Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

C’est un vote de classe sans appel qui vient d’infliger un sévère KO aux élites de la bourgeoisie européenne, capitaliste et ultra-libérale. Les perdants de la mise en concurrence exacerbée de tous contre tous ont pris leur revanche. C’est la panique à Londres et à Bruxelles !

Les médias et politiques français attribuent unanimement la défaite de Cameron à la percée des idées xénophobes et nationalistes, « populistes » comme ils disent. Certes l’UKIP (« Parti de l’indépendance du Royaume-Uni ») fut la force politique principale dans cette campagne. Comme en France avec le vote FN dans les régions ouvrières dévastées par la désindustrialisation, une partie des travailleurs et travailleuses du Royaume-Uni ont exprimé un vote de rejet sans perspectives alternatives claires.

Là-bas comme ici, les politiques d’austérité menées par les gouvernements de gauche comme de droite ont brisé les repères, mais, curieusement, aucun média n’évoque la campagne pour un Brexit de gauche et internationaliste (« Left exit », ou Lexit), portée par l’extrême-gauche et le très combatif syndicat des transports, le RMT (80.000 adhérent.es).

La démission de Cameron (imagine-t-on Mitterrand ou Chirac, Sarkozy ou Hollande démissionner parce que minoritaires !?) et la pagaille à Bruxelles accélèrent la crise politique qui fait trembler l’Europe entière. A nous de convaincre qu’il n’y pas d’issue de secours nationaliste et xénophobe mais que l’alternative autogestionnaire se construira dans les luttes vers une société libérée du capitalisme.

Alternative libertaire, le 26 juin 2016

C’est un vote de classe sans appel qui vient d’infliger un sévère KO aux élites de la bourgeoisie européenne, capitaliste et ultra-libérale. Les perdants de la mise en concurrence exacerbée de tous contre tous ont pris leur revanche. C’est la panique à Londres et à Bruxelles !

Les médias et politiques français attribuent unanimement la défaite de Cameron à la percée des idées xénophobes et nationalistes, « populistes » comme ils disent. Certes l’UKIP (« Parti de l’indépendance du Royaume-Uni ») fut la force politique principale dans cette campagne. Comme en France avec le vote FN dans les régions ouvrières dévastées par la désindustrialisation, une partie des travailleurs et travailleuses du Royaume-Uni ont exprimé un vote de rejet sans perspectives alternatives claires.

Là-bas comme ici, les politiques d’austérité menées par les gouvernements de gauche comme de droite ont brisé les repères, mais, curieusement, aucun média n’évoque la campagne pour un Brexit de gauche et internationaliste (« Left exit », ou Lexit), portée par l’extrême-gauche et le très combatif syndicat des transports, le RMT (80.000 adhérent.es).

La démission de Cameron (imagine-t-on Mitterrand ou Chirac, Sarkozy ou Hollande démissionner parce que minoritaires !?) et la pagaille à Bruxelles accélèrent la crise politique qui fait trembler l’Europe entière. A nous de convaincre qu’il n’y pas d’issue de secours nationaliste et xénophobe mais que l’alternative autogestionnaire se construira dans les luttes vers une société libérée du capitalisme.

Alternative libertaire, le 26 juin 2016

Commenter cet article