Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Chers tous,

Je crois que Jacky a raison : inutile de nous réunir si les engagements que nous avons pris ne se concrétisent pas. Michel a des problèmes de santé et le projet de texte, la nouvelle carte d’identité du club, est reportée. J’espère qu’il pourra nous le passer avant notre prochaine réunion en Avril. Mais chacun de nous peut réfléchir à ce que ce texte doit contenir. Je crois, pour ma part, que la question de la démocratie est LA question du siècle. Pas de changement révolutionnaire sans que ce problème soit abordé, discuté, voire réglé.

1) Dans les soviets, comme sur le plan électoral dans les pays bourgeois, la démocratie a été niée, vide de tout contenu progressiste. Dans les soviets, très vite, inévitablement les participants ont décliné, l’organisme s’est nécrosé, dominé par le parti bolchevik devenu parti unique. On peut toujours expliquer, ce que nous expliquions sur les causes : arriérations culturelles, guerre civile etc... Le fait est là, ces conseils ont d’ailleurs très vite disparu en Allemagne, Hongrie, Cuba etc... En URSS ils sont devenus vide de contenu démocratique dirigé par des bureaucrates, expulsant les salariés, le vote de fait étant obligatoire.
Sur le plan électoral, dans les pays bourgeois, la démocratie représentative, s’est, au fil du temps, également vidée de son contenu : partout, plus ou moins, même dans les systèmes parlementaires, tout est mis en œuvre pour « bonapartiser » les institutions, écarter les minorités, réduites dans le meilleur des cas à de la figuration. Le refus de la proportionnelle prend tout son sens réactionnaire. Ajoutons, et ce n’est pas un détail, que les médias au service du Capital renforcent ces traits. Enfin, quand exceptionnellement les élections donnent un résultat favorable aux révolutionnaires, que les appareils ne peuvent contenir la situation, fascisme, coups d’état militaire règlent le problème.

2) Cette !situation générale s’est, depuis la fin du 19ème siècle, traduite dans le mouvement syndical et politique. Peu ou prou, les militants sont expulsés, de fait, des organismes de direction. L’appareil contrôle tout. Se coopte. Et ça touche tout le monde, évidemment le fils de Paul Laurent mais également celui d’Alexandre Hébert... Social-démocratie ou staliniens utilisent formellement des systèmes internes différents (statuts, centralisme démocratique, etc...), mais le résultat est le même. C’est évidemment l’une des explications, du départ des militants, du rejet par les salariés des partis dits de « gauche » et même des syndicats.
Démocratie à l’extérieur et l’intérieur, nous devons nous atteler, à travailler, à réfléchir, à élaborer sur cette question. Aucun mouvement surgi, du bas de la société ne pourra aboutir cette question non résolue, non débattue par les masses. Les salariés savent que ! la dégénérescence de l’URSS, des révolutions cubaines, chinoises, vietnamiennes procèdent de cette question.
C’est en débattant de cette question dans tous les regroupements avec tous que cette difficulté pourra être abordée. Le problème est déterminant pour élaborer une alternative au capitalisme. Pas de communs sans démocratie. Pas de communs sans garantie et élargissement des libertés pour tous.
Il faut donc travailler sur ces problèmes, en revenant sur Rosa Luxembourg, J. Rancière, Jaurès, les !libertaires etc...
« La démocratie est à peine à ses débuts, elle n’est pas en panne, elle est seulement fatiguée d’immobilité ». Jean Jaurès

Voilà mon sentiment sur l’un des principaux éléments qui doit être contenu dans notre nouveau passeport. Par ailleurs, une remarque, une seule, sur la situation française. J’attends que le mouvement contre la loi « travail » progresse pour m’exprimer. Reste que la mobilisation de dizaines de milliers d’étudiants et de lycéens est évidemment un élément majeur.

Aboutiront-ils ou non ? Nous verrons. Ce qui me frappe c’est l’extrême faiblesse, l’impuissance du gouvernement. Il ne parvient plus à « réformer » donc à gouverner !
C’est important. Ça peut tenir jusqu’en 2017. Mais Hollande peut trébuche avant. C’est intéressant.
J.K.

PS : Réfléchissons à la régularité de nos réunions. J’ose une suggestion. Supprimer nos rendez-vous mensuels au profit, au moins une fois par trimestre, d’un déjeuner-débat. C’est plus simple, festif et on pourrait faire venir un conférencier à chaque fois mais également débattre de la situation politique. Qu’en pensez-vous ?

****

Début d’élaboration commune

Salut,
Je viens de lire la contribution de Charles. Très intéressant à mon avis. Cela fait longtemps que l’on ne cesse d’idéaliser les soviets. Marc Ferro, il y a de cela quelques années démystifiait clairement cette histoire dans "Des soviets au communisme bureaucratique."Pratiquement, dès le début, les ouvriers sont éjectés des soviets. Et ce, qu’il s’agisse de ceux dominés par les bolchéviks, par les mencheviks ou par les SR. Tous.
Dans le dossier que l’on a fait à Toulouse sur la Révolution d’octobre 34 aux Asturies (Cahiers du CTDEE, n° 2) , on est revenu sur cette question des "comités".
Hannah Arendt en parle dans "De la Révolution", mais celui qui l’analyse le plus précisément est Oskar Anweiller ("Les Soviets en Russie, 1905-1921"). La date est intéressante ; en clair, pour Anweiller, à partir de 1921, les soviets ne sont plus que des coquilles vides. Cela rejoint ce que disait déjà, il y a bien longtemps, Jan Makhaïski dans "Le Socialisme des intellectuels" : dès qu’on laisse les spécialistes de la plume et du verbe -intellectuels universitaires, de robe ou dits "organiques" - je n’aime pas le terme de Gramsci, car cela signifierait que les autres seraient "indépendants"- (ils peuvent d’être d’ailleurs d’origine ouvrière, cf. le cas Lula) prendre les rênes de la société, le ver est dans le fruit.
C’est une question difficile à résoudre. Pour ma part, je n’ai pas de réponse. Mais on est à chaque fois, tombé sur le même écueil.
J’ai vu le film sur Céline au Danemark réalisé par Emmanuel Bourdieu et produit par un certant J. K. Excellent. Surtout l’acteur qui joue le rôle de Céline.
Voili voilà.
Un abrazo.
FPA

 Club Politique Bastille

Commenter cet article