Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Des flics avec des caméras HD à la main, ça interrogeait tout le monde pendant la manif du 19 mai. Certains imaginaient une nouvelle technique de traque policière. La réponse, vue à la TVdimanche soir, se révéle bien plus prosaïque.

En réalité, les flics produisaient des images directement pour le compte de TF1, qui avait aussi sa propre équipe mais sans le logo de la chaîne. Évidemment, le traitement médiatique de la manif’ par TéléBouygues est classique : les gentils policiers face aux méchant·es casseurs et casseuses. Et une fois de plus, TF1 s’est illustrée par des raccourcis et un montage destiné à délégitimer celles et ceux qui luttent depuis plusieurs mois contre la loi "Travaille !" et son monde.

Mais un visionnage attentif de la vidéo comparé aux témoignages reçus démontre un cynisme encore pire. On peut se demander si une partie des interventions musclées des flics, avec 8 personnes interpellées pour une manif où il ne s’est rien passé, ne relevaient pas du théâtre. Une mise en scène dans laquelle les manifestant·es n’auraient été que des figurants pour faire de l’audience et vendre la propagande du patronat.

TF1, police, même combat

Tout d’abord, comme tous les médias bourgeois, TF1 a une certaine idée de l’objectivité. En période de mouvement social il s’agit de ne prendre que les sources policières sans jamais les remettre en question.

Grâce à TF1 on apprendra ainsi en début de reportage que les lycéen·nes viennent pour sécher les cours, que les militant·es anarchistes de la CGA sont des casseurs et des casseuses en puissance, et qu’une banderole renforcée est une arme destinée à blesser les policiers car des « vis en dépassent ». En réalité elles semble surtout faites à la va-vite par des gens pas très bricoleur.es...

La magie du montage

A environ 5’30", la vidéo nous montre un face-à-face entre policiers et manifestant·es rue de Marseille après une tentative de départ en manif sauvage. La voix off nous explique : « Ils [sous-entendu "les casseurs"] vont une nouvelle fois tenter de quitter le cortège par l’avant. » L’image d’après, on voit alors un flot de manifestant·es entourer un canon à eau. La voix du reporter est alors remplacée par celle des flics du centre de contrôle des caméras de la ville qui expliquent que face à la pression de la foule, la police n’a d’autre choix que d’actionner le canon à eau.

Le récit de TF1 est simple et irréfutable : face à des casseurs et des casseuses qui ont tenté une nouvelle fois de déborder la manifestation, la police a été contrainte d’utiliser le canon à eau. Tout cela image à l’appui, c’est ça la magie du montage. Évidemment celles et ceux qui étaient en tète de cortège n’ont pas du tout vécu la même réalité !

Dans la ville de Guignol, les flics sont les rois/reines

Entre cette tentative avortée de départ en manif sauvage et les tirs du canon à eau montrés par TF1, il s’est en fait déroulé 15 à 20 minutes. Arrivé au milieu du pont de la Guillotière, un canon à eau placé derrière les cars de CRS qui devancent le cortège, est retourné face à la tête du cortège sans raison.

Si le but était de réprimer le départ en manif sauvage, 15 minutes plus tôt, pourquoi faire intervenir ce canon à eau si longtemps après ? Personne n’a compris ce volte-face hyper violent. Pendant une dizaine de minutes, le canon à eau et quelques CRS font ensuite face à la manif’ et bloquent la sortie du pont. Poussé·es par l’arrière de la manifestation qui ne comprend pas ce blocage du cortège, les premier·es manifestant·es se retrouvent bientôt collée au canon à eau. Profiant de l’occasion, certain.es sortent une bombe de peinture pour orner l’avant du véhicule policier d’un "ACAB". Le camion recule finalement jusqu’au début de la rue de la Barre.

S’ensuit une scène très étrange où le canon à eau recule lentement en zigzag. Petit à petit, il est dépassé sur ses côtés par les manifestant.e.s qui commencent à perdre patience car une grosse averse s’est déclenchée entre temps et tout le monde veut se mettre à l’abri. Sans motif, le canon à eau est actionné à plusieurs reprises jusqu’à ce que le cortège atteigne Bellecour.

Même la presse mainstream n’a pas compris la manœuvre et est allée interroger les flics sur ce blocage inutile du pont. Le lendemain, on apprend donc dans les colonnes du Progrès que « Ce blocage sur le pont a été fait car le cortège allait trop vite et la police n’avait pas eu le temps de bloquer la circulation. » Il ne s’agissait pourtant pas d’un parcours improvisé mais du classique Manufacture/Bellecour, déroulé des milliers de fois. Cette non-maitrise de la circulation alors qu’en même temps on nous vante des images d’hélicoptère « capables d’identifier un visage à plus d’1 km » nous semble une grosse blague.

En réalité, il nous semble bien plus probable qu’en bloquant le parcours de la manifestation sans raison apparente, les flics ont volontairement fait monter la tension. Ce qui a justifié l’utilisation du canon à eau. Il fallait bien faire plaisir à TF1 !!

Provocations policières pour la beauté de l’image

L’autre grand fait d’arme policier montré dans ce "reportage" est l’arrestation en direct de "casseurs". On nous montre donc un joli montage : à son arrivée place Bellecour, la tête de cortège court vers la rue Victor Hugo afin de partir « en sauvage », comme le disent les flics dans la vidéo. Puis un « casseur » jette une pierre sur les flics, et selon la voix off, montre « ses fesses ». Il se fait interpeller pendant que les flics balancent des lacrymos sur le reste de la manif. (À noter la seule scène marrante, que les manifestant·es n’avaient pas trop vu, quand les flics se gazent eux-mêmes).

Evidemment, la réalité n’est pas si limpide et ne tient pas dans un reportage aussi court. Quand on lit le suivi en direct de Rebellyon

, on voit qu’en réalité après ce premier départ en manif sauvage, tout le monde est retourné au centre de la place. C’est quand les flics ont procédé à une première interpellation rue Victor Hugo, qu’un cortège est reparti de l’autre côté de la place pour venir en aide à la personne. N’ayant pas réussi à la récupérer, une accordéoniste et des clowns se mettent devant la ligne de flics et commencent à danser et montrent leurs fesses (ce n’est donc pas le "casseur" qui l’a fait). Une quinzaine de minutes plus tard, les flics chargent violemment par derrière :

Des danseur.es chargé.es place Bellecour le 19 mai from Rebellyon on Vimeo.

Aucune mention ne sera faite dans le reportage des nombreux·ses manifestant·es blessé·es et mutilé·es par les flashballs, grenades de désencerclement ou coups de matraque lors de cette charge. Au total, sur les 10 minutes de reportage, seules 15 secondes de parole, soigneusement montées, seront concédées à un manifestant "virulent". 1/40e de temps de parole, pas mal.

Ce qu’il s’est passé jeudi 19 mai, c’était donc une répression spectaculaire au sens premier du terme : une répression pour le spectacle. Un petit geste policier en remerciement des gros services rendus par les télés. Le matraquage policier ne saurait en effet exister sans le matraquage médiatique. A cet égard, l’appel de l’intersyndicale du Rhône à la déontologie dans le traitement médiatique des manifestations contre la loi travail laisse espérer une prise de conscience collective sur l’alliance entre certains médias et les policiers.

Proposer un complément d'info

  • Le 28 mai à 12:44, par pierre#

    On peut aussi noter la différence avec le mardi 15 mai, deux jours plus tôt.

    Mardi durant presque l’ensemble du parcours la police est restée dans les rues parallèles, laissant une ambiance beaucoup plus apaisée (jusqu’à la charge incompréhensible à bellecour). La seule proximité entre manifestant et police se situait tout devant et était plus dûe au rythme des manifestant.

    Puis jeudi, avec leur belle caméra, on a à nouveau la police qui encadre de très près le cortège, en permanence quasiment au contact.

PUBLIEZ !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

L’usager de la grève, Roland Barthes

Alors que commencent les blocages économiques, la machine médiatique se met en branle de concert avec le gouvernement pour dénoncer les effets de la grève. Dans ce contexte la CIP-IDF republie un texte de 1957 qui déjà constatait l’existence de cette stratégie de guerre du...

Quand la police lyonnaise arrose, frappe et interpelle pour faire de belles images pour TF1

Des flics avec des caméras HD à la main, ça interrogeait tout le monde pendant la manif du 19 mai. Certains imaginaient une nouvelle technique de traque policière. La réponse, vue à la TV dimanche soir, se révéle bien plus prosaïque.

Appel de l’intersyndicale du Rhône à la déontologie dans le traitement médiatique des manifestations contre la loi travail

Assez de tentative de décrédibilisation du mouvement social et de mensonges. De trop nombreuses rédactions cherchent à jeter l’oprobe sur les grévistes contre la loi travail et à monter les salariés les uns contre les autres. A l’heure ou la machine économique va vers le blocage, il n’est plus question...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article