Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Suite à de multiples guignolades, le gouvernement et son préfet favori Monsieur Cadot ont daigné nous laisser manifester, mais avec un parcours fantaisiste et ridicule, de Bastille à Bastille (!), en passant par le bassin de l’Arsenal, dans le IVe.

Revivez le suivi de la manifestation dans l’article

  • Un postier du 92 est en Garde à vue depuis hier après midi. Rassemblement à partir de 17h au 5 rue de Parme, métro place de Clichy devant le comissariat du 9em arrondissement.

(Les contacts utiles :
Defcol (caisse de défense collective) : 07 53 82 19 10
Street medics : 07 51 30 64 57 / street.medic75@gmail.com)]

Les grèves, blocages et actions touchant toute la région, et Paris-Luttes étant un site participatif, n’hésitez pas à nous transmettre vos infos sur : greveloitravail@riseup.net

Vendredi 24 juin
  • Un postier du 92 est en Garde à vue depuis hier après midi. Rassemblement à partir de 17h au 5 rue de Parme, métro place de Clichy devant le comissariat du 9em arrondissement.
Jeudi 23 juin
  • 22h20 : Le blessé a été évacué par les pompiers. Les flics essaient de faire effacer toutes les photos prises alentour...
  • 22h00 : La manif sauvage s’est dispersée entre Belleville et Colonel Fabien. De ce que l’on sait, une personne aurait été arrêtée pour avoir gueulé dans la rue... Il y aurait eu quatre arrestations dans les alentours.
  • 21h50 : Au croisement des rue du Buisson Saint-Louis et rue Saint Maur, le blessé est toujours au sol et ne bouge pas... Les pompiers sur place.
  • 21h40 : La manif sauvage a duré une petite heure, à 500 personnes. Plusieurs banques ont été attaquées et le siège de la CFDT a vu ses vitrines fracassées ! Beaucoup de flics sur place. La manif s’est un peu dispersée pour se diriger ensuite vers la rue Saint-Maur. Ici, un blessé très grave a été matraqué au sol sans pitié par les keufs.
  • 20h50 : Une manif sauvage de plus de 500 personnes est partie de Ménilmontant direction Belleville.
  • 18h10 : Une autre personne reste en garde-à-vue au commissariat de l’Évangile pour la détention d’un... couteau à beurre. On ne rit pas.
  • 17h50 : Nasse en court à Bastille. Environ 200 personnes sont au milieu de la place, encerclées par les gendarmes mobiles.
  • 17h20 : Les gens ne veulent pas laisser la place de la Bastille avant 18h, heure légale de dispersion. Il reste plusieurs centaines de personnes. Il y aurait eu des arrestations. Les personnes interpellées avant la manif et emmenées rue de l’Évangile continuent de sortir par groupes de cinq... Une personne va rester au commissariat pour "rébellion".
  • 17h : Quelques centaines de personnes qui avaient occupé la gare de Lyon se font escorter par les flics. A priori au métro. Mais on a toujours des surprises avec les bleus alors bon...
  • 16h45 : Gros contrôle policier à Strasbourg-St-Denis. Les flics ont en main les photos de la manif sauvage qui s’est dispersée tout à l’heure près de la Bourse. Gare à vous !
  • 16h35 : La gare de Lyon est en train d’être évacuée par les flics. Ça se fait dans le calme.
  • 16h15 : Une manifestation sauvage est partie le long de l’avenue Daumesnil. Les manifestants auraient envahis la gare de Lyon. Les flics sont là !
  • 15h40 : Apparemment une manif sauvage a réussi à partir d’on ne sait où (visiblement vers Beaubourg). Elle se serait dispersée aux alentours de la place de la Bourse.
  • 15h30 Au moins une quarantaine de personnes sont dans le commissariat de l’Évangile mais ça commence déjà à sortir.
  • 15h20 : Sept personnes viennent de se faire embarquer par les flics visiblement pour une banderole qui ne plaisait pas aux keufs. Les médias parlent de 95 arrestations.
  • 15h10 : Du coup la manifestation stagne et les gens s’ennuient franchement. Ça repart sans grande conviction.
  • 15h : Comme prévu, toute la place est occupée. Les gens de la tête du cortège retrouvent la queue place de la Bastille après cette très longue balade. Les manifestants chantent "Tout le monde déteste tourner en rond".
  • 14h50 : Le rendez vous à Hôtel de Ville est complètement fliqué aussi. Au moins 30 camions. La ville est vraiment en état de siège.
  • 14h40 : Sur la place de la Bastille, il y a du monde. Les slogans sont variés : "Tout le monde déteste la police", "Hollande au Pôle emploi !", etc. SO très présent en tête de "cortège". En plus ça marche vite, ça va être fini rapidement.

Radio debout est en direct depuis la manifestation tout l’après-midi

  • 14h10 Il y a déjà des gens au commissariat de l’Évangile dans le 18e. Pas de nombre précis pour l’instant.
  • 13h30 : Près d’Oberkampf, des flics en civil chassent des gens des bancs publics pour s’y asseoir. Ils leur balancent : "on est des gradés, on s’assoit ici". Entendu également, de la part d’un officier : "tous les habits noirs dans les sacs, on prend".
  • 13h40 : Les flics photographient les gens et les vêtements des gens qui ne leur plaisent pas. Plusieurs fouilles suite aux sorties de métro.
  • 13h30 : Contrôles massifs dans le métro à Oberkampf. Mais en fait y a des contrôles partout. Personne ne peut rentrer avec un casque sur la place de la Bastille. Fouilles des sacs à dos, des sacs à main, des poches...
  • 13h15 : C’est super éclaté. Il y a des flics partout. La BAC fait des contrôles dans le métro Voltaire. Il ne faut pas aller à Richard Lenoir, c’est un vrai piège. Rendez-vous 14h30 devant l’Hôtel de Ville.
  • 13h : Les flics seraient déjà très nombreux du côté de Richard Lenoir... A Bastille, chaque entrée de la place est gardée par des dizaines de keufs, le moindre sac de course est fouillé. Si les contrôles restent aussi stricts à l’heure de départ de la manif, ça risque vite de créer d’énormes embouteillages sur les trottoirs !
  • 11h : Les flics sont déjà sur les dents bordel ! Y a des camions à eau qui circulent autour de Bastille, des caméras de vidéo surveillance temporaires ont été installées (une au moins rue de Lyon).
Mercredi 22 juin
  • 23h30 : les prochains rendez-vous pour demain :
    • à 13h métro Richard Lenoir : les comités d’action proposent de se retrouver à 13h au métro Richard Lenoir afin de constituer un cortège. "Nous envisagerons collectivement comment faire face au parcours grotesque proposé par la préfecture et accepté par les directions syndicales. Soyons là avec toutes nos banderoles, nos pancartes et nos idées, nombreux, déterminés, et manifestons !"
    • à 14 h place de la Bastille : lieu de départ de la manifestation contre la loi travail, "autorisée" à tourner en rond : en noir le parcours (et le sens de rotation), en rouge, la zone interdite à la circulation
    • Attention à vous ! Les 2000 flics présents (!) vont faire des fouilles systématiques avec interdiction de se masquer, enlèvement des bateaux sur le port (ils ont peur qu’on soit trop de pirates) et consignes très strictes aux SO...
  • 13h30 : la manifestation de jeudi est finalement autorisée, mais avec un parcours fantaisiste et ridicule, de Bastille à Bastille (!), en passant par le bassin de l’Arsenal, dans le IVe.
  • 12h30 : après l’interdiction de la manifestation demain par Valls, un appel à rassemblement ce soir à République à 18h30 circule sur les réseaux sociaux.
  • 10 h : si la manif syndicale contre la loi « Travaille ! » est interdite, il s’agirait d’une première depuis 1962 et le préfet Papon.
Mardi 21 juin
  • 17h30 : selon Le Parisien, la préfecture aurait lâché du lest et proposerait une manifestation Bastille-Place d’Italie ou Denfert-Place d’Italie. Ça promet quand même une manif très surveillée...
  • 15h30 : l’intersyndicale annonce refuser les injonctions de la préfecture à transformer la manif du 23 juin en rassemblement statique.
  • 11h : les CRS sont intervenus pour évacuer la TIRU d’Ivry, mais le blocage tient encore en partie. Les travailleurs de l’incinérateur (qui n’étaient pas en grève) le seront dès demain pour empêcher le redémarrage.
Lundi 20 juin
  • La préfecture de police de Paris indique qu’elle interdira la manifestation du 23 juin si celle-ci ne se transforme pas en simple rassemblement.

Comme les 130 interdictions de manifester mardi 14 juin n’ont pas découragé des centaines de milliers de personnes de défiler contre la loi Travail, de s’en prendre aux banques, assurances et autres commerces, de ne pas se laisser tabasser, gazer, nasser par la police sans réaction, le gouvernement a décidé cette fois d’interdire totalement les manifestations. Il était donc juste de voir dans ces premières interdictions la tentation d’empêcher à terme toute forme de contestation et de lutte contre la loi Travail et son monde.

Suivre le mouvement dans d’autres villes

Une page permet de suivre toutes les infos sur la loi Travail sur les sites locaux et participatifs du réseau "Mutu" (Brest, Paris, Tours, Marseille, Toulouse, Montpellier…). Enfin le site Médias libres permet de voir d’un coup d’œil l’ensemble des infos des sites alternatifs francophones.

Les suivis des semaines précédentes :

Retours sur la manifestation nationale du 14 juin contre la loi Travail à Paris

Salariat - précariat

région parisienne

blocages

19 juin

Du 6 au 13 juin : suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

blocages

14 juin

Du 23 mai au 5 juin : suivi de la mobilisation contre la loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

blocages

6 juin

Du 16 au 21 mai : suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

blocages

26 mai

Du 10 au 15 mai : suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

Paris

blocages

18 mai

Du 28 avril au 7 mai, suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

grèves

15 mai

Du 20 au 27 avril, suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

blocages

10 mai

Du 11 au 17 avril, suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

10 mai

Du 5 au 9 avril, suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

10 mai

Du 31 mars au 16 avril : Malgré les pressions politiques et policières, la Nuit Debout se maintient place de la Commune

Expression - Contre culture

République

occupation

10 mai

31 mars au 4 avril, suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

grèves

10 mai

Du 24 au 30 mars, suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

10 mai

Du 18 au 24 mars, suivi du mouvement contre la loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

10 mai

Du 9 au 17 mars, suivi du mouvement contre la Loi Travail

Salariat - précariat

région parisienne

10 mai

À lire également...

Commenter cet article