Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Lettre d’Alfred Hitchcock à François Truffaut

Quatre avant sa disparition, le réalisateur américain Alfred Hitchcock (13 août 1899 – 29 avril 1980) semble las des films qui ont fait sa réputation : fatigué des « thriller » et autres « histoire(s) à suspense », il s’est tourné, depuis quelques années déjà, vers un genre plus psychologique (Pas de printemps pour Marnie, Frenzy). Dans cette lettre à François Truffaut, qui l’avait encensé lorsqu’il était critique aux Cahiers du Cinéma, il lui exprime son admiration à trouver les thèmes de ses films ; un véritable honneur pour le réalisateur français !

20 octobre 1976


Cher François,


Merci beaucoup pour votre lettre manuscrite.


Vous m'y parlez de votre prochain film. Ce que j'aimerais savoir, c'est comment vous trouvez les sujets de vos films ! Pour le moment, c'est en vain que j'essaie d'en trouver un.


Vous êtes maintenant, comme vous vous en rendez compte, un homme libre de faire tout ce qu'il veut. Quant à moi, je ne peux faire ce qu'on attend de moi, c'est-à-dire un thriller ou une histoire à suspense, et cela me donne du mal.


Il y a tant d'histoires qui paraissent ne traiter que de néo-nazis, de Palestiniens en lutte avec les Israéliens, etc.


Et, comme vous le voyez, aucun de ces sujets ne présente de conflit qui possède une dimension humaine.


Comment peut-on avoir un Arabe de comédie ? Cela n'existe pas, pas plus qu'un Israélite amusant. Je prends ces deux exemples, car on me les a mis sur mon bureau pour que les étudie.


Je me dis parfois que la meilleure oeuvre comique ou dramatique pourrait se jouer ici, dans mon bureau, avec Peggy, Sue et Alpha. Le seul inconvénient, c'est qu'il faudrait en tuer une, ce que je regretterais profondément.


En tout cas, François, bonne chance pour votre prochain film.


Je vous prie de croire en mon meilleur souvenir.


Bien affectueusement,


Hitch

Commenter cet article