Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Les femmes ne doivent pas couvrir leurs corps pour se baigner. Tel est le nouveau diktat prétendument laïque de quelques maires illuminés et de Valls, pour « encourager le vivre ensemble ». Concept imbécile par ailleurs puisqu’on vit ensemble... quoi qu’il arrive.

Le burkini dans l’eau, et le foulard dans l’air, émettraient de sombres effluves radicales islamistes qui contamineraient et radicaliseraient les personnes présentes à proximité. D’où l’intérêt des interdictions.

Il est évident que pointer une fois de plus les femmes musulmanes — dont la présence habillées sur les plages est passée inaperçue jusqu’au 15 août, c’est dire à quel point elles « troublent l’ordre public » — a pour seul effet de réactiver le racisme et les agressions contre ces femmes.

Pendant ce temps, le chômage augmente, la température monte, la pauvreté et la désespérance augmentent, les politiques sont indifférents à l’avis (et la vie) des peuples. Mais se mobilisent pour faire la police des vêtements.

Relançons les luttes antisécuritaires (l’état d’urgence nous menace toujours) et contre le capital (la loi travail reste à détruire et de nouveaux droits à conquérir) de façon à ce que nos gouvernants n’aient plus le temps de s’occuper de chiffons.

Secrétariat antipatriarcat d’Alternative libertaire

Les femmes ne doivent pas couvrir leurs corps pour se baigner. Tel est le nouveau diktat prétendument laïque de quelques maires illuminés et de Valls, pour « encourager le vivre ensemble ». Concept imbécile par ailleurs puisqu’on vit ensemble... quoi qu’il arrive.

Le burkini dans l’eau, et le foulard dans l’air, émettraient de sombres effluves radicales islamistes qui contamineraient et radicaliseraient les personnes présentes à proximité. D’où l’intérêt des interdictions.

Il est évident que pointer une fois de plus les femmes musulmanes — dont la présence habillées sur les plages est passée inaperçue jusqu’au 15 août, c’est dire à quel point elles « troublent l’ordre public » — a pour seul effet de réactiver le racisme et les agressions contre ces femmes.

Pendant ce temps, le chômage augmente, la température monte, la pauvreté et la désespérance augmentent, les politiques sont indifférents à l’avis (et la vie) des peuples. Mais se mobilisent pour faire la police des vêtements.

Relançons les luttes antisécuritaires (l’état d’urgence nous menace toujours) et contre le capital (la loi travail reste à détruire et de nouveaux droits à conquérir) de façon à ce que nos gouvernants n’aient plus le temps de s’occuper de chiffons.

Secrétariat antipatriarcat d’Alternative libertaire

Commenter cet article