Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Le procès de notre camarade Jean-Marc Rouillan avait eu lieu sans que se soit manifesté son principal témoin à charge, l’ex-libertaire repenti Claude Guillon, qui avait pourtant épluché le dossier et accumulé une quantité impressionnante de charges contre l’ancien militant d’Action directe. On attendait donc au moins sa présence au tribunal pour développer son réquisitoire aux côtés des parties civiles, de la proc et des juges. Un réquisitoire qui annonçait la couleur sans fioritures :

https://lignesdeforce.wordpress.com/2016/03/21/jean-marc-rouillan-doit-se-taire-non-parce-que-letat-le-lui-impose-mais-parce-que-les-enormites-qui-sortent-de-sa-bouche-nuisent-a-la-cause-quil-pretend-defendre-et-a-lui-meme-acc/

Aujourd’hui, la sentence est tombée et on voit que la justice a suivi point par point les instructions de Claude Guillon (toujours courageusement absent) pour faire condamner Jean-Marc Rouillan. Tout y est, avec en supplément un bonus spécialement adressé aux « révolutionnaires » au cas où l’appel du pied à la magistrature ne suffirait pas.

On remarquera que la hargne de l’inquisiteur ne s’adresse pas seulement à Jean-Marc, mais à l’ensemble des camarades qui ont eu l’outrecuidance de lui manifester une solidarité sans demander auparavant la permission de Claude Guillon…

Nous avons connu Claude Guillon quand il jouait les trublions de la mouvance libertaire et qu’il donnait l’impression de bousculer la bien-pensance de ses institutions officielles.

Nous l’avons soutenu quand on l’accusait de négationnisme ou de sexisme, en réaction contre les Didier Daeninckx et autres défenseurs de la pensée dominante, en ayant la naïveté de croire que les ennemis de nos ennemis devaient être nos amis et que c’est forcément lui qui avait raison.

Nous l’avons perdu de vue quand il est peu à peu rentré dans le rang et préféré vendre ses livres et ses « idées » en retournant dans le milieu libertaire soft qu’il avait tant critiqué auparavant.

Et nous l’avons retrouvé avec stupéfaction aux côtés de nos ennemis, précisément les héritiers de Daeninckx, auprès desquels il a fait repentance au point de les dépasser dans la chasse aux sorcières dont il avait lui-même fait l’objet dans sa « période libertaire ». Il fait maintenant la chasse aux révolutionnaires qui n’ont pas suivi la même voie que lui, notamment les anti-islamophobes et les antisionistes, dans des pamphlets qui resteront des modèles de novlangue.

Mais ce n’était pas suffisant : devançant la justice et rejoignant les médias du pouvoir, il s’est érigé en procureur de la République pour juger le « cas Rouillan » !

« Jean-Marc ROUILLAN doit se taire, non parce que l’État le lui impose, mais parce que les énormités qui sortent de sa bouche nuisent à la cause qu’il prétend défendre » ! ! !

On se demande bien en quoi la « cause » que défend Jean-Marc Rouillan pourrait regarder Claude Guillon, qui est du côté de nos ennemis et qui n’a donc aucune légitimité à parler à la place des révolutionnaires ni prétendre savoir ce qui nuit ou non à leur cause. Quel rapport entre la « cause » que défend Jean-Marc et la « cause » que défend Guillon ? Il faudrait que ce triste personnage arrête de parler de la « cause » des autres À LEUR PLACE !

Guillon va plus loin que la justice française, qui se contente de juger les ennemis de l’Etat. Lui, il s’arroge le droit de juger de l’intérieur et de l’extérieur, en tant que procureur de la République d’un côté et de l’autre en se faisant passer pour un révolutionnaire à qui Jean-Marc aurait fait du tort en le discréditant aux yeux de son public !

Il est remarquable de constater que la merde qu’a publiée Guillon TROIS MOIS AVANT LE PROCÈS, avant même la plainte des parties civiles et simultanément aux éructations des médias poubelle, a été reprise POINT PAR POINT au moment du procès par les sbires de l’Etat, à se demander s’ils ne s’en sont pas simplement inspirés. Le repenti Claude Guillon a devancé de trois mois les réquisitoires de la procureure et des avocats des parties civiles contre ceux qui ne renient pas leur passé révolutionnaire ! Tous ses « arguments » ont été exploités :

Jean-Marc ne condamne pas les attentats, il se contente de rester « neutre » :

« Neutre ! Évoque la Croix rouge (mais sans trousse de secours) et le chocolat suisse. Le tout au milieu des cadavres de Charlie et des trottoirs parisiens… Au minimum, je dis bien au minimum, c’est une colossale maladresse. Le genre d’énorme connerie qui te fait chasser de ton organisation politique et interdire de tribune jusqu’au siècle suivant. Mais Rouillan, quoique stalinien, n’est plus membre d’aucune organisation, depuis qu’il a fait la grâce au NPA de le quitter. » [sic] »

Sur la notion de « courage » :

« les islamistes assassins de caricaturistes, de juifs, de juives, de buveurs et de buveuses de bière en terrasse, il les trouve « très courageux ». »

Soupçons d’antisémitisme, indispensable à toute chasse aux sorcières :

« On a quand même beaucoup entendu dire, dans « notre courant politique » (je reprends de confiance l’expression de la pétition) que, quand même ! fréquenter un établissement où avaient été donnés des galas en faveur de l’armée israélienne, c’est sinon un crime, au moins une imprudence. Si ! si ! Ça c’est beaucoup dit, chez les inorganisés, mais pas seulement. C’est une « opinion » qui a du être combattue dans des organisations d’extrême gauche, et non sans mal… »

« Même si « toute théocratie est un régime ennemi » et qu’il considère Daech comme État. Dommage que dans cette phrase, le premier exemple qui lui vienne à l’esprit soit, non pas Daech, dont on parle, mais Israël… »

Déformation de ce que Jean-Marc a dit, utilisé par les médias et repris ensuite par la justice et par Guillon :

« autrement dit, pense le crétin, un jeune arabe de nos banlieues est moins coupable de tuer des filles en minijupe à la terrasse d’un café que le tireur du bombardier d’écraser des filles en tchador. Le crétin ne sait pas (c’est à ça aussi qu’on le reconnaît) que l’armée emploie même des assassins « issus de la diversité », comme on dit sottement. Les flics noirs et arabes, il ne les voit pas. Il pense que les jeunes arabes ont un destin de révoltés — pour venger les guerres coloniales — et que bon, c’est un peu ballot d’avoir flingué n’importe qui, mais bon… »

« Je reviens à la déclaration qui établit, hélas ! qu’il n’y a dans mon analyse aucune « exagération ». Quand on demande à Rouillan pourquoi il semble si réticent à « condamner » les tueries et leurs auteurs, ils se réfère à son expérience de pratiquant de la lutte armée.

« Notez bien que Rouillan ne s’abstient pas de toute critique à l’égard des tueurs de Daech, qu’il refuse néanmoins de condamner moralement et politiquement : il les traite d’ « impies », parce qu’ils auraient outrepassé je ne sais plus quelle prescription coranique »

Interprétation délirante que même les médias du pouvoir n’avaient pas osé formuler :

« Rouillan espère, semble-t-il, que le dialogue est encore possible avec Daech ou bien des gens qui veulent le rejoindre, on ne sait pas… Du coup, il se met en avant comme intermédiaire possible : quelques minutes après son « aveu » qu’au hasard de la vie, il aurait aussi bien pu flinguer des buveurs d’apéritif, il affirme : Il y a des mouvements, comme le Hezbollah, qui pensent que je suis quelqu’un de bien intentionné.
Rouillan se propose là — je ne sais pas si l’on a bien pris bien la mesure de son dévouement — rien moins que de nous sauver. En effet, comme il le souligne justement, il ne manque pas de fanatiques (le mot est de moi), armés de mitraillettes, qui pensent que nous ne sommes pas beaucoup à mériter de l’être, sauvé(e)s, en occident. Rouillan se propose, si je comprends bien, de leur dire quelques mots en notre faveur. »

Et la cerise sur le gâteau :

« Je reviens à la déclaration qui établit, hélas ! qu’il n’y a dans mon analyse aucune « exagération ». Quand on demande à Rouillan pourquoi il semble si réticent à « condamner » les tueries et leurs auteurs, ils se réfère à son expérience de pratiquant de la lutte armée. Soulignons qu’il se réfère ici à Action directe sans avoir évidemment consulté ses camarades, ce qui donne une idée, pour les naïfs et les naïves qui ne se s’en seraient pas fait une, de la manière « démocratique » dont se prenaient les décisions à AD. C’est-à-dire sans se préoccuper du tort que cela pouvait causer aux autres (en liberté ou en taule). » [sic]

Ce crétin, qui prétend tout savoir sur AD et son fonctionnement interne, et même si Jean-Marc a ou n’a pas « consulté ses camarades », n’a pas encore compris qu’AD n’existe plus depuis longtemps, ce qui prouve encore une fois que sa haine des non-repentis est le seul motif de ses saloperies.

Pour revenir au concept de « courage », dont Guillon donne la même interprétation que la justice française, on peut dire qu’il en manque singulièrement, sinon il serait venu au procès étant donné que ses griefs contre Jean-Marc sont encore plus grands que ceux des familles des victimes. Il aurait même pu se porter partie civile pour glaner au passage un peu de sous et améliorer ses revenus de rentier. Les avocats de l’accusation ont réclamé plusieurs milliers d’euros pour les familles et pour eux-mêmes. Et Guillon, combien aurait-il demandé ?

Mais il lui aurait fallu pour ça affronter le mépris et les crachats de celles et ceux qui étaient là et dont il a l’impertinence d’essayer de récupérer les idées « révolutionnaires », et il a préféré s’abstenir.

Claude Guillon gagne son procès contre Jean-Marc Rouillan puc
Claude Guillon gagne son procès contre Jean-Marc Rouillan puc