Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SERPENT -  LIBERTAIRE

anarchiste individualiste

Qui sont les Rohingya, peuple oublié des élections birmanes ? En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/11/11/qui-sont-les-rohingya-peuple-persecute-et-oublie-des-elections-birmanes

A l’approche des résultats officiels de l’élection en Birmanie organisée dimanche 8 novembre, le parti de l’opposante Aung San Suu Kyi est déjà assuré de remporter largement la majorité des sièges au Parlement. Si ces résultats marquent une première pour un pays dominé par une junte militaire pendant près d’un quart de siècle, ils tendent à reléguer à l’arrière-plan la situation des Rohingya persécutés dans le pays. Ils sont ainsi plus de 800 000 membres de cette minorité musulmane de Birmanie à n’avoir puvoter, puisqu’ils sont privés de papiers d’identité.

D’où viennent les Rohingya ?

Entre 800 000 et 1,3 million de Rohingya vivent actuellement dans l’Etat de l’Arakan, à l’ouest de la Birmanie. Un pays dont 80 à 90 % des 51 millions d’habitants sont bouddhistes. Comme le rappelle Le Monde diplomatique, certains historiens considèrent que les Rohingya descendent de commerçants et de soldats arabes, mongols, turcs ou bengalis convertis à l’islam au XVe siècle.

Dans le pays, l’origine même du nom de Rohingya est controversée. Les historiens birmans soutiennent que personne n’en avait entendu parler avant les années 1950. Ceux-ci renforcent la position du gouvernement qui estime que les Rohingya sont arrivés au moment de la colonisation britannique à la fin du XIXe siècle et qu’ils sont donc des immigrés illégaux du Bangladesh voisin.

Apatrides depuis 1982

Une loi de 1982 instaurée par la dictature militaire a rendu les Rohingya apatrides. Ils n’ont pas été reconnus comme faisant partie des 135 ethnies répertoriées en Birmanie. Le gouvernement birman ne reconnaît en effet que les « races nationales », celles présentes dans le pays avant l’arrivée des colons britanniques en 1823.

Sous pression des pays occidentaux et de l’ONU, le gouvernement birman a accepté avec réticence, fin 2014, le principe d’un « plan d’action » consistant à laisser la possibilité à ces résidents sans citoyenneté de demander leur régularisation. Les Rohingya voulant faire cette démarche sont cependant contraints de se déclarer comme « Bengalis » auprès de l’administration et donc de reconnaître être des immigrés illégaux.

En mars, le gouvernement a révoqué les cartes d’identité temporaires accordées jusqu’alors à des centaines de milliers de membres de la minorité musulmane, les privant du droit de vote pour les élections législatives du 8 novembre.

Lire aussi : L'interminable persécution des Rohingya birmans


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/11/11/qui-sont-les-rohingya-peuple-persecute-et-oublie-des-elections-birmanes_4807653_4355770.html#3MtmBdkMLJDMhKAe.99

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article