Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Karl Liebknecht : parlementarisme révolutionnaire et dénonciation du génocide des Arméniens

Liebknecht au Reichstag dénonce le 11 janvier 1916 la complicité du gouvernement du Reich dans l’extermination des Arméniens (Die Ausrottung der Armenier)

Karl Liebknecht n’hésita pas à soumettre une ‘Question en bref’ au chancelier du Reich, après qu’eurent été portées à sa connaissance les «atrocités turques contre les Arméniens». Il le fit le 11 janvier 1916 au Reichstag (dans le cadre de la navette parlementaire des questions-réponses), dans une interpellation restée fameuse par sa claire dénonciation de «l’extermination des Arméniens» avec la complicité de l’Allemagne impériale.

„Die türkische Regierung hat ein furchtbares Gemetzel unter den Armeniern angerichtet; alle Welt weiß davon - und in aller Welt macht man Deutschland dafür verantwortlich, weil in Konstantinopel die deutschen Offiziere die Regierung kommandieren. Nur in Deutschland weiß man nichts, weil die Presse geknebelt ist. Auf diese Schandtaten hinzuweisen, war ein Verdienst.“

«Le gouvernement turc a fait une terrible boucherie des Arméniens; le monde entier est au courant – et dans le monde entier on en tient l’Allemagne responsable, parce qu’à Constantinople ce sont les officiers allemands qui donnent les ordres au gouvernement turc. Mais en Allemagne on ne sait rien, parce que la presse est muselée. Donner des précisions sur ces actes infâmes serait méritoire»

«Ist dem Herrn Reichskanzler bekannt, daß, während des jetzigen Krieges im verbündeten türkischen Reiche die armenische Bevölkerung zu Hunderttausenden aus ihren Wohnsitzen vertrieben und niedergemacht worden ist? Welche Schritte hat der Herr Reichskanzler bei der verbündeten türkischen Regierung unternommen, um die gebotene Sühne herbeizuführen, die Lage des Restes der armenischen Bevölkerung in der Türkei menschenwürdig zu gestalten und die Wiederholung ähnlicher Greuel zu verhindern?» (VIII, S. 438) Verhandlungen des Reichstags, XIII/II, Band 306 [Berlin 1916], 512-51)

« A-t-il été porté à la connaissance de Monsieur le chancelier du Reich que, pendant l’actuelle guerre dans l’Empire turc allié, la population arménienne par centaines de milliers a été chassée de ses domiciles et exterminée ? Quelles mesures Monsieur le chancelier du Reich a-t-il entrepris auprès du gouvernement turc allié pour obtenir les réparations qui s’imposent, pour humaniser la situation de la population arménienne restante en Turquie et empêcher la répétition de telles horreurs ? »

La réponse de l’ambassadeur impérial von Stumm restant dilatoire, Liebknecht posa une autre question : «LIEBKNECHT: Ist .. dem Herrn Reichskanzler bekannt, daß Professor Lepsius geradezu von einer Ausrottung der türkischen Armenier gesprochen - (Glocke des Präsidenten. Redner versucht weiterzusprechen. - Rufe: ,Ruhe! Ruhe!’) Präsident: Herr Abgeordneter, das ist eine neue Anfrage, die ich nicht zulassen kann.» (VIII, S. 439)

« A-t-il été porté à la connaissance de Monsieur le chancelier du Reich que le Professeur Lepsius a parlé tout simplement d’une extermination des Arméniens turcs - (clochette du Président. L’orateur tente de parler. – Interruption : du calme! du calme!) Le Président : «Monsieur le Député, cette nouvelle question est irrecevable».

Bien entendu, toutes les protestations de Karl Liebknecht contre la guerre impérialiste et les buts de guerre allemands disparurent des comptes rendus du Reichstag. La protestation de Karl Liebknecht de ne pas pas voir mentionné son rejet du vote des crédits de guerre le 3 décembre 1914 fut «oralement rejetée» par décision du président du Reichstag et n’apparut pas dans la publication officielle des comptes rendus de débats du Reichstag. Ph. B.

SOURCES : Karl Liebknecht, Reden und Aufsätze (Herausgeber: Julian Gumperz), 1921, Verlag der Kommunistischen Internationale, Verlagsbuchhandlung, Carl Hoym Nachfolger, Hamburg 11. Günter Wirth, Karl Liebknecht über Christentum und Kirche. Eine Studie zu seinem 100. Geburtstag am 13. August 1971, Ost-Berlin, p. 43-44.

Commenter cet article