Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Les révoltes dans les pays arabes ont ouvert un nouveau cycle de contestation. Occupations de place, émeutes et organisations spontanées ouvrent de nouvelles perspectives de changements politiques. 

 

Quand les pays arabes sont évoqués aujourd’hui, c’est le terrorisme et la guerre qui viennent en premier. L’espoir ouvert avec le « Printemps arabe » de 2011 est désormais liquidé. Ce moment de révolte s’est enlisé dans la politique institutionnelle, l’islamisme et même la reconnaissance par les Etats occidentaux.

Il existe peu d’analyses sérieuses et d’enquêtes de terrain sur les révolutions arabes. La plupart des livres sur le sujet sont écrits par des spécialistes en géopolitiques qui n’ont rien compris à l’évènement et tentent de refourguer leurs vieux cadres d’analyse.

Choukri Hmed et Laurent Jeanpierre coordonnent un numéro de la revue Actes de la Recherches en Sciences Sociales consacré aux « Révolutions et crises politiques au Maghreb et au Machrek ». Cette revue de référence adopte une approche socio-historique pour analyser cet évènement. L’analyse des structures sociales et politiques doit se croiser avec l’observation de l’évènement et des mobilisations collectives. Une fois passé le flux de l’actualité, cette séquence peut être réinscrite dans ses ancrages sociologiques et historiques propres.

 

Loin de se réduire à une « révolution facebook », le déclenchement de la révolte est aussi porté par des réseaux et espaces protestataires plus anciens. Mais ce sont surtout de nouveaux acteurs qui surgissent. Ils critiquent les partis et les mobilisations les plus routinisées et ils essaiment dans de nombreux pays. Les origines et la position sociale de ces nouvelles figures doivent être analysées.

Les variables de l’âge, du niveau de diplôme et de la position professionnelle permettent de saisir les aspirations désajustées et la probabilité de l’engagement révolutionnaire. Mais le passé politique et l’ancienneté de leur militantisme doivent également être pris en compte. La propagation géographique de la révolte détermine également son succès. La dimension spatiale, avec l’occupation des places publiques, devient majeure.

     

                                     Actes de la recherche en sciences sociales 2016/1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moments d’ébullition

 

Adam Baczko, Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay observent le capital révolutionnaire dans le cadre de la révolution syrienne. Les révoltés rejoignent les institutions émergentes dans les zones insurgées. Le « capital révolutionnaire » apparaît comme le produit d’apprentissage issu de la mobilisation révolutionnaire et de compétences antérieures. Proche du capital militant, il permet de s’imposer dans la conjoncture critique et dans un monde politique en crise. Cette notion permet de comprendre le renouveau des acteurs politiques.

« Le capital social révolutionnaire décrit les liens qui naissent au cours de l’action protestataire et perdurent de façon indépendante de leur contexte initial », présentent les trois universitaires. La minorité de Syriens impliquée dans la mobilisation contre le régime bénéficie d’un accroissement de son capital social. Les protestations de 2011 sont portées par des anonymes. La détention du capital révolutionnaire conditionne alors l’accès aux nouvelles positions électives ou administratives. Même si une division du travail s’observe. Les ruraux et les classes populaires contrôlent les institutions militaires. Les classes moyennes s’imposent dans l’administration civile renaissante. Les classes dominantes s’intègrent dans les institutions de représentation à l’extérieur de la Syrie.

La sociabilité des Syriens engagés dans la protestation augmente très fortement. L’engagement semble surtout moral, sans véritable contenu politique. « De l’intensité des délibérations et de la prise de risque en commun émergent une communauté émotionnelle qui permet la fermeture du groupe, indispensable à la formation d’un capital social », observent les sociologues. Mais ces groupes fermés ne tiennent pas compte des appartenances communautaires instrumentalisées par le régime. Le milieu révolutionnaire devient le principal lieu de sociabilité. Des liens se tissent également en prison. Une ébullition permet de créer des relations en dehors de la routine du quotidien. Des comités de quartiers organisent la distribution de nourriture et l’accueil des réfugiés.

 

Layla Baamara évoque la révolte qui éclate en Algérie en 2011. Mais la contestation ne se développe pas. Le régime articule répression et redistribution des richesses pour calmer la révolte. Surtout, le mouvement s’apparente davantage à une mobilisation routinière plutôt qu’à un soulèvement spontané. Les différents secteurs restent trop séparés pour que les luttes débouchent vers une contestation globale de remise en cause du régime algérien. Surtout, le mouvement dépasse à peine le cercle des habituels militants. « Enfin, le décalage entre citoyens ordinaires et militants est révélateur de la persistance des structures classiques des mobilisations en Algérie », observe Layla Baamara.

La contestation en Algérie prend plusieurs formes. La mobilisation routinière est incarnée par les partis et les syndicats. Ensuite, des collectifs comme Bezzzef privilégient les actions innovantes et symboliques. Mais il existe aussi une colère qui peut exploser de manière spontanée. « La dénonciation publique des conditions de travail, du niveau des salaires, de l’attribution de logement ou encore du manque d’infrastructures prend la forme d’émeutes, de grèves, de sit-in, de barrages de route ou encore d’occupations de bâtiments administratifs », décrit Layla Baamara. Mais ces mobilisations restent ponctuelles et très ciblées. Elles ne contestent pas le régime et disparaissent lorsque les revendications sont satisfaites.

Mais, en 2011, la contestation prend de l’ampleur. La mobilisation commence avec une dénonciation de l’augmentation des prix. Surtout, la chute de Ben Ali en Tunisie alimente l’espoir. Le mot d’ordre de révolution est remis au goût du jour. Le mouvement prend de l’ampleur et de nombreux individus vivent leur première mobilisation. Le mouvement permet également un décloisonnement des différents groupes militants. Les différents réseaux se rencontrent. Les manifestations se multiplient dans la capitale. La journée du 12 avril prend de l’ampleur et les organisateurs sont dépassés. « Les tactiques, les slogans et l’itinéraire prévus sont bouleversés par la dynamique protestataire », souligne Layla Baamara. Les gouvernants sont ouvertement dénoncés.

Mais les contestataires restent divisés. Les partis sont accusés de se soumettre au régime. Ils préfèrent les meetings autorisés par le pouvoir plutôt que les manifestations. De nombreuses personnes restent encore éloignées de l’action contestataire. Le discrédit des partis, même ceux de l’opposition, et le souvenir de la guerre civile des années 1990, entraînent un rejet de la politique sous toutes ses formes.

 

Les révolutions arabes depuis 2011

Révolte en Tunisie

 

Pierre Blavier se penche sur les causes économiques et sociales de la révolution tunisienne. Les problèmes sociaux deviennent des causes de révolte. En 2010, la Tunisie n’est pas le pays le plus touché par la crise économique. Le chômage et la misère restent importants, mais ne semblent pas augmenter. La révolte de 2010 s’explique par l’immolation de Mohamed Bouazizi. Cet évènement incarne le malaise d’une jeunesse précaire qui, malgré des diplômes, ne trouve pas de travail.

L’expansion scolaire peut également expliquer la révolte. De nombreux jeunes obtiennent des diplômes et se retrouvent déclassés socialement. L’inadéquation entre les niveaux de formations et les postes que peut offrir le marché du travail alimentent la frustration.

Les cafés deviennent des lieux de rencontre et de sociabilité, notamment entre diplômés-chômeurs. Dans les régions rurales, le chômage n’est pas vécu uniquement comme une expérience individuelle, mais comme un problème collectif. « Parce qu’ils incarnent l’échec porté par l’expansion scolaire, les diplômés-chômeurs de l’intérieur des terres ont constitué l’un des appuis sociaux de la révolution tunisienne », observe Pierre Blavier. Ce n’est pas la "soif de démocratie" qui explique cette révolte, mais surtout les problèmes sociaux comme le chômage et les inégalités territoriales.

 

Choukri Hmed se penche sur les nouvelles formes de luttes en Tunisie. L’occupation des places permet le regroupement de différents individus et collectifs en dehors des cadres politiques traditionnels. « Or, c’est d’abord par l’unification des temps sociaux qu’elle produit qu’une situation devient potentiellement révolutionnaire », analyse Choukri Hmed. La révolte brise les routines sociales, fait vaciller les institutions et bouleverse les rapports sociaux.

Des activistes des zones rurales décident de rejoindre Tunis, la capitale, après le départ de Ben Ali. Une « Caravane de la liberté » doit permettre de faire converger la protestation vers Tunis pour achever le régime du RCD. La place du siège du Premier Ministre est occupée.

« C’était extraordinaire. Alors on chantait, on dansait, parfois toute la nuit », témoigne un chômeur. L’espace de la place du Gouvernement devient une agora, avec des discussions en petits groupes. La parole libérée permet de « tout remettre en cause ». Les rôles sociaux et les hiérarchies traditionnelles finissent par voler en éclats. « L’occupation transgressive matérialise et symbolise en réalité la présence, par effraction, des groupes défavorisés au cœur même des institutions régaliennes et leur prétention à peser sur le cours de l’histoire », souligne Choukri Hmed. Cet espace libre favorise l’autonomie du mouvement.

La révolte se propage dans d’autres pays, comme l’Egypte. La contestation échappe à ses initiateurs et revêt « une apparence de spontanéité et de rupture avec la politique instituée, particulièrement mobilisatrice dans ce contexte », décrit Choukri Hmed. Mais, à la fin du mois de février 2011, la revendication constitutionnelle fédère les opposants radicaux comme les anciens cadres du régime.

 

Les révolutions arabes depuis 2011

Comprendre les révolutions arabes

 

Ce dossier permet de comprendre davantage l’originalité des soulèvements révolutionnaires. Les enquêtes de terrain permettent de s’immerger au cœur des aspirations des mouvements contestataires. Cette approche permet aussi d’analyser l’originalité et les limites de ces révoltes politiques.

Déjà, les soulèvements de 2011 ont permis de donner une nouvelle actualité à la révolution. Ce n’est pas un simple concept qui évoque une chimère lointaine. C’est avant tout un processus social et politique qui permet de renverser l’ordre existant. Les révolutions ne sont pas non plus condamnées aux poubelles de l’histoire. Elles restent d’une brûlante actualité. Le XXIe siècle a déjà connu des soulèvements révolutionnaires. Et il en connaîtra d’autres.

Les sociologues peuvent permettre de comprendre les causes de ses nouvelles révolutions. Ce sont évidemment les problèmes sociaux et les conditions de vie qui déclenchent la révolte. La situation économique, avec le chômage et la crise expliquent cette colère. Mais il ne faut pas non plus sombrer dans le déterminisme sociologique. Les révolutions ne sont pas programmées par des « conditions objectives ». Les sociologues de la revue insistent sur la spontanéité et sur une révolte qui peut se propager comme une traînée de poudre. Il faut donc rester attentif à l’évènement, à l’incertitude et à la spontanéité.

Les révolutions ne proviennent pas des avant-gardes. Le modèle léniniste peut être définitivement enterré au regard des expériences nouvelles. Les partis et les syndicats ne sont pas du tout les moteurs du mouvement. Au mieux, ils accompagnent. Sinon, ils sont largement discrédités et détestés par les contestataires. La révolte a d’ailleurs inventé ses propres formes d’organisation, à l’image des conseils de quartiers évoqués par Omar Aziz. Une révolution ne se programme pas. C’est un moment qui découle en partie de causes qui ne peuvent pas être maîtrisées. Un jeune qui s’immole peut se réduire à un fait divers ou devenir le symbole qui exprime une colère prête à s’embraser. Les militants ne doivent pas tenter de guider les révolutions mais s’ouvrir à la spontanéité et se saisir de ces moments pour alimenter la réflexion collective.

Les révolutions permettent de sortir de la routine militante. Ce sont des moments qui mobilisent une large partie de la population, bien au-delà des milieux militants. Ces mouvements deviennent pour beaucoup de personnes leur première expérience politique. Ce sont aussi des moments d’intensification de la vie. Tous les articles reviennent sur les rencontres, les discussions et la rupture avec la routine du quotidien. Toutes les formes de séparations et de hiérarchies s’effondrent le temps d’un mouvement. La politique se confond alors avec la vie, la fête et le plaisir.

 

La revue propose des regards divers sur ces révolutions. Mais il manque une analyse d’ensemble. Les universitaires sont spécialisés sur un sujet et sur un terrain d’enquête. Il leur manque une réflexion politique sur les révolutions, et surtout sur leur échec. Il semble important de se pencher sur l’effondrement des révoltes à partir du processus constitutionnel. L’échec des révolutions ne provient pas des pays étrangers. C’est le mouvement lui-même qui a décidé de s’engager dans un processus de délégation institutionnelle avec l’organisation d’élections en Tunisie et en Egypte. C’est cette logique de délégation qui a permis l’échec de la révolution.

Il existe également des clivages de classe. Une petite bourgeoisie intellectuelle, incarnée par les avocats, insiste sur les libertés démocratiques. Les revendications sociales des classes populaires sont progressivement enterrées. La dénonciation du régime prime sur la critique du capitalisme. Il existe aussi une illusion réformiste. Les révoltes révèlent également une ambivalence par rapport à l’Etat. Elles expriment à la fois une critique de l’Etat et une demande d’Etat. Les diplômés chômeurs imaginent pouvoir obtenir un emploi dans la fonction publique. Ce rapport ambigu à l’Etat peut expliquer la fermeture rapide des possibles ouverts après la chute des régimes autoritaires.

Choukri Hmed pointe les contradictions d’une jeunesse qui critique l’Etat mais qui veut devenir fonctionnaire. Les jeunes pensent que la révolution peut leur permettre d’obtenir un emploi. Ils n’ont certes rien à perdre mais ils espèrent gagner quelque chose dans le cadre du capitalisme. Ce raisonnement est compréhensible, mais il révèle ses limites : les jeunes subissent d’ailleurs toujours autant la misère aujourd’hui. L’amélioration de la vie quotidienne dans le cadre du capitalisme reste limitée. Les révolutions doivent perdurer et s’intensifier, sinon c’est le retour à la normale. Mais le plaisir de la lutte peut inventer de nouvelles formes d'organisation et ouvrir de nouvelles possibilités d'existence.

 

Source : Revue Actes de la Recherches en Sciences Sociales n° 211-212, «Révolutions et crises politiques au Maghreb et au Machrek », 2016

 

Articles liés :

Réflexions sur le "Printemps arabe"

Retour sur la révolte tunisienne

Un blog dans la révolution tunisienne

Les nouveaux mouvements sociaux au Maroc

Occuper le monde : un désir de radicalité

Elections : piège à moutons

Les nouvelles formes de lutte

 

Pour aller plus loin :

Vidéo : Choukri Hmed, Tunisie : entre révolution politique et révolution socialeconférence enregistrée le 27 avril 2012

Vidéo : Los Solidarios, Thalassothérapie. Témoignage pour servir à l’histoire de la bataille de Thala, publiée sur le site des éditions Antisociales

Vidéo : Le peuple veut la chute du système, mise en ligne sur le site Bboykonsian le 17 juillet 2014

Vidéo : Syrie : les logiques de la révolte, conférence enregistrée à l'EHESS le 25 mai 2013

Vidéo : Politisations émergentes, politisations précaires ?, conférence en registrée le 28 janvier 2016

Vidéo : Table ronde : Sociétés en guerres. Ethnographies des mobilisations violentes, publié sur le site des Archives Audiovisuelles de la Recherche

Vidéo : Guerre en Syrie : plus de 146 000 morts en 3 ans de conflit, émission diffusée sur France 24 le 14 mars 2014

Vidéo : Adam Baczko : "En Syrie, l’armée n’a pas lâché Bachar al-Assad", émission diffusée sur France 24 le 6 juin 2016

Vidéo : Arthur Quesnay, Libye : Pouvoirs des villes contre pouvoir central, mise en ligne le 16 octobre 2012

Radio : émissions avec Adam Baczko diffusées sur France Culture

Radio : émissions avec Gilles Dorronsoro diffusées sur France Culture

Radio : Sylvie Noël, Gilles Dorronsoro co-auteur de « Syrie, anatomie d'une guerre civile », émission diffusée sur RFI le 17 septembre 2016

 

Nicolas Duvoux, La possibilité des révolutions. Entretien avec Quentin Deluermoz et Laurent Jeanpierre, mis en ligne sur le site La Vie des Idées le 5 juillet 2016

Revue française de science politique, Retour sur les situations révolutionnaires arabes, publiée en 2012

Abou Kamel (Omar Aziz), Sous le feu des snipers, la révolution de la vie quotidienne. programme des "comités locaux de coordination de Syrie, brochure mise en ligne sur le site des éditions Antisociales

Articles de Choukri Hmed publiés sur le site du portail Cairn

Articles de Choukri Hmed publiés sur le site Tunisia in Red

Choukri Hmed, Les révolutions arabes : un défi pour la science politique, publié sur site de la Filière d'Economie et de Sciences Politiques le 7 mai 2014

Choukri Hmed, Le chercheur porte la responsabilité de la mémoire collective, entretien avec Olfa Belhassine, publié sur le site La Presse de Tunisie le 24 juin  2016

Articles de Choukri Hmed publiés sur le site du journal Libération