Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

La grande purge qui fait suite à la mascarade de coup d’État affaiblira la Turquie

Le 18 juillet 2016 – Source Moon of Alabama / Le Saker Francophone

On commence à faire le tri entre les fausses preuves et les vraies, et il ressort de tout cela que le coup d’État en Turquie a été soit complètement mis en scène, soit une provocation orchestrée pour pouvoir procéder à une grande purge bien planifiée.

Des officiers subalternes impliqués dans le coup d’État ont pu penser qu’il était vrai, mais Erdogan et son appareil du pouvoir savaient qu’il allait y avoir un coup et ils avaient tout sous contrôle. On se demande comment on a fait pour tromper des officiers subalternes et les entraîner dans cette malheureuse tentative, hâtive et mal préparée. Ont-ils eu peur d’une enquêtequi devait soi-disant bientôt avoir lieu?

Erdogan a admis aujourd’hui à la télévision qu’il savait qu’il allait y avoir un coup:

19:47 −17 juillet 2016 Mahir Zeynalov @MahirZeynalov

Erdogan reconnaît qu’il a eu connaissance d’une activité militaire au moins 7 à 10 heures avant le coup d’État (vidéo)

09:34 −18 juillet 2016 Borzou Daragahi @borzou

Officiel turc: « Les Gülenistes (partisans de Fethullah Gülen, NdT) de l’armée sont surveillés depuis un certain temps. Le groupe a agi en urgence lorsqu’il s’en est aperçu. »

Ces Gülenistes étaient plus probablement les kémalistes séculiers nationalistes, que le New York Times qualifie maintenant d’extrémistes.

Le fait qu’il s’attendait au coup explique pourquoi Erdogan a quitté l’hôtel de Marmaris, où il était en vacances, des heures avant que les soldats ne viennent l’arrêter:

21:12 − 15 juillet 2016 (((Garrett Khoury))) @KhouryGarrett

#Turquie : Erdogan confirme que les forces putschistes ont encerclé son hôtel à Marmaris … 4 heures après qu’il l’a quitté. Quelle incompétence !

Cela explique aussi pourquoi deux avions de combat F-16, qui faisaient soi-disant partie du coup d’État, avaient l’avion d’Erdogan en ligne de mire mais ne l’ont pas abattu :

« Au moins deux F-16 poursuivaient l’avion d’Erdogan alors qu’il était en route vers Istanbul. Ils avaient son avion dans leurs radars, ainsi que les deux F-16 qui l’escortaient », a déclaré à Reuters un ancien officier militaire, au fait des événements.

« Pourquoi ils n’ont pas tiré est un mystère » a-t-il dit.

Ces pilotes n’étaient pas de vrais putschistes. Ils avaient dû recevoir l’ordre de ne pas tirer. Les enregistrements des radars ont montré que l’avion d’Erodgan a fait des cercles dans le ciel, au sud-ouest d’Istanbul, pendant des heures. Il aurait été très facile de l’éliminer.

Dans le même communiqué de Reuters :

L’ancien officier a déclaré que les putschistes semblaient avoir déclenché leur tentative prématurément, parce qu’ils avaient réalisé qu’ils étaient sous surveillance, une information confirmée par des officiels d’Ankara.

Le colonel Pat Lang, qui a été responsable du renseignement militaire des États-Unis en Turquie pendant des années, a contacté de vieilles connaissances:

Je sais de source turque sûre, qu’Erdogan et des officiers supérieurs qu’il avait nommés, ont manipulé des officiers subalternes pour créer un coup d’État qui pouvait être facilement écrasé, dans le but de consolider son pouvoir.

C’est déjà arrivé en Turquie:

L’incident bienvenu ou événement − turc : à Istanbul, Vaka-i Hayriye « heureux incident » ; dans les Balkans, Vaka-i Şerriyye, « Incident malheureux » − fut la dissolution forcée du corps séculaire des janissaires par le sultan Mahmud II, le 15 juin 1826. La plupart des 135 000 janissaires se sont révoltés contre Mahmud II, et après que la rébellion a été réprimée, ses dirigeants tués, et de nombreux membres exilés ou emprisonnés, le corps des janissaires a été démantelé et remplacé par une force militaire plus moderne.

[…]

Les historiens pensent que Mahmud II a fomenté lui-même la révolte et ils l’ont appelée « le coup d’État contre les janissaires du sultan. »

Ce coup est l’incendie du Reichstag d’Erdogan, le soi-disant incendie du bâtiment du parlement allemand en février 1933, qui a été utilisé par Hitler pour se débarrasser des communistes et des autres ennemis de son pouvoir.

Le faux coup d’État est maintenant suivi d’un vrai, dans lequel Erdogan abat tous sesennemis présumés.

Quelques heures après le coup d’État contre Erdogan, 2 750 juges ont été relevés de leurs fonctions. Des centaines de juges, y compris des juges de la Cour suprême nommés par Gul, le prédécesseur d’Erdogan à l’AKP, ont été jetés en prison.

Hier soir, 7 899 policiers et 631 gendarmes ont été relevés de leurs fonctions et leurs armes ont été confisquées.

30 gouverneurs et 47 gouverneurs locaux ont été suspendus.

Le Conseil de l’enseignement supérieur a annoncé le prochain nettoyage des écoles et des universités.

Vingt sites d’information indépendants turcs ont été fermés.

Les hommes d’affaires et les banquiers qui ne soutiennent pas Erdogan sont lesprochains sur la liste.

Les listes utilisées pour ces grandes purges ontforcément été préparées bien avant le coup d’État.

Trois mille conscrits qui ont reçu l’ordre de participer au coup d’État, mais aussi de nombreux officiers de haut rang ont été emprisonnés. Ils comprennent 103 généraux et amiraux, dont beaucoup n’avaient pas pris part au coup d’État et s’étaient explicitement prononcés contre lui. D’autres officiers de haut rang ont été relevés de leurs fonctions.Toutes les grandes unités de l’armée turque ont perdu certains de leurs commandants. Les soldats capturés ont été humiliés par les forces de police spéciales, les plus fidèles à Erdogan. Ils ont dû se déshabiller et ont été filmés recroquevillés au sol. Les images de ces humiliations ont été largement diffusées. Cela brisera le moral de tous les rangs de l’armée !

Les mesures prises contre l’armée rappellent la purge des officiers opérée par Staline dans l’armée soviétique en 1937-1941. Le désastre militaire soviétique de la guerre hivernale de 1939 entre l’Union soviétique et la Finlande et les terribles pertes des premières années de la guerre contre les Allemands et leurs alliés ont été le résultat de ces purges. L’armée turque, la deuxième plus grande de l’OTAN, est maintenant une coquille vide et ne sera plus en mesure de lancer une opération de grande envergure qui se tienne.

Erdogan a demandé à ses partisans de rester dans les rues une semaine entière pour «défendre l’État ». Les purges ne sont pas terminées.

Certains pensent que ce coup d’État et les purges d’Erdogan, assureront son indépendance en matière de politique étrangère et lui permettront de sortir de la sphère États-Unis/OTAN pour se rapprocher de la Russie, la Chine et l’Iran. Les partisans d’Erodgan accusent les États-Unis d’être derrière le coup d’État. La menace de bloquer la base aérienne d’Incirlik, le centre des opérations américaines en Syrie contre le flanc sud de la Russie et la principale zone de stockage d’armes nucléaires tactiques américaines au Moyen-Orient, neutralisera Washington, et empêchera toute mesure directe de l’Occident contre lui.

L’État turc est maintenant mutilé. L’expérience et la connaissance de tous ceux qui ont été écartés est irremplaçable. Tout événement inattendu, militaire ou civil, recevra une réponse confuse et désordonnée. Malgré le succès actuel d’Erdogan, l’hubris va exiger son dû et le triomphe de M. Erdogan sera bientôt suivi d’une grande chute.

Certains pensent que ce coup d’État et les purges d’Erdogan, assureront son indépendance en matière de politique étrangère et lui permettront de sortir de la sphère États-Unis/OTAN pour se rapprocher de la Russie, la Chine et l’Iran. Les partisans d’Erodgan accusent les États-Unis d’être derrière le coup d’État. La menace de bloquer la base aérienne d’Incirlik, le centre des opérations américaines en Syrie contre le flanc sud de la Russie et la principale zone de stockage d’armes nucléaires tactiques américaines au Moyen-Orient, neutralisera Washington, et empêchera toute mesure directe de l’Occident contre lui.

L’État turc est maintenant mutilé. L’expérience et la connaissance de tous ceux qui ont été écartés est irremplaçable. Tout événement inattendu, militaire ou civil, recevra une réponse confuse et désordonnée. Malgré le succès actuel d’Erdogan, l’hubris va exiger son dû et le triomphe de M. Erdogan sera bientôt suivi d’une grande chute.

NOTE DU LUPUS

Sur la piste d’Erdogan

Chez LUPUS nous sommes beaucoup moins optimiste que MOON of ALABAMA quant à la future déchéance d’Erdogan pour cause de surestimation de soi…Nous pensons au contraire comme évoquée dans une note précédentequ’Erdogan en bon stratège qu’il est, prépare déjà le coup suivant à savoir la création d’une grande armée islamique qui irait chercher son ossature au sein même des troupes de djihadistes combattant en Syrie et en Irak.

« C’est désormais les forces islamiques : Turquie et Arabie Saoudite qui mènent le jeu, l’Etat Islamique n’étant qu’un false flag destiné d’une part à semer le chaos au sein d’Etats Nations laïcs post coloniaux (Irak, Syrie, Lybie…) pour mieux reprendre la main par la suite (Instauration d’un grand califat sous bannière sunnite), et d’autre part à constituer l’ossature d’élite d’une future grande armée islamique , ce qui pourrait aussi expliquer la purge d’Erdogan au cœur de ses propres forces armées afin d’y gommer toute inspiration « kémaliste » en son sein. »

Autre point évoqué par Moon of Alabama c’est la référence à un article du Saker sur un futur rapprochement de la Turquie avec entre autres la Russie et la Chine

« Certains pensent que ce coup d’État et les purges d’Erdogan, assureront son indépendance en matière de politique étrangère et lui permettront de sortir de la sphère États-Unis/OTAN pour se rapprocher de la Russie, la Chine et l’Iran. »

C’est un point de vue que nous ne partageons évidemment pas car pour nous Erdogan à des visées tout autres et qui dépasse largement la création d’un monde multipolaire…et l’indépendance vis-à-vis des Etats -Unis…Un commentateur émérite (@lephil) à fait dailleurs ici même un parfait résumé de la situation :

« L’ennemi de mon ennemi est mon ami » Je pense que l’OTAN était en sous-main dans cette tentative de coup d’état foireuse, les Russes étant au courant pas besoin d’avoir fait de grandes écoles pour comprendre la suite.

La Russie n’a toujours pas digéré ce qui c’est passé en Ukraine ainsi que la trahison de l’Europe en particulier la France et l’Allemagne. »

Si on comprend l’histoire de la Russie et l’extension de l’OTAN vers sa proche frontière avec la possibilité de frappe nucléaire tactique en quelques minutes sur son complexe militaire nucléaire de l’Oural alors nous avons toute les raisons de monde de penser que ce ne soit que le début de l’affrontement avec une redistribution des cartes et surtout des joueurs assis à la table… vue ce qu’est devenu l’Europe, nous nous regarderons passer les trains… »

Cqfd : Les Russes ont prévenu Erdogan pour faire échec aux Néocons US et à l’OTAN sur le front Ukrainien sachant que l’armée turc est la 2ème armée de L’OTAN…nous avions déjà évoqués cette possibilité :

« C’est rapport aussi à ce futur désengagement des Etats Unis que nous expliquons par exemple les changements apparus quant à la stratégie diplomatique israélienne : rapprochement avec les Russes et pacte de non-agression provisoire avec les Turcs…

Pour l’heure seule interrogation et invalidation de notre scénario : si les Néocons US arrivait à enclencher une guerre en Ukraine avec les Russes…Mais Poutine est bien trop soucieux de protéger ses frontières et de créer un cordon de sécurité autour pour tomber dans un piège aussi grotesque… D’autant plus que l’Otan avec l’armée Turc bénéficie à son tour en Europe d’une 5ème colonne…C’est dailleurs ce dont semble s’inquiéter Stratfor, le centre de réflexion stratégique des Neocons US : « Le coup d’Etat raté en Turquie ayant été orchestré par des militaires, le gouvernement de Recep Tayyip

Erdogan entamera des répressions massives contre les forces armées, ce qui aura un impact négatif sur leurs capacités, estiment des experts du centre d’analyse Stratfor.. »

Cela étant dit l’armée turque étant la 2ème armée de l’OTAN…Parlez de L’OTAN agissant en sous-main rapport à une tentative de putsch militaire en Turquie relève du pléonasme…et plombe largement les scénarios de ceux qui ne voudrait voir partout la main de l’Oncle Sam…et cela même si celle-ci n’est jamais bien loin….Mais il se trouve que sur la région en l’occurence leMoyen Orient les US l’on quelque peu perdu la main et qu’il faudra peut étre un jour apprendre à ne pas répondre à chaque évènemement planètaire de manière quasi Pavlovienne : CIA et s’imaginer en permanence que le bonheur est dans les BRICS….

Pour terminer provisoirement cette NOTE, pour un bon continuum et prendre aussi toute la mesure de la complexité de la situation nous vous proposons la lecture de cette analyse de Brandon Smith issue de son site Alt-Market :

« Peut-être que vous pensiez que 2016 était déjà spécial, mais cela ne fait que commencer. En ce qui équivalait à un coup d’Etat d’une demi-journée contre le président turc Recep Erdogan, la Turquie est passé en une nuit, du copinage corrompu à carrément un fascisme avéré.

Je ne suis pas si sûr que ce coup de courte durée ait en fait “échoué”; en fait, je pense qu’il a réalisé exactement ce qu’il était censé atteindre. Je ne suis pas surpris le moins du monde que certains croient qu’Erdogan ait fabriqué l’ensemble de ce putch afin de fournir une excuse pour se débarrasser de ses adversaires politiques. Le gouvernement turc a ciblé au moins 50.000 personnes à ce jour, y compris les juges, les enseignants et l’opposition politique, le tout au nom de la lutte contre la «trahison». Erdogan a montré depuis des années un gout certain pour les atteintes aux droits de l’homme et les violations de la libre expression, désormais il a le champ libre pour aller vers un plus grand totalitarisme.

Cela dit, je pense que les revendications du false flag d’Erdogan ratent le but voulu.

Tout d’abord, le coup a été clairement mis en scène. Celui qui ne sait rien sur les coups réussis dans l’histoire sait que soit vous emprisonnez ou soit vous tuez le Chef d’un gouvernement avant d’essayer de le renverser sur le plan militaire. Des rapports indiquent que les insurgés militaires avaient l’avion Erdogan dans leurs visées et auraient pu facilement le transformer en nuage de fumée, mais pour une raison obscure cela ne s’est pas fait.

Mon instinct me dit que l’élan éphémère du coup d’état n’ait pas été vraiment imputable à Erdogan mais à l’OTAN ou plus exactement le moyen choisi par les Russes pour diviser l’OTAN et affaiblir ainsi l’Occident. Chose plutôt prévisible, le gouvernement Erdogan a aussitot accusé les États-Unis pour la tentative de coup d’Etat, alors que l’administration Obama et les Nations Unies avertissaient quant à eux des violations des droits civils par Erdogan.

Conséquence : John Kerry a ouvertement suggéré de retirer la Turquie de l’adhésion à l’OTAN.

Pour le moment, Erdogan a permis aux opérations militaires américaines de la base aérienne d’Incirlik de continuer mais vraisemblablement à titre temporaire seulement.

La Turquie est un point de pivot vital pour l’OTAN dans le traitement du Moyen-Orient et de la Russie. Perdre l’aide turque signifierait un affaiblissement considérable des opérations militaires de l’OTAN et permettrait d’ouvrir la voie à une confrontation plus volatile entre les puissances occidentales et orientales. Désormais coup d’état ou pas le résultat à tout cela le plus probable sera une rupture des relations turques avec l’Ouest. Si le dernier coup d’Etat est avéré être un “false flag” d’Erdogan, ce processus va progresser très rapidement et les tensions entre Erdogan et les États-Unis vont aller crescendo tandis qu’Erdogan avancera des propositions pour une plus grande coopération avec la Russie.

L’instabilité en Turquie est un avantage pour les globalistes :

Ils peuvent l’utiliser pour saper les opérations de l’OTAN (Néocons) si elles le souhaitent.

Ils peuvent inonder l’UE avec encore plus de réfugiés et blâmer la Turquie dans le processus.

Ils peuvent même aider leur monstre à la Frankenstein, ISIS (Daech), en permettant à la Turquie d’arrêter les opérations américaines sur Incirlik (comme si le gouvernement américain avait l’intention de réellement arrêter ISIS de toute façon). Cela pourrait être utilisé comme une impulsion pour une résurgence des activités d’ISIS.

Pour résumer, une crise en Turquie est non seulement bonne pour Erdogan, elle est également bonne pour les globalistes…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article