Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Lors du lancement d’Orient XXI le 1er octobre 2013, nous affirmions que nous étions convaincus « qu’il faut essayer d’appliquer à cette large aire géographique, aux mouvements politiques, culturels, sociaux qui s’y déploient, aux transformations de son économie, les mêmes règles d’analyse que l’on applique au reste du monde. Il n’existe aucune exception “musulmane” ou “arabe” ». Les attaques contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo et contre le supermarché cacher, l’assassinat de journalistes, de policiers, de simples citoyens, certains uniquement parce qu’ils étaient juifs, ont soulevé une considérable émotion en France, une condamnation très large. Mais elles ont aussi ouvert des vannes, permis le renforcement du discours sur l’« exception musulmane » et sur le « choc des civilisations ».

Au-delà des chagrins et des deuils, il nous faut pourtant raison garder. Car c’est la meilleure voie pour essayer de faire face à ce phénomène inquiétant qu’est le développement de groupes combattants transnationaux qui se réclament de l’islam, et dont les cibles sont le plus souvent des civils. Il faut en comprendre les racines pour mieux pouvoir les extirper.

Deux types de sujets méritent donc un débat approfondi. Quelle est la relation entre les interventions occidentales au Proche-Orient et dans le nord de l’Afrique et le renforcement de mouvements comme Al-Qaida ou l’organisation de l’État islamique ? Comment la destruction de l’Irak par les États-Unis après leur invasion de 2003, la persistance du drame palestinien, la guerre en Syrie alimentent-elles les haines et les rancœurs ? N’est-il pas temps de revoir la priorité occidentale aux opérations militaires ?

Ensuite se pose la question de la situation des populations musulmanes — expression qu’il faut manier avec une grande prudence tant elles sont diverses — en Europe et plus largement en Occident. Celles-ci sont soumises à des discriminations économiques et sociales, auxquelles s’ajoutent des dénonciations de leur religion qui, pour beaucoup d’entre eux (pas tous bien évidemment) constitue un élément de leur identité. Les élites restent insensibles à leur situation. À chaque crise (souvenons-nous de la révolte des banlieues de 2005 et 2007) se multiplient les promesses de s’attaquer à leurs problèmes. Mais, au-delà des discours, c’est une politique de répression, de renforcement des mesures antiterroristes, de condamnations en « extrême urgence » pour « apologie du terrorisme » qui se met en place, soulevant la juste inquiétude de la Ligue des droits de l’homme ou d’Amnesty international.

Orient XXI n’a pas vocation à aborder les problèmes qui relèvent de la politique intérieure de la France, mais nous ne pouvons rester indifférents aux rapports qui se créent entre « intérieur » et « extérieur », à travers l’idée d’une « menace islamiste » mondiale et contre laquelle nous serions en guerre. C’est pourquoi nous inaugurons aujourd’hui un dossier sur « le choc Charlie Hebdo » et sur ses implications sur la politique internationale et l’évolution des pays du monde musulman et de leur rapport avec l’Occident.

Commenter cet article