Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

a question "Nietzsche et Stirner" aujourd'hui

La crise initiale de Nietzsche

par Bernd A. Laska

Friedrich Nietzsche 1885 (1)

1. Introduction et vue d'ensemble
2. La question "Nietzsche et Stirner" aujourd'hui
3. Parenthèse: La réception clandestine de Stirner
4. La question "Nietzsche et Stirner" autrefois
4.1 «L'Unique» à l'arrière-plan
4.2 La découverte de «L'Unique»
4.3 Une question restée sans réponse définitive
5. La crise initiale de Nietzsche
5.1 L'euphorie berlinoise
5.2 La dépression de Leipzig
5.3 Eduard Mushack
e ?
6. Epilogue
Notes

1. Introduction et vue d'ensemble

La vie et l'œuvre de Nietzsche ont à vrai dire été examinées avec plus d'attention et un soin critique plus grand que celles d'aucun autre philosophe. (3) Cependent, dans les présentations de cette phase décisive au cours de laquelle le jeune homme devint philosophe, ses nombreuses biographes ont suivi ses propres déclarations d'une manière grandement dépourvue d'esprit critique.(4) En règle générale, l'abrupte conversion de Nietzsche à la philosophie schopenhauerienne, à la fin du mois d'octobre 1865, est encore aujourd'hui mise sur le compte de ce "hasard", qu'il a lui-même invoqué, et considéré comme ne demandant pas une explication plus détaillée. J'ai néanmoins fait, en examinant de plus près cette page restée en grande partie blanche de la biographie de Nietzsche, une surprenante découverte: Eduard Mushacke, avec lequel il entretint dans la première moitié du mois d'octobre 1865 des brefs rapports, notoirement très intensifs mais aussitôt interrompus, était un ancien ami intime de Max Stirner.

Cette découverte rend possible un regard nouveau, et critique cette fois, sur cette phase de l'évolution intellectuelle de Nietzsche. Regard qu'arrêtent toutefois, en un premier temps, quelques sédiments de l'histoire des idées, qui font obstacle à tout examen sérieux de l'hypothèse selon laquelle la rencontre du jeune homme avec «L'Unique» de Stirner -- rencontre qui ne peut sans doute qu'être postulée -- serait la cause décisive de la crise initiale de laquelle sortit le philosophe Nietzsche.

Le plus massif de ces sédiments est, peut-on dire, le fait que la question "Nietzsche et Stirner" -- à savoir si le premier eut connaissance de l'ouvrage du second et si celui-ci influença sa pensée -- a déjà été amplement discutée dans les années 1900 et finalement classée comme n'ayant, tout compte fait, pas d'importance; et ce, principalement parce que Stirner lui-même était considéré comme un auteur sans importance dans le domaine de l'histoire d'idées. Ce sédiment s'est considérablement consolidé au cours d'un siècle à la fin duquel, alors que Nietzsche jouit dans le monde entier d'une très grande prestige, c'est à peine si l'on connaît encore Stirner en Allemagne même.

C'est pour cette raison qu'il est nécessaire d'aborder de manière rétro-chronologique et pour ainsi dire archéologique le thème proprement dit, à savoir la crise initiale de Nietzsche. D'analyser donc en premier lieu les présentations les plus récentes de la question "Nietzsche et Stirner", puis -- après une utile et indispensable parenthèse sur la réception clandestine de Stirner -- les discussions qui eurent lieu dans les années 1890, pour finir par l'examen de la situation du jeune Nietzsche en octobre 1865. Nous ne débattrons pas ici de la question plus large de savoir si cette reconstruction de la crise initiale de Nietzsche ouvre une nouvelle perspective sur son évolution ultérieure et peut finalement être prise en considération pour éclairer les causes de sa crise finale.

2. La question "Nietzsche et Stirner" aujourd'hui

Il s'agit là d'un thème qui ne fera sans doute de nos jours que provoquer des haussements d'épaules. On connaît Nietzsche, du moins croit-on le connaître - mais Stirner ? On ne le connaît pas et on n'a pas besoin de le connaître, il n'est qu'une note en bas d'une page de Nietzsche ou de Marx qui, comme l'on sait, en fit une critique complète et radicale dès 1846. Quel autre sens qu'étroitement historiographique peut-il y avoir à soule -- ver à nouveau la question, extrêmement marginal et qui plus est depuis longtemps réglée, de savoir si Nietzsche connaissait ou non «L'Unique» de Stirner ? Cette étude apportera une réponse sur ce point.

Max Stirner a toujours eu, dans le monde de la philosophie et, d'une façon générale, de la culture, la réputation la plus mauvaise qu'on puisse imaginer -- quand il n'a pas été tout simplement "oublié", jusqu'aux années 1890, puis derechef à partir des années 1910. Il passa pour un esprit borné et fut un exclu, un intouchable, un paria de l'esprit. Cela allait de soi et il eût été déplacé de justifier ce jugement. Alois Riehl, l'un des premier professeurs de philosophie à consacrer une monographie à Nietzsche, l'a énoncé, incidemment comme il convenait et sans même prononcer le nom du réprouvé: "C'est trahir une encore plus grande incapacité à distinguer entre les esprits que d'associer Nietzsche et le parodiste involontaire de Fichte, l'auteur de l'ouvrage intitulé «L'Unique et sa Propriété» -- cela signifie tout simplement associer des écrits d'une puissance oratoire presque singulière, possédant la force et la fatalité du génie, avec une bizarrerie littéraire." (5) A l'opposé Nietzsche a joui le plus souvent du respect de ses ennemis eux-mêmes, comme auteur plein d'esprit, styliste brillant et psychologue pénétrant. Aussi la question "Nietzsche et Stirner", qui fut naturellement posée pour des raisons polémiques, eut-elle autour de 1900 une certaine force explosive (voir ci-dessous).

Aujourd'hui, on ne considère évidemment plus Stirner -- si toutefois on le connaît -- comme un paria, mais simplement comme une figure marginale sans importance. C'est pourquoi la plupart des ouvrages consacrés à Nietzsche ne l'évoquent plus du tout depuis longtemps. Il ne se trouve que rarement un auteur pour traiter brièvement la question "Nietzsche et Stirner", et c'est alors pour la classer une nouvelle fois comme insignifiante. Quant à celle de savoir si Nietzsche a connu ou non «L'Unique», elle ne joue plus aucun rôle dans l'affaire. Quelle que soit la réponse -- Henning Ottmann donne, après une brève esquisse, le résumé suivant: "L'horizon spirituel de Nietzsche, de l'Antiquité à l'époque moderne, fut toujours des plus étendus. Il n'eut pas d'affinité spirituelle avec la species anarchistica petite-bourgeoise." (6) Rüdiger Safranski conclut lui aussi son chapitre sur Stirner en remarquant que Nietzsche aura éprouvé de la répulsion à l'égard du "petit-bourgeois" Stirner. (7) Une curieuse ambivalence est néanmoins perceptible chez les deux spécialistes. Safranski parle du "silence remarquable" de Nietzsche sur Stirner; Ottmann de manière non-fondée, d'"une des légendes plus intelligentes" sur Nietzsche. Ni l'un ni l'autre ne se soucie toutefois véritablement de ce thème -- ce qui est en partie compréhensible, lorsque l'on connaît la "réception clandestine" de «L'Unique» (voir ci-dessous).

La marginalité de Stirner, solidement établie depuis des décennies, a entraîné une atrophie des connaissances, déjà maigres depuis toujours, sur sa personne et ses idées. On lui doit, entre autre résultats, les différentes étiquettes -- un Stirner jeune-hégelienne, ou anarchiste, ou nihiliste, ou solipsiste -- qui ont toutes acquis droit de cité et sont utilisées de manière négligente et en tout cas inexacte. On a un exemple, intéressant dans notre contexte, des conséquences de cette ignorance de Stirner considérée comme un faute vénielle, dans la biographie de Nietzsche en trois volumes de Curt Paul Janz, ouvrage qui fait encore aujourd'hui autorité, par ailleurs soigneux et approfondi, et qui a été révisé sur plusieurs points lors de ses réédtions. (8) Janz, dans la demi-page qu'il consacre à la question "Nietzsche et Stirner" (à coté de trois pages de documents), a commis quatre erreurs en partie graves. Bien plus: ces erreurs, dans l'ouvrage de référence le plus connu sur Nietzsche, n'ont pas été relevées jusqu'ici, soit depuis deux bonnes décennies -- ni par les experts nietzschéens de grande valeur qui ont aidé Janz dans sa tâche -- parmi lesquels Karl Schlechta et Mazzino Montinari -- ni par un large public, érudit ou non. On les trouve donc encore dans la dernière édition, elle aussi révisée, (9) et c'est la raison pour laquelle nous les énumérerons ici brièvement:

1) Dans les lettres de Köselitz à Overbeck sur la question "Nietzsche et Stirner" (III, pp. 343 sq) reproduites dans le livre, il est à plusieurs reprises question d'un certain Markay. Il s'agit sans équivoque possible du biographe et éditeur de Stirner, John Henry Mackay, dont le nom est familier à tous ceux qui connaissent Stirner autrement que par ouï-dire. Janz, qui a fait une erreur de transcription, n'est pas en mesure d'identifier ce Markay ni, par conséquent, de donner son prénom dans l'index de noms.

2) Une autre personne, que Janz ne connaît manifestement pas, est Lauterbach, dont le nom apparaît dans une lettre. Janz, ne sachant pas son prénom, l'appelle simplement "Herr" ("monsieur") dans l'index. Il s'agit cette fois de Paul Lauterbach, l'éditeur de la première édition "Reclam" de «L'Unique».

3) Lorsque Janz traite lui-même rapidement de la question "Nietzsche et Stirner" (t. III, pp. 212-213), il paraphrase un article de Resa von Schirnhofer, dans lequel une publication concernant Stirner, parue en 1894, est faussement datée de 1874. Janz ne remarque pas cette faute d'impression tout à fait évidente et fait à partir de cette fausse date une hypothèse naturellement douteuse.

4) Janz, en reprenant à son compte de Nietzsche lui-même (et de manière aussi peu critique que tous les autres biographes connu de moi) l'épisode de la naissance à la philosophie du jeune homme -- la façon dont celui-ci est devenu, pour ainsi dire du jour au lendemain, un disciple enthousiaste de Schopenhauer -- constate certes un tournant décisif dans la vie intellectuelle de Nietzsche à l'époque de son passage de Bonn à Leipzig, mais n'en prend pas en considération la cause facile à deviner, à savoir la fréquentation intensive, pendant les deux semaines l'ayant immédiatement précédé, de Mushacke père. Il néglige Eduard Mushacke, qu'il tient pour une personnage secondaire au point de lui attribuer dans l'index le prénom d'Eberhard. (10)

3. Parenthèse: La réception clandestine de Stirner

Vu le mépris largement répandu et l'ignorance, encore plus largement répandue de Stirner, quelques-unes des déclarations faites à son sujet par d'éminents penseurs font dresser l'oreille. Ludwig Klages, par exemple, s'est tout de même vu obligé, dans son étude sur Nietzsche, de "penser à" cet auteur -- bien qu'il ne croie pas que Nietzsche l'ait connu. Il reconnaît que ce "dialecticien carrément diabolique procède souvent de manière plus radicale, avec moins de détours et une plus grande précision dans la vivisection" et qu'"il présente assez fréquemment ses conclusions ultimes de manière plus concise" que Nietzsche, si bien qu'il voit en lui son "opposé", un opposé "à prendre vraiment au sérieux." Ce qui fait l'énorme importance de Nietzsche, car "le jour où le programme stirnérien deviendrait ne fût-ce que la conviction délibérée de tous ... serait celui de 'jugement dernier' de l'humanité." (11) Un penseur d'une tout autre origine, le marxiste Hans Heinz Holz, va dans le même sens, lorsqu'il met en garde contre l'"égoïsme stirnérien qui, s'il connaissait une réalisation pratique, conduirait à l'auto-anéantissement de la race humaine." Même l'ancien marxiste Leszek Kolakowski a, devant «L'Unique», cette vision apocalyptique: la "destruction de l'aliénation, qui est le but de Stirner, donc le retour à l'authenticité, ne serait pas autre chose que la destruction de la culture, le retour à l'animalité ... le retour au statut antérieur à l'homme." Nietzsche lui-même, poursuit Kolakowski, paraît faible et inconséquent en comparaison avec lui." (12) Et Roberto Calasso, lauréat en 1989 du "Premio Nietzsche", écrit de son côté: "On entend dire aussi de maint côté qu'il faut partir de ce fait qu'un philosophe valable ne peut pas s'occuper d'un phénomène comme Stirner [ ... ] Stirner est désormais exclu de la culture [ ... ] La présence de Stirner est particulièrement perceptible ... chez des auteurs qui le passent sous silence ou parlent de lui dans des textes qu'ils n'ont jamais publiés, par exemple Nietzsche et Marx." Et Calasso voit aussi dans «L'Unique» le "barbare artificiel", un "monstre anthropologique", etc, l'avertissement fatidique ("Mané Thécel Pharès") de la civilisation occidentale. (13)

Il est remarquable que ces auteurs n'aient pas trouvé Stirner digne d'une critique argumentée et que leurs vigoureux propos aient été le plus souvent énoncés à des endroits plutôt isolés et de manière accessoire ou accidentelle. Notre choix devrait suffire pour attester le phénomène d'une réception notoirement intensive certes, mais largement clandestine de Stirner. Qui trouve son expression principalement dans des allusions chuchotées, tablant sur une compréhension et un accord préliminaires du lecteur cultivé au sujet du caractère diabolique, hostile à la culture de Stirner, et de la malfaisance absolue de ses idées.

Chez quelques auteurs, plus prudents et plus disciplinés dans leurs écrits, mentionner Stirner semble être un acte manqué: Edmund Husserl ne le nomme pas une seule fois dans ses textes, lettres, etc et ce non pas pour avoir ignoré ses idées ou les avoir tenues pour insignifiantes, mais parce que -- comme on ne l'a naturellement appris que par accident -- il voulait protéger ses élèves (et se protéger lui-même ?) de leur "puissance de séduction." (14) Il fallut la situation extrême de l'emprisonnement pour amener Carl Schmitt à dire quelque chose d'un rapport à Stirner qu'il avait dissimulé depuis sa jeunesse. (15) Et si Theodor W. Adorno reconnaissait bien en petit comité que Stirner était celui qui "avait levé le lièvre", il évita minutieusement de s'expliquer avec lui sur le plan des arguments, voire simplement de le mentionner. (16) Les raisons non exprimées de tels partisans -- dont le nombre est difficilement évaluable -- sont sans doute semblables à celles des visionnaires apocalyptiques évoqués plus haut.

D'autres auteurs plus récents, comme par exemple Ottmann et Safranski cités plus haut, se veulent objectifs et supérieurs. On n'en remarque pas moins chez eux, à l'égard de Stirner, un ambivalent étonnement qu'ils s'efforcent -- comme l'avait fait de manière prototypique le jeune Marx -- d'éliminer au moyen de la thèse déjà signalée du "caractère petit-bourgeois."

L'antagonisme absolu de ces penseurs vis-à-vis de Stirner -- contrarié par des efforts plus ou moins habiles pour que cet antagonisme n'aille pas le revaloriser -- ne fait pas de doute. S'il se rencontre plus fréquemment chez les philosophes que chez les théologiens, il a rarement amené l'un d'eux à s'exprimer de façon aussi affirmée que le professeur de philosophie bâlois et précoce admirateur de Nietzsche, Karl Joël, dans son opus magnum. «L'Unique», écrit-il, est "le livre hérétique le plus effréné que main d'homme ait écrit" et Stirner a fondé avec lui une véritable "religion satanique." (17) Joël a mis le doigt sur l'essentiel: "Stirner" est, pour nombre de penseurs non théologiens, le nom de code de ce qui est le Satan pour les théologiens. Ce qui explique qu'ils ne laissent que vaguement entendre ou n'expriment que par inadvertance les raisons de leur antagonisme absolu; que les raisons du choix de la méthode de défense -- le silence et le refus de la tribune, flanqués si besoin est par le développement d'un théorie du dépassement adéquate chez chacun à sa propre tendance (l'exemple révélateur étant ici Karl Marx) -- n'aient pas besoin d'être nommées voire défendues; que personne, enfin, ne demande à connaître ces raisons. (18)

C'est pourquoi j'ai exposé et décrit, dans mon livre «Ein dauerhafter Dissident» («Un dissident durable»), l'histoire proprement dite de l'influence de Stirner, enfouie sous le fatras de la littérature de convention qui lui a été consacrée, comme l'histoire d'une ré(pulsion et d'une dé)ception. Commençant avec Feuerbach, Bauer, Ruge et Marx, elle comprend une importante série de penseurs de la fin du XIX siècle et du début du XX et se prolonge de nos jours jusqu'à Jürgen Habermas. (19) Il conviendra pour finir de reconsidérer si Nietzsche lui-même n'appartient pas à cette série de noms éminents.

4. La question "Nietzsche et Stirner" autrefois

La question de savoir si et comment, le cas échéant, «L'Unique» a influencé Nietzsche a été posée pour la première fois au début des années 1890. Elle apparaît alors dans un contexte compliqué avec, d'une côté, la crise finale de Nietzsche et le début, peu de temps après, de sa notoriété soudaine et imprévue, et de l'autre, la première réception du livre de Stirner, qui, après la brève sensation des années 1845-46, eut presque uniquement pour théâtre pendant plus de quatre à cinq décennies l'underground littéraire. La nouvelle édition, en 1882, ne rencontra dans le public que le silence. C'est seulement dix ans plus tard qu'une renaissance de Stirner devint possible, et à la vérité seulement comme épiphénomène de la popularité de Nietzsche. On n'osait manifestement parler d'un auteur aussi longtemps "disparu" qu'après avoir découvert dans la personne de Nietzsche celui qui l'avait "dépassé".

La question du rapport de Nietzsche à Stirner tombait en tout cas tout à fait sous le sens et elle suscita, dès qu'elle eut été posée -- comme nous le montrerons plus loin de manière détaillée -- un vif intérêt. On mit en évidence des ressemblances frappantes entre les deux penseurs et on conjectura que le plus récent -- Nietzsche -- devait avoir connu le plus ancien, même s'il ne l'avait nommé nulle part. Après une recherche des traces pour laquelle on se donna beaucoup de mal, mais dont les résultats furent fort maigres, on laissa pour finir la question en l'état, d'autant plus que son objet -- souvenons-nous de la sentence de Riehl rapportée plus haut -- faisait apparaître tout effort supplémentaire comme superflu. Cent ans de recherche nietzschéenne, ainsi que les éditions historiques et critiques des œuvres elles-mêmes, de la correspondance, des notes et des fragments du philosophe n'apportèrent aucune lumière sur son rapport à Stirner, si bien que l'état actuel des connaissances sur cette question est à peu près le même que celui de l'année 1910. Elle "n'a pas reçu", constate Janz, "de réponse définitive jusqu'à aujourd'hui" -- ce qui ne signifie toutefois pas qu'il faille voir là une invitation à la poursuite des efforts de la recherche nietzschéenne.

Peut-être l'esquisse proposée ci-dessus de l'influence clandestine de Stirner sur d'éminents penseurs, de Marx à Habermas, ainsi que le découvertes présentées plus loin en détail sur la biographie du jeune Nietzsche seront-elles susceptibles de réveiller un intérêt depuis longtemps éteint pour cette question. On peut en effet s'attendre à ce que la réponse plausible qui y est apportée ne doive pas être conçue comme un point de détail de l'histoire de la philosophie. (20) C'est néanmoins en tant que telle qu'il faut tout d'abord la reconsidérer, et à vrai dire depuis le commencement.

4.1 «L'Unique» à l'arrière-plan

Curieusement, la parution du livre de Stirner coïncide presque exactement avec la date de naissance de Nietzsche, à savoir la mi-octobre 1844. Max Stirner (de son vrai nom Johann Caspar Schmidt, 1806-1856) vivait alors à Berlin, où il fréquentait le cercle dit des "jeune hégeliens." Les théoriciens de ce cercle étaient deux anciens professeurs en théologie hégeliens, qui avaient été renvoyés de l'Université à cause de leur critique de la religion: Bruno Bauer à Berlin et Ludwig Feuerbach en Franconie. Bauer tentait de faire admettre pour la première fois en Allemagne les idées du courant athée de la philosophie française des Lumières. Feuerbach était se son côté parvenu lui aussi, à partir de sources allemandes, à une position athée. C'est alors qu'entra en lice Stirner, le "barbare artificiel" selon Calasso, adoptant un point de vue qui lui permettait de railler ces deux athées en les traitant d'"âmes pieuses." Stirner n'avait toutefois pas l'intention, avec sa foudroyante critique des personnalités jeune-hégeliennes de premier plan, de nuire au renouveau post-hégelien des Lumières -- il voulait au contraire le porter à une phase supérieure en le radicalisant. Les historiens ultérieurs, en ne prenant pas en considération la position particulière de Stirner, ont fait de lui sans autre forme de procès un adepte du néo-hégelianisme, dont ils se débarrassaient par ailleurs en le cataloguant en bloc comme un simple "phénomène de décomposition" de l'école hégelienne. Ce qui, comme nous venons de le montrer, ne réglait assurément pas le compte de «L'Unique».

La critique de Stirner fut tout d'abord un choc pour les jeunes-hégeliens. Attaqué, Feuerbach -- qui parle dans une de ses lettres de Stirner comme "l'écrivain le plus libre et le plus génial que j'aie connu" (21) -- prit la plume pour se défendre. La réplique souveraine de Stirner plaça le jeune disciple de Feuerbach qu'était alors Karl Marx dans une situation que l'on peut à bon droit considérer comme sa "crise initiale". Il se détacha de Feuerbach et, sans rejoindre pour autant Stirner, écrivit dans la fièvre un furieux "Anti-Stirner", s'acharnant phrase après phrase sur «L'Unique». C'est au cours de ce travail que germa en lui l'idée du "matérialisme historique", le cadre qu'il essaiera de remplir, sa vie durant, par ses recherches économiques. Mais, craignant sans doute qu'il pût lui arriver avec son "Anti-Stirner" la même chose qu'à Feuerbach, il laissa son manuscrit inédit. (22)

Dès 1847, avant même l'apparition des signes avant-coureurs des troubles de mars 1848, le choquant ouvrage de Stirner était "oublié". A la césure de 1848 succéda un climat politique dans lequel la philosophie des Lumières athée lancée par les jeunes-hégeliens fut tabou, et à plus forte raison naturellement sa radicalisation par Stirner. Les plus importants protagonistes (Feuerbach, Bauer, Marx) n'en étaient plus eux-mêmes les représentants et ils s'adaptèrent d'une manière ou d'une autre aux nouvelles conditions politiques.

Stirner, tombé dans une situation de détresse matérielle, mourut en 1856. Il était à cette date devenu depuis longtemps une non-personnalité, un intouchable, un paria de l'esprit. Jusqu'à la fin des années 1880 -- un laps de temps qui coïncide à peu près avec la période de vie éveillée de Nietzsche --, c'est à peine s'il fut publiquement question de lui. En revanche, des penseurs que Schopenhauer, Hartmann et Lange, auxquels Nietzsche s'est fréquemment référé dans ses écrits et dans ses lettres, connurent la réussite dans les années 1860. Est-il possible qu'il ait eu connaissance de Stirner par leur intermédiaire ?

Arthur Schopenhauer (1788-1860) n'a jamais fait mention de Stirner. Eduard von Hartmann (1842-1906) ne parle que brièvement de lui dans son premier ouvrage, qui connut aussitôt le succès «Die Philosophie des Unbewussten» (1869, trad. «La philosophie de l'inconscient» 1877), mais c'est justement ce qui peut surprendre, car il donne à entendre au lecteur attentif qu'après avoir lui-même partagé le "point de vue" de Stirner, il l'a dépassé en écrivant ce livre. (23) Friedrich Albert Lange (1828-1875) traite de Stirner dans sa célèbre «Geschichte des Materialismus» (1866, trad. «Histoire du matérialisme» 1877-79), certes de manière concise mais en termes bien choisis. Après avoir dit que son livre est "ce que nous connaissons de plus extrême", il le qualifie de "mal famé" et ... passe ensuite rapidement en affirmant sans autre forme de procès qu'il n'entretient pas un rapport étroit avec le matérialisme. (24) Les mentions de Stirner dans les livres de Hartmann et de Lange sont les plus importantes de ces quatre décennies d'underground et elles sont spécialement ici, du fait que Nietzsche a étudié ces deux ouvrages avec un soin tout particulier. Pour le reste, on peut tenir manifestement valable ce constat d'un contemporain inconnu: "Max Stirner -- que de calomnie et de haine a suscité ce nom ! ... Oui, si quelqu'un peut se plaindre d'avoir été mis sous le boisseau, ce n'est pas Schopenhauer, mais bien Stirner." (25)

Le climat intellectuelle changea lentement au début des années 1880. Une nouvelle génération d'hommes de lettres, qui se déclaraient "naturalistes" ou "réalistes", entra en lice et voulut se rattache au radicalisme longtemps décrié et rejeté d'avant la révolution de mars 1848. Les premières livraisons des «Kritische Waffengänge» (1882, «Passes d'armes critiques») des frères Julius et Heinrich Hart donnèrent le signal; simultanément et chez le même éditeur parut la 2ème édition de «L'Unique». Mais il était manifestement encore trop tôt pour ce livre "mal famé" et si longtemps tenu sous le boisseau: le public ne dit mot. Les jeunes rebelles littéraires eux-mêmes n'osèrent pas aborder Stirner.

Il ne fut introduit dans la discussion que quelques années plus tard et, de façon significative, d'abord comme épouvantail dans les luttes de propagande que se livraient les différentes conceptions du monde. Friedrich Engels essaya en 1886 de faire de lui le "prophète" des anarchistes, (26) tandis qu'Eduard von Hartmann en faisait un peu plus tard un instrument de son combat contre Nietzsche. Autant d'indices qui ne trompent pas du fait que Stirner était alors généralement discrédité, sans qu'il fût besoin de fonder ce discrédit. Engels et Hartmann étaient en effet l'un et l'autre sûrs d'atteindre de manière décisive leur adversaire en le faisant passer pour le descendant spirituel du paria mal famé. (27)

Cependant, à partir du milieu des années 1880, Nietzsche, dont les écrits étaient jusque-là peu connus au-delà de son cercle d'amis, conquit un public plus large. Dans certains cercles privés d'admirateurs du philosophe, «L'Unique» ou plus exactement le silence de Nietzsche à son sujet, dut nécessairement faire naître une irritation diffuse. Celle-ci est peut-être à l'origine de la demande d'information, aussi prudente qu'indiscrète et dissimulée sans façons dans une longue lettre remplie d'autres questions, d'un correspondant viennois à l'ami de Nietzsche Franz Overbeck: "Un connaisseur des œuvres de Nietzsche étranger à notre cercle a émis l'hypothèse que le libelle «L'Unique et sa propriété» de Max Stirner n'avait pas été sans influence sur les conceptions ultérieures de Nietzsche." Serait-ce en effet vrai ? (28)

Nietzsche lui-même ne se trouva manifestement jamais, durant tout la période de sa vie où il fut littérairement productif et intellectuellement conscient, dans la situation d'être confronté à la question, si souvent posée plus tard, de savoir s'il connaissait «L'Unique». Et lorsqu'il avait vu la célébrité proche et à portée de la main, comme s'il avait pressanti quelle sorte de questions on poserait à l'homme célèbre qu'il allait être, il s'était retiré de la vie intellectuelle au début de l'année 1889, sans avoir dit un mot de son rapport à Stirner.

4.2 La découverte de «L'Unique»

Les jeunes partisans de Nietzsche furent aussi passablement irrités, lorsque Eduard von Hartmann, rompant un silence précaire, accusa Nietzsche d'avoir plagié Stirner sur un point essentiel. La "nouvelle morale", tant admirée, de Nietzsche, écrivait-il dans un article qui fit beaucoup de bruit, n'apporte en fin de compte "absolument rien de nouveau, elle a été présentée dès 1845 ... par Max Stirner ... de manière magistrale et avec une netteté et une franchise qui ne laissent rien à désirer." (29)

Le coup de timbale de Hartmann (un adversaire de Nietzsche) fut le prélude d'une ample discussion de la question "Nietzsche et Stirner" et de ce que l'on a appelé la renaissance stirnérienne. Après presque un demi-siècle passé dans l'underground littéraire, «L'Unique» parut, au début de 1893, grâce aux énergiques efforts de Paul Lauterbach (un admirateur de Nietzsche, voir ci-dessous) dans la "Universal-Bibliothek" de Reclam, ce qui lui assura immédiatement une ample diffusion.

Les arrières-pensées qui inspiraient Hartmann et Lauterbach sont tout à fait instructive pour la compréhension de la question "Nietzsche et Stirner", car s'ils se sont effectivement employés à faire connaître «L'Unique», ils n'étaient en aucune façon des partisans de Stirner. Nous ne pourrons toutefois exposer ici ces motifs et ces activités que de manière sommaire.

Contrairement à Nietzsche, Hartmann connut dans les années 1870 et 1880 un très grand succès comme philosophe et comme écrivain. Sa première œuvre, «Die Philosophie des Unbewussten» («La philosophie de l'inconscient») parut en 1869 et fut immédiatement un best-seller, qui devait connaître douze éditions. Trois seulement des 700 pages du livre sont consacrées à Stirner, ce qui est remarquablement peu si l'on pense que cet ouvrage est fin de compte -- comme son auteur le laisse incidemment entendre -- le résultat de ses efforts le dépasser (voir ci-dessous).

Paul Lauterbach (1860-1895) est sans doute celui qui, à côté de Hartmann et du biographe de Stirner Mackay, a le plus fait avancer la renaissance stirnérienne. Il devint, par l'intermédiaire de son ami Heinrich Köselitz (qui fut pendant de nombreuses années, sous le nom de Peter Gast, une sorte de secrétaire de Nietzsche) un des premiers nietzschéens enthousiastes. Il considérait son engagement énergique pour assurer une vaste diffusion à «L'Unique», en le publiant aux éditions Reclam, comme la première étape d'une campagne stratégique planifiée en faveur de Nietzsche. Alors qu'Hartmann avait utilisé Stirner pour discréditer Nietzsche et pour se présenter lui-même comme celui qui avait dépassé le "dangereux" Stirner, Lauterbach voulait présenter Nietzsche comme le véritable triomphateur, le "grand successeur de Stirner, celui qui avait développé et transformé sa pensée de manière créatrice." Il voulait montrer le grand danger intellectuel que représentait «L'Unique» pour lui aussi, afin de recommander Nietzsche au public comme celui qui était capable d'exorciser Stirner: "Ma préface (à «L'Unique»), écrivait-il à Köselitz, a pour seul but de protéger les innocents de son influence, de tromper et de paralyser les malveillants à l'aide de Nietzsche." (31)

C'est donc principalement par suite de ces activités opposées d'Hartmann et de Lauterbach que se développa, en grande partie dans les revues culturelles et des articles de presse, une vive discussion autour de la question "Nietzsche et Stirner". Les comparaisons entre les écrits des deux penseurs révélèrent souvent des concordances et des ressemblances, mais tout aussi souvent des désaccords graves et inconciliables. Plus d'un fut ébahi que n'apparaisse nulle part chez Nietzsche le nom de Stirner; d'autres comprirent que Nietzsche ne voulait pas se compromettre inutilement en montrant qu'il connaissait Stirner -- n'était-il pas, comme le pensaient la plupart avec le professeur de philosophie bâlois Friedrich Heman, "un penseur beaucoup plus fin, distingué et spirituel, aux vues plus vastes et plus hautes, dont les buts et les fins ultimes s'élevaient très loin au-dessus des pensées de Stirner, qui ne quittaient pas pour leur part le limon boueux de la vie" ? (32)

4.3 Une question restée sans réponse définitive

Les amis et connaissances les plus proches de Nietzsche furent naturellement consternés. Aucun d'entre ne se rappelait l'avoir entendu prononcer le nom de Stirner. On a douzaines de lettres témoignant du trouble de ses amis. Certes, on comprenait bien pourquoi Nietzsche n'avait pas parlé publiquement de Stirner, mais pourquoi -- malgré sa grande "expansivité habituelle" (Overbeck) -- ne l'avait-il jamais évoqué non plus, même dans les cercles les plus intimes ? Seule Ida, la femme d'Overbeck, se souvenait en 1899 d'une conversation qu'elle avait eue avec lui -- soit environ vingt ans plus tôt --, au cours de laquelle il lui serait échappé qu'il se sentait une affinité d'esprit avec Stirner: "Une certaine solennité passa sur son visage. Comme j'observais attentivement ses traits, je les vis se modifier à nouveau; il eut une sorte de mouvement de la main, comme pour chasser quelque chose ou s'en défendre, et murmura: 'Bon, voilà que je vous l'ait dit, et pourtant je ne voulais pas en parler. Mais oubliez-le ! On parlera d'un plagiat -- pas vous, je le sais." (33)

Il y eut enfin une déclaration d'Adolf Baumgartner, l'élève préféré de Nietzsche lors de ses débuts à Bâle, qui s'était toutefois éloigné de lui peu après. Devenu entre-temps professeur d'histoire ancienne dans cette ville, il se rappelait avoir emprunté en 1874 «L'Unique» à la bibliothèque de l'Université et reconnaissait l'avoir fait sur les conseils de Nietzsche. Cet emprunt a pu être vérifié sur l'ancien registre des emprunts de la bibliothèque. Baumgartner n'a rien dit de sa lecture et de ses éventuelles conséquences, pas plus que d'entretiens avec Nietzsche à ce sujet, bien qu'il se soit souvenu, vingt-cinq ans plus tard, et du livre lui-même et des mots par lesquels Nietzsche le lui recommandé ("C'est la chose la plus conséquente que nous ayons"). Peut-être son enigmatique déclaration ultérieure, selon laquelle Nietzsche aurait "d'abord tourné (en lui) la grande roue dans l'autre sens" se rapporte-t-elle à cet événement. (34)

Elisabeth, la sœur de Nietzsche, ne se lassa pas en revanche de recueillir des "contre-évidences", en essayant d'obtenir de tous les amis et connaissances accessibles de Nietzsche la confirmation écrite que le philosophe n'avait jamais parlé de Stirner en face d'eux. (35) Mazzino Montinari, au courant grâce à sa connaissance précise des archives de Nietzsche des efforts d'Elisabeth, est resté perplexe, par suite de son appréciation conventionelle de Stirner, devant ses "inexplicables raisons". (36) Il était tout à fait éloigné de soupçonner que le zèle d'Elisabeth ait pu être nourri par sa connaissance secrète du rôle de Stirner dans le développement de la pensée de Nietzsche. Elle contesta en tout cas avec véhémence dans plusieurs articles que Nietzsche ait eu une connaissance quelconque de «L'Unique» et se montra néanmoins assez intelligente pour ne plus aborder ce thème dès que l'interêt public pour la question eut cessé.

Franz Overbeck, qui est sans doute l'ami de Nietzsche le plus compréhensif, le plus sûr et le plus capable de juger, aboutit après un examen extrêmement minutieux de tous les aspects de la question à la conclusion suivante: "Que Nietzsche se soit conduit de manière curieuse à propos de Stirner, est hors de doute. Mais s'il ne donna pas à son sujet libre cours à sa grande expansivité habituelle, ce ne fut très certainement pas pour dissimuler une quelconque influence sur lui (influence qui, au sens exact du mot, n'existe pas), mais parce qu'il préférait sans doute, d'une manière générale, venir à bout pour lui-même et par lui seul de l'effet que Stirner avait eu sur lui. En conséquence, j'affirme que Nietzsche a lu Stirner. Cela peut fonder sans plus, pour des adversaires de ses livres, l'accusation de plagiat, qui sera la toute dernière idée à venir à l'esprit de ceux qui l'ont personnellement connu."(37)

5. La crise initiale de Nietzsche

5.1 L'euphorie berlinoise

Overbeck a donné, contrairement à Elisabeth Förster-Nietzsche, une réponse diplomatique à la question "Nietzsche et Stirner". Il admet la lecture de Stirner, mais n'en tire aucune conclusion, pas plus que de sa "curieuse" dissimulation. Cette réponse fut généralement acceptée, lorsque la controverse eut pris fin, comme le dernier mot sur l'affaire. Elle n'eut pas de conséquence sur l'interprétation de Nietzsche et sortit bientôt, avec la question elle-même, du champ visuel de la plupart des chercheurs. A l'instar d'Overbeck, des spécialistes ultérieures de Nietzsche, dans la mesure où ils en vinrent encore à parler de Stirner, n'ont pas expliqué la relation que Nietzsche avait avec lui, mais considéré avoir traité le sujet après un bref exposé historique -- révélant d'ailleurs en maints endroits et par une touche finale hâtive et abrupte (cf. plus haute: Stirner = petit bourgeois) une ambivalence qu'ils ne parviennent pas à refouler entièrement. (38) Même des considérations plus différenciées, comme par exemple celles de Hermann Schmitz, (39) classent le sujet sans suites. Sur quoi l'on passe chaque fois, c'est précisément ce que les auteurs concernés par la réception clandestine de Stirner (dont Nietzsche lui-même ?) ont ressenti comme l'aspect monstrueux, barbare, satanique etc. de «L'Unique» et n'ont ni étudié de manière approfondie ni repoussé par des arguments, mais "dépassé" de manière indirecte.

Bagatelliser ou diaboliser; disserter sans avoir la moindre idée ou ne rien dire parce qu'on est plein de pressentiments -- quiconque est familiarisé avec l'histoire de la ré(pulsion et dé)ception de «L'Unique» connaît suffisamment tout cela et peut donc se contenter de la réponse adroitement louvoyante d'Overbeck. Il y voit plutôt une incitation à poursuivre ses recherches sur la question "Nietzsche et Stirner" -- sans doute pas dans la voie prise sans succès jusqu'ici, qui a consisté à suivre les nombreuses traces de «L'Unique» que l'on peut trouver, plus ou moins effacées, dans l'œuvre de Nietzsche. Même s'il était possible de montrer de manière plausible que ce dernier a plagié certaines idées de Stirner, cela n'aurait en soi plus guère d'importance aujourd'hui. En revanche, d'importantes conséquences pourraient apparaître, s'il était possible de fonder l'hypothèse selon laquelle la confrontation avec Stirner aurait déclenché chez Nietzsche la crise intellectuelle "initiale" qui eut pour issue sa naissance en tant que philosophe.

Aussi faut-il poser pour commencer les deux questions connexes suivantes: à quel moment Nietzsche a-t-il vraisemblablement eu connaissance du livre de Stirner et quelles conséquences immédiates de cette rencontre peut-on reconstruire de manière demontrable ? Nous nous attacherons ici à l'examen de ces questions, laissant de côté celui des conséquences ultérieures.

A en juger d'après les témoignages de Ida Overbeck et d'Adolf Baumgartner, la rencontre de Nietzsche avec «L'Unique» eut lieu avant 1878, voire avant 1874. On a supposé le plus souvent qu'il avait été amené à le lire par les passages qu'en citent Hartmann (1869) ou Lange (1866). Cependant, un examen plus minutieux de l'œuvre, de la correspondance et des autres matériaux biographiques amène à penser que Nietzsche en avait déjà pris connaissance à cette époque et qu'il s'efforçait de garder pour lui cette découverte. De plus, des parallèles avec la réception de Stirner par différents penseurs, de Marx à Habermas, où la rencontre eut lieu au début de la carrière philosophique et s'accompagna manifestement d'une crise, orientent le regard vers le mois d'octobre 1865. La plupart des biographes constatent une grave crise à cette date, mais ils négligent de l'étudier en détail et la décrivent, sans aucun esprit critique, d'après une texte autobiographique. (40) Il convient d'y regarder de plus près. Que Nietzsche ait alors découvert «L'Unique» et que ce livre ait déclenché sa crise -- ce soupçon peut-il être fondé ?

Il conviendrait donc tout d'abord de poser la question suivante: Nietzsche aurait-il éventuellement découvert «L'Unique» avant le mois d'octobre 1865 -- peut-être pendant l'année qu'il passa à Bonn ? Théophile Droz (1844-1897), un de ses camarades d'études pendant ces deux semestres, se rappelle qu'à cette époque le livre "mal famé" de Stirner circulait dans le milieu estudiantin. (41)Toutefois, une rencontre de «L'Unique» à cette date ne pouvait être que superficielle. Dans le cas contraire en effet, la «Leben Jesu» («Vie de Jésus») de David Friedrich Strauss, que Nietzsche lut pendant les vacances de Pâques 1865, n'aurait pu faire sur lui la puissante impression qui lui donna la force d'affronter sa pieuse famille, de renoncer à la théologie, etc. Il n'existe également aucun indice permettant de dire que Nietzsche se soit occupé de Stirner pendant toute la période qui s'étend jusqu'à la fin du mois de septembre.

Il est vrai que le jeune Nietzsche semble avoir été fasciné par l'esprit de l'époque qui précéda la révolution de mars 1848, elle-même réprouvée et tabouisée par la suite. Il s'était déjà intéressé auparavant à Feuerbach. Au moment qui nous occupe, en septembre 1865, il déplore dans uns lettre à son ami Raimund Granier la sénilité et la "philistinité" de sa génération et s'enthousiasme pour ce "temps où l'esprit était si actif", il y a vingt ans, une époque à laquelle il aurait de beaucoup préféré vivre. Pendant les vacances universitaires, avant de passer de Bonn à Leipzig, il est d'abord dans sa famille, à Naumburg, mais il se promet déjà beaucoup d'un séjour de deux semaines qu'il doit faire dans celle de son ami Hermann Mushacke, à Berlin: "Ma vie actuelle, lui écrit-il, est une préparation à Berlin, comme notre existence terrestre à la future existence céleste; pour le café, je consomme un peu de philosophie hégelienne et, si j'ai mauvais appétit, je prends quelques pilules straussiennes." (42)

Il faudrait encore expliquer pourquoi Nietzsche attendait avec tant de fièvre cette visite aux parents d'Hermann. Il est l'hôte de la famille Mushacke, à Berlin, du 1er au 17 octobre 1865. On ne sait que de manière fragmentaire ce qu'il y fit et vécut. Il est manifestement trop absorbé pour écrire à la maison. Ce n'est que quelques jours après son départ, le 22 octobre, qu'il raconte brièvement à sa mère, à la fin d'une lettre envoyée de Leipzig: "J'ai eu à Berlin une vie extraordinairement pleine d'amitié et de plaisirs. Le vieux Mushacke est l'homme le plus aimable que j'aie rencontré. Nous nous tutoyons." Et, dans son exubérance, il ajoute: "Pour mon [21ème] anniversaire, nous avons bu à votre santé dans du champagne" [sic !].

Les deux semaines passées à Berlin auraient transporté Nietzsche, après les sombres adieux de Bonn, dans un état d'euphorie. La cause en est manifestement la rencontre, attendue dans une grande et joyeuse exaltation, avec le père d'Hermann, Eduard Mushacke, un vétéran de cette époque d'avant mars 1848, "où l'esprit était si actif." Il ne pouvait écrire à sa mère, après le choc de Pâques, ce que signifiait pour lui cette rencontre. Il l'écrit dans son journal -- qu'il brûlera peu après, pour que rien ne lui rappelle plus ces jours. C'est pourquoi on ne peut aujourd'hui encore que reconstruire cet événement.

A Leipzig, il est en tout cas toujours porté, au début, par l'euphorie berlinoise. Tout de suite après son arrivée, le 19 octobre, il écrit une lettre à Eduard Mushacke, son nouvel et "très estimé" ami, qu'il lui était permis de tutoyer et auquel il eut préféré dire "mon père". Après une passage dans lequel il lui exprime ses "sentiments de cordiale reconnaissance", il passe au ton de la conversation pour finir pas ces mots qui, teintés maintenant de légèreté et d'ironie à son propre égard, sont encore portés par l'exaltation qu'avait fait naître en lui la rencontre avec Eduard Mushacke: "Il y a cent ans aujourd'hui, l'étudiant W. Goethe s'inscrivait à l'Université. Nous avons le modeste espoir que, lorsque cent années auront à nouveau passé, on se souviendra aussi de notre inscription." On dirait que Nietzsche a rapporté de Berlin quelque ambitieux projet, auquel E. Mushacke l'aurait certainement poussé, car il poursuit: "Ne sera-ce pas assez que ton nom soit ainsi immortalisé ? ... " Ce qui n'était pas une simple plaisanterie, et l'enthousiaste jeune homme ne pensait certainement pas à la philologie, dans les filets de laquelle il allait bientôt se jeter.

5.2 La dépression de Leipzig

L'effet euphorisant des deux semaines berlinoises, dont la cause reste à découvrir, fut de courte durée. Le 20 octobre, Nietzsche, encore de bonne humeur, met à exécution une intention qu'il nourrissait depuis des moins -- quitter la "Franconia", l'association d'étudiants dont il était membre. Peu après cependant, énergie et enthousiasme disparurent complètement et il tomba abruptement dans une profonde dépression.

On ne possède pas de témoignages authentiques sur cette crise, sous forme de lettres ou de journaux intimes. Ne nous est parvenu qu'un texte autobiographique intitulé «Rückblick auf meine zwei Leipziger Jahre, 17. Oktober 1865 bis 10. August 1867» («Regard rétrospective sur mes deux années à Leipzig -- 17 octobre 1865 à 10 août 1867»). Nietzsche y décrit d'abord les deux semaines passées à Berlin avant le 1er octobre, et ce sous des couleurs qui ne correspondent en rien à celles des rares témoignages authentiques. D'après ce texte, ces journées auraient été incontestablement sombres. Il aurait été de mauvaise humeur à son arrivée, et "nos entretiens nourrirent eux aussi mon amertume. Ce furent les sarcasmes de l'excellent Mushacke (senior), ses aperçus sur l'administration universitaire, sa colère contre le "Berlin juif", ses souvenirs du temps des Jeunes-hégeliens -- bref tout le climat pessimiste caractéristique d'un homme qui a beaucoup regardé derrière les coulisses, qui apportèrent de nouveaux aliments à mon état d'âme. J'appris alors à voir en noir avec plaisir... "

Nietzsche décrit ensuite comment, à la fin du mois d'octobre 1865, il découvrait Schopenhauer et la philosophie: "J'étais alors précisement suspendu entre ciel et terre, avec quelques expériences et déceptions douloureuses, solitaire et sans aucune aide, sans principes, sans espoir et sans souvenir aimable." Et c'est purement par hasard, poursuit-il, qu'il est alors tombé, chez un marchand de livres d'occasion, sur l'œuvre maîtresse de Schopenhauer. Un esprit malin lui murmura qu'il devait acheter le livre de ce "ténébreux génie", qui lui était jusque-là "totalement inconnu." Schopenhauer l'avait immédiatement empoigné et poussé à se livrer à des exercices pleins "d'un sombre mépris de soi" et à des excès de "désagrégation" et de haine de soi-même: "Les tourments corporels eux-mêmes ne manquèrent pas. C'est ainsi que je m'obligeai pendant quinze jours à n'aller au lit qu'à deux heures du matin pour me lever à six exactement." Il se vit en danger de perdre la raison: "Une excitation nerveuse s'empera de moi et qui sait jusqu'à quel degré de folie je serais allé..." Ces mortifications, la sévère contrainte d'études régulières et les idées de Schopenhauer l'aidèrent finalement à s'affranchir de cette terrible situation. Les semaines et les mois suivants le virent "naître à la philologie." (43) A vrai dire, il devint plutôt philologue sous la pression de sa détresse intérieure et de facteurs extérieurs -- ce qui naquit alors en lui, c'est un philosophe passionné.

Comme c'est si souvent le cas chez Nietzsche, cet exposé est un mélange de franchise et de maquillage, de sincérité et de jeu de masques. Il est écrit avec l'assurance que donne le recul, après une stabilisation personnelle dans un entourage d'admirateurs de Schopenhauer et d'amis de l'association des philologues. Nietzsche n'en voulut pas moins le brûler plus tard, ce que sa sœur parvint à l'empêcher de faire. (44) Il est toutefois notoire qu'il a livré aux flammes les "journaux pleins d'inquiétude et de mélancolie de cette époque" -- octobre et novembre 1865 --, au cours de laquelle il avait craint de sombrer dans la folie. Ils auraient peut-être donné des indications sur ce qu'il passe sous silence dans son rapport ultérieur en le camouflant derrière la communication apparente et l'énumération de quelques détails déplaisants pour sa personne -- à savoir ce qui a véritablement déclenché cet effondrement psychique, le plongeant peut-être dans un état très proche d'une vraie psychose, la cause profonde de sa première grande crise existentielle, qui fut en même temps la crise initiale du philosophe Nietzsche.

On peut s'attendre à ce qu'une élucidation de cette crise initiale soit susceptible de faire progresser une interprétation "adéquate à Nietzsche" (Hermann Josef Schmidt) de son œuvre et de fournir une orientation dans le "labyrinthe de sa maladie" (Pia Daniela Volz). Aucun de ceux qui connaissent dans le détail les réactions -- que nous n'avons fait qu'évoquer ci-dessus -- de nombreux penseurs à Stirner ne sera ni affecté ni rendu perplexe par le terme de "démon" -- "émissaire de la sphère où Nietzsche devait pénétrer vingt ans plus tard" (Curt Paul Janz) (45) -- à la lecture d'une note erratique de Nietzsche datant de cette époque: "Ce que je redoute, ce n'est pas l'effrayant personnage derrière ma chaise, mais sa voix; pas le mots, mais le ton épouvantablement inarticulé et inhumain du personnage. Oui, si seulement il parlait comme parlent les hommes !" (46)

Tous les biographes de Nietzsche connus de moi n'ont en tout cas et de manière curieuse pas considéré comme un problème l'affligeant état dans lequel Nietzsche se trouvait alors, pour peu qu'ils l'aient seulement remarqué. Cette première quinzaine du mois d'octobre 1865 est restée page blanche. On a vu et on voit encore dans la crise de la fin du mois la répercussion des problèmes qu'il avait connu pendant les deux semestres à Bonn, de la perte de la foi et de la décision qu'il prit alors et qui allait à l'encontre des attentes de sa famille, de n'étudier en aucun cas la théologie. Werner Ross lui-même, qui regarde d'un œil sceptique la "formidable dramatisation" que fait Nietzsche de son expérience de résurrection schopenhauerienne, (47) ne conçoit aucun soupçon et ne cherche pas plus loin. Comme les biographes de Nietzsche le font en général, il ne prête attention ni à l'étiquette "jeune-hégelien" ni à la relation avec Eduard Mushacke, relation qui fut d'une singulière intensité et qui connut une fin abrupte.

5.3 Eduard Mushacke ?

Un examen scrupuleux et empathique du matériel biographique existant montre en de nombreux points qu'il convient de chercher la cause immédiate de la crise initiale du philosophe Nietzsche dans le séjour qu'il fit à Berlin dans la première quinzaine du mois d'octobre 1865, ou plus exactement dans sa rencontre avec Eduard Mushacke. Quel était donc ce personnage ?

Eduard Mushacke est une figure à laquelle la recherche nietzschéenne n'a jusqu'ici prêté aucune attention. Il n'est mentionné qu'exceptionnellement dans les index des livres et revues consacrées au philosophe. Janz le prénomme négligemment "Eberhard". La nouvelle Chronique nietzschéenne du Jubilé (853 pp., éditions dtv, 2000) ignore même les dates de sa naissance et de sa mort et les dictionnaires biographiques ne le mentionnent pas. Janz, suivant en cela une indication de Nietzsche, fait de lui un professeur; ce qui est sans aucun doute exact, mais ne cadre pas du tout avec l'enthousiasme suscité par sa personnalité chez le jeune homme, qui se libérait justement alors de tout ce qui l'avait lié jusque-là.

L'ignorance continue de Mushacke dans la recherche nietzschéenne est en liaison avec l'ignorance générale de Stirner, telle que nous l'avons décrite. C'est en m'occupant de ce dernier que j'ai trouvé, dans la biographie que lui a consacrée J. H. Mackay, une piste menant à Mushacke. Il y est en effet brièvement question par deux fois d'un professeur d'école normale du nom de Mussak, qui, membre de "cercle intime" des jeunes-hégeliens berlinois, était un "bon ami" de Stirner. (48) Mackay tenait ce renseignement du répondant d'un autre membre de ce cercle, à savoir Friedrich Engels. Ce "Mussak" sans prénom était-il le même personnage qu'Eduard Mushacke ? Des recherches poussées dans les annuaires et les listes nominatives ont permis de conclure pour commencer que ce nom -- Mussak -- n'existait pas à cette époque dans la région berlinoise. D'autres recherches dans les archives apportèrent finalement la certitude qu'Engels avait orthographié le nom de manière phonétique. Il fut au bout du compte possible de s'assurer, sur la base de nombreux documents, que l'ami de Stirner nommé par Engels était bien le professeur docteur E. Mushacke (1812-1873). Résultat que devait confirmer une autre enquête, faite par hasard presque simultanément, mais indépendamment de moi, et n'ayant pas Nietzsche pour objet. (49)

On peut déduire également sans grande peine ce que la rencontre avec E. Mushacke dut signifier pour Nietzsche des quelques témoignages qui nous sont parvenu. Dans sa lettre à Granier du mois de septembre 1865 évoquée ci-dessus, Nietzsche, qui venait d'échapper à "la solitude criante, à cette plénitude creuse, à cette sénile jeunesse" de ses camarades d'études de Bonn, se plaignait encore en ces termes: "Les hommes que l'on peut aimer et estimer, plus encore les hommes qui nous comprennent, sont ridiculement rares. Mais c'est notre faute, nous somme venus au monde vingt ou trente ans trop tard..." Il s'était longtemps réjoui de rencontrer un homme qui avait été jeune au temps de ce "Jeune-hégelianisme" réprouvé, voire tabouisé depuis les années 1850 -- un temps qu'il admirait pour la "vivacité toute particulière de son esprit." Il s'était préparé à cette rencontre par ses lectures à Naumburg, pendant les vacances. Et c'est avec E. Mushacke, un vétéran de cette époque-là, qui prit rapidement en amitié ce jeune homme parti à l'assaut du ciel et lui proposa le tutoiement, qu'il passa ensuite deux semaines.

Il n'est guère pensable que Mushacke n'ait pas parlé à un Nietzsche à la fois intéressé et compétent de son ami Stirner; qu'il n'ait pas eu «L'Unique» dans sa bibliothèque et que Nietzsche n'ait pas dévoré là cet ouvrage. Il put y lire, alors qu'il venait, grâce à la critique de la religion de Feuerbach et peut-être aussi à la critique des Evangiles de Bauer, de se frayer un chemin jusqu'à l'athéisme étaient des "gens pieux", pourquoi et comment ils l'étaient. Il put y lire que Dieu était mort, y entendre parler d'immoralisme, de nihilisme etc. Il y vit comment quelqu'un s'était placé "au-delà du Bien et du Mal" et avait "philosophé avec un marteau" -- c'était là pour un être hautement sensible comme Nietzsche une surdose intellectuelle à peine assimilable. A l'ivresse mentale qu'elle suscita en lui succédèrent un véritable effondrement, l'auto-thérapie, la crise initiale, l fuite dans la philosophie de Schopenhauer d'une part et, d'autre part, dans "l'insensibilité stupide ... due à mon travail de bûcheron philologue."(50) Même si Nietzsche n'a plus jamais parlé par la suite de cette "époque autrefois admirée d'activité de l'esprit", il n'en a pas moins réalisé le grand projet évoqué, de manière encore euphorique, dans sa lettre du 19 octobre à E. Mushacke -- à vrai dire de façon inversée. Il n'a pas continué la philosophie des Lumières athée et radicale préparée par les Jeunes-hégeliens et initiée par Stirner -- il l'a "dépassée". (51)

Après sa double fuite, Nietzsche interrompit la relation établie dans l'exubérance avec E. Mushacke, de façon certes abrupte mais non spectaculaire. Il ne lui écrivit plus, priant son fils Hermann, dans les lettres qu'il lui envoya occasionnellement, de le saluer de la même formule qu'autrefois, avant leur fraternisation, et comme s'ils ne s'étaient jamais rencontrés: "Dis mon estime à tes parents" ou bien "Salues tes cher parents !" Il ne lui a pas rendu visite, pour autant que l'on sache, lors de ses rares voyages ultérieurs à Berlin. De son côté, le vétéran Jeune-hégelien, qui était entré, après ses années folles, dans le havre sûr d'une carrière dans l'enseignement d'Etat, n'en aura pas voulu à Nietzsche pour cela. Et Mushacke junior, que Nietzsche qualifiait d'"homme aimable", ne semble selon toute apparence même pas avoir remarqué quelque chose de la grande crise qui fut peut-être le changement de voie le plus important dans la carrière de son camarade d'études.

6. Epilogue

La réponse apportée ici sous une forme concise à la question "Nietzsche et Stirner", qui n'a jusqu'à aujourd'hui pas reçu de réponse, se fonde sur la découverte que Eduard Mushacke, le père d'Hermann Mushacke, camarade d'études de Nietzsche à Bonn, était un ami personnel de Max Stirner, l'auteur du livre "mal famé" (F. A. Lange) «Der Einzige und sein Eigentum» (1844 -- «L'Unique et sa propriété»). Elle consiste dans l'hypothèse facilement concevable selon laquelle le jeune Nietzsche, qui montrait un vif intérêt pour la philosophie critique de la religion de l'époque ayant précédé la révolution de mars 1848 et réprouvée après elle, aurait été confronté pendant son séjour de deux semaines chez Mushacke, en octobre 1865, à l'ouvrage de Stirner. Selon laquelle, en outre, cette expérience vécue aurait plongé Nietzsche dans une grave crise existentielle psycho-spirituelle, au cours de laquelle se décida sa vocation de philosophe. Cette hypothèse d'une crise initiale du philosophe doit sa plausibilité en premier lieu aux témoignages biographiques de Nietzsche (également sous la forme "négative" des traces oblitérées de Stirner dans l'œuvre et la succession); en second lieu à l'analyse du déroulement ultérieur de l'histoire des idées (traitement de la question "Nietzsche et Stirner", réactions à Stirner d'autres penseurs importants).

On peut sans doute prendre acte de l'identification d'E. Mushacke comme ami de Stirner comme d'un détail secondaire, qualifier toutes les conséquences qui en sont déduites de spéculations et les refuser. La valeur heuristique de ma reconstruction, la nouvelle perspective qu'elle ouvre sur l'œuvre de Nietzsche, sur sa vie et éventuellement sur sa crise finale, ne peut être reconnue que par ceux qui auront écarté de leur champ visuel deux obstacles massifs: le mépris conventionnel de Stirner et l'ignorance de l'histoire, amplement clandestine, de la ré(pulsion et dé)ception de son «L'Unique» -- une histoire qui dément ce mépris de singulière manière. (52)

Notes:

(1) Friedrich Nietzsche: Aus dem Nachlass 1884-85, Fragment Nr. 34 [232], April-Juni 1885. In ders.: Sämtliche Werke, KSA (Hg. Colli/Montinari), Band 11, p. 498

(2) Citons, parmi les ouvrages récents:
Pia Daniela Volz: Nietzsche im Labyrinth seiner Krankheit. Würzburg: Königshausen & Neumann 1990;
Richard Schain: The Legend of Nietzsche's Syphilis. Westport CT (USA): Greenwood Press 2001 (Contributions in Medical Studies, Number 46).
Tandis que Volz fait sienne dans son livre, précieux avant tout comme compilation de tous les documents importants, l'opinion répandue depuis Möbius (1902), selon laquelle l'effrondement de Nietzsche aurait eu des causes exogènes (syphilis au stade tertiaire, paralysie progressive), le neurologue et psychiatre Schain, examinant d'un point de vue critique le littérature existant sur le sujet, tient comme son collègue Louis Corman (Nietzsche, Psychologue des Profondeurs. Paris: Presses Universitaires 1982) ce diagnostic pour "insoutenable" et plaide en faveur des causes endogènes.

(3) On a étudié et on étudie encore l'évolution de Nietzsche au cours de son enfance et de son adolescence jusque dans les moindres détails. Ainsi, dans les dernières années, Hermann Josef Schmidt, professeur de philosophie à l'université de Dortmund, a-t-il tout particulièrement tenté, dans quatre volumes de 2500 (!) pages, de découvrir le Nietzsche manifestement encore et toujours "caché" (après un siècle de recherches nietzschéennes): »Nietzsche absconditus, oder: Spurenlesen bei Nietzsche.« 4 Bände. Aschaffenburg: IBDK 1991-1994. Toutefois, Schmidt s'arrête précisément en 1864, donc peu avant la crise initiale de Nietzsche et scrute depuis lors, avec sa méticulosité habituelle, la possible relation de Nietzsche avec le poète Ernst Ortlepp (»Der alte Ortlepp war's wohl doch, oder: für mehr Mut, Kompetenz und Redlichkeit in der Nietzscheinterpretation.« Aschaffenburg: Alibri 2001, 440 pp.).
Le fait que Schmidt limite ses recherches aux années antérieures à 1864 est d'autant plus remarquable que j'ai présenté, le 5 juillet 1991, au "Erstes Dortmunder Nietzsche-Kolloquium" organisé par lui, ma découverte biographique à propos de la crise initiale de Nietzsche d'octobre 1865.

(4) Friedrich Nietzsche: Rückblick auf meine zwei Leipziger Jahre (17. Oktober 1865 bis 10. August 1867). In: ders.: Werke in drei Bänden, hg. v. Karl Schlechta, München: Hanser 1954ff. Dritter Band, pp. 127-148

(5) Alois Riehl: Friedrich Nietzsche - der Künstler und der Denker. Stuttgart: Frommann 1897, p. 81

(6) Henning Ottmann: Philosophie und Politik bei Nietzsche. Berlin: Walter de Gruyter 1982, p. 309

(7) Rüdiger Safranski: Nietzsche. Biographie seines Denkens. München: Hanser 2000. p. 122-129.
(édtion française 2000 chez Actes Sud, Arles)
Sur le motif du chapitre consacré à Stirner dans le livre de Safranski voir
Bernd A. Laska: Den Bann brechen! - Max Stirner redivivus. Teil 2: Über Nietzsche und die Nietzscheforschung. In: Der Einzige.Vierteljahresschrift des Max-Stirner-Archivs Leipzig, Nr. 4 (12), 3. November 2000, pp. 17-23

(8) Curt Paul Janz: Friedrich Nietzsche. Biographie in drei Bänden. München: Carl Hanser 1978-1979
(édtion française 1984/85 chez Gallimard, Paris)

(9) Ont paru, déjà dans le tome 3 (pp. 443-446) des «Suppléments et corrections» aux tomes 1 et 2. Pour la 2ème édition chez Hanser, il y eut d'autres corrections et compléments, car, ainsi que Janz l'a écrit dans un article paru séparément et intitulé «Suppléments à la biographie de Nietzsche» (Nietzsche-Studien, 18 (1989), pp. 426-431), le public ayant montré un grand intérêt pour son ouvrage, de nombreux "textes provenant de collections particulières ordinairement peu accessibles ou conjecturables" ont été mis à sa disposition. Plusieurs éditions de l'ouvrage ont paru depuis 1981 chez "dtv" et, en dernier lieu, en 1999 aux éditions "Zweitausendeins".

(10) On trouve encore ces fautes dans la dernière édition, une fois de plus complétée, paru chez "Zweitausendeins". En ce qui concerne les corrections de cette édition et des précédentes, cf. le bref compte-rendu de Richard F. Krummel in Germanic Notes and Reviews, 32,2 (Fall / Herbst 2001), p. 200

(11) Ludwig Klages: Die psychologischen Errungenschaften Nietzsches. 1925. Cité d'après 3. Aufl., Bonn: Bouvier 1958, pp. 58-61

(12) Les deux cités d'après Bernd A. Laska: Ein dauerhafter Dissident. 150 Jahre Stirner "Einziger". Eine kurze Wirkungsgeschichte. Nürnberg: LSR-Verlag 1996 (»Stirner-Studien«, Band 2), pp. 88f

(13) Roberto Calasso: Der Untergang von Kasch. (it. Orig. 1983) Aus dem Italienischen von Joachim Schulte. Frankfurt/M: Suhrkamp-Verlag 1997, pp. 312-314;
(édition française «La ruine de Kasch», Paris, Gallimard 2002)
Il faudrait encore citer ici Ronald Paterson, auteur de la première -- et jusqu'à aujourd'hui dernière -- monographie sur Stirner dans l'espace culturel anglo-saxon (1971), qui aboutit également à la conclusion suivante: "Une société, dans laquelle l'indifférentisme égocentrique deviendrait le comportement général, serait une société au bord de la désintégration."
Cf. Paterson, Ronald W. K.: The Nihilistic Egoist Max Stirner. London: Oxford University Press 1971, p. 316

(14) Husserl-Archief te Leuven, Manuscript F I 28, S. 118

(15) Cf. Bernd A. Laska: "Katechon" und "Anarch". Die Reaktionen Carl Schmitts und Ernst Jüngers auf Max Stirner. Nürnberg: LSR-Verlag 1997 (»Stirner-Studien«, Band 3)

(16) cité d'après Hans G. Helms: Die Ideologie der anonymen Gesellschaft. Köln: DuMont Schauberg 1966, p. 200

(17) Karl Joël: Wandlungen der Weltanschauung. Eine Philosophiegeschichte als Geschichtsphilosophie. 2 Bände. Tübingen: J.C.B. Mohr 1928/34, S.II/636, 648f; Joël fut par ailleurs mêlé à la querelle privée, autour de la question "Nietzsche et Stirner", entre "Weimar" et "Basel" ("Bâle") (Elisabeth Förster-Nietzsche et Franz Overbeck). Il est donc entièrement au fait de ses dessous.

(18) Bernd A. Laska: Den Bann brechen! - Max Stirner redivivus. Teil 1: Über Marx und die Marxforschung. In: Der Einzige. Vierteljahresschrift des Max-Stirner-Archivs Leipzig, Nr. 3 (11), 3. August 2000, pp. 17-24;
Cf. aussi Teil 2: Nietzsche und die Nietzscheforschung. In: ebd., Nr. 4 (12), 3. November 2000, pp. 17-23

(19) Sur l'histoire de l'influence: Laska: Dissident, loc. cit. (n. 12);
Habermas commença sa carrière philosophique par une condamnation furieuse -- et n'en méritant pas moins d'être lue -- intitulée «Absurdität der Stirner'schen Raserei» («Absurdité de la folie furieuse stirnérienne») (Habermas, Jürgen: «Das Absolute und die Geschichte», Dissertation (thèse) Bonn 1954, pp. 16-34).
Il fit toujours par la suite, même dans des travaux sur le jeune-hégelianisme, un grand détour autour de Stirner, allant jusqu'à l'exclure d'énumérations telles que "Feuerbach, Ruge, Marx, Bauer et Kierkegaard" (Habermas, Jürgen: Drei Perspektiven -- Linkshegelianer, Rechtshegelianer und Nietzsche. In: Der philosophische Diskurs der Moderne. Frankfurt/M: Suhrkamp 1985, pp. 65-103). Attestant ainsi une intuition, qui le faisait ranger dans le cadre de la réception clandestine de Stirner.

(20) On trouve chez de nombreux auteurs des allusions à une importance potentielle de Stirner dans l'histoire des idées et du même coup à la question "Nietzsche et Stirner", souvent seulement entre les lignes. Refusant cependant d'examiner la chose à fond, on s'est tout au plus jusqu'ici arraché des diffamations ("mentalité petite-bourgeoise"), des condamnations ("religion satanique") ou encore un chuchotis de visions apocalyptiques (cf. supra), autant d'attitudes dont est remarquable le caractère accessoire et d'apparence forcée.

(21) Voir Laska: Dissident, loc. cit. (n. 12), pp. 23sq

(22) Voir Laska: Bann, Teil 1, loc. cit. (n. 18)

(23) Eduard von Hartmann: Philosophie des Unbewussten. 1869. 12. Aufl. Leipzig: Alfred Kröner 1923, p. 373

(24) Friedrich Albert Lange: Geschichte des Materialismus. 1866. Nachdruck Frankfurt: Suhrkamp 1974 (stw, Doppelband 70), pp. 528sq

(25) Robert Otto Anhuth: Das wahnsinnige Bewusstsein und die unbewusste Vorstellung. Ein Ant(h)elogikon der Hartmann'schen Philosophie. Halle: Fricke 1877, p. 52

(26) Voir Laska: Dissident, loc. cit. (n. 12); Laska, Bann, Teil 1, loc. cit. (n. 18)

(27) Pour quelques-uns, Stirner est devenu une idole. C'est ainsi que John Henry Mackay, son futur biographe, représenta en son nom un ultra-libéralisme de provenance nord-américaine baptisé "anarchisme individualiste", dirigé contre l'anarchisme collectiviste construit à partir de Proudhon, Bakounine et Kropotkine.

(28) Lettre de Heinrich Hengster, 24 juin 1889, citée d'après Janz: Nietzsche, loc. cit., p. III/336

(29) Eduard von Hartmann: Nietzsches "neue Moral". In: Preussische Jahrbücher, 67. Jg., Heft 5, Mai 1891, pp. 501-521; Version augmentée, avec une accusation de plagiat plus formelle, in d°: Ethische Studien. Leipzig: Haacke 1898, pp. 34-69

(30) Wolfert von Rahden: Eduard von Hartmann "und" Nietzsche. Zur Strategie der verzögerten Konterkritik Hartmanns an Nietzsche. In: Nietzsche-Studien, 13 (1984), pp. 481-502. Rahden est le seul auteur, dans le trente années d'existence des «Nietzsche-Studien», à aborder sommairement la question "Nietzsche et Stirner" -- dans une longue note en bas de page, p. 492

(31) zu Lauterbach vgl. Bernd A. Laska: Ein heimlicher Hit. 150 Jahre Stirners "Einziger". Eine kurze Editionsgeschichte. Nürnberg: LSR-Verlag 1994 (S. 18-28). La préface de Lauterbach à toutes les éditions Reclam de «L'Unique», de 1893 à 1924.
Il apparaîtra sans doute étrange que ce soit précisément un adversaire de Stirner qui ait été la force motrice la plus effective de sa redécouverte. Cependant, ce que l'on a appelé la "deuxième renaissance de Stirner" à partir du milieu des années 1960 -- après que Stirner fut à nouveau tombé dans l'oubli pendant presque un demi-siècle -- se mit aussi en branle selon le même modèle. Celui qui y joue le rôle du triomphateur sur le "dangereux" Stirner ne fut pas cette fois Nietzsche, mais Karl Marx. (voir Laska: Hit, op. cit.)

(32) Friedrich Heman: Der Philosoph des Anarchismus und Nihilismus. In: Der Türmer, 9. Jg., Band I, Okt. 1906, S. 67-74

(33) Franz Overbeck: Erinnerungen an Friedrich Nietzsche. In: Neue Rundschau, Feb. 1906, pp. 209-231 (227-228); cité d'après Carl Albrecht Bernoulli: Franz Overbeck und Friedrich Nietzsche - eine Freundschaft. 2 Bände. Jena: Eugen Diederichs 1908, pp. I/238sq

(34) Voir Janz: Nietzsche, op. cit., p. I/646

(35) Voir le rapport de Resa von Schirnhofer sur l'"interrogatoire", in Janz: Nietzsche, op. cit., p. III/212. Dans une lettre à Karl Joël du 12 mai 1899, Elisabeth Förster-Nietzsche affirme avoir en sa possession des déclarations en ce même sens de Rohde, Gersdorff, Seydlitz et Köselitz-Gast (Nietzsche-Archiv, Weimar).

(36) Mazzino Montinari: Friedrich Nietzsche. Eine Einführung. Berlin: Walter De Gruyter 1991, p. 135 (éd. orig. ital. 1975)

(37) cité in Bernoulli: Overbeck..., op. cit. (n. 33), p. I/136sq

(38) vgl. Ottmann: Philosophie..., op. cit., p. 309; Safranski: Nietzsche, op. cit., p. 129

(39) Hermann Schmitz: Philosophie als Selbstdarstellung. Bonn: Bouvier 1995, pp. 83-89)

(40) Il faut ici attirer l'attention sur un parallèle remarquable avec la recherche sur Marx. Bien que, dans le cas de ce dernier et contrairement à celui de Nietzsche, la rencontre avec «L'Unique» de Stirner ait été on ne peut mieux attestée par la découverte dans les œuvres posthumes de l'énorme manuscrit intitulé «Saint Max», les chercheurs marxiens de toute tendance furent portés -- à de très rares exceptions près -- à faire disparaître cette circonstance de la biographie et de l'histoire de l'évolution théorique de Marx. Fait à peine croyable, mais vrai: cf. Laska: Bann... Teil1, op. cit. (n. 18)

(41) Théophile Droz: La revanche de l'individu - Frédéric Nietzsche. In: La Semaine Littéraire (Genève), Année 1894, No. 44, 3 novembre 1894, pp. 517-520; traduction allemande partielle in: Zürcher Post, 7. November 1900

(42) Lettre de Friedrich Nietzsche à Hermann Mushacke du 20 septembre 1865.
Nietzsche était en train de lire le livre de Strauss «Die Halben und die Ganzen» («Les demis et les entiers»), qui venait de paraître. Lorsqu'il parle de philosophie hégelienne, il ne pense probablement pas à des textes de Hegel ou d'hégeliens orthodoxes, mais de Jeunes-hégeliens.

(43) Friedrich Nietzsche: Werke in drei Bänden. Hg. v. Karl Schlechta. München: Hanser 1954ff. Band 3, pp. 133f

(44) Elisabeth Förster-Nietzsche: Der junge Nietzsche. Leipzig: Alfred Kröner 1912, p. 171

(45) Janz: Nietzsche, op. cit., Band I, S. 265-267

(46) Nietzsche: Werke (Hg. Schlechta), op. cit., Band III, p. 148

(47) Werner Ross: Der ängstliche Adler. Stuttgart: DVA 1980, p. 158

(48) John Henry Mackay: Max Stirner. Sein Leben und sein Werk. 3. Aufl. Berlin-Charlottenburg: Selbstverlag 1914, p. 90

(49) Manfred Kliem: Wer war der im Engels-Brief vom 22. Oktober 1889 genannte, bisher nicht identifizierte Junghegelianer "Mussak"? In: Beiträge zur Marx-Engels-Forschung, Band 29, Berlin 1990, pp. 176-185

(50) Lettre de Friedrich Nietzsche à Hermann Mushacke du 14 mars 1866

(51) Je pars ici de l'hypothèse que Nietzsche a nourri pendant un court laps de temps l'idée de réanimer et de développer la philosophie des Lumières radicale de Stirner. Néanmoins, son œuvre philosophique, bien que l'on puisse y trouve de nombreuses traces de cet auteur, visait à le "dépasser" en l'étouffant et c'est aussi dans l'optique de cette fonction qu'il la conçut le plus souvent (cf. la réception clandestine de Stirner évoquée au début). C'est également dans l'optique de cette fonction que l'on peut voir un net parallèle avec l'évolution de Marx. Cf. Laska: Bann, Teil 1: Marx und Marxforschung, op. cit. (n. 18); Teil 2: Nietzsche und Nietzscheforschung, op. cit. (n. 18)

(52) On trouve depuis 1972 «Der Einzige» de Stirner dans la Universalbibliothek chez éd. Reclam (et depuis 1977 «L'Unique» chez éd. L'Age d'Homme, Lausanne). Sur la réception voir les trois «Stirner-Studien» (en allemand) parues à ce jour: »Stirner-Studien« (Laska: Hit, op. cit. (n. 31); Laska: Dissident, op. cit. (n. 12); Laska: Katechon, op. cit. (n. 15)) ainsi que mes travaux, qui sont accessibles de la manière la plus simple sous http://www.lsr-projekt.de/poly/frms.html mais sont également été pour la plupart imprimés.

Copyright 2005-20014 © by Bernd A. Laska

Commenter cet article