Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Le site The Daily Beast les compare à une «mauvaise comédie».

Il s’agit de documents exceptionnels. Le Daily Beast a publié sur son site des documents de Daech récupérés par un groupe de rebelles syriens près de Damas et qui permettent d’avoir un nouveau regard sur l’organisation interne du groupe. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle semble complètement chaotique, et même «embarrassante» pour reprendre un mot du Daily Beast.

Une lettre mentionne ainsi un échec des services de contre-espionnage de Daech. Un agent infiltré dans leurs rangs a raté de justesse une opération visant à tuer de nombreux chefs de l’armée terroriste.

«Grâce à Allah, écrit l’auteur du document, l’opération n’est pas allée jusqu’au bout. La même nuit [l’agent infiltré] s’est échappé du lieu où se trouvait le sahawat [la brigade ciblée, ndlr] et a volé 6.500 dollars, un appareil photo, des explosifs, des circuits, un pistolet 8.5 mm, deux fusils, 1.500 munitions russes et sept grenades.»

D’autres documents montrent combien un djihadiste gagne par mois, notamment grâce aux données d’un certain Abu Muslim al-Muhajir. «Son salaire est de 50 dollars par mois, et il reçoit 50 dollars de subvention pour sa femme», écrit The Daily Beast avant de préciser que les retards dans les versements sont loin d’être exceptionnels. Les fiches comprennent aussi le nombre de sabaya, les esclaves sexuelles, et le nombre d’enfants si le soldat en a. Les congés sont autorisés mais Daech prévient: «Tous les frères doivent être précis sur les dates ou ils seront interrogés en accord avec la charia.»

Hasard ou non, les dates semblent être problématiques dans les documents officiels. Ainsi, dans une lettre envoyée département de la Justice de Daech, l’assistant d’un juge explique les problèmes dans une prison dans la province de Damas, où les cellules sont soient surchargées, soient vides.«Le mois dernier, [personne] n’était détenu pendant une semaine à l’exception de trois personnes mentionnées à la fin de cette liste. Au moment où j’écris cette lettre, il n’y a personne en prison.» En fait, étant donné que les documents ne mentionnent pas les dates de fin de peine, il était impossible de savoir pour l’autorité carcérale comment gérer les prisonniers.

Tous les détails des leaks sont à retrouver sur le site de The Daily Beast.

PARTAGEZ CET ARTICLE

119 LIKES 0 TWEETS 0 +1 0 LINKEDIN

Repéré sur