Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Par Roland de Courson

PARIS, le 18 Juin, 2014 - Profondément images inquiétantes montrent Etat islamique d'Irak et les militants Levant (ISIL) exécutant des soldats ou des membres des forces de sécurité quelque part dans la province de Salaheddine de l'Irak. Ils ont d'abord été en ligne le 14 Juin et bientôt apparu sur divers sites Web et comptes Twitter djihadistes, et ils ont été publiés par l'AFP et d'autres agences de presse.

Des photos comme celles-ci représentent clairement la propagande extrémiste, donc auraient-ils été publiés? Pour l'AFP, la réponse est oui - mais pas sans prendre les précautions minutieuses pour s'assurer qu'ils n'ont pas été truquées. Nous avons également évité de publier ces photos illustrant la violence gratuite pour son propre bien.

Un des sites djihadistes constamment surveillés par l'AFP. (Screengrab)

Un des sites djihadistes constamment surveillés par l'AFP. (Screengrab)

Au siège Moyen-Orient de l'AFP, situé à Nicosie, une équipe de journalistes arabophones surveiller en permanence les sites islamistes radicaux et comptes de réseaux sociaux, à la recherche de nouvelles et des images provenant de zones de guerre en Irak et la Syrie.

"Vous devez être rapide», explique Patrick Baz, directeur de la photo pour le Moyen-Orient et Afrique du Nord. "Les liens peuvent disparaître d'un moment à l'autre. Et souvent, Twitter va supprimer des comptes avec un contenu violent ".

Capture.JPG

Ces images d'exécutions de masse ont d'abord été rendus publics par le site jihadiste wilayat de Salahuddin, puis s'est rapidement répandue sur Twitter. Pour l'AFP, il était clair que nous devions transmettre les images.

Nous avons couru ces images en raison de leur importance historique, témoignant de l'extrême dureté de la situation actuelle en Irak. Aussi, parce que l'Agence France-Presse ne remet pas en général le contenu directement aux consommateurs (en dehors de ce blog), il envoie des photos aux médias client qui décident alors de publier ou non les photos, en fonction de leurs propres lignes directrices et pratiques éditoriales.

(AFP / HO / wilayat de Salahuddin)

(AFP / HO / wilayat de Salahuddin)

«Il faut montrer ce qui s'est passé», dit-Baz. "Pour le moment, aucun journaliste ou observateur indépendant peuvent entrer dans les zones de djihadistes détenus sans faire face à l'enlèvement imminent ou la mort. Ces photos sont la seule preuve disponible. Bien sûr, c'est de la propagande. Ces photos sont destinées à terroriser l'ennemi. Mais ce sont aussi des photos de valeur historique, tout comme les images d'officiers nazis exécution des résistants et des Juifs ".

AFP n'utilise pas d'images de violence avec une valeur de nouvelles douteuse ou inexistante. En conséquence, nous n'avons pas publié une photo en gros plan d'un homme qui avait été expulsé à plusieurs reprises dans la tête, ou d'une autre image d'un militant tenant une tête décapitée. D'une manière générale, d'autres organismes ont les mêmes critères.

Nous avons également besoin d'être certain que les images n'avaient pas été truqué. Une des questions qui se posent à la première image des exécutions était de savoir si les organismes supplémentaires ont été ajoutés dans l'image avec Photoshop ou par certains logiciels tels manipulation de l'image, pour tenter de faire la photo encore plus d'impact. Ce vieux truc de propagande a été utilisé par la Corée du Nord pour tenter de duper les médias internationaux. AFP utilise un logiciel judiciaire appelé Tungstène à chercher si une image a été modifiée.

L'image en haut de la page analysée par le logiciel Tungstène retouche de détection. L'examen montre clairement (dans le cercle rouge) que le visage d'un homme a été manipulée pour lui faire méconnaissable. (AFP)

L'image en haut de la page analysée par le logiciel Tungstène retouche de détection. L'examen montre clairement (dans le cercle rouge) que le visage d'un homme a été manipulée pour lui faire méconnaissable. (AFP)

Il peut être compliqué à utiliser - révélant une modification faite par un expert peut prendre une journée entière - mais Tungstène dans ce cas a montré que les photos de l'ISIL en Irak n'ont pas été significativement manipulé.

"L'examen a montré quelques retouches», dit Antonin Thuillier, spécialiste Tungstène de l'AFP. «Les couleurs ont été sur-saturé, peut-être pour mieux mettre en évidence les mares de sang. Les visages des djihadistes ont été assombrie (voir cercle rouge ci-dessus). Enfin, il ya des doutes autour de la fumée en arrière-plan. Les taches rouges, à l'image ci-dessous, montrent deux zones de la photo qui sont identiques. L'outil de clone de Photoshop aurait pu être utilisé pour cacher quelque chose derrière, ou peut-être même un peu de poussière sur le capteur de la caméra. "

Tungstène révèle aussi qu'une partie de l'image a probablement été modifié avec l'outil de clonage Photoshop pour cacher quelque chose dans le fond ou pour enlever un peu de poussière sur le capteur de la caméra. (AFP)

Tungstène révèle aussi qu'une partie de l'image a probablement été modifié avec l'outil de clonage Photoshop pour cacher quelque chose dans le fond ou pour enlever un peu de poussière sur le capteur de la caméra. (AFP)

La tâche est compliquée par le fait que ce type de photo circule largement en ligne avant d'être repris par les journalistes. Chaque utilisateur du site web ou pourrait changer l'image dans une multitude de façons, comme l'ajout des logos ou des commentaires tatouées avant la réédition de l'image. "Quand je trouve une image intéressante, j'essaie de revenir à l'original», dit-Baz. "Et si je ne peux pas faire ça, je recadrer l'image à supprimer les éléments sans valeur de nouvelles."

A l'origine, la photo publiée en ligne ressemblait à celui ci-dessous. La première expression arabe dit que c'est une opération "alias Assad al-Rahman al Bilawi Abou Abd al-Rahman", le nom d'un leader djihadiste tué par les forces irakiennes à Falloujah. La deuxième phrase donne plus de détails: ". L'liquidation de membres de l'armée safavide qui fuyaient en civil" (La dynastie safavide a jugé l'Iran depuis des centaines d'années et converti à l'islam chiite et converti de nombreuses populations au cours de leurs conquêtes "Safavides». est le surnom donné à chiites extrémistes sunnites par.)

L'image telle qu'elle a été diffusée par les djihadistes en ligne, avant le recadrage. (AFP / HO / wilayat de Salahuddin)

L'image telle qu'elle a été diffusée par les djihadistes en ligne, avant le recadrage. (AFP / HO / wilayat de Salahuddin)

Dans le cas de la photo en haut de cette page, "les manipulations ne semblent pas avoir été fait pour modifier sensiblement le contenu informationnel de la photo», dit Thuillier. Il n'y a pas de corps supplémentaires ou des militants ajoutés par Photoshop. AFP a donc publié la photo, avec un avertissement alerte les clients de retouches possibles et en ajoutant clairement qu'il s'agissait d'une photo tirée de l'Internet, ce qui rend impossible de vérifier de façon indépendante la date et le lieu de l'image.

"Bien sûr, Tungstene ne peut pas détecter les photos qui ont été entièrement mis en scène», ajoute Thuillier. "Si les djihadistes avaient décidé d'empiler les organismes ici à un autre endroit, ou même si les gens sont couchés sur le sol et semblant d'être morts pour rendre la scène plus terrifiant, le logiciel ne peut pas détecter cela."

irak-pistolet-execution_m.jpg

Cette image, tirée d'une vidéo sur YouTube en Février 2014, montre prétendument militants ISIL exécution d'un groupe de soldats irakiens, quelque part dans la province d'Anbar. (AFP / HO / YouTube)

Mais la probabilité de cet être mise en scène est faible, dit Baz. Considérant le type de violence connus pour avoir été perpétré par ISIL cours des derniers mois en Irak et en Syrie, il semble plus probable que ce fut un véritable événement.

"Les djihadistes n'ont pas besoin de mettre en scène des incidents», explique le photographe, qui a couvert des conflits au Moyen-Orient et ailleurs depuis près de 30 ans.

L'image telle qu'elle a été diffusée par les djihadistes en ligne, avant le recadrage. (AFP / HO / wilayat de Salahuddin)

L'image telle qu'elle a été diffusée par les djihadistes en ligne, avant le recadrage. (AFP / HO / wilayat de Salahuddin)

6 réactions

1 De chaostanni - 18/06/2014, 12:24

malade à mon noyau le plus profond ... pourquoi personne ne s'arrête ... pourquoi il ne l'humanité ne sera jamais trouver la paix ...

2 De Jihan Hammad - 18/06/2014, 17:19

C'est une honte que l'ONU ne s'implique pas. Pas l'Amérique, pas la Russie, mais l'ONU devraient traiter des questions de ce genre. Ils devraient être les gendarmes du monde pour les injustices.

3 De tmdar52 - 18/06/2014, 20:41

c'est la graine de la haine semée par US qui a fleuri en Irak, la Syrie, le Pakistan, l'Afghanistan et prend des racines profondes au Qatar, Arabie saoudite, Bahreïn et ailleurs. La responsabilité indirecte se trouve sur les laquais des États-Unis qui ont choisi de détruire leur pays pour l'auto gloire

4 De shyguy - 20/06/2014, 12:29

Un Sham Créée par l'Américain, ils sont maintenant emportant leurs mains après avoir essuyé la dernière goutte de pétrole et de les laisser sécher osseuse est ce que la politique américaine est ... God Save Middl Est

5 De Ahmad - 28/06/2014, 17:38

Tuer des Forces et le peuple irakiens innocents par ISIL est un crime contre la paix et la stabilité en Irak, ce massacre ne montre aucune pitié qui est contre l'humanité.

6 De Aly - 30/06/2014, 23:57

Cette barbarie a été déclenchée par les forces mondiales, y compris les Etats-Unis et l'OTAN, qui pillent les ressources des petits pays, agissant pour le compte de sociétés pétrolières avides.

Absolument horribles méfaits de l'ISIL. Qu'ils pourrissent en enfer, comme ils doive

Par Roland de Courson

PARIS, le 18 Juin, 2014 - Profondément images inquiétantes montrent Etat islamique d'Irak et les militants Levant (ISIL) exécutant des soldats ou des membres des forces de sécurité quelque part dans la province de Salaheddine de l'Irak. Ils ont d'abord été en ligne le 14 Juin et bientôt apparu sur divers sites Web et comptes Twitter djihadistes, et ils ont été publiés par l'AFP et d'autres agences de presse.

Des photos comme celles-ci représentent clairement la propagande extrémiste, donc auraient-ils été publiés? Pour l'AFP, la réponse est oui - mais pas sans prendre les précautions minutieuses pour s'assurer qu'ils n'ont pas été truquées. Nous avons également évité de publier ces photos illustrant la violence gratuite pour son propre bien.

Un des sites djihadistes constamment surveillés par l'AFP. (Screengrab)

Au siège Moyen-Orient de l'AFP, situé à Nicosie, une équipe de journalistes arabophones surveiller en permanence les sites islamistes radicaux et comptes de réseaux sociaux, à la recherche de nouvelles et des images provenant de zones de guerre en Irak et la Syrie.

"Vous devez être rapide», explique Patrick Baz, directeur de la photo pour le Moyen-Orient et Afrique du Nord. "Les liens peuvent disparaître d'un moment à l'autre. Et souvent, Twitter va supprimer des comptes avec un contenu violent ".

Ces images d'exécutions de masse ont d'abord été rendus publics par le site jihadiste wilayat de Salahuddin, puis s'est rapidement répandue sur Twitter. Pour l'AFP, il était clair que nous devions transmettre les images.

Nous avons couru ces images en raison de leur importance historique, témoignant de l'extrême dureté de la situation actuelle en Irak. Aussi, parce que l'Agence France-Presse ne remet pas en général le contenu directement aux consommateurs (en dehors de ce blog), il envoie des photos aux médias client qui décident alors de publier ou non les photos, en fonction de leurs propres lignes directrices et pratiques éditoriales.

(AFP / HO / wilayat de Salahuddin)

«Il faut montrer ce qui s'est passé», dit-Baz. "Pour le moment, aucun journaliste ou observateur indépendant peuvent entrer dans les zones de djihadistes détenus sans faire face à l'enlèvement imminent ou la mort. Ces photos sont la seule preuve disponible. Bien sûr, c'est de la propagande.Ces photos sont destinées à terroriser l'ennemi. Mais ce sont aussi des photos de valeur historique, tout comme les images d'officiers nazis exécution des résistants et des Juifs ".

AFP n'utilise pas d'images de violence avec une valeur de nouvelles douteuse ou inexistante. En conséquence, nous n'avons pas publié une photo en gros plan d'un homme qui avait été expulsé à plusieurs reprises dans la tête, ou d'une autre image d'un militant tenant une tête décapitée.D'une manière générale, d'autres organismes ont les mêmes critères.

Nous avons également besoin d'être certain que les images n'avaient pas été truqué. Une des questions qui se posent à la première image des exécutions était de savoir si les organismes supplémentaires ont été ajoutés dans l'image avec Photoshop ou par certains logiciels tels manipulation de l'image, pour tenter de faire la photo encore plus d'impact. Ce vieux truc de propagande a été utilisé par la Corée du Nord pour tenter de duper les médias internationaux.AFP utilise un logiciel judiciaire appelé Tungstène à chercher si une image a été modifiée.

L'image en haut de la page analysée par le logiciel Tungstène retouche de détection. L'examen montre clairement (dans le cercle rouge) que le visage d'un homme a été manipulée pour lui faire méconnaissable. (AFP)

Il peut être compliqué à utiliser - révélant une modification faite par un expert peut prendre une journée entière - mais Tungstène dans ce cas a montré que les photos de l'ISIL en Irak n'ont pas été significativement manipulé.

"L'examen a montré quelques retouches», dit Antonin Thuillier, spécialiste Tungstène de l'AFP.«Les couleurs ont été sur-saturé, peut-être pour mieux mettre en évidence les mares de sang. Les visages des djihadistes ont été assombrie (voir cercle rouge ci-dessus). Enfin, il ya des doutes autour de la fumée en arrière-plan. Les taches rouges, à l'image ci-dessous, montrent deux zones de la photo qui sont identiques. L'outil de clone de Photoshop aurait pu être utilisé pour cacher quelque chose derrière, ou peut-être même un peu de poussière sur le capteur de la caméra. "

Tungstène révèle aussi qu'une partie de l'image a probablement été modifié avec l'outil de clonage Photoshop pour cacher quelque chose dans le fond ou pour enlever un peu de poussière sur le capteur de la caméra. (AFP)

La tâche est compliquée par le fait que ce type de photo circule largement en ligne avant d'être repris par les journalistes. Chaque utilisateur du site web ou pourrait changer l'image dans une multitude de façons, comme l'ajout des logos ou des commentaires tatouées avant la réédition de l'image. "Quand je trouve une image intéressante, j'essaie de revenir à l'original», dit-Baz. "Et si je ne peux pas faire ça, je recadrer l'image à supprimer les éléments sans valeur de nouvelles."

A l'origine, la photo publiée en ligne ressemblait à celui ci-dessous. La première expression arabe dit que c'est une opération "alias Assad al-Rahman al Bilawi Abou Abd al-Rahman", le nom d'un leader djihadiste tué par les forces irakiennes à Falloujah. La deuxième phrase donne plus de détails: ". L'liquidation de membres de l'armée safavide qui fuyaient en civil" (La dynastie safavide a jugé l'Iran depuis des centaines d'années et converti à l'islam chiite et converti de nombreuses populations au cours de leurs conquêtes "Safavides». est le surnom donné à chiites extrémistes sunnites par.)

L'image telle qu'elle a été diffusée par les djihadistes en ligne, avant le recadrage. (AFP / HO / wilayat de Salahuddin)

Dans le cas de la photo en haut de cette page, "les manipulations ne semblent pas avoir été fait pour modifier sensiblement le contenu informationnel de la photo», dit Thuillier. Il n'y a pas de corps supplémentaires ou des militants ajoutés par Photoshop. AFP a donc publié la photo, avec un avertissement alerte les clients de retouches possibles et en ajoutant clairement qu'il s'agissait d'une photo tirée de l'Internet, ce qui rend impossible de vérifier de façon indépendante la date et le lieu de l'image.

"Bien sûr, Tungstene ne peut pas détecter les photos qui ont été entièrement mis en scène», ajoute Thuillier. "Si les djihadistes avaient décidé d'empiler les organismes ici à un autre endroit, ou même si les gens sont couchés sur le sol et semblant d'être morts pour rendre la scène plus terrifiant, le logiciel ne peut pas détecter cela."

Cette image, tirée d'une vidéo sur YouTube en Février 2014, montre prétendument militants ISIL exécution d'un groupe de soldats irakiens, quelque part dans la province d'Anbar. (AFP / HO / YouTube)

Mais la probabilité de cet être mise en scène est faible, dit Baz. Considérant le type de violence connus pour avoir été perpétré par ISIL cours des derniers mois en Irak et en Syrie, il semble plus probable que ce fut un véritable événement.

"Les djihadistes n'ont pas besoin de mettre en scène des incidents», explique le photographe, qui a couvert des conflits au Moyen-Orient et ailleurs depuis près de 30 ans.

L'image telle qu'elle a été diffusée par les djihadistes en ligne, avant le recadrage. (AFP / HO / wilayat de Salahuddin)

6 réactions
  • 1 De chaostanni - 18/06/2014, 12:24

    malade à mon noyau le plus profond ... pourquoi personne ne s'arrête ... pourquoi il ne l'humanité ne sera jamais trouver la paix ...

  • 2 De Jihan Hammad - 18/06/2014, 17:19

    C'est une honte que l'ONU ne s'implique pas. Pas l'Amérique, pas la Russie, mais l'ONU devraient traiter des questions de ce genre. Ils devraient être les gendarmes du monde pour les injustices.

  • 3 De tmdar52 - 18/06/2014, 20:41

    c'est la graine de la haine semée par US qui a fleuri en Irak, la Syrie, le Pakistan, l'Afghanistan et prend des racines profondes au Qatar, Arabie saoudite, Bahreïn et ailleurs. La responsabilité indirecte se trouve sur les laquais des États-Unis qui ont choisi de détruire leur pays pour l'auto gloire

  • 4 De shyguy - 20/06/2014, 12:29

    Un Sham Créée par l'Américain, ils sont maintenant emportant leurs mains après avoir essuyé la dernière goutte de pétrole et de les laisser sécher osseuse est ce que la politique américaine est ... God Save Middl Est

  • 5 De Ahmad - 28/06/2014, 17:38

    Tuer des Forces et le peuple irakiens innocents par ISIL est un crime contre la paix et la stabilité en Irak, ce massacre ne montre aucune pitié qui est contre l'humanité.

  • 6 De Aly - 30/06/2014, 23:57

    Cette barbarie a été déclenchée par les forces mondiales, y compris les Etats-Unis et l'OTAN, qui pillent les ressources des petits pays, agissant pour le compte de sociétés pétrolières avides.

    Absolument horribles méfaits de l'ISIL. Qu'ils pourrissent en enfer, comme ils doivent.

Catégories

Mots clés

S'abonner

Copyright © 2014 - AFP