Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Ces énarques chargés de piloter la politique économique de la France qui préfèrent « pantoufler » dans les banques

ls forment « l’élite » de la haute fonction publique : les Inspecteurs des finances, sortis parmi les premiers de l’ENA, se destinent à une carrière au sein du ministère des Finances, à piloter la politique économique de la France. Sauf que… plus d’un tiers d’entre eux travaillent ou ont travaillé pour le secteur bancaire ! Leur plan de carrière préféré : des allers-retours entre Bercy et le secteur financier, en passant par les cabinets ministériels. Avec à la clé, de nombreux conflits d’intérêts potentiels. Pour mieux cerner cette réalité, nous avons retracé les parcours des 333 inspecteurs des finances des 40 dernières promotions. Petite plongée interactive dans ce corps d’État dont est issu Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a promis dans sa croisade pour la « moralisation de la vie publique » de lutter contre les conflits d’intérêts. Au sein de la haute fonction publique, un groupe incarne la difficulté à dresser des barrières étanches entre secteur public et privé : l’Inspection générale des finances (IGF). Ce grand corps de l’État recrute les énarques les mieux classés à leur sortie de l’école – comme Emmanuel Macron –, promis aux plus hauts postes de l’administration, notamment au sein du ministère des Finances, à la direction du Budget ou à celle du Trésor. Ils sont plusieurs centaines en activité, mais tous ne travaillent pas pour l’État. Car une fois effectuées les quatre années obligatoires de la « tournée », ils quittent en masse le navire de Bercy, pour aller « pantoufler » dans le secteur privé. Leur destination de prédilection : le secteur bancaire. Celui-ci fait un pont d’or à ces brillants fonctionnaires au carnet d’adresses bien rempli. Difficile pour eux de résister à l’appel de la finance et à ses salaires mirobolants. Une situation qui peut créer de nombreux conflits d’intérêts.

Visualiser précisément ces allers-retours est pourtant très difficile, l’administration étant réticente à communiquer sur les parcours des inspecteurs des finances ou sur les postes actuellement occupés. Pour pallier ce manque, nous avons retracé le parcours des 333 inspecteurs et inspectrices issus des 40 dernières promotions (1976 à 2016), à partir de sources publiques – dictionnaires, annuaires, articles de presse, Journal officiel. Seuls 45 inspecteurs des finances et 38 inspecteurs généraux des finances (le grade supérieur) travaillent à l’heure actuelle à l’IGF. Les autres sont « détachés » dans des administrations publiques, « en mobilité » dans d’autres secteurs professionnels, ou démissionnaires, quand ils ont choisi de couper les ponts avec leur corps d’origine ou quand toutes les autres possibilités ont été épuisées.

Le résultat de nos recherches est édifiant : sur les 333 inspecteurs recensés, plus de 55% travaillent ou ont travaillé dans le secteur privé. Et 34% (soit 115 d’entre eux) sont passés par le secteur bancaire à un moment donné de leur carrière [1] ! Autre chiffre révélateur : pour beaucoup d’entre eux, le départ vers le privé n’est pas définitif, puisque près de la moitié reviennent dans le secteur public après avoir travaillé dans le privé. Nombreux sont ceux qui multiplient les allers-retours. Ils sont également plus de 130 à avoir fait un passage dans un cabinet ministériel ou à exercer un mandat politique [2].

L’infographie ci-dessous permet de visualiser l’ensemble de ces parcours (Cliquez sur l’image pour y accéder). 
Chaque trait vertical correspond au parcours d’un inspecteur, à partir de son entrée à l’IGF. Chaque couleur correspond à un type d’activité. Par exemple, en rouge, le passage par le secteur « banques et assurances », en vert, une carrière dans l’administration ou les entreprises publiques. En survolant ces segments, on peut lire le nom de l’inspecteur et celui de son employeur sur la période concernée. Il est possible d’opérer un tri par type d’activité en cliquant sur la légende [3].

ls forment « l’élite » de la haute fonction publique : les Inspecteurs des finances, sortis parmi les premiers de l’ENA, se destinent à une carrière au sein du ministère des Finances, à piloter la politique économique de la France. Sauf que… plus d’un tiers d’entre eux travaillent ou ont travaillé pour le secteur bancaire ! Leur plan de carrière préféré : des allers-retours entre Bercy et le secteur financier, en passant par les cabinets ministériels. Avec à la clé, de nombreux conflits d’intérêts potentiels. Pour mieux cerner cette réalité, nous avons retracé les parcours des 333 inspecteurs des finances des 40 dernières promotions. Petite plongée interactive dans ce corps d’État dont est issu Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a promis dans sa croisade pour la « moralisation de la vie publique » de lutter contre les conflits d’intérêts. Au sein de la haute fonction publique, un groupe incarne la difficulté à dresser des barrières étanches entre secteur public et privé : l’Inspection générale des finances (IGF). Ce grand corps de l’État recrute les énarques les mieux classés à leur sortie de l’école – comme Emmanuel Macron –, promis aux plus hauts postes de l’administration, notamment au sein du ministère des Finances, à la direction du Budget ou à celle du Trésor. Ils sont plusieurs centaines en activité, mais tous ne travaillent pas pour l’État. Car une fois effectuées les quatre années obligatoires de la « tournée », ils quittent en masse le navire de Bercy, pour aller « pantoufler » dans le secteur privé. Leur destination de prédilection : le secteur bancaire. Celui-ci fait un pont d’or à ces brillants fonctionnaires au carnet d’adresses bien rempli. Difficile pour eux de résister à l’appel de la finance et à ses salaires mirobolants. Une situation qui peut créer de nombreux conflits d’intérêts.

Visualiser précisément ces allers-retours est pourtant très difficile, l’administration étant réticente à communiquer sur les parcours des inspecteurs des finances ou sur les postes actuellement occupés. Pour pallier ce manque, nous avons retracé le parcours des 333 inspecteurs et inspectrices issus des 40 dernières promotions (1976 à 2016), à partir de sources publiques – dictionnaires, annuaires, articles de presse, Journal officiel. Seuls 45 inspecteurs des finances et 38 inspecteurs généraux des finances (le grade supérieur) travaillent à l’heure actuelle à l’IGF. Les autres sont « détachés » dans des administrations publiques, « en mobilité » dans d’autres secteurs professionnels, ou démissionnaires, quand ils ont choisi de couper les ponts avec leur corps d’origine ou quand toutes les autres possibilités ont été épuisées.

Le résultat de nos recherches est édifiant : sur les 333 inspecteurs recensés, plus de 55% travaillent ou ont travaillé dans le secteur privé. Et 34% (soit 115 d’entre eux) sont passés par le secteur bancaire à un moment donné de leur carrière [1] ! Autre chiffre révélateur : pour beaucoup d’entre eux, le départ vers le privé n’est pas définitif, puisque près de la moitié reviennent dans le secteur public après avoir travaillé dans le privé. Nombreux sont ceux qui multiplient les allers-retours. Ils sont également plus de 130 à avoir fait un passage dans un cabinet ministériel ou à exercer un mandat politique [2].

L’infographie ci-dessous permet de visualiser l’ensemble de ces parcours (Cliquez sur l’image pour y accéder). 
Chaque trait vertical correspond au parcours d’un inspecteur, à partir de son entrée à l’IGF. Chaque couleur correspond à un type d’activité. Par exemple, en rouge, le passage par le secteur « banques et assurances », en vert, une carrière dans l’administration ou les entreprises publiques. En survolant ces segments, on peut lire le nom de l’inspecteur et celui de son employeur sur la période concernée. Il est possible d’opérer un tri par type d’activité en cliquant sur la légende [3].

ls forment « l’élite » de la haute fonction publique : les Inspecteurs des finances, sortis parmi les premiers de l’ENA, se destinent à une carrière au sein du ministère des Finances, à piloter la politique économique de la France. Sauf que… plus d’un tiers d’entre eux travaillent ou ont travaillé pour le secteur bancaire ! Leur plan de carrière préféré : des allers-retours entre Bercy et le secteur financier, en passant par les cabinets ministériels. Avec à la clé, de nombreux conflits d’intérêts potentiels. Pour mieux cerner cette réalité, nous avons retracé les parcours des 333 inspecteurs des finances des 40 dernières promotions. Petite plongée interactive dans ce corps d’État dont est issu Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a promis dans sa croisade pour la « moralisation de la vie publique » de lutter contre les conflits d’intérêts. Au sein de la haute fonction publique, un groupe incarne la difficulté à dresser des barrières étanches entre secteur public et privé : l’Inspection générale des finances (IGF). Ce grand corps de l’État recrute les énarques les mieux classés à leur sortie de l’école – comme Emmanuel Macron –, promis aux plus hauts postes de l’administration, notamment au sein du ministère des Finances, à la direction du Budget ou à celle du Trésor. Ils sont plusieurs centaines en activité, mais tous ne travaillent pas pour l’État. Car une fois effectuées les quatre années obligatoires de la « tournée », ils quittent en masse le navire de Bercy, pour aller « pantoufler » dans le secteur privé. Leur destination de prédilection : le secteur bancaire. Celui-ci fait un pont d’or à ces brillants fonctionnaires au carnet d’adresses bien rempli. Difficile pour eux de résister à l’appel de la finance et à ses salaires mirobolants. Une situation qui peut créer de nombreux conflits d’intérêts.

Visualiser précisément ces allers-retours est pourtant très difficile, l’administration étant réticente à communiquer sur les parcours des inspecteurs des finances ou sur les postes actuellement occupés. Pour pallier ce manque, nous avons retracé le parcours des 333 inspecteurs et inspectrices issus des 40 dernières promotions (1976 à 2016), à partir de sources publiques – dictionnaires, annuaires, articles de presse, Journal officiel. Seuls 45 inspecteurs des finances et 38 inspecteurs généraux des finances (le grade supérieur) travaillent à l’heure actuelle à l’IGF. Les autres sont « détachés » dans des administrations publiques, « en mobilité » dans d’autres secteurs professionnels, ou démissionnaires, quand ils ont choisi de couper les ponts avec leur corps d’origine ou quand toutes les autres possibilités ont été épuisées.

Le résultat de nos recherches est édifiant : sur les 333 inspecteurs recensés, plus de 55% travaillent ou ont travaillé dans le secteur privé. Et 34% (soit 115 d’entre eux) sont passés par le secteur bancaire à un moment donné de leur carrière [1] ! Autre chiffre révélateur : pour beaucoup d’entre eux, le départ vers le privé n’est pas définitif, puisque près de la moitié reviennent dans le secteur public après avoir travaillé dans le privé. Nombreux sont ceux qui multiplient les allers-retours. Ils sont également plus de 130 à avoir fait un passage dans un cabinet ministériel ou à exercer un mandat politique [2].

L’infographie ci-dessous permet de visualiser l’ensemble de ces parcours (Cliquez sur l’image pour y accéder). 
Chaque trait vertical correspond au parcours d’un inspecteur, à partir de son entrée à l’IGF. Chaque couleur correspond à un type d’activité. Par exemple, en rouge, le passage par le secteur « banques et assurances », en vert, une carrière dans l’administration ou les entreprises publiques. En survolant ces segments, on peut lire le nom de l’inspecteur et celui de son employeur sur la période concernée. Il est possible d’opérer un tri par type d’activité en cliquant sur la légende [3].

ls forment « l’élite » de la haute fonction publique : les Inspecteurs des finances, sortis parmi les premiers de l’ENA, se destinent à une carrière au sein du ministère des Finances, à piloter la politique économique de la France. Sauf que… plus d’un tiers d’entre eux travaillent ou ont travaillé pour le secteur bancaire ! Leur plan de carrière préféré : des allers-retours entre Bercy et le secteur financier, en passant par les cabinets ministériels. Avec à la clé, de nombreux conflits d’intérêts potentiels. Pour mieux cerner cette réalité, nous avons retracé les parcours des 333 inspecteurs des finances des 40 dernières promotions. Petite plongée interactive dans ce corps d’État dont est issu Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a promis dans sa croisade pour la « moralisation de la vie publique » de lutter contre les conflits d’intérêts. Au sein de la haute fonction publique, un groupe incarne la difficulté à dresser des barrières étanches entre secteur public et privé : l’Inspection générale des finances (IGF). Ce grand corps de l’État recrute les énarques les mieux classés à leur sortie de l’école – comme Emmanuel Macron –, promis aux plus hauts postes de l’administration, notamment au sein du ministère des Finances, à la direction du Budget ou à celle du Trésor. Ils sont plusieurs centaines en activité, mais tous ne travaillent pas pour l’État. Car une fois effectuées les quatre années obligatoires de la « tournée », ils quittent en masse le navire de Bercy, pour aller « pantoufler » dans le secteur privé. Leur destination de prédilection : le secteur bancaire. Celui-ci fait un pont d’or à ces brillants fonctionnaires au carnet d’adresses bien rempli. Difficile pour eux de résister à l’appel de la finance et à ses salaires mirobolants. Une situation qui peut créer de nombreux conflits d’intérêts.

Visualiser précisément ces allers-retours est pourtant très difficile, l’administration étant réticente à communiquer sur les parcours des inspecteurs des finances ou sur les postes actuellement occupés. Pour pallier ce manque, nous avons retracé le parcours des 333 inspecteurs et inspectrices issus des 40 dernières promotions (1976 à 2016), à partir de sources publiques – dictionnaires, annuaires, articles de presse, Journal officiel. Seuls 45 inspecteurs des finances et 38 inspecteurs généraux des finances (le grade supérieur) travaillent à l’heure actuelle à l’IGF. Les autres sont « détachés » dans des administrations publiques, « en mobilité » dans d’autres secteurs professionnels, ou démissionnaires, quand ils ont choisi de couper les ponts avec leur corps d’origine ou quand toutes les autres possibilités ont été épuisées.

Le résultat de nos recherches est édifiant : sur les 333 inspecteurs recensés, plus de 55% travaillent ou ont travaillé dans le secteur privé. Et 34% (soit 115 d’entre eux) sont passés par le secteur bancaire à un moment donné de leur carrière [1] ! Autre chiffre révélateur : pour beaucoup d’entre eux, le départ vers le privé n’est pas définitif, puisque près de la moitié reviennent dans le secteur public après avoir travaillé dans le privé. Nombreux sont ceux qui multiplient les allers-retours. Ils sont également plus de 130 à avoir fait un passage dans un cabinet ministériel ou à exercer un mandat politique [2].

L’infographie ci-dessous permet de visualiser l’ensemble de ces parcours (Cliquez sur l’image pour y accéder). 
Chaque trait vertical correspond au parcours d’un inspecteur, à partir de son entrée à l’IGF. Chaque couleur correspond à un type d’activité. Par exemple, en rouge, le passage par le secteur « banques et assurances », en vert, une carrière dans l’administration ou les entreprises publiques. En survolant ces segments, on peut lire le nom de l’inspecteur et celui de son employeur sur la période concernée. Il est possible d’opérer un tri par type d’activité en cliquant sur la légende [3].

ls forment « l’élite » de la haute fonction publique : les Inspecteurs des finances, sortis parmi les premiers de l’ENA, se destinent à une carrière au sein du ministère des Finances, à piloter la politique économique de la France. Sauf que… plus d’un tiers d’entre eux travaillent ou ont travaillé pour le secteur bancaire ! Leur plan de carrière préféré : des allers-retours entre Bercy et le secteur financier, en passant par les cabinets ministériels. Avec à la clé, de nombreux conflits d’intérêts potentiels. Pour mieux cerner cette réalité, nous avons retracé les parcours des 333 inspecteurs des finances des 40 dernières promotions. Petite plongée interactive dans ce corps d’État dont est issu Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a promis dans sa croisade pour la « moralisation de la vie publique » de lutter contre les conflits d’intérêts. Au sein de la haute fonction publique, un groupe incarne la difficulté à dresser des barrières étanches entre secteur public et privé : l’Inspection générale des finances (IGF). Ce grand corps de l’État recrute les énarques les mieux classés à leur sortie de l’école – comme Emmanuel Macron –, promis aux plus hauts postes de l’administration, notamment au sein du ministère des Finances, à la direction du Budget ou à celle du Trésor. Ils sont plusieurs centaines en activité, mais tous ne travaillent pas pour l’État. Car une fois effectuées les quatre années obligatoires de la « tournée », ils quittent en masse le navire de Bercy, pour aller « pantoufler » dans le secteur privé. Leur destination de prédilection : le secteur bancaire. Celui-ci fait un pont d’or à ces brillants fonctionnaires au carnet d’adresses bien rempli. Difficile pour eux de résister à l’appel de la finance et à ses salaires mirobolants. Une situation qui peut créer de nombreux conflits d’intérêts.

Visualiser précisément ces allers-retours est pourtant très difficile, l’administration étant réticente à communiquer sur les parcours des inspecteurs des finances ou sur les postes actuellement occupés. Pour pallier ce manque, nous avons retracé le parcours des 333 inspecteurs et inspectrices issus des 40 dernières promotions (1976 à 2016), à partir de sources publiques – dictionnaires, annuaires, articles de presse, Journal officiel. Seuls 45 inspecteurs des finances et 38 inspecteurs généraux des finances (le grade supérieur) travaillent à l’heure actuelle à l’IGF. Les autres sont « détachés » dans des administrations publiques, « en mobilité » dans d’autres secteurs professionnels, ou démissionnaires, quand ils ont choisi de couper les ponts avec leur corps d’origine ou quand toutes les autres possibilités ont été épuisées.

Le résultat de nos recherches est édifiant : sur les 333 inspecteurs recensés, plus de 55% travaillent ou ont travaillé dans le secteur privé. Et 34% (soit 115 d’entre eux) sont passés par le secteur bancaire à un moment donné de leur carrière [1] ! Autre chiffre révélateur : pour beaucoup d’entre eux, le départ vers le privé n’est pas définitif, puisque près de la moitié reviennent dans le secteur public après avoir travaillé dans le privé. Nombreux sont ceux qui multiplient les allers-retours. Ils sont également plus de 130 à avoir fait un passage dans un cabinet ministériel ou à exercer un mandat politique [2].

L’infographie ci-dessous permet de visualiser l’ensemble de ces parcours (Cliquez sur l’image pour y accéder). 
Chaque trait vertical correspond au parcours d’un inspecteur, à partir de son entrée à l’IGF. Chaque couleur correspond à un type d’activité. Par exemple, en rouge, le passage par le secteur « banques et assurances », en vert, une carrière dans l’administration ou les entreprises publiques. En survolant ces segments, on peut lire le nom de l’inspecteur et celui de son employeur sur la période concernée. Il est possible d’opérer un tri par type d’activité en cliquant sur la légende [3].

Commenter cet article