manière directe et autonome. Sans se soumettre, ni commander. Et au-delà de tout cynisme ou résignation, nous sommes capables de rêver et d’imaginer des vies et des relations autres que celles qui nous sont imposées. Ce journal se veut ainsi un cocktail d’oxygène et d’étincelles, d’idées et de rêves de liberté, d’attaques, d’insoumission et d’offensives diverses. Par des individus d’ici et d’ailleurs qui se mettent en jeu; avec audace, lucidité, espoir, dégoût, rage, joie et confiance en soi, ses idées et ses complices... Ce journal souhaite montrer et faire la convergence de ces vies; ces vies comme des paris sous tension... Se faire exploiter, choisir un maître (ou se le voir imposer) et de manière générale faire comme tout le monde; est-ce cela la liberté ? NON. Dépassons ce constat amer que nous faisons -trop- régulièrement. Réfléchissons et discutons de tout ce qui nous opprime, nous exploite et nous empêche de nous émanciper. Pointons du doigt les responsables, les collabos, leurs projets et leurs structures qui participent à la perpétuation et au développement de la domination et de l’exploitation. Faisons résonner les diverses manifestations d’insoumission et d’attaques, les révoltes plus ou moins étendues dans l’espace et dans le temps. Car la domination et l’exploitation s’incarnent dans des êtres humains, des bureaux, des structures, des véhicules, etc. bien réels et atteignables par l’imagination de chacun-e. Car voici notre conviction : nous pouvons nous donner les moyens de reprendre nos vies en main, de lever la tête, d’agir et de rendre des coups au «meilleur des mondes» par nousmêmes, de manière directe et autonome. Sans se soumettre, ni commander. Et au-delà de tout cynisme ou résignation, nous sommes capables de rêver et d’imaginer des vies et des relations autres que celles qui nous sont imposées. Ce journal se veut ainsi un cocktail d’oxygène et d’étincelles, d’idées et de rêves de liberté, d’attaques, d’insoumission et d’offensives diverses. Par des individus d’ici et d’ailleurs qui se mettent en jeu; avec audace, lucidité, espoir, dégoût, rage, joie et confiance en soi, ses idées et ses complices... Ce journal souhaite montrer et faire la convergence de ces vies; ces vies comme des paris sous tension... Se faire exploiter, choisir un maître (ou se le voir imposer) et de manière générale faire comme tout le monde; est-ce cela la liberté ? NON. Dépassons ce constat amer que nous faisons -trop- régulièrement. Réfléchissons et discutons de tout ce qui nous opprime, nous exploite et nous empêche de nous émanciper. Pointons du doigt les responsables, les collabos, leurs projets et leurs structures qui participent à la perpétuation et au développement de la domination et de l’exploitation. Faisons résonner les diverses manifestations d’insoumission et d’attaques, les révoltes plus ou moins étendues dans l’espace et dans le temps. Car la domination et l’exploitation s’incarnent dans des êtres humains, des bureaux, des structures, des véhicules, etc. bien réels et atteignables par l’imagination de chacun-e. Car voici notre conviction : nous pouvons nous donner les moyens de reprendre nos vies en main, de lever la tête, d’agir et de rendre des coups au «meilleur des mondes» par nousmêmes, de manière directe et autonome. Sans se soumettre, ni commander. Et au-delà de tout cynisme ou résignation, nous sommes capables de rêver et d’imaginer des vies et des relations autres que celles qui nous sont imposées. Ce journal se veut ainsi un cocktail d’oxygène et d’étincelles, d’idées et de rêves de liberté, d’attaques, d’insoumission et d’offensives diverses. Par des individus d’ici et d’ailleurs qui se mettent en jeu; avec audace, lucidité, espoir, dégoût, rage, joie et confiance en soi, ses idées et ses complices... Ce journal souhaite montrer et faire la convergence de ces vies; ces vies comme des paris sous tension...

Commenter cet article