Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Syndicat des travailleurs corses : laissons les salarié.e.s juger

Le STC, mais aussi le LAB (basque), a-t-il le droit de se présenter aux élections de novembre dans les très petites entreprises (TPE) ? La justice dit non. Nous répondons oui. C’est aux travailleuses et aux travailleurs de choisir leurs représentant.e.s.

Lundi 4 juillet, saisi par la CGT, FO, la CFDT et la CFTC, le tribunal d’instance de Paris a annulé la candidature pour les élections dans les très petites entreprises (TPE, moins de 11 salarié.es) du Sindicatu di i Travagliadori Corsi (STC, Syndicat des travailleurs corses). Le STC s’est pourvu en cassation.

Les mêmes organisations attaquent devant la justice bourgeoise de l’État français la présentation des listes du Langile Abertzaleen Batzordeak (LAB, Syndicat des travailleurs du Pays basque).

Le STC et le LAB revendiquent, en parallèle à l’émancipation sociale des travailleurs et des travailleuses, une émancipation nationale pour leurs peuples.

Quoi que l’on pense de ces orientations stratégiques, personne ne peut nier la représentativité bien réelle de ces syndicats sur leurs territoires, ni leur pratique d’un syndicalisme de lutte et anticapitaliste. C’est pourquoi nous dénonçons la méthode antidémocratique qui consiste à priver de leurs droits à s’organiser comme bon leur semble des milliers de travailleuses et de travailleurs.

De surcroît, en jugeant que « sous couvert de droit syndical et de protection des droits des salariés » le STC« poursuit une action politique spécifique », la justice remet en cause pour l’ensemble des syndicats la possibilité de revendiquer une autre société. Il s’agit d’une ingérence et d’une censure inacceptable pour toutes celles et ceux qui partagent l’idée que le syndicalisme doit être porteur d’alternative anticapitaliste.

Après les interdictions « préventives » de manifester, après les nasses et la violence policière, après la répression contre ceux et celles qui luttent, l’État capitaliste s’appuie sur une démarche électoraliste antidémocratique pour jouer la division de la classe ouvrière et continuer son entreprise de démolition des droits sociaux.

Alternative libertaire et ses militantes et militants syndicaux expriment leur solidarité au STC et à LAB devant cette offensive.

Paris, le 13 juillet 2016

Pour aller plus loin :

Commenter cet article