Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

être en chômage ou à pôle emploi

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Ré

volutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 
Être "dans (en) le monde" n’est pas synonyme d’être "au monde". "Être au travail", renvoie à un lieu, à un espace où se pratique une fonction, tout comme "être à une manifestation" n’informe que sur le fait de s’y trouver physiquement, sans pour autant induire une quelconque adhésion à son appel…


Et si pour Emmanuel Macron, "le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place" [2], les chômeurs, rebaptisés pudiquement "demandeurs d’emploi" ou "privés d’emploi", sont alors invités à se rendre "à pôle emploi" dans l’espoir d’être "en poste", ou de retrouver une place dans le monde du travail.

µ£



À lire également sur autrefutur  :

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 
Être "dans (en) le monde" n’est pas synonyme d’être "au monde". "Être au travail", renvoie à un lieu, à un espace où se pratique une fonction, tout comme "être à une manifestation" n’informe que sur le fait de s’y trouver physiquement, sans pour autant induire une quelconque adhésion à son appel…


Et si pour Emmanuel Macron, "le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place" [2], les chômeurs, rebaptisés pudiquement "demandeurs d’emploi" ou "privés d’emploi", sont alors invités à se rendre "à pôle emploi" dans l’espoir d’être "en poste", ou de retrouver une place dans le monde du travail.



À lire également sur autrefutur  :

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 
Être "dans (en) le monde" n’est pas synonyme d’être "au monde". "Être au travail", renvoie à un lieu, à un espace où se pratique une fonction, tout comme "être à une manifestation" n’informe que sur le fait de s’y trouver physiquement, sans pour autant induire une quelconque adhésion à son appel…


Et si pour Emmanuel Macron, "le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place" [2], les chômeurs, rebaptisés pudiquement "demandeurs d’emploi" ou "privés d’emploi", sont alors invités à se rendre "à pôle emploi" dans l’espoir d’être "en poste", ou de retrouver une place dans le monde du travail.



À lire également sur autrefutur  :

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 
Être "dans (en) le monde" n’est pas synonyme d’être "au monde". "Être au travail", renvoie à un lieu, à un espace où se pratique une fonction, tout comme "être à une manifestation" n’informe que sur le fait de s’y trouver physiquement, sans pour autant induire une quelconque adhésion à son appel…


Et si pour Emmanuel Macron, "le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place" [2], les chômeurs, rebaptisés pudiquement "demandeurs d’emploi" ou "privés d’emploi", sont alors invités à se rendre "à pôle emploi" dans l’espoir d’être "en poste", ou de retrouver une place dans le monde du travail.


 

 

 

 

 

 

re également sur autrefutur  :

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 

À lire également sur autrefutur  :

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 
Être "dans (en) le monde" n’est pas synonyme d’être "au monde". "Être au travail", renvoie à un lieu, à un espace où se pratique une fonction, tout comme "être à une manifestation" n’informe que sur le fait de s’y trouver physiquement, sans pour autant induire une quelconque adhésion à son appel…


Et si pour Emmanuel Macron, "le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place" [2], les chômeurs, rebaptisés pudiquement "demandeurs d’emploi" ou "privés d’emploi", sont alors invités à se rendre "à pôle emploi" dans l’espoir d’être "en poste", ou de retrouver une place dans le monde du travail.



À lire également sur autrefutur  :

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 
Être "dans (en) le monde" n’est pas synonyme d’être "au monde". "Être au travail", renvoie à un lieu, à un espace où se pratique une fonction, tout comme "être à une manifestation" n’informe que sur le fait de s’y trouver physiquement, sans pour autant induire une quelconque adhésion à son appel…


Et si pour Emmanuel Macron, "le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place" [2], les chômeurs, rebaptisés pudiquement "demandeurs d’emploi" ou "privés d’emploi", sont alors invités à se rendre "à pôle emploi" dans l’espoir d’être "en poste", ou de retrouver une place dans le monde du travail.



À lire également sur autrefutur  :

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 
Être "dans (en) le monde" n’est pas synonyme d’être "au monde". "Être au travail", renvoie à un lieu, à un espace où se pratique une fonction, tout comme "être à une manifestation" n’informe que sur le fait de s’y trouver physiquement, sans pour autant induire une quelconque adhésion à son appel…


Et si pour Emmanuel Macron, "le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place" [2], les chômeurs, rebaptisés pudiquement "demandeurs d’emploi" ou "privés d’emploi", sont alors invités à se rendre "à pôle emploi" dans l’espoir d’être "en poste", ou de retrouver une place dans le monde du travail.



À lire également sur autrefutur  :

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 
Être "dans (en) le monde" n’est pas synonyme d’être "au monde". "Être au travail", renvoie à un lieu, à un espace où se pratique une fonction, tout comme "être à une manifestation" n’informe que sur le fait de s’y trouver physiquement, sans pour autant induire une quelconque adhésion à son appel…


Et si pour Emmanuel Macron, "le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place" [2], les chômeurs, rebaptisés pudiquement "demandeurs d’emploi" ou "privés d’emploi", sont alors invités à se rendre "à pôle emploi" dans l’espoir d’être "en poste", ou de retrouver une place dans le monde du travail.



À lire également sur autrefutur  :

Cette image, qui fit la couverture du périodique de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste en février 1974 [1], illustre ce rapport du sens et du mot.

Le message sur la pancarte de cet homme, "EN CHÔMAGE", est très clair. Il est désemployé. Il n’a plus d’emploi, plus de travail depuis 8 mois. Il est chômeur. Il n’est plus "dans le travail" et "l’état organisationnel" propre à ce monde. À cet état de "retrait involontaire" se conjugue celui, émotionnel, "d’être en colère" et celui de l’exclusion qui le mène à être "en manifestation" pour revendiquer et contester. 
Être "dans (en) le monde" n’est pas synonyme d’être "au monde". "Être au travail", renvoie à un lieu, à un espace où se pratique une fonction, tout comme "être à une manifestation" n’informe que sur le fait de s’y trouver physiquement, sans pour autant induire une quelconque adhésion à son appel…


Et si pour Emmanuel Macron, "le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place" [2], les chômeurs, rebaptisés pudiquement "demandeurs d’emploi" ou "privés d’emploi", sont alors invités à se rendre "à pôle emploi" dans l’espoir d’être "en poste", ou de retrouver une place dans le monde du travail.



À lire également sur autrefutur  :

Commenter cet article