Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

  • 05 août 2016 - 22H25 Menton: 200 migrants franchissent la frontière franco-italienne © AFP/Archives | Des policiers français contrôlent des véhicules à la frontière avec l'Italie à Menton, le 17 novembre 2015 NICE (AFP) -

    Un groupe important de migrants, estimé à 200 personnes et encadré par des militants No Borders, a franchi dans la journée de vendredi la frontière entre l'Italie et la France, a indiqué la préfecture des Alpes-Maritimes.

    Ce groupe a franchi la frontière peu avant 18H00 au Pont Saint Ludovic, en bord de mer, indique la préfecture dans un communiqué, précisant qui"immédiatement, en étroite coordination avec les autorités italiennes, ces étrangers en situation irrégulière (ESI) ont été bloqués à quelques centaines de mètres de la frontière, côté français".

    Selon Nice-Matin, qui a révélé cette information, ce groupe de personnes déambulait vendredi soir dans les rues de Menton ou près du port. Les migrants auraient quitté le centre d'accueil installé récemment à Vintimille par les autorités italiennes.

    "A 20H15, 152 personnes qui s'étaient regroupées sur les rochers étaient invitées à quitter les lieux, sans incident, et font actuellement l'objet d'une procédure de non admission", affirme la préfecture, précisant que "d'autres ESI, une cinquantaine environ, sont en cours d'interpellation à Menton en vue également d'une non admission".

    Quatre militants No Borders auraient également été interpellés, dont un a été placé en garde à vue et un a fait l'objet d'une non admission, a encore annoncé la préfecture.

    Le député des Alpes-Maritimes et président du conseil départemental Eric Ciotti (LR) a demandé au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve "une action d'urgence visant à réadmettre en Italie, dès ce soir, les migrants qui viennent d'arriver à Menton", dans un communiqué diffusé vendredi soir.

    "Aussi, compte tenu de la pression migratoire qui s?exerce en Italie, je demande également au gouvernement que soit rétabli de façon permanente le contrôle à la frontière franco-italienne et que des forces mobiles soient immédiatement déployées sur les lieux", a-t-il ajouté.

    © 2016 AFP

  • inPartager

Un groupe important de migrants, estimé à 200 personnes et encadré par des militants No Borders, a franchi dans la journée de vendredi la frontière entre l'Italie et la France, a indiqué la préfecture des Alpes-Maritimes.

Ce groupe a franchi la frontière peu avant 18H00 au Pont Saint Ludovic, en bord de mer, indique la préfecture dans un communiqué, précisant qui"immédiatement, en étroite coordination avec les autorités italiennes, ces étrangers en situation irrégulière (ESI) ont été bloqués à quelques centaines de mètres de la frontière, côté français".

Selon Nice-Matin, qui a révélé cette information, ce groupe de personnes déambulait vendredi soir dans les rues de Menton ou près du port. Les migrants auraient quitté le centre d'accueil installé récemment à Vintimille par les autorités italiennes.

"A 20H15, 152 personnes qui s'étaient regroupées sur les rochers étaient invitées à quitter les lieux, sans incident, et font actuellement l'objet d'une procédure de non admission", affirme la préfecture, précisant que "d'autres ESI, une cinquantaine environ, sont en cours d'interpellation à Menton en vue également d'une non admission".

Quatre militants No Borders auraient également été interpellés, dont un a été placé en garde à vue et un a fait l'objet d'une non admission, a encore annoncé la préfecture.

Le député des Alpes-Maritimes et président du conseil départemental Eric Ciotti (LR) a demandé au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve "une action d'urgence visant à réadmettre en Italie, dès ce soir, les migrants qui viennent d'arriver à Menton", dans un communiqué diffusé vendredi soir.

"Aussi, compte tenu de la pression migratoire qui s?exerce en Italie, je demande également au gouvernement que soit rétabli de façon permanente le contrôle à la frontière franco-italienne et que des forces mobiles soient immédiatement déployées sur les lieux", a-t-il ajouté.

© 2016 AFP

Commenter cet article