Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

lors que la société française est invitée à faire preuve de cohésion et d’unité face au terrorisme, une partie de ses politiques agissent rigoureusement dans le sens inverse.

La France, et ses dirigeants avec elle, viennent d’être victimes d’un tragique contre-pied. En ce 14 juillet venait d’avoir lieu un magnifique défilé militaire, précédé par des guerriers maoris en hommage aux combattants néo-zélandais de la Première Guerre mondiale. L’Euro de football venait à peine de s’achever; certes par une défaite de l’équipe nationale mais celle-ci, reflet de la diversité du pays, avait retrouvé l’adhésion populaire. Comme si tout le monde aspirait enfin à se retrouver et à faire la fête ensemble.

Malgré les voix discordantes qui, dans l’opposition, avaient appelé à ne pas mettre en place les fanzones, de peur des attentats, tout s’était bien passé. Et comme chaque année, et pour la dernière fois de son quinquennat, le président François Hollande avait pris la parole, après le défilé sur les Champs Elysées, pour assurer les Français que le «mieux» économique (plus de croissance, moins de chômage) allait enfin se confirmer; et annoncer même la levée de l’état d’urgence, cet ensemble de dispositions qui donnent à la police et à la justice des moyens juridiques exceptionnels, encadrés par les juges, pour mieux lutter contre le terrorisme. Bref, la France commençait à respirer. Et à mettre à distance les terribles épreuves de l’année 2015.

En toute fin d’émission pourtant, le président avait rappelé l’existence de la menace terroriste, sa permanence, et la patience qui serait nécessaire avant de vaincre. Et, avait-il dit, être président c’est d’abord et avant tout «être confronté à la mort»

Un choc inédit depuis la guerre d'Algérie

Quelques heures plus tard à peine, alors que partout l’on fêtait le 14 juillet, survenait un nouvel et terrible attentat à Nice, sur la Promenade des Anglais, haut lieu d’une vie quotidienne et heureuse et symbole de l’attrait touristique de la Côte d’Azur. Une chose est de savoir que l’on vit avec la menace terroriste; une autre est de vivre la tragédie. Il y a un avant et un après. Un avant qui était redevenu volontairement et excessivement confiant; un après fait de deuil, de tristesse et de rage. Pour prendre la mesure du choc, il suffit de rappeler que la France n’avait pas connu de périodes aussi terribles et meurtrières depuis la fin de la guerre d’Algérie, au début des années 1960. C’est loin et, pour toutes les nouvelles générations qui n’ont connu que la paix civile, une cruelle découverte pour un pays qui vient de subir l’attentat le plus meurtrier engendré par une seule personne en Occident.

Les conséquences pour le pays seront différentes selon qu’il s’agit soit de l’acte d’un «loup solitaire» –le tueur de Nice, d’origine tunisienne, s’était rendu coupable de faits de violence mais il n’était ni pratiquant, ni même religieux; soit d’une opération terroriste inspirée et/ou organisée par Daech, comme cela semble être le cas après la revendication qui vient d'arriver. Dans le premier cas, paradoxalement, le péril est plus grand car nul service de police ou de renseignement ne pourra jamais prévenir le passage à l’acte d’un individu par définition inconnu. Dans le second cas, des moyens existent; ils peuvent être critiqués et améliorés (ainsi, une commission d’enquête parlementaire a mis en cause les rivalités entre services concernés et leurs défauts de coordination, ou bien encore l’insuffisance d’échanges de renseignements entres les polices nationales des différents pays européens). Mais l’issue de ce combat dépend, in fine, du sort de la bataille sur le terrain contre Daech.

En revanche, le danger est, cette fois, celui d’une dislocation de la société française. Déjà, le principal responsable des services secrets, Patrick Calvar, interrogé par des parlementaires, a évoqué un danger de guerre civile: selon lui, des franges de l’extrême droite pourraient s’en prendre indistinctement à la communauté musulmane. Cette analyse est partagée par des intellectuels et des chercheurs qui reprochent aux politiques d’avoir laissé se développer une véritable fracture au sein de la société française et mettent en cause pour l’essentiel les progrès du salafisme. En fait, jusqu’à présent, malgré les stigmatisations permanentes, les Français, dans leur ensemble, se sont gardés de réactions excessives.

Rien ne résiste à la présidentielle

On ne peut pas en dire autant des politiques et, de ce point de vue, nous vivons un véritable désastre national. Dès les premières heures de la matinée, au lendemain du drame, les proclamations toutes plus péremptoires les unes que les autres se sont multipliées. Ainsi l’ancien Premier ministre Alain Juppé qui, pour le moment, fait la course en tête de la primaire de la droite en vue de l’élection présidentielle, a proclamé que «si le nécessaire avait été fait, les attentats n’auraient pas eu lieu». Mais qu’est-ce que le nécessaire, Monsieur Juppé? Pour les uns, il faut fermer les frontières: intéressant, sauf que les auteurs des attentats jusqu’à présent étaient quasiment tous français, donc vivant dans l’Hexagone…Enfermer les suspects? Cela nous ramènerait deux siècles en arrière, au moment de la Révolution et de la loi des suspects ou bien cela conduirait à ériger un Guantanamo puissance dix car lesdits suspects ne sont pas loin de dix mille! Ou bien encore, comme le réclame un élu de droite, armer les policiers de lance-roquette! Il est intéressant de noter que les mêmes qui stigmatisentl’instrumentalisation par Donald Trump aux Etats-Unis des récentes tueries qui y ont été commises ne sont pas loin de faire la même chose.

A la vérité, rien ne résiste à la perspective de l’élection présidentielle. Et l’opposition se souvient sans doute qu’elle a porté le coup le plus dur au président de la République, François Hollande, lorsqu’elle lui a refusé les moyens constitutionnels de rendre permanentes certaines des dispositions de l’état d’urgence. Elle cherchera encore et encore à affaiblir le chef de l’Etat pour l’écarter de la course, quelles que que soient les circonstances. Là où, au contraire, il eut été tellement nécessaire de faire la preuve de sa capacité d’union.

La société française est invitée à garder son calme, à faire preuve de cohésion et d’unité, toutes choses qui sont le seul vrai rempart contre le terrorisme, quand la société politique agit rigoureusement à l’inverse et contribue chaque jour davantage à fragmenter celle-ci. Elle en paiera nécessairement le prix.

Cet article a été également publié en italien dans le Corriere della Sera.

Jean-Marie Colombani

PARTAGEZ CET ARTICLE

15.6K LIKES 0 TWEETS 19 +1 141 LINKEDIN

NOUS RECOMMANDONS:

Pourquoi personne ne se soucie du pire attentat de Daech

L’après-«Showgirls»: dix films à réhabiliter sans tarder!

Brexit: le nain Gimli du «Seigneur des Anneaux» ne peut pas voter (et…

Footballeur, viol et sextape: le procès révélateur de la Nabilla…

Recommandé par

Par Jean-Marie

Commenter cet article