Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

n Espagne, comme cela a généralement été le cas dans tous les pays, le mouvement ouvrier a montré deux tendencias. Un, une collaborationniste, et l'autre qui admet qu'aucun camion que ce soit avec l'ennemi.

Dans ce pays qui est le nôtre, il a été le socialisme avec son émanation syndicale, l'UGT qui a joué le rôle classique de réformistes. Il est un refuge pour les travailleurs renégats, même des infiltrés dans les organisations de travailleurs dont le seul but est d'atteler le prolétariat à la charrette de la bourgeoisie.

Les déclarations faites par Indalecio Prieta au cours de l'exercice biennal Rouge, à l'occasion de la grève des cheminots, encapsulent l'essence de collaborationnisme. Ils sont connus;

Je suis un ministre d'abord, puis un socialiste don Inda dit alors.

La révolution espagnole a souffert à cause de l'influence pemicious des réformistes sur sa direction. Il n'y a eu aucune volonté d'interpréter la signification sociale, la classe des événements de juillet.

La lutte des classes que le CNT a toujours prêché a été relégué au second plan par une série de questions qui se sont avérés extrêmement préjudiciables à la cours des révolutions. Notant cette relégation il ne faut pas que déplorer cette défiguration de la révolution, mais aussi en termes organiques le terrain perdu par le défaut de tenir strictement à la ligne de la révolution sur un terrain de classe et par avoir piétiné syndicalisme révolutionnaire dans le sol.

Les syndicats sont les organes qui expriment véritablement le sentiment de classe des travailleurs dans leur lutte éternelle avec le capitalisme. Si nous relèguent les syndicats à une position secondaire, il suit naturellement que les intérêts du prolétariat seront lésés.

Collaborationnisme est à déplorer en tout temps. Il doit y avoir aucune collaboration avec le capitalisme si l'extérieur de l'Etat bourgeois ou de l'intérieur du gouvernement lui-même. En tant que producteurs notre place est dans les syndicats, ce qui renforce les seuls organes qui devraient survivre à une révolution dirigée par les travailleurs.

La lutte des classes ne fait pas obstacle aux travailleurs continue à l'heure actuelle de se battre dans les battefields et travaillant dans les industrias de guerre. Mais il est impératif de garder à l'esprit que nous procédons à chaque nouvelle initiative avec un sens de classe, ce qui donne aux syndicats la priorité qui leur est due.

Il doit y avoir aucun autre organisme économique en dehors des syndicats pour restreindre leurs pouvoirs. Et l'État ne peut pas être retenue dans la face des syndicats-et encore moins renforcé par nos propres forces. La lutte contre le capitalisme continue. A l'intérieur de notre propre territoire il y a encore une bourgeoisie liée à la bourgeoisie intemational. Le problème est maintenant ce qu'elle a été pendant des années.

Gardons les syndicats fidèles à eux-mêmes. Gardons à la ligne tracée par la CNT dans sa confrontation particulière avec notre bourgeoisie indigène, comme ce fut toujours la norme jusqu'au 19 Juillet.

Collaborationnistes sont des alliés de la bourgeoisie. qui préconisent de telles relations ont pas de sentiment pour la lutte des classes, ni ont-ils le moindre égard pour les syndicats.

Jamais devons-nous accepter la consolidation des positions de notre ennemi.

L'ennemi doit être limité. Si jamais face à un hiatus, nous ne devons jamais permettre que la déviation sociale de se développer en une position d'assistance ouverte au capital.

Il peut y avoir absolument aucun terrain d'entente entre exploiteurs et exploités. Ce qui doit prévaloir, seule bataille peut décider. Bourgeoisie ou travailleurs. Certainement pas les deux à la fois.

La classe ouvrière tient l'avenir entre ses mains. Nous avons des parias rien à perdre et, au contraire, nous pouvons gagner notre émancipation qui est le destin de la famille des travailleurs.

Brisons les chaînes. Renforçons nos syndicats. Gardons l'esprit de lutte de classe vivante.

 

Commenter cet article