Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Le 24 novembre 2014, Le Pen père réclamait la peine de mort pour Maxime Hauchard. Nous avions relayé l’emballement politique (fictif) qui en avait découlé... Voici la suite.

Suite d’une fiction composée de tweets, et de dépêches.
Premier épisode : http://lundi.am/spip.php?article5

L’ensemble de la droite est sans boussole. L’#UMP c’est la capitulation républicaine sur tous les sujets. #Les4vérités

— Jean-Chr. Cambadélis (@jccambadelis) 12 Décembre 2014

Je ne pense pas que la droite puisse revenir sur l’abolition de la peine de mort. #Les4vérités

— Jean-Chr. Cambadélis (@jccambadelis) 12 Décembre 2014

Si la loi antiterroriste qui vient d’être promulguée est insuffisante, le gouvernement la complètera. #Les4vérités

— Jean-Chr. Cambadélis (@jccambadelis) 12 Décembre 2014

Peine de mort : l’impardonnable fuite en avant de #Sarkozy (#Editorial)

— Le Monde (@lemondefr) 12 Décembre 2014

Pourquoi le rétablissement de la peine de mort proposé par @NicolasSarkozy ne servirait à rien contre les djihadistes

— LibéDésintox (@LibeDesintox) 12 Décembre 2014

Vos réactions : « La peine de mort est la seule solution possible face à la barbarie »

— Figaro Vox (@FigaroVox) 12 Décembre 2014

Peine de mort : les sarkozystes et l’UMP déboussolés

— Le Figaro (@Le_Figaro) 12 Décembre 2014

[VOTE] La peine de mort est-elle adaptée contre la menace djihadiste ?

— Le Point (@LePoint) 12 Décembre 2014

Sondage Ifop pour le #JDD : 62% des Français favorables à une nouvelle loi contre le terrorisme #Syrie #djihadiste

— Le JDD (@leJDD) 14 Décembre 2014

Je serai à 7h50 l’invité de la matinale de @RTLFrance

— Bernard Cazeneuve (@BCazeneuve) 15 Décembre 2014

@BCazeneuve sur #RTL Djihadistes : "Les propos de Nicolas Sarkozy ne sont pas acceptables"

— RTL France (@RTLFrance) 15 Décembre 2015

@BCazeneuve sur #RTL Djihadistes : "La loi antiterroriste fonctionne, mais nous pouvons aller plus loin"

— RTL France (@RTLFrance) 15 Décembre 2015

@BCazeneuve sur #RTL Djihadistes : "Il faut renforcer la prévention pour empêcher le départ de nos jeunes vers la Syrie"

— RTL France (@RTLFrance) 15 Décembre 2015

@BCazeneuve sur #RTL Djihadistes : "Nous travaillons à la possibilité de placer en centres fermés" les candidats au djihad

— RTL France (@RTLFrance) 15 Décembre 2015

@BCazeneuve sur #RTL Djihadistes : "Les djihadistes iront dans les centres de rétention administrative, qui sont à moitié vides. Cela ne coûtera pas un euro"

— RTL France (@RTLFrance) 15 Décembre 2015

@BCazeneuve sur #RTL Djihadistes : "Il s’agira d’une mesure administrative, prise dans le respect des droits des intéressés"

— RTL France (@RTLFrance) 15 Décembre 2015

L’abolition de la peine de mort "est un acte politique majeur, dont nous sommes fiers"#directAN #QAG

— Christiane Taubira (@ChTaubira) 16 Décembre 2015

"Le ministre de l’intérieur va faire des propositions pour empêcher nos jeunes de partir, il est dans son rôle" #directAN #QAG

— Christiane Taubira (@ChTaubira) 16 Décembre 2015

"La rétention des candidats au djihad se fera dans le respect du droit" #directAN #QAG

— Christiane Taubira (@ChTaubira) 16 Décembre 2015

Jeudi 15 Janvier 2015, 23h47. ALERTE France – Un Français identifié sur la dernière vidéo d’exécution d’EI (proche dossier) APP – 15/01/2015 – 23:47:31

Quelques milliers de personnes défilent contre la loi antiterroriste en France, violences à Nantes et Paris #APP

— Agence P-Presse (@APPfr) 22 Février 2015

Les débordements de Nantes et Paris sont inacceptables. Le gouvernement ne cèdera pas à une poignée de casseurs

— Bernard Cazeneuve (@BCazeneuve) 22 Février 2015

Mardi 3 Mars 2015, 06h45. ALERTE France – Montpellier – Interpellation des braqueurs de Gérard Dupont à Montpellier (intérieur) APP – 03/03/2014 – 06:45:31

Mardi 3 Mars 2015, 18h42. ALERTE France – Montpellier – Les braqueurs de Gérard Dupont n’avaient pas de motivation djihadiste (source judiciaire) APP – 03/03/2014 – 18:42:33

PROJET DE LOI
renforçant les dispositions relatives à l’interdiction de sortie du territoire
L’Assemblée nationale a adopté, dans les conditions prévues à l’article 45, alinéa 3, de la Constitution, le projet de loi dont la teneur suit :
Article unique
Le livre II du code de la sécurité intérieure est ainsi modifié :
Le titre II est complété par un chapitre V ainsi rédigé :
« Chapitre V
« Rétention antiterroriste
« Art. L. 224-1. – Tout Français peut faire l’objet d’une décision de rétention dans un centre fermé lorsqu’il existe des raisons sérieuses de penser qu’il projette :
« 1° Des déplacements à l’étranger ayant pour objet la participation à des activités terroristes ;
« 2° Ou des déplacements à l’étranger sur un théâtre d’opérations de groupements terroristes, dans des conditions susceptibles de le conduire à porter atteinte à la sécurité publique lors de son retour sur le territoire français.
« La décision de rétention dans un centre fermé antiterroriste est prononcée par le ministre de l’intérieur pour une durée maximale de six mois à compter de sa notification. La décision est écrite et motivée. Le ministre de l’intérieur ou son représentant met la personne concernée en mesure de lui présenter ses observations dans un délai maximal de huit jours après la notification de la décision. Cette personne peut se faire assister par un conseil ou représenter par un mandataire de son choix.
« Lorsque les conditions en sont réunies, la rétention dans un centre fermé antiterroriste peut être renouvelée par décision expresse et motivée. Elle est levée aussitôt que ces conditions ne sont plus satisfaites. Les renouvellements consécutifs d’une rétention initiale ne peuvent porter la durée globale au delà de deux années.
« La personne qui fait l’objet d’une rétention dans un centre fermé antiterroriste peut, dans le délai de deux mois suivant la notification de la décision et suivant la notification de chaque renouvellement, demander au tribunal administratif l’annulation de cette décision. Le tribunal administratif statue dans un délai de quatre mois à compter de sa saisine. Ces recours s’exercent sans préjudice des procédures ouvertes aux articles L. 521-1 et L. 521-2 du code de justice administrative.
« Le fait de quitter ou de tenter de quitter un centre fermé antiterroriste en violation d’une décision prise en application du présent article est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende.
« Un décret en Conseil d’État précise les modalités de mise en œuvre du présent article, s’agissant notamment des modalités d’établissement du récépissé mentionné au neuvième alinéa. »

HOT

VANDALISME, ÉPIGRAPHIE

- 20 juin 16 - Mouvement, Littérature - 3 min

AU HASARD

CONTRÉES - HISTOIRES CROISÉES DE LA ZAD DE NOTRE-DAME-DES-LANDES ET DE LA LUTTE NO TAV DANS LE VAL SUSA

25 mai 16 - Mouvement, International - 24 min

Commenter cet article