Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Probablement la grande majorité d’entre vous a un triste présent ennuyeux et fait face à un avenir effrayant (intensification des répressions étatiques, dettes permanentes, destructions environnementales, la guerre de chacun contre chacun empirer dans une façon de plus en plus psychotique, augmentation des sentiments suicidaires, etc.) . Si vous n’êtes pas colonisée totalement par les choix faux de cette ” demoqueratie ” ( êtes -vous pour l’UMP ou le Front de Gauche, la constipation ou le diarrhée etc. ? ) – dont la fonction principale est de diviser de sorte que la hiérarchie peut conquérir – alors il sera nécessaire de lutter pour une subversion de cette société stupide. En faisant cela , les jeunes ont tendance à répéter sans cesse les erreurs et les réussites passées , sans avoir la moindre idée de ce passé. Après tout , l’école est un lieu dont la population change constamment et ce qui s’est passé est rarement transmise par ceux qui ont vécu depuis l’école plupart d’entre eux ont déjà quitté . Donc ce bref texte vise à rappeler les élèves d’ une partie de cette dernière – en particulier , le mouvement dans les lycées d’Alès pendant le mouvement contre la réforme des retraites de l’automne 2010 .

Lundi, 27 septembre 2010: étudiants ont construit des barricades de 3 mètres de haut autour des portes à lycée Jean- Baptiste Dumas à Alès . Les élèves ont ensuite marché aux autres écoles , y compris privées , et plusieurs centaines des lycéens sont sortis des plusieurs lycées différents, amassant en au moins 4000 manifestants dans le centre de la ville en face de la préfecture et ailleurs. Un policier sur une moto, entouré par des adolescents en colère , a accéléré rapidement , ratant de nombreux manifestants. Dans une école privée à St Christol-les-Alès, plus de 200 enfants sont venus en grève avant le proviseur a verrouillé les autres à l’intérieur . Les CRS ​​ont été appelés et ont menacé les manifestants à l’extérieur , qui tentaient de briser les portes , avec du gaz lacrymogène, les forçant à se disperser. Du lundi au mardi soir, certains des étudiants a dormi dans des tentes devant les écoles (même si un automne chaud pendant la journée , il faisait assez froid la nuit ) .

Ces manifestations se sont poursuivies jusqu’à mardi , y compris une autre devant la préfecture où les pierres ont été lancées et un élève de l’école arrêtés. A 19h45 quatre camions de gendarmes et 8 camions de CRS sont venus à Jean- Baptiste Dumas et ont démantelé les barricades , tandis que seulement 6 adolescents ont «occupé» le rond-point dans leurs tentes devant le lycée , forçant des négociations entre de sous-préfet d ‘ Alès, ainsi que le commandant de la police , un conseiller célèbre et représentants syndicaux du CGT . Ils sont partis après l’assurance qu’il y aurais des discussions le lendemain matin sur les problèmes internes au lycée. Une AG a eu lieu le mercredi 29 après les flics ont réussi d’intimider les élèves de toutes sortes des actions sauf cette , unie autour de l’ expression , ” Même pas peur! “, contredit par le soumission au peur infligé par les autorités. Mais ce peur a duré seulement un jour.

Les demandes n’étaient pas encore une critique de la fonction anti-éducationnelle des écoles (la fonction de forcer les jeunes de s’adapter à une société idiote, la société de la marchandise qui est en train de détruire le monde) , ou du monde sans avenir que cette mauvaise éducation se prépare pour les jeunes , mais tout à fait dans les limites de la normalité : retrait du projet d’abolir le plan national pour les lycées , contre les classes surpeuplées et le retrait des le projet d’extension de l’âge de la retraite à 62 ans. Mais, étant auto-organisée et une rupture pratique avec la normalité ils indiquent une perspective différente.

Jeudi 30 : tracts étaient distribués en dehors de l’école JB Dumas tôt le matin , avec une chaîne humaine autour des entrées de l’école forçant un blocus totale, avec une barricade non -humain finalement mis en place en fin de matinée . Plus tard, les jeunes manifestants ont été attaqués avec du gaz lacrymogène par la BAC de Nîmes .

Il faut accentuer que toute cela c’est passé autour d’Ales en septembre – une semaine avant que un mouvement plus générale s’est répandis partout en France (par exemple, en Nimes tous les lycées étaient fermés pendant une partie d’ octobre et presque tous à Montpellier).

Le rond-point devant le lycée Jean-Baptiste Dumas : octobre 2010

L’esthétisation des ronds-points, avec des sculptures appréciées par les touristes et fonctionnant comme une distraction pour les automobilistes qui s’ennuient coincés dans les embouteillages polluants, cache l’intensification du laideur de la vie quotidienne. Mais pendant le mouvement social un peu d’entre eux se transforment d’une manière socialement créatif. Les lycéens de Jean- Baptise Dumas à Alès ont occupé le rond-point en face de leur école barricadée sur et en dehors pendant environ un mois.

La nuit de 14 Octobre un film sur le mouvement des lycéens et des Hautes apprentis d’âge scolaire au LEP électronique a été montré sur un écran géant au milieu du rond-point (voir : http://www.dailymotion.com/video/xj1b3i_les-lascars-du-lep-electronique_people ). Nourriture et boissons (alcoolisées et non alcoolisées) ont été servis gratuitement autour d’un brasero , au milieu des tentes où les lycéens ont dormi dans les nuits très froides . Diverses voies radicales ont été disposés sur un table tréteau. Pas l’esthétisation habituelle de ronds-points.

Une infirmière est venu apporter avec ses trois personnes de la rue sans-abri qui étaient venus pour soutenir le mouvement . Une mère était là pour s’assurer que son fils adolescent était ok et pour montrer sa solidarité . En général, une ambiance conviviale avec des gens discuter et échanger des idées , des blagues et des. Puis, environ 4 ou 5 gars du syndicat CGT sont arrivés et se sont lourds avec certains anarchistes – presque physiquement violent jusqu’à ce qu’ils soient calmés . Ils semblaient être là pour enseigner aux enfants ce qu’il faut faire, comme si les jeunes n’avaient pas déjà eu assez de l’école . Auparavant, ils étaient venus et leur ont dit de découvrir la caméra de surveillance qui avaient été les observé en permanence sur le rond-point ( ils avaient la couvert pour des raisons évidentes ) . Leur raison était que les flics descendre sur eux s’ils le faisaient pas . Comme une entrevue avec un flic haut dans l’hiérarchie a dit: « [ les services d’ordres] de la CGT … [sont] … organisé comme une armée , et bien collaborer avec la police. ” Un étranger agité a souligné que cela ne faisait aucune différence, que les flics étaient de toute façon sous la forme de la caméra de surveillance , et que le garder découvert juste rendue plus facile le travail des policiers – ils pourraient s’asseoir et garder la « paix » assis dans le confort d’une salle de vidéosurveillance avec le chauffage central.

Pendant la journée, les adolescents , avec des supporteurs , des grévistes et des chômeurs avaient rallié au bureau du maire avec le grand camion d’ éboueurs , déchargé les sacs poubelles , empilées vers le haut à l’extérieur et les allumer. Depuis ce jour-là – le 19 ou le 20 octobre – il y avait une manifestation tapageuse là quand un couple d’adolescents s’est entaillé de choses que les autres avaient fait. La manifestation – retraités furieux, des adolescents et beaucoup de personnes entre les deux – ont défilé au poste de police pour exiger qu’ils soient libérés, certains pénétrer à l’intérieur et déclencher un feu d’artifice/fumigène. D’autres s’entassent des sacs et poubelles contre le poste de police et, comme au bureau du maire, ont incendié quelques. Il faisait froid cette temps de l’année – c’est bien de se chauffer.

****

Pour beaucoup d’information et réflexions sur les mouvements contre cette société partout dans le monde, inclus les manifs contre le meurtre du Rémi Fraisse , voir :

http://dialectical-delinquents.com/?page_id=7013

Commenter cet article