Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

La France reste aujourd’hui l’un des principaux Etats impérialistes de la planète. Pour tous les anti-impérialistes qui militent en France, la lutte contre l’impérialisme français devrait donc être une priorité, d’autant plus que les principaux médias ont un traitement très « officiel » de cette réalité, soit en n’en parlant pas, soit en relayant la propagande gouvernementale, et en tout cas en vantant toujours la « nécessité de l’influence de la France dans le monde ».

Ainsi en novembre 2004, le fait que l’armée française ait tiré en Côte d’Ivoire sur des manifestants, et fait plusieurs dizaines de morts, a d’abord été nié par la ministre de la défense, puis justifié au nom de la « légitime défense » (alors que des hélicoptères de combat avaient tiré sur des manifestants non-armés !). La ministre Alliot-Marie est malgré cela toujours en place, tout comme l’armée française est toujours présente en Côte d’Ivoire.

Au Togo, la France soutenait depuis des décennies le dictateur Eyadema Gnassingbé. Lorsque ce dernier est mort le 5 février 2005, le très démocrate Chirac a salué « un ami de la France » et « un ami personnel ». Faure Gnassingbé, fils du défunt dictateur, s’est alors emparé du pouvoir avec l’appui de l’armée et le soutien tacite de la France.

Contraint d’organiser un scrutin par la pression d’autres Etats africains, notamment l’Afrique du sud, le nouveau dictateur s’est assuré la victoire : les élections du 24 avril ont été le théâtre de trucages grossiers et d’exactions sanglantes, donnant Faure Gnassingbé vainqueur de façon artificielle. La Fédération Internationale des Droits de l’Homme a dénoncé « de graves et flagrantes violations des droits de l'Homme et du droit à des élections libres et pluralistes », mais le ministre français des affaires étrangères Michel Barnier a parlé d’élections aux « conditions globalement satisfaisantes ».

Le soulèvement des opposants à la dictature est aujourd’hui réprimé dans le sang par l’armée togolaise. Il y a eu au moins plusieurs dizaines de morts. Face à ce déferlement de violence, des milliers de togolais ont fui vers le Bénin ou le Ghana. Rappelons que le Ghana est le pays du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan. Selon François-Xavier Verschave : « Au moment où il y a eu une terrible guerre civile au Congo Brazzaville, Kofi Annan a dit confidentiellement : je ne peux rien faire car le Congo Brazzaville, c'est le domaine réservé de la France à l'ONU. Et je pense qu'il en est un peu de même avec le Togo » (LeMonde.fr, 29 avril 2005). Ce n’est qu’une nouvelle preuve de la nature de l’ONU, qui n’est pas un « outil pour la paix », mais un organisme soumis aux principaux Etats impérialistes.

Vous trouverez des informations sur la situation au Togo sur ce site : www.soutientogo.org

actu

Impérialisme de l’Etat français et situation au Togo