Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

LE MONDE DANS L'OMBRE DU FRIC

nterview de Myret Zaki,
rédactrice en chef adjointe du magazine économique suisse "Bilan"
et auteur de plusieurs livres sur la finance, février 2014.

Si nous ne partageons ni ses solutions ni ses prédictions, sont analyse de la situation n'en demeure pas mois pertinente.

EXTRAITS DE L'INTERVIEW

La finance de l'ombre est entrain d'augmenter, en taille, plus qu'avant la crise de 2008. Les banques qui ont perdus aux jeux financiers sont renflouées par les États, et si ça ne suffit pas les petits déposants devront sacrifier une part de leur épargne (10 % à 20 %) pour re-capitaliser ces banques.

Les banques globales et les banques centrales manipulent les marchés. La banque centrale des États Unis empêche le marché de baisser, elle est en train d'administrer le marché, donc ce n'est plus un marché. La norme est maintenant d'empêcher les banques de faire faillite et le marché de chuter.

Le système est malade, assisté. Il n'y a plus de taux d'intérêt, il n'y a plus de prix, il est totalement administré.

Ce système peut durer très longtemps, jusqu'à ce que la FED possède 90 % des actions, il n'y a pas de limite… La faillite du gouvernement des États Unis n'est pas déclarée, le plafond de la dette est régulièrement relevé, les actions sont rachetées pour donner une illusion de richesse et de bonne santé économique et financière.

Pour l'instant on est en train de désespérément tout faire pour que cette crise n'arrive pas, mais on utilise des remèdes tellement catastrophiques, que quand la crise va venir elle sera beaucoup plus grave que celle de 2008.

Les banques centrale manipulent les cours de l'or, pour l'empêcher de monter.

Les titres de dette des pays sont coté sur le marché. On peut acheter des options et des dérivés qui permette de vendre, sans même posséder cette dette, et de la faire baisser sur le marché. Quelques fonds spéculatif peuvent effectivement avoir un impact démesuré sur la dette de petits pays.

Il y a bientôt 800 000 milliards de contrats de dérivés en circulation. Ces contrats de dérivés sont extrêmement complexes, on ne sait pas vraiment de quoi ils sont fait. On va découvrir les nouvelles générations de dérivés après le crack qui va venir prochainement.
Le marché obligataire est gigantesque. Il se prête à énormément de spéculation depuis que la FED ne fait plus de taux d'intérêt on emprunter d'énormes liquidités. Toute une branche de la titrisation financière s'est installé sur le marché obligataire. Aujourd'hui il est extrêmement vulnérable. Une hausse des taux peut créer des défaillances illimitées.

Cette gigantesque nébuleuse qui s'est créée est très vulnérable. Tant que la FED continue à grossir la bulle, le crack ne va pas arrivé mais la bulle va encore grossir. Le désastre future sera encore plus grave. Au stade où on en est les dégras seront de toute façon illimité. Il vont essayer de ne pas permettre qu'un crack arrive. Ils vont soutenir le marché obligataire autant qu'ils le peuvent. Le danger ne peut venir que de l'extérieur des États Unis. D'autre pays vont découpler le reste de l'économie mondiale de ce système Dollars qui est maintenant défaillant.

La Fed avec 4000 milliards d'actifs à moitié toxiques sur son bilan, elle-même, a dit qu'elle était arrivée aux limites de ce qu'elle pouvait supporter. À un moment où à un autre le dollars va tomber à zéro, quand la Fed achètera tout le marché des actions américain.
Cette fois-ci il n'y aura pas de sauveteurs, il y aura des faillites bancaires massives. Le système va aller jusqu'au bout de sa logique et s'auto-détruire.

Il n'y a que la Chine qui puisse sauver son système bancaire en une nuit. La Chine a 3600 milliards de réserves.

L'Europe pourrait perdre des banques importantes. Tous les efforts de l'austérité vont être réduit à néant, il faudra à nouveau s'endetter…

http://www.youtube.com/watch?v=pdQJd7Py9bU

Commenter cet article