Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Il est ironique que le terme de « communisation », tant chéri par celles et ceux qui pensent qu’il constitue la clé de la caverne aux trésors de la théorie à embout diamanté soit un terme qui a souvent été utilisé au moment de la tentative menée par Mao pour réaliser une accumulation primitive du capital de forte intensité : celle du « Grand bond en avant » (1958-1961). Que Roland Simon, dont les caricatures de « théorie » ont été à l’origine de l’utilisation actuelle du terme en vogue de « communisation », en ait fait une utilisation similaire à celles faites durant le « Grand bond en avant » (vers le désastre), c’est-à-dire pour désigner le processus dans lequel le prolétariat impose ses perspectives au reste de la population, invite à se pencher un instant sur cette période de l’histoire. Indépendamment des intentions antiétatiques apparentes de Simon, la mentalité politique qui vise à parler en termes abstraits pour représenter les désirs des prolétaires, dans une certaine démarche constituée d’un programme et d’une critique globalement « correctes » absolutistes, et existant au-dessus de l’histoire, a beaucoup à voir avec les expressions verbales du maoïsme à l’ancienne mode, celui que presque toutes celles et tous ceux qui ont contribué au mouvement visant à abolir l’ordre existant ont tourné en dérision il y a bien longtemps. Le fait que les communisateurs d’aujourd’hui insistent constamment sur le fait qu’ils sont contre l’État n’altère en rien la mentalité hiérarchique qui consiste à déclarer que l’on détient la vérité. Et il est possible que Woland lui-même participe à la dépossession des travailleur/ses grec-que-s de leurs terres, qui ont représenté jusqu’à présent une petite marge d’indépendance vis-à-vis du marché mondial et de l’esclavage salarié. Est-ce qu’une telle chose se produira, cela reste à voir, bien qu’il soit peu probable qu’il utilise le terme de « communisation » pour la justifier ; mais sait-on jamais.Au minimum du minimum (c’est-à-dire selon les chiffres du gouvernement chinois), le « Grand bond en avant » a fait 15 millions de victimes ; certains évaluent à 43 millions les victimes de la famine, et Franz Dikotter a récemment estimé leur nombre à 45 millions au moins. Le chiffre probable se situe autour de 35 millions de morts. Le responsable de l’agriculture de cette période était Tan Zhenlin, lequel déclarait, en 1958, « la communisation est la révolution communiste ». Il se référait à la collectivisation : obliger la paysannerie à adhérer à des communes, soit le Mouvement populaire de la Communisation (http://mt.china-papers.com/2/?p=207808). La résolution Peitaiho de 1958 appelait à la « communisation ». Le chapitre 6 du livre Eating Bitterness: New Perspectives on China’s Great Leap Forward and Famine s’intitule « Une introduction à l’ABC de la communisation : le cas du district de Macheng ». Des expressions telles que « l’esprit de la communisation » et « le vent de la communisation » étaient alors utilisées.Le « vent de la communisation » semble plus approprié, puisque tout ceci est finalement du vent, un vent mauvais qui ne fait du bien à personne (NdT : traduction du proverbe anDu point de vue théorique, la communisation désigne l’obligation pour les petits collectifs de se dissoudre pour constituer des communes de large taille, impliquant l’élimination immédiate de la séparation entre unités de production, l’abolition de la propriété, des salaires, et des parcelles de terres individuelles. En pratique, cela s’est traduit par des brigades de cadres du Parti Communiste venues détruire les fermes, brûler les villages, confisquer tous les outils détenus par les paysans ainsi que leurs ustensiles de cuisine. Les paysans ont été emprisonnés dans des camps de travaux forcés. Tous les moyens indépendants de collecter, de stocker ou même de préparer de la nourriture ont été supprimés, et les cadres ont imposé un monopole sur les approvisionnements en nourriture pour les cantines communales, utilisé comme moyen de contrôle social. Ceux qui refusaient de coopérer étaient délibérément laissés sans nourriture. À titre d’exemple, dans la province du Henan, de l’été 1959 au printemps 1960, un million de personnes sont mortes de faim, soit 12,5 % de la population.glais « an ill wind that blows nobody good »).Dans le livre Mao´s great famine (La grande famine de Mao), paru en anglais en 2010, Dikotter écrit : « […] Tan Zhenlin, chargé de l’agriculture, a parcouru les provinces du pays pour dynamiser les dirigeants. Il partageait la vision de Mao d’une corne d’abondance communiste dans laquelle les paysans feraient des dîners à base de nids d’hirondelles, porteraient de la soie, du satin et de la fourrure, et habiteraient des gratte-ciels avec eau courante et télévision. Chaque district disposerait d’un aéroport. Tan a même expliqué comment la Chine avait réussi à semer l’Union Soviétique : “des camarades se demanderont comment nous avons pu aller aussi vite, étant donné que l’Union Soviétique continue de mettre en pratique le socialisme plutôt que le communisme. La différence est que nous avons une « révolution continue ». L’Union Soviétique n’en a pas, ou alors elle la suit faiblement … la communisation est la révolution communiste !”. En réalité, le rôle de cette violente accumulation primitive du capital était de forcer les paysans à se prolétariser, à travailler sur des projets industriels ou dans des usines dans la seule logique de ne pas mourir de faim. De cette façon, dans un laps de temps encore plus court que celui qui va de la période des clôtures à celle des usines de l’Angleterre victorienne du XIXème siècle, la Chine a pu développer une économie moderne pour occuper une place compétitive sur le marché mondial, et soutenir les privilèges de classe du Parti Communiste.

Commenter cet article