Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

 CRITIQUE  RELIGIEUSE

ETUDE, ANALYSE ET COMMENTAIRE
du CHAPITRE 3 de LA GENESE
:

LE PECHE
R ORIGINEL
LA TENTATI
ON DU SERPENT
adam et eve et la pomme le fruit défendu la chute du paradis originel
Etude biblique, commentaires du chapitre 3 de la Genese la tentation d'eve,la chûte du jardin d'eden
Adam et Eve, la pomme, le serpent, la chute des anges potentiels, l'expulsion du paradis



CONSEQUENCE DE LA DESOBEISSANCE
D'ADAM ET EV
E :
(Génèse CHAPITRE 3.17 à 3.19 :)

"Puisque tu as écouté la voix de ta femme,
et que tu as mangé de l’arbre
au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: Tu n’en mangeras p
oint !

le sol sera maudit à cause de toi.
C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture
tous les jours de t
a vie.


Il te produira des épines et des ronces,
et tu mangeras de l’herbe des cham
ps.

C’est à la sueur de ton visage
que tu mangeras du p
ain,

jusqu’à ce que tu retournes dans la terre,
d’où tu as été pris;
car tu es poussière,
et tu retourneras dans la p
oussière."


"CAR TU ES POUSSIERE ET TU RETOURNERAS
A LA POUSSIE
RE"

Cette phrase ne semble t'elle pas profondément athée, plutôt qu'issue d'un livre religieux ?

On nous rappelle que l'homme a été créé au préalable avec de l'argile, qu'il est né de la poussière et qu'il retournera a la poussière.
Donc qu'il n'est rien, qu'un tas de poussière.

C'est la conception athée de la condition humaine :"l'homme n'est rien."

Dans cette épisode, le texte biblique explique a l'homme que non seulement il n'est rien, mais qu'il n'a rien d'autre a espérer de la vie qu'une dure vie de labeur.

En fait c'est un condensé d'athéisme, qui est justifié dans le texte, par la désobéissance de l'homme a "Dieu".Et en énorme filigrane, la conception antique hautement Capitaliste du monde : l'homme n'est rien d'autre qu'un esclave voué au service des "Seigneurs de ce monde".

Non seulement il doit avoir une conception athée de la vie, mais en plus
il doit travailler dur pour survivre.
C'est donc clairement une vie de misérable
que les "hommes de Dieu" destinent a l'homme.

Il n'est guère possible de faire mieux hélas, pour un livre religieux
non seulement il enlève a l'homme tout espoir, mais en plus il condamne l'homme à travailler toute sa vie pour une misè
re. Et n'avoir d'issue que la mort.

Il s'agit bien sur de l'athéisme déguisé en religieux, ou un religieux destitué et devenu athéisme.
Puisque nous sommes comparables au serpent vils, et terre a terre, de la poussièr
e.

Le pècher du jardin d'Eden, est une invention des docteurs de la foi, visant a desesperer l'homme et en faire un esclave.
Qui est la chute en fait des hommes justifiant le passage d'une condition très agréable voire paradisiaque a une condition desesperant
e.

Il est possible que le passage du fruit défendu soit un chapitre ancien d'un livre semblable au "MAHABHARATA" concernant l'interdiction faites aux fidèles de lire les livres sacrés, et qu'il ait été repris dans ce chapitre pour expliquer : la chute des anges.

Pour en même temps couper l'envie aux fidèles de s'instruire d'aucune manière que ce soit.

Le fidèle devant être un ignorant convaincu.

Le contraire aurait été mieux indiqué.

Cela pour justifier la condition d'esclave : "la misèreuse condition humaine", qu'on destinait généreusement aux fidèles, et qu
'on leur infligeait.

Ainsi celui qui avait la curiosité de s'approcher de ces livres était fortement châtié, damné d'office, puisqu'ils concernaient les secrets des Dieux. Car ainsi l'homme pouvait devenir... "l'égal " des "Dieux" Puisqu'il entrait dans "le secret des Dieux", Et en effet quand on a la possibilité de lire ces livres, (veda, mahabharata et bible), tous les défauts apparaissent et les légendes religieuses se défont de leur voile de mystère, (qui est le rationalisme prôné par les lumières et non le rationalisme athée comme on le confond aujourd'hui)
OBSCURANTISME, tant prôné par ces "religieux", et qui permettait de garder les "ouailles dans l'ignorance" des manipulations visant a attribuer le monde divin exclusivement aux seuls dirigeants (religieux).

Lois interdisant l'accès aux livres sacrés, que l'on retrouve dans : Le livre des "LOIS DE MANU". Livre faisant parti intégrante du canon des livres sacrés indous avec les Védas. (plus d'explications dans la suite de ce cha
pitre).




LE SACRIFICE DANS LA BIBLE


On peut penser qu'avec la publicité faite au NIRVANA, au Vaalla (qui est le jardin du repos des guerriers), au royaume des cieux dans le christianisme, au paradis. Le paradis était l'au delà, le dernier espoir des fideles de vivre dans un monde meilleur mais qui se méritait par une obéissance absolue a tous les devoirs et dogmes religieux.

On peut penser que toute cette publicité était faite au trépas, c'est a dire que tous ces efforts etaient simplement destinés a inviter les hommes a rejoindre le royaume des cieux, et que l'unique paradis de ces fidèles étaient "la mort
".

Voila ce a quoi les "hommes de Dieu" encourageaient et forçaient les hommes :

A Tuer et à se Tuer, pour sat
isfaire Dieu.


Pour ces chefs religieux, la terre est en quelques sortes un purgatoire , un enfer de damnés, puisqu'ils sont damnés d'office par le pêcher originel de nos "ancêtres" . Un rachat ou rédemption qui leur fait ésperer un paradis dans la mort, la mort étant la condition de leur rachat.


ETERNITE DE L'AME ET PARADIS
DANS GENESE 3
ET DANS LA
BIBLE

Il semble que celui qui se fait passer pour Dieu dans ce chapitre parle a l'homme et qu'il lui dise, que sa condition est deséspérée, depuis qu'il a eu la mauvaise idée de croquer le fruit défendu, que si jamais il a été quelque chose, il ne l'est plus, et ne peut s'attendre qu'a une sorte d'enfer sur terre de par sa culpabilité originelle.

Que le paradis c'est en quelque sorte de l'histoire ancienne, a cause de ce pécher.

Alors y a t'il promesse d'au delà dans ce texte ?

Non, l'au delà c'est du passé c'est dépassé, voila ce que dit ce texte. Et l'éternité du même coup.


Donc on nous fait entrevoir au début de ce chapitre, un monde hidylique paradisiaque, puis ensuite le courroux de Dieu provoqué par la désobéissance des hommes. Ensuite au cour de la bible, on nous fait envisager une autre possibilité notamment celle d'une vie éternelle après la mort : le salut. Mais toujours en gardant bien à l'esprit cette épisode du jardin d'Eden, cette sorte d'athéisme déguisé instauré au nom de l'avidité sempiternelle des dirigeants de ce monde. Que les plaisirs de la vie c'est dépassé, la vie éternelle aussi.

Mais, le paradis dont il n'est plus question, semble encore exister par le manque, qu'il provoque. Le paradis serait fini, mais pourtant il a existé.

Donc même a travers ce chapitre, si il n'est peut-être plus question d'âme, il est question de paradis. Si il n'est plus question d'éternité, il est question de paradis, c'est a dire un monde hidylique, suspendu, idéale de la condition humaine.

Qui aurait les caractéristique en même temps de l'haut de la et de la vie sur terre, une harmonie totale et complète. Un sorte d'haut delà sublimé en même temps qu'une vie terrestre sublimé, une sorte de projection de ce qu'est véritablement la place de l'homme sur terre, mais empêché par la faute du pécher originel, qui serait se diriger vers la connaissance.

C'est possible que ce soit le contraire,
c'est a dire : se diriger vers l'ignorance.

Le couple héterosexuel "originel" biblique (du jardin d'Eden), s'inscrit profondément dans la politique de fécondité du Judaïsme primitif et la volonté d'hégémonie de celui-ci, notamment en faisant passer le couple d'Adam et Eve pour les véritables pères et mères de l'humanité toute entière afin de faire du Judaïsme (au sens large, le Christianisme et l'Islam étant aussi des judaïsmes) le digne et exclusif propriétaire de l'humanité et du monde.

  1. Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?
  2. La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.
  3. Mais quand au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.
  4. Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ;
  5. Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.
  6. La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea.
  7. Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures.
  8. Alors ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.
  9. Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit: Où es-tu?
  10. Il répondit: J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.
  11. Et l’Éternel Dieu dit: Qui t’a appris que tu es nu? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger?
  12. L’homme répondit: La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé.
  13. Et l’Éternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit: Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé.
  14. L’Éternel Dieu dit au serpent: Puisque tu as fait cela,
    tu seras maudit entre tout le bétail
    et entre tous les animaux des champs.
    Tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière
    tous les jours de ta vie.
  15. Je mettrai inimitié entre toi et la femme,
    entre ta postérité et sa postérité:
    celle-ci t’écrasera la tête,
    et tu lui blesseras le talon.
  16. Il dit à la femme:
    J’augmenterai la souffrance de tes grossesses,
    tu enfanteras avec douleur,
    et tes désirs se porteront vers ton mari,
    mais il dominera sur toi.
  17. Il dit à l’homme: Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: Tu n’en mangeras point !
    le sol sera maudit à cause de toi.
    C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture
    tous les jours de ta vie.
  18. Il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs.
  19. C’est à la sueur de ton visage
    que tu mangeras du pain,
    jusqu’à ce que tu retournes dans la terre,
    d’où tu as été pris;
    car tu es poussière,
    et tu retourneras dans la poussière
    .
  20. Adam donna à sa femme le nom d’Eve: car elle a été la mère de tous les vivants.
  21. L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit.
  22. L’Éternel Dieu dit: Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement.
  23. Et l’Éternel Dieu le chassa du jardin d’Eden, pour qu’il cultivât la terre, d’où il avait été pris.
  24. C’est ainsi qu’il chassa Adam; et il mit à l’orient du jardin d’Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie.



D'OU VIENT LE SERPENT
DE LA GENES
E?


Dans le MÂHÂBHÂRATA, on retrouverait peut-être la trace du serpent de la génèse, dont on se demandait d'où pouvait venir un serpent qui parle et qui cause tant de problèmes.
Peut-être notre serpent
?

"Celle-ci demande les boucles d'oreille de l'épouse de Paushya pour les porter à une cérémonie qui doit avoir lieu dans quatre jours
- L'épouse de Paushya les lui donne et l'avertit que le serpent Takshaka les convoite
- Dispute avec Paushya à propos de nourriture impure
- Utanka retourne chez son maître
- En route, il se fait voler les boucles d'oreille
- Le voleur n'est autre que Takshaka déguisé en mendiant
- Le serpent fuit sous terre et Utanka le suit
-Après diverses péripéties, il récupère les boucles d'oreille en enfumant la demeure des serpents
- Il arrive à temps pour les donner à la femme de son maître
- Il part ensuite chez Janamejaya et le convainc de se venger de Takshaka."


Dans le Mahabharata, le serpent est rusé, et peut se transformer en homme, Il à un rôle puissant de donneur de mort, bras des malédictions des Brahmanes. Le pauvre individu objet de cette malédiction, ne pouvait en effet l'éviter où qu'il fut, et quelques fussent les précautions prises pour éviter cette sentence redoutable. Par contre un individu accomplissant scrupuleusement ses rites religieux et ses devoirs envers les Brahmanes, ne risquaient quand à lui, aucune malédiction, et était protégé de la morsure fatale des serpents (mêmes ordinaires). Le serpent symbolisait la puissance de l'autorité des Brahmanes, et était en fait le bras de leur châtiment.

Alors évidement notre serpent à changé au cours des siècles, au grès des usages qu'en faisaient les brahmanes. Mais le serpent a semble t-il les mêmes caractéristiques, il sert d'intermédiaire inspiré, visant à sanctionner un manquement au dogme, ou à l'autorité divine ... des Brahmanes (qui se prétendent être des descendants directs de Brahma ou de "Dieu" donc qui se prétendent divins). Pour les brahmanes : Brahma (c.a.d. "Dieu" dans le contexte) et les Brahmanes, c'était sensiblement la même chose puisqu'il se servaient de Brahma (Dieu) pour appuyer et enterriner, pratiquement tout ce qui pouvait être favorable à leur confortable petite vie de Brahmane et auquel il voulait donner valeur de loi, donc de dogme.

On peut mentionner que dans le Mahabharata, il y a une infinité de serpents, qui peuvent se transformer en hommes, certains sont immortels, comme Shesha, takshaka, etc..., ils sont très malins, se transforment en hommes pour abuser les hommes, etc... Le serpent de la génèse est certainement l'un de ces serpents.


La théorie de l'origine Brahmanique du judaisme a été partag
ée par une grande partie des intellectuels de la fin 18e et milieu 19e comme Hume, Voltaire, etc ... mais a été malheureusement passée sous silence dans les siècles suivants, hélàs, comme tout le reste.

SOURCES
ET ORIGINES DU JUDAISME :
LE BRAHMANISME.

LES REGLES DE PURETE DU JUDAISME (cacheroute et halal) CONTENUS DANS LE LEVITIQUE, SONT LES MEMES QUE LES REGLES DE PURETES DE L'HINDOUISME, PROVENANT DU LIVRE DE MANU.

En faits on retrouve toute la thématique religieuse judaïque dans l'hindouisme : l'Ascétisme, le patriarcat, la pénitence, le paradis, l'enfer, l'autorité quasi divine des religieux officiels (rabbins, Imams, Prêtres), le voeux de pauvreté, le voeux de silence, le mythe de la fin du monde, le rappel de la généalogie surtout masculine du personnage religieux en début de chapitre ou livre (Mahabharata), tout y est carrément.
Du fait que l'on peut honnêtement, et incontestablement attribuer l'origine du judaisme à l'hindouisme, qui est une des religions les plus anciennes du monde.

Le nom Abraham, vient peut-être de A'brahma, le préfixe "A' " signifiant : fils de, ce qui donnerait Fils de Brahma, qui nous ramènerait a la caste noble des brahmanes "prêtres"de l'hindouisme et fils de Brahma donc comme il se définissaient et se présentaient eux mêmes comme étant de la descendance de Dieu :"Brahma". Ainsi A'Brahma serait un nom symbolique nous ramenant aux bramanes et servant a reprendre toute l'ancestrale tradition hindoue.


On retrouve même l'origine du baton de Moïse, qui est un élément faisant parti intégrante du costume traditionnel du Brahmane (conf : lois de manu). Et même le veau d'or, qui n'est probablement pas sans rapport avec la vache sacré des hindous.

De même on retrouve, la mise à l'écart systématique des femmes pendant leurs menstruations considérées comme impures, le fait que le sabot d'un animal doit être fendu pour être considéré comme pur. Lire : "Lois de Manu" livre Vème ou l'on retrouve l'integralité des règles de pureté du judaïsme et de l'Islam, cliquer su
r le lien suivant :



De même l'importance du pélerinage, et le sacrifice annuel.


commentaire et analyse biblique, analyse du chapitre 3 de la genese, le pecher originel, nouvelle analyse, critique du chapitre traitant de la tentation d'adam et eve par le serpent ulterieurement assimile au chef des enfer actuels satan la tentation d'adam et eve, la chute du paradis le fruit défendu la tentation de satan du jardin d'eden, le serpent de la bible satan, la tentation du diable la tentation du serpent le fruit défendu, adam et eve et la tentation de satan la faute originelle culpabilité originelle,
donc le diable et la tentation d'adam et eve, la tentation du diable dans le jardin d'eden, le fruit défendu, la femme pecheresse tentatrice diabolique, diabolicité biblique de la femme, obscurantisme lié au secret renfermant les livres religieux, origine du serpent de la genese, etude biblique commentaire du chapitre traitant du pecher originel, la chute du jardin d'eden, perenité de l'ame dans la genese, analyse du texte du pecher originel, la genese chapitre 3 désobéissance des hommes aux commandements soit disant divins, divinité ursupée dans les livres biblique, le capitalisme antique des pretres rabbins, des rois, athéisme au coeur de la bible, explication des livres saints commentaire analyse critique biblique, la bible , la culpabilité humaine, ancienne recette de conditionnement, la culpabilité du couple originel.

CRITIQUE,
ANALYSE DE
LA B
IBLE

CRITIQUE ET ANALYSE DE LA BIBLE PAR VOLTAIRE :

"LA BIBLE ENFIN EXPLIQUEE "
(cliquer sur l'image)

Analyse commentaires critique de la bible presque au mot à mot par Voltaire.
Livre très intèressant s'il en est.
Livre Censuré et non réédité depuis plus de cen
t ans.
(Voltaire malgré qu'il est un oeuil
des plus intéressant sur la bible est penible puisqu'antisémite et raciste)

"PARDONNEZ NOS OFFENSES COMME NOUS PARDONNONS A CEUX QUI NOUS ONT OFFENSES"

"or je vous dis continuez d'aimer vos ennemis et de prier pour ceux qui vous persécutent"

"Afin de vous montrer fils de votre père qui est dans les cieux, puisqu'il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, qu'il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes" (abandonnez toute idée de justice comme dans cet exemple ou Dieu offre la bénédiction de la pluie aux bons et aux mauvais, pas de différence à faire entre bons et mauvais entre le bien et le mal (pour ceux-ci)."

le fameux : "pardonnez nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont
offensés", issu du "notre père"

Avec ces phrases c'est l'impunité totale pour les gens malfaisants, les tueurs les voleurs que prêche de temps en temps le christianisme.

L'impunité totale, est un concept qui n'existe pas dans aucune religion, c'est ce qui est proprement nouveau dans le "nouveau testament", c'est que jamais dans aucune religion il n'est question d'impunité totale pour tous les pêcheurs, ça tout le monde le sait bien, puisque sempiternellement on nous parle du "DROIT CHEMIN", et tout le monde sait qu'une religion est aussi faite pour aider l'homme à être honnête, ne pas faire de mal, et se diriger vers le bien. C'est l'un des thêmes les plus récurrents des religions. L'impunité totale pour les pecheurs c'est du jamais vu. L'impunité totale est un thême issu d'un répertoire mafieux : évidemment si il n'y a plus de justice, il n'y a plus de sanctions (de culpabilités de penalités de prison). C'est la belle vie pour tous les criminels de toutes éspèces.

Ce concept n'existe pas non plus dans le christianisme, puisque c'est un non sens religieux, de dire que Dieu se moque qu'on fasse le bien ou le mal, mais c'est une tentative romaine de dépaniliser tous les crimes. (vols, escroqueries, crimes, mensonges trahisons et
c...)
Cette impunité totale a été mise en place par les romains, les antiques italiens qui ont été les auteurs de l'assassinat de Jesus Christ, assassinat qu'ils ont mis sur le dos de leurs victimes de l'époques les juifs, donc une perfidie dont ils affublent les juifs mais dont ils sont les propres auteurs. Bien sur Jésus Christ n'était pas un Dieu, mais si il l'avait été ils l'aurait "tué" (c'est d'ailleurs ce qu'ils ont fait symboliquement) pour obtenir la fameuse impunité des gens malfaisants, voleurs tueurs menteurs, escrocs etc...

Ces phrases visant à promouvoir l'impunité totale, semble suivre le prolongement de cette défaite de "Dieu" de sa mort, ce sacrifice involontaire, mais helàs bien installé institué dans les évangiles, et deviennent en quelque sorte les leitmotiv d'une religion ou la justice est obsolète puisque"Dieu" lui-même meurt en voulant protéger "sa justice", ce qui est un non sens absolument énorme. "Dieu" n'arrive pas, lui-même à faire justice. Il meurt sous les coups de ces énemis. Et ces phrases affirmant que Dieu se moque de la justice suivent la direction d'un "Dieu" vaincu, défait et se sacrifiant tout en garantissant l'impunité à tous les pecheurs et à ses assassins dont ils sont si on parle de Jesus, puisqu'ils l'ont bien tués.

(Ce qui correspond encore un peu a la mentalité de certains italiens (mafieux,menteurs et manipulateurs de genie) qui sont historiquement les Spartes [VIDEO sur les Spartes ici] : instrumentalisation du traitre "rêvé", bouc emmissaire à la sauce italienne : la victime etant le coupable selon eux, l'expression "fils de l'homme" que l'on trouve plus de 70x dans le Nouveau Testament etc...) pour ceux qui ont la chance de conna
ître.


Ces phrases prêchant l'impunité totale :

"Si on vous frappe sur la joue droite, tendez la joue gauche."

sont destinés en premier chefs aux "juifs" vaincus, Pour ne pas qu'il y ait d'autre rebellions, Puisque quand les romains se sont accaparés du christianisme, ils sont allés voir les chretiens défaits, dans leur synagogue etc... ET ils leurs imposés "leur façon de voir", Et leur façon de voir, c'est ça : C'est un Dieu qui accepte sa défaite. C'est : Vous avez perdu, Maintenant c'est nous les nouveaux chefs du christianisme et les nouvelles lois sont en premier lieu "vous devez pardonner et vous laisser faire sans broncher". Ce qui on se doute une nouvelle fois, n'a pas été accépté au début pour paroles d'évangiles", et qui a du causé d'autres heurts à nouveau, mais les chretiens par la force ont du se soumettre puisque c'est la regle des guerres, les vaincus se soumettent obligatoirement. Alors dans les évangiles notemment à travers les "lettres", ils présentent cela comme une réforme évidente surtout salutaire, paisible par le bies des "lettres diplomatiques", mais c'était on s'en doute loin d'être le cas. Puisque les lettres diplomatiques dans de pareils cas (la défaite) consistent à imposer les exigences des vainqueurs aux vaincus.

- MYTHE DE L'ATRAHASIS


Traduction de la tablette en ecriture cunéiforme du Mythe du DELUGE MESOPOTAMIEN ressemblances avec le DELUGE DE NOE

Les hommes créés par ENKI et NINTU pouvaient vivre 25.000 ans. 250.000 ans plus tard, huit rois des hommes s'étaient succédés. Les hommes étaient prospères, ils avaient étendu leur territoire, ils s'étaient multipliés. Mais le bruit de leurs activités, de leur agitation, de leurs guerres, de leurs fêtes, en un mot leur tapage finit par atteindre... même les cieux.

Lors du Conseil des Grands Dieux ENLIL dit : « La rumeur des humains est devenue trop forte. A cause de leur tapage continuel je n'arrive plus à dormir. Nous leur avons déjà envoyé maladies, fièvres, épidémies et pestilences pour les décimer, mais très vite ils se sont à nouveau multipliés. Nous leur avons envoyé sécheresse, famines et autres fléaux sans plus de résultat. A chaque fois d'ailleurs, ENKI le prince les a aidés à s'en sortir. Maintenant il faut en finir une fois pour toute et envoyer sur les hommes le Déluge afin qu'il n'en reste pas un. » ENKI pris la parole : « J'ai créé l'homme dans l'intérêt des dieux, ne me demandez pas d'approuver un tel cataclysme. Comment pourrais-je porter la main sur mes créatures ! »

Les dieux ayant malgré tout pris la décision finale, ENKI en songe, prévint ATRAHASIS, le Supersage, un homme de bien qui avait toujours mérité sa confiance. " ATRAHASIS, jette à bas ta maison, détourne-toi de tes biens pour te sauver la vie . Construit un grand bateau selon l'épure que j'ai tracée sur le sol. Cette embarcation aura forme équilatérale de 60 mètres de coté. Le bateau sera entièrement clos et toituré solidement. Que son calfatage soit épais et résistant. Tu appelleras ton vaisseau Sauve -Vie. Après y avoir chargé ton froment, tes biens, tes richesses, embarques-y ta femme, ta famille, ta parenté et tes ouvriers ainsi que des animaux sauvages, grands et petits, et des oiseaux du ciel ». Supersage n'avait que 7 jours pour construire Sauve-Vie.

Les siens et les animaux venaient juste d'embarquer quand un vent furieux rompit les amarres et libéra le bateau. Alors le soubassement de la terre se décolla. Les étoiles elles-mêmes furent déplacées. De profondes ténèbres cachèrent le soleil. Le fracas du Déluge épouvanta les dieux eux-mêmes, pourtant tous réfugiés en la demeure céleste d 'ANOU. ENKI blême de colère vit ses enfants emportés par les eaux. NINTU la déesse mère éclata en sanglots :" Comment ai-je pu dans l'assemblée des dieux laisser prendre cette décision finale ? C'est ENLIL qui par un discours habile, a rendu vaines mes paroles ".

Au bout de 7 jours, le vent se calma, le bateau cessa d'être ballotté. Supersage lâcha une colombe, elle revint, ne sachant où se poser. Il lâcha une hirondelle qui revint également. Enfin il lâcha un corbeau qui ne revint pas. Alors Supersage lâcha tous les oiseaux. Lorsque les eaux se furent retirées du haut de la montagne, Supersage débarqua et prépara un banquet à la gloire d'ENKI, le dieu ingénieux qui l'avait sauvé. L'odeur de la bonne chère attira également les grands dieux, qui, en l'absence des hommes, n'avaient ni bu ni mangé pendant tout ce temps. On peut supposer qu'ils n'en avaient pas vraiment besoin pour vivre, mais que ça leur manquait quand même. ENLIL voyant alors le bateau, entre en colère : « Nous les grands dieux nous avions prêté serment, d'où vient alors qu'un homme ait échappé à la destruction ? ». ENKI : " Oui, j'ai fait cela contre votre volonté à tous, j'ai sauvé ATRAHASIS. Calme-toi ENLIL, si tu as pu manger et te régaler, c'est bien grâce à cet homme. Grâce à lui la race humaine peut être sauvée".

NINTU la déesse mère prit alors la parole : « ENLIL, tes solutions sont trop définitives. Trouvons un moyen terme. Afin que la descendance de Supersage ne perturbe plus les dieux, ENKI l'ingénieux doit bien avoir une solution ". ENKI : " O ! Divine Matrice, nous avons donné aux hommes presque l'immortalité, c'était inconsidéré. Toi MAMMI, qui arrête les destins, impose donc aux hommes la mort pour qu'un équilibre s'installe. Afin que chez eux, outre les femmes fécondes, il y ait maintenant les infécondes, afin que chez eux sévisse la Démone Eteigneuse pour ravir les bébés aux genoux de leurs mères ". ENLIL approuva : " C'est entendu. Ce fut une erreur de vouloir les exterminer. Mais que les hommes ne vivent pas au delà de 120 années, afin qu'ils ne puissent jamais percer à jour nos connaissances. Ainsi, ils ne seront plus une menace pour nous ! Veillons à ce que les hommes ne s'installent jamais dans l'allégresse.Surveillons de près leur prolifération, leur prospérité et leur joie de vivre. C'est pour cela, Que chez les hommes un temps de malheur succede toujours
à une ère de bien être".

Traduction J. BOTTERO et S.N KRAMER

Autres mythes : ici
(petits résumés à partir du recueil
de traductions de l'assyriologue J. Bottero :"Quand Les Dieux faisaient Les Hom
mes")

SUITE :
PAGE ENTIEREMENT CONSACREE
A LA RELIGION DE MESOPOTAM
IE
ZOROASTRE AHURA MAZDA MITHRA
TRADUCTIONS DES TABLETTES CUNEIFORMES,
VIDEO ARCHEOLOGIE MESOPOTAMIE EPOPEE GILGAMESH CODE HAMMURABI, TRADUCTION DE 50 MYTHES RELIGIEUX
PAGE MESOPOTAM
IE ici


ANALYSE DE LA BIBLE EN HEBREU
par THOMAS RÖMER :

Titulaire de la chaire de "Milieux bibliques" au Collège de France.
Exégete historien et analyste de la bible en hébreu. Emminent erudit biblique


Cours videos de Thomas Romer


Travail interessant d'analyse textuelle.
PLUS D'INFORMATIONS : ICI



TRADUCTION REVISITEE DE LA GENESE EN HEBREU
Avec le texte hebreu, sa transcription phonétique, traduction mot à mot en français avec explication sur la racine et la construction des mots hébreux.
Par Fabre D'OLIVET :

ici

Le phénomène de DIABOLISATION qui est un point central de la bible est la cause première de l'extremisme religieux.


L'integrisme est inhérent aux trois religion du livre et fait parti de ses bases incontournables, c'est une ancienne recette issue de politiques guerrières, que l'on a gardé au cours des siecles;
Qui fait que dans les trois religions du livre le judaisme, le christianisme et l'islam, les fidèles sont portés a haïr leurs non-corréligionnaires, et ne peuvent y echapper de part une interdiction formelle de "Dieu"a savoir que nous serions"diaboliques" ; si nous n'adoptions pas comme vérité tout ce qui est écrit dans le livre et surtout ce passage qui dit que seule sa religion est la bonne et que toutes les autres sont "diaboliques" : LA DIABOLISATION.

Comme cette exigence est un point fort des trois religions du livre, on peut dire que les livres sacrés incitent et encouragent fortement et même plus que fortement l'integrisme ou l'extremisme ou le racisme et ceci sensiblement de la même façon dans les trois religions du livre (avec un petit + pour la religion musulmane, mais qui n'est qu'un petit + et rien d'autre, qui n'est que dans la formulation, mais les contenus les messages sont identiques).

La diabolisation est tout ce que nous pouvons rapporter à la notion de diable. (bcp de textes sur le diable dans ce site), Dieu lui même a été diabolisé dans cette invention du diable mais aussi à travers cet aspect de Dieu tel qu'il nous est présenté :vindicatif autoritaire intransigeant tortionnaire en un mot "tyrannique"... Qui rejoint ainsi la figure du diable.

Ces religions antiques a ces époques, cherchaient toutes à "dominer" (c'est un mot latin d'ou on a herité le mot dimanche)
tout le monde faisait la guerre pour dominer c'est à dire pour s'accaparer les territoires des voisins et les butins (tout le monde faisait ça) et les religions servaient a l'accomplissement de ces tristes desseins, lire "Josué" par exemple. Mais toute l'histoire de l'antiquité c'est ça : la barbarie et la guerre.

Et c'est dans ce but de guerre qu'on diabolisait les autres, pour enlever leur dignité donc leur droit à la propriété pour s'accaparer de leurs biens, et parfois d'eux mêmes (prise de prisonnuiers souvent synonyme de prise d'esclaves).
Et on se servait de la religion a cette fin, on diabolisait les autres (les autres confessions, mais pas seulement parfois on cherchait des pretextes du style, tel rival de la même obédience, avait été désobéissant à tel ou tel précepte) qu'on voulaient attaquer et qu'on attaquaient)
Mais la diabolisation est faite pour ça, c'est pour ça qu'aucun chef religieux n'en faisait l'économie parce que c'etait le but : diaboliser pour s'approprier ecraser dominer.

Lire Moise (l'exode), aussi si les empereurs romains se sont emparés du christianisme (qui est un mouvement judaique à ses début, Christ etait un roi juif, qui a été exécuté par les romains, et qui a été réhabilité par la suite) c'est pas pour les beaux yeux des juifs, mais c'est pour le pentateuque avec un de ces heros central Moise, rappelez vous ce heros Moise qui etait comme Josué et qui disait : "c'est a nous il faut tout massacrer, et prendre le butin et c'est Dieu qui nous l'a dit et l'a ordonné".
Nous voyons très longuement et clairement et maintes fois répété dans "l'exode" et "Josué" l'ordre (soi-disant) donné par Dieu lui même "d'exterminer", "ne pas laisser souffle de vie" dans des villes entieres (conf "josué" au moins vingt villes ; ordres donnés par Josué et antérieurement par Moïse) d'exterminer des villes entières tuer des bébés(egorger) viellards femmes enceintesenfan
ts et même parfois le betail etc...


extrait biblique nombres 31,14 :

"ET Moise s'irrita contre les commandants de l'armée les chefs des centaines qui revenaient de l'expedition. IL LEUR DIT :

Avez vous laissé la vie à toutes les femmes ?
maintenant tuez tout male parmi les petits enfants,
et tuez toute f
emme qui a connu un homme en couchant avec lui, mais laissez en vie toutes les filles qui n'ont point connu la couche d'un homme."


Relire le livre de "l'Exode" (Moïse) et surtout "Josué"

ET on disait que c'était Dieu qui ordonnaient ces massacres que c'etait Dieu qui voulait ça, et là c'etait la belle vie pour ces chefs religieux, mais pas pour les soldats et les civils. (lire Josué la bible)

Rappelez-vous comment il faisait "Moïse" pour aider les soldats qui étaient dans le feu de la bataille il élevait les mains, "là quand j'ai les mains levées c'est que je demande a Dieu de vous aider, là quand j'ai les mains baissés pas trop non, mais je vous ai
d
e... "

En faits, La peur de "Dieu" en tant qu'agent démoniaque, c'est à dire : qui inspire la peur la terreur, l'effroi et l'horreur, est fort utile ? En effet elle sert à l'embrigadement, à la peur de la réflexion. Et derrière se paravent de terreur, tous les discours qui servent des valeurs inhumaines sont faciles à faire, et aussi à faire croire : les privilèges d'un peuple (groupe) par apport à un autre peuple (groupe), des dogmes inhumains et injustes, la prédominance d'une religion par apport à une autre, etc... Toutes ces choses si communes aux trois religions le christianisme, le judaïsme, l'islam, qui ont portés des fleuves de sang, de terreur et d'horreur à travers les époques et les contrées. Derrière, cette petite chose semble t-il, "la peur du diable" toutes les horreurs ont été facilitées, prônés instituées, et ont portées (hormis qu'elles l'ont fait en en attribuant l'initiative et la responsabilité à Dieu même, c'est à dire en faisant passer Dieu pour quelqu'un de cruel et d'injuste) presque tous les malheurs du monde.

le diable est une invention des clericaux POUR FORCER A OBEÏR.Il n'y a pas de diable. Il n'y a que Dieu.

St augustin à relaté dans un livre, que le diable venait lui chatouiller les pieds, ou lui griffer les pieds dans son sommeil.

Il ne faut pas oublier le pouvoir de l'imagination, si on pense que quelque chose ou quelqu'un va venir nous chatouiller les pieds ; Et bien on va sentir quelque chose qui nous chatouille les pieds, c'est notre propre esprit qui fabrique ses sensations ou qui s'imagine les ressentir. (ce qui est une hallucination tactile)

Et les fantômes se sont des hallucinations visuelles, on croit voir on s'imagine (notemment après la dispartition d'un être cher).

Certains entendent des bruits, ou encore des voix c'est encore l'imagination, hallucinations auditives.
(Pour avoir une idée de ce qu'est une hallucination visuelle, il suffit de voir a quel point notre esprit a la faculté de créer des images, par exemple dans nos rêves, un reve ou un cauchemar c'est carément un film ou par exemple : si vous fixez une image pendant longtemps, vous fermez les yeux et vous verrez cette image.)

Et le plus souvent ça se passe dans des atmosphères sombres (favorisé par un état de fatigue), le soir, de préférence dans des endroits lugubres, dans une sorte de pénombre, quand on arrive mal a distinguer les objets, quand il y a atmosphère un peu de peur. Ce n'est que ça.
IL ne s'agit que de créations de notre esprit, et pas d'un esprit balladeur, c'est notre propre esprit qui fabrique voix, fantômes, odeurs (hallucinations olfactives), bruits etc...

On peut mentionner aussi le phénomène qu'on pourrait appeller "le phénomène Marabout".Et certains diront tel ou tel marabout a des pouvoirs immenses, il peut effectivement avoir le pouvoir d'hypnotiser, donc arriver a faire des choses absolument epoustoufflantes extrêmement spectaculaires.

Mais il y a un aspect plus courrant du marabout, c'est par exemple la malédiction du marabout. Si pas même un "sorcier", mais un devin classique prédit à un homme crédule: "un jour prochain, tu vas te baigner et tu vas te noyer". Bien c'est le crédit que cet homme accorde au devin en question qui va le tuer, puisque le sujet va être persuader qu'il va mourir, et c'est la conviction qu'il va mourir, qui va le tuer. Donc a forciori un sorte de devin qui pratiquerait quelques bribes de "magie noire", le fait d'être persuader qu'il va mourir, et la peur aidant, c'est a dire croire que cet individu a des pouvoirs "diaboliques", le tuera d'autant plus.

Comme par exemple dans un épisode de Loïs et Clark, Superman a à faire avec une sorte de sorcier marabout, qui se transforme en serpent.
On se doute que c'est une halucination dont le sujet est victime,
C'est a dire, que notre superman est tellement effrayé, horrifié par "notre marabout" qu'il le voit donc sous les traits d'un serpent il se peut aussi que ce soit le marabout en question qui ait suggéré cette vision si toutesfois notre marabout à quelques pouvoirs hypnotiques, mais la frayeur ou l'horreur du sujet suffit à créer cette hallucination.

On a vu aussi des phénomènes d'exorcismes pratiqués encore de nos jours, pour des désenvoutements diaboliques, et effectivement ça marche, d'un coup il n'y a plus rien, plus de fantomes, de portes qui claquent, d'évenements dits surnaturels. Mais c'est juste la peur et avec tout ce qu'avait fabriqué l'esprit, dont ils ont réussis à se débarasser.
Et c'est déja beaucoup.

Et de même toutes les évocations du diable, par exemple un film ou il y a un personnage "diable".
Et le seul fait de parler de phénomènes de cette espèce ne fait que faire travailler l'imaginaire dans ce sens, et donc recréer des évènements de ce genre, et parfois des événements beaucoup plus aigus, et donc plus dangereux, c'est pour cela qu'il ne vaut mieux pas évoquer ces histoires de diables Puisque le diable est décrit comme étant le mal absolu par des "religieux", donc par des gens a qui on accorde notre confiance, mais bon les rapports entre le clergé et le diable sont analysés et critiqués aussi dans le détail dans ce site et ou on remarque qu'ils ont inventés et font la promotion de cet hideux personnage de cet ignoble monstre fantasmatique depuis des millénaires a des fins hautements pécunières.

C'est pour ça qu'il faut faire la part des choses clairement pour éviter ces suggestions néfastes qui entretiennent la peur, et peuvent faire évoluer vers des situations aigus, et dangereuses.

D'ailleurs avant les clericaux disaient que les maladies venaient d'une possession diabolique, qu'une sorte de démon entrait dans le corps, c'est pour ça qu'il y avait des démons qui se promenaient un peu partout, comme probablement Jesus a réussi à faire sortir des démons d'un troupeau de cochons qui y étaient surement entrés de cette manière.

Il y a aussi le phénomène de diabolisation qui est un des grands danger de la croyance au diable et qui à fait couler des fleuves de sang sur la terre en etant de surcroit du plus mauvais goût. La diabolisation d'individus est de la lâcheté pure.Puisqu'on ne se réfère plus a des chefs d'accusations raisonnables, mais on évoque des motifs fabuleux farfelus, fous.

Et des gens qui sont prêt à tuer à cause du diable, sont beaucoup plus "diaboliques" que ceux qu'ils traitent de "diaboliques" puisque le diable n'existe pas et que ce ne sont que des affabulations démentielles.

LE DIABLE DANS LE JUDAÏSME LE CHRISTIANISME ET LA RELIGION MUSULMANE, OU COMMENT SE FAIRE OBÉIR AVEUGLEMENT GRÂCE AU DIABLE.

OU COMMENT ADMETTRE ET FAIRE ADMETTRE TOUTES LES PLUS GROSSIÈRES ET SORDIDES MANIPULATIONS

Ce qui est plus remarquable dans la religion de Mahomet puisqu'il a donné une telle importance au diable dans sa religion, qu'il y a donc plus de superstitions, plus de craintes, plus de peur, et par cela moins de raison. Puisque son enseignement est fait d' incessants et continuels ultimatum, qu'il se sert sans arrêt du diable pour obliger ses fidèles à vivre dans la peur, et ainsi suivre ses préceptes,à ne jamais réfléchir sous peine d'enfer.

Cependant, les chefs religieux juifs, ne peuvent pas se vanter d'être les premiers à avoir utilisé ce subterfuge qui consiste à profiter des superstitions, et des peurs en général, le moindre des sorciers des époques anciennes, utilisait ce stratagème, "vieux comme le monde" pratiquement.

Mais c'est une pratique que Mahomet (surement juif lui même après examen des donées historico-religieuses) n'a fait que publier. La menace du diable est tout à fait en vigueur dans la religion chretienne et juive, c'est la même menace par laquelle on fait obéir les croyants, une vieille invention, qui a toujours servie à faire obéir les croyants (sans discution possible). Et même bien avant le judaisme. Cette Intimidation par le diable est le principe même d'une autorité arbitraire qui veut s'imposer, et qui ne laisse à aucun croyants, qu'il soit musulman chrétien ou juif, la moindre possibilité de réfléchir, la moindre possibilité de contredire, la moindre possibilité, d'être autre chose que l'aveugle obéissant qu'on veut qu'il soit. Tant il est vrai que la peur du diable est très efficace pour ne pas dire Idéale pour obliger des individus à obéir, a se soumettre et a être très obéissant.

Ce procédé comme nous venons de le signaler, est toujours aussi usité, Puisque c'est ainsi qu'on avale tout : des plus grandes couleuvres, aux petits vermisseaux.

Mais pour les musulmans aussi bien que dans pour les chrétiens et les juifs. C'est exactement le même principe, la même menace qu'on fait planer sur la tête de chaque croyant.Tout ce qui est dit dans chacune de ces religions a valeur de loi, à cause de cette menace incessante qui pèse sur la tête de chaque croyant de chacune de ces religions, et si les juifs, les catholiques, les chrétiens n'obéissent pas mots pour mots lettres pour lettres et virgules pour virgules, ils sont considérés comme sataniques. (malgré, que cela soit plus explicite dans la religion musulmane, le principe est le même et la menace est la même.)
Et cette situation qui est peu enviable est assez inextricable alors il vaut mieux : obéir
?

Non, Il est nécessaire de bien se rendre compte que cette manipulation est sordide. Nous avons développés une page dans ce site qui se nomme : RELIGIONS ET RÉFLEXIONS, LES RELIGIONS ENNEMIS DE LA RÉFLEXION, INSTRUMENTALISATION DU DIABLE POUR ÉVITER LA RÉFLEXION et aussi TECHNIQUE DE MANIPULATION DES RELIGIEUX DANS LES TROIS RELIGIONS DU LIVRE, dans le judaïsme, le christianisme et la religion musulmane.

Ainsi, le diable est très pratique, et de cette façon tous les musulmans tous les chrétiens et les juifs, se dissocient formellement les uns des autres, comme il est prescrit dans les lois respectives a chacune des religions concernées, et chacun de ces fidèles est confiné dans cet enclos d'où il n'a pas le droit ni de réfléchir, ni de sortir.

Ainsi grâce au diable, la manipulation peut avoir lieu sans aucune contestation possible, réflexion, intelligence lucidité, raisonnement logique, et s'exerce impunément grâce au diable.

Un diable donc très efficace et très utile a ces différentes autorités religieuses. Mais il ne faut pour autant sous-estimer l'influence du diable dans les religions chrétiennes et juives, qui a exactement la même fonction, et forme à la même obéissance et soumission intellectuelle.

En fait c'est ce diable qui sert d'épouvantail, et qui a été fabriqué de toutes pièces par ces institutions religieuses dont il faut se méfier,(et qui n'existe pas, voir chapitre inexistence du diable) parce qu'il interdit la réflexion, et ordonne la soumission. Même si ce diable n'existe pas, ces autorités religieuses on fait tout pour nous le faire croire, et nous en effrayer. Si bien que la plus part du temps on est forcé d'obéir et ceci de la même façon dans les trois religions du livre, que sont le christianisme, le judaisme, et la religion musulmane.

Ainsi grâce au diable, les fidèles chrétiens (ou catholiques), les fidèles juifs, les fidèles musulmans obéissent aveuglement et se soumettent à leur autorité religieuse respective. Et ainsi se soumette aveuglément, sans oser faire l'examen qui s'impose, c'est à dire, nous dit-on des choses valables, est-ce que ne nous induirait pas en erreur, faut-il croire que tout ce que dis Mahomet est vrai... tout ce que disent les religieux juifs est vrai, et tout ce que le christianisme avance est vrai. Selon le diable oui, tout est vrai de A a Z. Puisque dans les trois religions si vous avez l'audace de mettre quoi que ce soit en doute dans ces trois religions , c'est la perdition, l'enfer assuré... Et commencez déjà à trembler de peur, vous n'avez pas le droit de réfléchir.

Il ne faut pas croire que c'est différent dans les trois religions du livre, (même si le martellement est plus intense dans la religion musulmane) le principe, la façon de faire est identique, et dans les trois religions systématiquement on est menacé, et contraint d'obéir à tout ce qu'on nous dit, et d'obéir au doit et à l'oeil. C'est une tyrannie en vigueur dans les trois religions, et de la même façon, un musulman, un juif, ou un chrétien doit obéir, sous la même menace qui lui est faite d'enfer de perdition et de dia
ble.

Et quand on y pense, c'est quelque chose d'horrible et d'affreux cette façon dont on menace les gens, dont on leur interdit de réfléchir, ou on se sert d'une faiblesse (la peur du diable), qu'on fabrique d'ailleurs cette peur du diable, pour faire vivre les esprits dans la tyrannie et la peur. Donc la culpabilisation, la terreur qu'on génère, pour faire obéir. Si dans les deux autres religions, la chrétienne et la juive, le principe est le même, le fait de grossir l'autorité du diable, afin de grossir l'autorité de ces religieux, qui en devienne par cela plus intraitable est effroyable. En fait dans les trois religions c'est un conditionnement à l'obeissance, à l'aveuglément, Mais plus on insiste sur le diable, plus le conditionnement est fort, et plus l 'enseignement est autoritaire. Donc plus c'est une entrave à la liberté, voir une insulte à la liberté.


Il ne faut pas oublier qu'il n'y a de fidèlité et de réél croyant en Dieu pour les officiants religieux , que ceux qui obéissent et approuvent (selon le cas) le christianisme pour les chretiens (le judaisme ou l'islam selon les autres officiants religieux).

Aussi, selon ses officiels religieux, cela veut dire qu'on nie l'existence de Dieu et qu'on n'est pas croyant. Ce qui est totalement faux. On peut très bien croire en Dieu tout simplement sans admettre toutes les inepties, propagandes, dogmes fallacieux, et mensonges en général auxquels ils veulent absoluement que nous croyons.

Donc ils nous font un chantage qui porte sur la croyance même en Dieu : soit vous croyez en ma religion, soit vous êtes un non croyant et vous êtes satanique.

Mais ce chantage exerce un effet puissant sur le croyant, qui se dit qu'effectivement toutes religions que celle qu'on lui propose est satanique mais encore qu'il faut a tout prix qu'il obéisse. Qu'il n'y a aucun autre choix (aucune autre possibilité).

Donc a nouveau insistance sur l'obéissance, la fameuse "fidélité", qu'ils nous prêche qui n'est autre que l'obéissance que l'on doit à ces autorités (religieuses mêmes) et non à Dieu. Puisque croire en Dieu ne signifie pas d'accomplir tous ces rites, mais de simplement croire en Dieu, et que l'on peut très bien croire en Dieu sans accomplir tous ces rites.

Donc a nouveau, ils effectuent un tour de passe passe et se substituent à la place de Dieu. Puisqu'il faut ou leur obéir en tout point ou etre indubitablement un infidele(selon eux).

Voila les façons dont ils ont usés au cours des siècles pour soumettre les croyants. (hormis les menaces physiques qui etaient loin d'être des menaces en l'air qui consistaient à subir le chatiment résérvé aux "rebelles" d'être brulé vif ou lapider à mort, qui etaient des pratiques très courantes, com
me on peut le constater dans la bible)


SANS DIABLE PAS DE PAIEMENT


Ces officiels religieux gagnaient leur pains, sur le pouvoir qu'ils pouvaient avoir sur les croyants.
Au sinon ces officiels religieux perdaient leur gagnent pain, et seraient mort de faim, etc...


Il fallait leur faire peur aussi non personne n'aurait payé.
Et comment faire ?
Ils faisaient peur avec le "diable" et le courroux de "Dieu".

On leur faisait croire, que s'ils obéissaient pas à la lettre, et justement à la lettre, c'est à dire :
- Le religieux : -"oui mais si il y a eu ce malheur", c'est que tu as fait quelque chose de mal.
ET le croyant répondait, mais je n'ai rien fait j'ai bien suivi tout les rites, et tout ce que vous m'avez dit de faire.
- "mais non, tu as du faire quelque chose d'impur "
tu as du toucher quelque chose d'impur ou quelqu'un d'impur sans le savoir"
ou "tu as eu des pensées mauvaises"
ou "Ce n'est pas toi, mais une de tes femmes, ou une de tes concubines, ou des gens du peuple qui ont fait des pêchers, et tu paye pour eux, parce qu'ils font le pêcher ou un de tes ancêtres, ou un de tes enfants.
- "tu as laissé entrer le pêcher chez toi parce que tu as parlé à quelqu'un d'impur, ou touché quelqu'un ou quelque chose d'impur sans te purifier ensuite."

Enfin, plus il y avait de règles bêtes, plus il y avait de raison de payer.

Et "le diable" c'est celui qui faisait ouvrir la bourse du croyant
on lui faisant tellement peur avec le diable (et le courroux de Dieu)
qu'il payait, (en effectuant le rite demandé par exemple sacrifier un boeuf : le sacrificateur ou "religieux" officiel se payaient automatiquement sur la plus part des sacrifices, il fallait lui donner la moitié de la victime qu'on sacrifiait etc...)

C'est pour ça qu'il fallait leur faire croire au diable, en inventant des histoires farfelues, compliquées, des rites obligatoires.

" -C'est parce que tu n'as pas fait tes "devoirs religieux" que le diable va te faire goutter son courroux."
ET donc grace "au diable" on pouvait inventer tous pleins de devoirs religieux, faire des sacrifices tous les shabbats, tous les ans, lors des évenements mariages etc... pour racheter un pecher.

Aujourd'hui c'est moins contraignant.

Mais avant ils demandaient beaucoup plus que maintenant, maintenant ils demandent presque rien, mais avant il y a plus de 1500 ans ils demandaient énormément et ils exigeaient sacrément leur dû . ils etaient les caisses principales de l'impot, et des impots tout ce qu'il y a de plus cher, puisque les fidèles étaient souvent réduits à l'etat d'esclavage et pas seulement par l'occupant, ils avaient des fois parfois même pas possession d'eux mêmes, enfin ils etaient pauvres misereux, commes ils sont décrits dans la bible; à se battre pour se nourir de pain trempé dans du vinaigre". Les denrées agricoles et comme ils s'en ventent, tout etaient susceptible de passer sous la houlette, ils exigeaient boeufs moutons, etc... du terrain, de l'or de l'argent. Ils les ont maintenus dans un etat de misère et d'exclavage, un etat qu'on ne peut à peine s'imaginer, ils les maintenaient sous la domination la plus totale et la plus cruelle, en allant jusqu'à transformer Dieu en un diable impitoyable et sanguinaire (ce qu'à n'en point douter ils etaient eux mêmes.)

Il y a aussi tout le processus de la diabolisation qui lui aussi est très lucratif : lire ci-dessous

DIEU OU LE DIABLE ?

Aussi il faut "rendre à César ce qui est à César", Dieu ne fait pas le mal, l'homme oui.

Et pour bien expliquer :

Que serait un monde ou une puissance divine ferait le mal ?

Qu'en est-il de la croyance et de l'espérance que l'on place en Dieu ?

Ne serait-ce pas inverser les valeurs, et faire une aussi grosse ignominie, que de pousser à croire au mal ? Qui est aux antipodes, l'exact contraire de la croyance en Dieu, Qui est de croire au bon au bien, à l'épanouissement de l'homme dans le droit chemin.

Est-ce une oeuvre de prêtres, d'imams, de pasteurs ou de rabbins, ou de petits êtres stupides qui sont prêts à tous les compromis (stupides ...? plutôt despotiques), tous les obscurantismes, toutes les falsifications, toutes les manipulations, pour se faire obéir aveuglement, êtres touts petits, qui tentent de voler ce qui est le propre du Bon Dieu : la bonté (et le bien). N'est-ce pas la plus abjecte des choses, la plus grande perversion qui vient soi disant "d'hommes de Dieu" ?

Dieu n'a t-il pas le droit à un minimum de respect ?

En faits, La peur de "Dieu" en tant qu'agent démoniaque, (qui inspire la peur la terreur, l'effroi et l'horreur), est fort utile ? En effet elle sert à l'embrigadement, à la peur de la réflexion. Et derrière se paravent de terreur, tous les discours qui servent des valeurs inhumaines sont faciles à faire, et surtout à faire croire : les privilèges d'un peuple (groupe) par apport à un autre peuple(groupe), des dogmes inhumains et injustes, la prédominance d'une religion par apport à une autre, etc... Toutes ces choses si communes aux trois religions le catholicisme, le protestantisme, le judaïsme, l'islam, qui ont portés des fleuves de sang, de terreur et d'horreur à travers les époques et les contrées. Derrière, cette petite chose semble t-il, "la peur du diable" toutes les horreurs ont été facilitées, prônés instituées, et ont portées (hormis qu'elles l'ont fait en en attribuant l'initiative et la responsabilité à Dieu même, c'est à dire en le faisant passer Dieu quelqu'un de cruel) presque tous les malheurs du monde.

Et ont effectivement fait l'oeuvre du "diable".

Aussi beaucoup de remerciements à tous ces prêtres, imams, rabbins. Qui ont transformés la religion, en armée du diable.

Mais qu'est-ce que le diable ? le diable n'existe pas, c'est souvent le résultat de superstitions, c'est une invention "religieuse" pour effrayer.

mais le diable peut se représenté comme étant le concept du mal., c'est à dire le mal, tout court, tout ce qui est mal dans la vie, ou tout ce qui fait mal ou très mal.
ce qui est mauvais,
ce qu'on aime pas.

Et dans ce cas là, ce diable ( qui n'existe pas ) peut représenter le concept du mal,
admettons que nous" supposons que nous nommons : "diable" : le concept du mal)

donc oui le mal existe, si on nomme le concept de mal par le mot diable, oui le mal existe,

Ce mal, le concept du mal,

c'est quelqu'un ou quelque chose dont on ne cherche
qu'à s'éloigner, à fuir ou à se protéger ? (et c'est normal).

C'est quelque chose ou quelqu'un qui est mauvais,
dont on a tout le raison de se méfier,

qu'on aime pas, et qu'on hais.


Oui ce "diable" là, existe c'est ce qui fait mal, la méchanceté, c'est le mal.


Donc le mal existe, et ce "diable" là existe , ce "diable" qui est sinonyme du mal.


Alors que font ces clericaux, à méler Dieu, ou des pouvoirs angevins, au mal, veulent-ils le rendre inusable, invulnérable, durable, inaltérable , puissant ? plein de pouivoirs, mais (et qui pourtant serait notre père et notre mère .... ? qui serait vivant aux royaume des cieux ? est notre père et notre mère ?

qu'est ce que ça veut dire. qu'elle forme cherchent-ils à donner au mal, une force divine, ? un pouvoir fatidique, fatal, conscient, et intelligent ???????????

le diable (comme on nous le présente dans la bible, ce diable là inventé par les docteurs de la religions : c'est le concept du mal personnifié divinisé.

C'est à dire que les officiels religieux, ont habillés Dieu des attributs du diable, qu'ils ont diabolisé Dieu. et c'est très tres très très grâve.


Mais c'est extremement grâve, ils inversent les valeurs, et (les valeurs les plus précieuses, les valeurs de Dieu, la valeur divine) des valeurs aussi précieuse que le Bien, que Dieu. Et en plus ils ont forcés nos ancêtres à les croire à coup de cherem, d'interdits, d'exécutions à etre brulé vif, transpérce par le fil de l'épées, retranchés du peuples, lapider à mort. etc.....


Voila ce qu'ils ont fait, ils ont im
posés, le diable par la force en se prévalant de Dieu (en faisant croire que ce mal venait de Dieu.)

Plus que de diviniser le mal : "le diable",
ils ont diabolisés Dieu.
voir
ici


LE PEUPLE ELU,
POURQUOI
?

Il y a deux mille ans, à une époque qui touchait presqu'à la préhistoire, qu'un peuple, par privilège divin s'arroge un territoire. Et par ce principe le droit non seulement de garder ce territoire, mais (comme les romains christianisés) d'envahir d'autres territoires, en se faisant passer pour les enfants de dieu, les "élus", en se prévalant d'une essence divine, ou d'un privilège, cela est très courant à ces époques ou la barbarie était monnaie courante. Mais aujourd'hui, cela devient tout à fait désuet et ne devrait rigoureusement plus avoir court.

POURQUOI LES PREMIERS LEADERS JUIFS ONT MENTIS ?

Un des premiers décideurs juifs A DIT : "DIEU M'A DIT"

Et il n'est pas difficile de savoir, pourquoi ils ont menti. Parce qu'ils y ont trouvés leurs intérêts. Et ça il faut le souligner :

AUTRES LOIS DE MOÏSE :

- "Dieu m'a dit", que la terre d'Israel est pour moi"
- "Dieu m'a dit" que personne n'a le droit à la terre d'israèl, à part moi
."

- "Dieu m'a dit" que je fais parti du peuple élu, et m'a donné les lois afin que tous les peuples du monde me révèrent comme étant le roi et entreprennent de me servir."

- "Dieu m'a dit" que je suis supérieur à la femme et que celle-ci doit me servir. Et que je peux à touts moments choisir une femme vierge pour me servir (si jamais mon ancienne femme venait à décéder ou pour tout autre raison : sterilité, ou pour remplacer aupres de ma belle soeur un époux defunt) ou simplement pour agrandir la famille d'un homme faisant parti du clan des "élus".

complément d'info : qui concerne la place de la femme dans l'antiquité voir
ici,

Néanmoins, Israël est un pays comme les autres, et en fonction du fait que pendant toute leur errance les juifs ont étés pérsécutés, et même presque exterminés par "la solution finale", ils ont bien le droit a un petit morceau de desert, cependant, il ne faut pas qu'ils s'imaginent que c'est dù à un quelconque privilège mais seulement parce en fonction de leur histoire ils meritaient un peu de compassion. Mais cette compassion peut leur coûter extrêmement chèr si ils croient toujours à un privilège divin. (tous les hommes sont égaux en droits). Il peut s'agir d'un test pour les juifs, maintenant qu'ils ont connus la pire des discrémination,prendront-ils enfin conscience des erreurs dans lesquels les ont propulsés sciemment leurs antiques leaders religieux (afin de s'enrichir sur leur dos) voir ici et ici?.

Ceci dit si ils etaient intelligents "les juifs" comme ils sont tellement persuadés de l'être. Ils se dépêcherait vite de déclarer Jerusalem centre des trois religions du monde, mais un centre pas seulement juif mais bien judeo-chretien et musulman en déclarant Dieu enemi de toutes les exclusion et vraiment pacifique tel qu'il est.

Une autre attitude serait encore : Jouer avec le feu.

Mais si il faut parler d'intelligence, Il faut plutot parler de l'intelligence des dirigeants juifs, comme on parlerait des dirigeants chretiens et musulmans. C'est vrai que le propre de tous ces chefs est clairement de n'etre pas
pour la paix.

"Dieu m'a dit à peu près tout, tout ce que j'avais envie qu'il me dise du fait que depuis ce jour là, il ne m'a plus rien dit."

Il ne faut pas se méprendre il s'agit bien de la domination du monde ou de la "conquête du monde", soit-disant autorisée et encouragée par "Dieu" et c'est pourquoi les romains se sont intéressés de très prêt à cette affaire. (tandis que pour Mahomet, il y a de fortes chances que celui-ci soit juif, et qu'il fut un dirigeant juif provenant de l'empire hymiarite du nord du yemen et du nord de l'Etiopie sujet sur lequel nous consacrerons un chapitre ulterieurement).

La suprématie religieuse et l'appropriation exclusive de Dieu du Judaisme provient comme une grande partie du Judaisme du Brahmanisme.

Mais la suprématie religieuse et l'appropriation exclusive de Dieu est l'enjeu, le but que les religions concurrentes que sont le christianisme et l'islam poursuivent en voulant supplanter le judaïsme, en l'elimant de la carte comme ils le disent si bien.

Donc tout ce beau monde poursuivent un but diabolique, d'extermination, que l'on nomme "moisson" dans l'évangile et qui veut dire la même chose : c'est a dire l'extermination, ou génocide ou massacre "commandé " théoriquement selon toutes ces religions "sanguinaires" par Dieu (respectivement Heloïm &²Yahvé, Christ, ou Hallah)

Voila le but que ces toutes ces religions "pacifiques" , le judaisme, l'islam et le christianisme poursuivent, la possession exclusive du monde, de Dieu, par l'intermédiaire nécéssaire de l'extermination le massacre, la moisson Cela soit disant et dans les trois religions le judaïsme, le christianisme et l'Islam par l'ordre autoritaire et soit disant nécéssaire venant de Dieu de tuer ou d'exterminer les religions (respectivement) concurantes.

En plus simple : un gros carnage (diabolique = maléfique) encore et toujours au nom de Dieu.

Donc tout le monde religieux que représentent ces trois religions poursuivent ce but démoniaque sanguinaire, impitoyable intolérant, d'assassinat de meurtre, qui comme nous le savons bien, impliquent comme d'habitudes, le meurtre d'enfants aussi bien, comme ça l'a toujours été dans l'histoire.

Alors pour toutes les personnes qui feront semblant de ne pas être au courant, je les incite vivement à lire les trois livres en questions que sont les évangiles, la bible et le coran.

Voici un exemple : Pour éviter de chercher comme des aveugles dans cette meule de foin :

Extrait de la Bible : Nombres 31;14 :

"ET Moise s'irrita contre les commandants de l'armée
les chefs des centaines qui revenaient de l'expedition. IL LEUR DIT :

Avez laissé la vie à toutes les femmes ?
maintenant tuez tout male parmi les petits enfants ( = nourrissons) , et tuez toute fem
me qui a connu un homme en couchant avec lui, mais laissez en vie toutes les filles qui n'ont point connu la couche d'un homme."

(il y a beaucoup beaucoup d'exemples comme ça, au contraire de ce à quoi on s'attend a trouver dans la bible, pratiquement tout le chapitre de "Josué", et tellement d'autres ...)


Il est imperatif de ne pas oublier que cet embrigadement est écrit respectivement dans chacun de ses livres de "paix". De façon insistante, qu'il influe énormément sur le subconscient et le conscient, en insistant sur le fait que c'est la volonté de Dieu, et une obligation faite par Dieu et que ce serait "diabolique"bien sur de ne pas obéir. Alors que Dieu n'a rien à voir avec ça, mais c'est bien plutot la volonté d'hommes cupides et cruels de s'approprier le monde et Dieu, dont ils veulent se servir, des gens qui voudraient que Dieu lui-même soit leur serviteur, et le serviteur de ces objectifs pervers et cruels.

C'est un objectif "diabolique", puisque Dieu est pour tout le monde depuis que le monde est monde, et que serait Dieu si il n'aimait pas tous les humains et encore plus tous les innoc
ents.



LE DIABLE EXISTE T-IL ?

ATTENTION : le diable est une invention des cléricaux pour faire obéir, le diable n'existe pas. Ce qui est du domaine de Dieu est exclusivement du domaine du bien. Rien qui vient de Dieu ne fait le mal. (par contre ce qui vient de l'homme ou de l'humain : oui)

Que peut-on dire de la définition du diable , qu'est ce que le diable ?

Par définition, Dieu est bon, donc pas moyen de le rendre malfaisant, puis qu'il est bon.
Est-ce que bon, est le mot, qui est le mot convient
?

Si oui, il n'a rien à voir avec le diable. Donc dans ce cas là, le diable est une invention de l'homme, et correspondrait davantage avec l'homme.

Des hommes, (pas tous) on peut dire qu'ils sont méchants. Et sans y avoir réfléchi très longtemps : il suffit de voir certaines choses, pour se rendre compte qu'ils sont capables des pires atrocités, de vices, de tortures, de sadisme, de calculs malfaisants, de cupidité, etc ..., etc...., de tous les maux de la terre, faire mourir de faim un enfant, vendre des enfants pour être des esclaves ... leur faire subir des maltraitances physiques mais aussi morales. L'homme est capable des pires tueries, de massacres, sauvageries, et actuellement l'homme ordinaire détruit son propre habitat, mais encore celui de ses propres enfants.

La question est de quoi ne sont pas capables les hommes ? dans le domaine des atrocités du vice et de l'argent?

Parler d'un être qui aurait des pouvoirs quasi divins, et qui ferait le mal sur la terre, : le diable. Ce serait donner des qualités divines à un être malfaisant. Hors rien qui est du domaine de Dieu ne fait pas le mal. Comment en effet imaginer que Dieu donnerait des pouvoirs, à une entité supérieur aux humains , pour faire le mal ? Ce qui est du domaine de Dieu, est du domaine du bien. Bon alors effectivement on peut raconter des histoires rocambolesques, d'un ange déchu, et qui voudrait prendre sa revanche sur les humains, ou sur Dieu ?? lui même. D'un client qui casserait la gueule du boulanger, parce qu'il n'y à plus de baguettes. Ça ne se passe pas comme ça la haut, Là haut celui qui domine (d'ailleurs sur terre aussi) c'est Dieu, celui qui dirige c'est Dieu et c'est tout. Il n'y a pas de conflits de pouvoirs , ni coups d'états ni rien de ce genre. C'est Dieu, et Dieu a un immense pouvoir qui n'est en rien comparable à celui des humains (malgré que ces humains sont forts quand il s'agit de faire le mal). Alors pour nous, rien de comparable à la puissance divine ne se mêle des malheurs de l'homme, dans le sens d'y prendre part.

Alors qu'est-ce que ce diable ? Rien qui serait d'une puissance divine, et qui ferait le mal.

On peut dire qu'on a associé au mot diable, tout ce qui du domaine de lasuperstition : la peur de l'inconnu, la crainte envers les forces qu'on ne comprend pas forcément, les nombreuses méchancetés, ou bien encore la peur des maladies, et des malheurs en tout genres : la séparation de l'être aimé, la trahison, le sentiment de solitude extrême, la misère, la souffrance de la maladie, la séparation de toute sa famille, de ses enfants, la maladie qui emporte, ou la mort qui foudroie, le feu dans sa propre maison... etc... etc...

Le domaine des peurs de l'homme est bien vivant; la peur de l'homme est bien réelle. et c'est comme ça. Alors tout ce qui s'apparenterait au domaine de la peur en générale serait le domaine d' un diable qu'on qualifierait de diable de superstition ou diable d'imagination.

Donc il y a peu de là à dire que la personnification divine de ce diable, dans le sens il aurait des pouvoirs surhumains, n'est qu'une manipulation des cléricaux de tout bords, pour effrayer l'humain et le pousser à suivre la voix d'un de leur credo : "fait ce que je dis, dis que j'ai raison, ou peut-être le diable (mais qui n'existe pas) qui est théoriquement l'antithèse de Dieu, puisque tu cherches à douter de mes enseignements, ou des ordres que je te donne, comme la pratique religieuse, etc...aura raison de toi. Un chantage, tellement courant qu'on le trouve normal à notre époque, qui ne l'oublions pas se dit moderne.

Est ce que l'homme qui aurait plutôt intérêt au bien, donc qui s'accomplirait dans le bien, ne se détournerait pas de lui même, et perdrait par cela son humanité, et deviendrait un monstre, et quelque chose qui n'a d'humain que l'apparence globale, donc qui aurait perdu le sens profond de son existence, il se serait perdu, et transformé en bête, en obsédé de ses perversions, et en serait donc devenu esclave, et se serait perdu pour lui même (ainsi que pour les autres évidemment), Donc se perdre, et s'éloigner du bon chemin, qui est du langage clérical, aurait une réelle existence, et ne nécessiterait pas une intervention diabolique.

Pourtant c'est une réalité, pour les gens damnés dans le langage clérical, la plupart d'entre nous ne connaissent guère de tels monstres , dans leur entourage proche( et peuvent difficilement les étudier, ou les voir, se rendre compte de la chose, quand ce n'est pas ces damnés, qui eux mêmes se cachent (et qui ont une pratique très évoluée de la technologie des masques (c'est vrai ils sont très rares ?!!). Il ne faut pas oublier par ailleurs, que ce n'est pas en regardant quelqu'un qu'on sait beaucoup de choses de sa vie . En général non, c'est en connaissant les gens pour les avoir suivis de près par exemple comme Dieu le ferait ou le fait; c'est à dire de façon très personnelle. Que ces choses apparaissent, parce qu'il s'agit de l'intériorité de l'être humain. Et souvent nous sommes de piètres traducteurs de nos états personnels, alors évidemment en ce qui concerne les autres, comment connaître leur vie intérieure ?

Les drames de l'historicité humaine se jouent profondément à l'intérieur, prenons l'exemple d'une déception amoureuse, souvent il ne paraît rien à l'extérieur, de ce qui se passe à l'intérieur. Si un drame se joue dans un humain, comment le savoir la plupart du temps, si en plus le "perdu" même dévoré par son obsession est aveugle de sa propre situation, ou s'emploie (le plus fréquemment) tout bonnement à le cacher.

Néanmoins ces êtres existent et sont hélas nombreux : les criminels, les gens qui vénèrent littéralement l'argent et qui ne respectent rien (ça existe), les personnes qui obéissent trop souvent et lamentablement à l'appel des sens, les hauts cinglés de l'autorité religieuse ou non qui se prennent pour des saints, (parce qu'il ne faut pas oublier qu'il n'y a que Dieu qui soit saint les autres se le font croire,) croient qu'ils ne commettent pas d'erreurs, et se croient parfaits, et puis d'autres...(pourquoi l'exemple des faux saints : parce qu'il n'y a que les fous, et les fous dangereux pour croire qu'ils ne commettent pas d'erreurs).

DONC L'HOMME N'A PAS BESOIN DE DIABLES, POUR ÊTRE TENTE, N'A PAS BESOIN DE DIABLES POUR FAIRE DES HORREURS DES ATROCITÉS, du mal ; C'est l'homme qui est lui même son propre diable, C'est l'homme qui doit se mefier de faire de mauvaises actions, qui le ferait se pencher et se commettre du coté mauvais.

Comme l'exemple que nous venons de donner du criminel, qui devient l'objet de ces obsessions, et non pas ce qu'il croit c'est à dire le contraire, il croit en effet qu'il est le maître et les autres, ces victimes ces esclaves de ces folies, de ces lubies, (malgré le fait indéniable qu'il ne vaut mieux pas avoir à faire un criminel) C'est lui même qui tombe sous le joug, de ce qui peut-être une passion, qui est souvent une envie par conséquent irrépressible, qui finit par régir sa vie, le commander, le diriger et l'asservir, pour qu'il ne fasse plus qu'un avec sa passion, c'est à dire finir par être un homme cruel, avide de sang, obsédé de ces appétits monstrueux, et comme nous l'avons dit, n'être plus qu'un homme par l'apparence.

Mais de la même façon que le criminel, il y a bien d'autres déviantes morales, comme la cupidité, l'orgueil, etc.... qui finissent par aboutir à des dégénérescences humaines.

L'homme se détourne son humanité, et devient un homme atrophié, en somme qui n'a plus grand chose d'humain que l'apparence.

Et l'existence de ces damnés, est bien réelle, et n'a aucun rapport avec aucune intervention, de Dieu ou d'un quelconque diable, mais bien le résultat de la direction que l'homme s'est lui même donné à sa vie. Et que l'on peut nommé L'AUTO-DAMNATION.

Cela pourrait faire rire beaucoup d'officiels religieux, qui rétorqueraient évidemment :" le diable est méchant : que croyez-vous, c'est à lui que j'obéis en vous disant de vous soumettre à tel ou tels préceptes de ma religion, croyez vous qu'il vous laisserait usurper ma religion, non c'est bien à lui que j'obéis, et auquel je vous prie de croire sous peine de damnation, en fait en tant que représentant de la loi de Dieu, c'est de moi et de moi seul que vient la damnation. Puisque je suis le serviteur de la vrai loi véridique de Dieu".

Et ce discours ou nous avons fait exprès de mélanger les acceptions de Dieu, et diable, est le discours que tiennent touts les tenants de ces trois religions, chrétiennes juives ou musulmanes. D'un coup, ils disent exactement la même chose, Mais leur diable, ou leur "Dieu" (malheureusement ils ne font pas de différence avec l'un ou l'autre, ce qui leur facilite beaucoup l'endoctrinement) dit seulement ce qu'en tant qu'officiels de leur foie particuliere ils veulent bien lui faire dire et sous couvert de "sacro-saint", c'est eux meme qui font se discours, donc qui se prennent pour Dieu ou le diable (mais accordons leurs la deuxiemes hypothèse, c'est à dire celle du diable, qui leur va donc le mieux, puisqu'après tout ce ne sont que des hommes)

Enfin, toutes les atrocités commises dans ce monde sont l'oeuvre des hommes et des hommes de toutes religions de toutes origines sociales, de tous ages, et de tous horizons. Et pour nous, se sont ceux qu'on nomment parfois : "des diables" ; les hommes evidemment.


LA PALME DE LA LACHETE DES RELIGIONS


La seule tentative honorifique et digne de l'histoire des religions est le déisme élevé au 18e siècle en tant que religion universelle et égalitaire (abolissants les privilèges). Mais que les hommes qui lui ont succédés se sont empressés de pietiner et de détruire. afin de nous conduire à "l'homme moderne d'aujourd'hui "ignorant" et se droguant d'apparences.


Mais cessons de parler d'actes ou de pensées honorofiques en matiere de religion, il serait plus approprié de descerner la palme de la lâcheté.

Alors évidemment le choix est difficile !

On serait tenté de l'attribuer à ceux qui ont fait en sorte que Dieu se suicide, pour racheter les pêchers des hommes, en se faisaint torturer, (qu'il se sacrifie pour racheter les méfait des gros pêcheurs et leur permettre ainsi d'oeuvrer en toutes tranquilité). C'est sur quand la victime se suicide pour racheter les méfaits (les crimes) les pêchers de ses propres bourreau c'est quand même mieux (en suivant le sort tant envié du mouton qui ne l'oublions pas se fait assassiner pour plaire à Dieu, imaginez comme les sacrifices animaux ont du lui plaire à Dieu, comme il est heureux quand on egorge en agneau qui vient de naître, pour que lui aussi se mette à faire pareil, mais il ferait encore mieux que le mouton cette fois ci il se sacrifierait de son propre chef) . Que Dieu soit par définition immortel, mais que pour la bonne cause il se sacrifie, accèpte un qu'on le mette à mort et qu'on le torture cela pour racheter les crimes de ces bourreaux. C'est diffic
il de faire mieux.



Mais la palme de la lâcheté revient aux rabbins. Pourquoi ? mais parce que d'avoir la quasi totalité des croyants pour ennemis à cause du fait que les rabbins autenthifient et approuvent les mêmes principes d'exterminations qui ont été la cause de la shoah (obligation imperative donné par "Dieu lui même" (soit disant)d'exterminer les autres confessions que la sienne et appropriation exclusive du monde qui sont les qualités tant enviées de la "thora"il faut bien le dire) c'est encore un exploit qui brille au panthéon des hommes honorables.

Ainsi méritent-ils la palme de la lâcheté (et de surcroit des pigeons), parce qu'ils en sont les victimes de l'extermination et qu'ils continuent à se vanter qu'ils sont détenteurs légitimes de ces mêmes principes d'extermination (lire" l'exode" et "Josué" chapitres de la bible.) (développement ici )


Aucun offic
iel religieux (chretien, musulman ou juif) ne reconnaît que ces religions antiques se sont établis sur de grands principes barbares, et que c'est du sang de la diabolisation et donc du fanatisme qu'elles se nourissaient et se glorifiaient à cet époque.


Dommage pour les millions d'innocentes victimes passés et avenir (celles ci autant chretiennes que musulmanes ou juives).

"LETTRE D'un déiste aux rabbins et au pape."


"L'ESPRIT NAZI OU D'EXTERMINATION" DANS LES TROIS RELIGIONS DU LIVRE LE JUDAISME LE CHRISTIANISME ET L'ISLAM.

Alors qu'entendons nous par esprit nazi ? est ce que l'esprit nazi pourrait se trouver dans le judaisme, (qui comme nous le savons est déterminé comme victime historique du nazisme), ou dans l'islam dont on connait déja les facheuses dérives integristes.


QU'EST-CE QUE : L'ESPRIT NAZI ?

L'individu a l'esprit "nazi", se figure qu'il fait parti d'un groupe ethnique ou religieux qui doit heriter du monde ou qui est le digne possesseur du monde, donc qui est en 1er rang dans l'echelle mondiale, et que tous les autres ont tord et que tous les autres doivent périr ou disparaitre, c'est a dire qu'ils n'ont pas de place, qu'il n'y a qu'eux qui ont le droit.

SOLUTION FINALE ET APOCALYPSE

Telle est la fin
alité de l'apocalypse qui est une notion religieuse qui a pour but de faire disparaitre rigoureusement tous les non-chretiens pour le christianisme, tous les non-musulmans pour l'islam.
extrait bible : ?

Ainsi dans l'esprit religieux l'extermination de tout autre entité religieuse est non seulement licite mais obligatoire et décidée par Dieu lui même(ceci toutes confessions confondues) .


Si bien souvent on a parlé de races, a la place de religion, c'est parce que ces religions s'etaient elle mêmes définies comme etant des races, c'est a dire un peuple a part qui se caractérisaient par des signes comme la circoncision ou par la pratique de rites qui la cantonnait dans un domaine (a part) ou exclusif de la création. d'ailleurs la circoncision est un rite religieux modifiant l'apparence physique).

(il est a noter que cette ambiguité voulue entre race et religion a poser de tous temps quelques problêmes de définitions si bien que la race d'hitler etait blonde aux yeux bleus alors que lui etait brun aux yeux noirs et que la plus part des juifs ashkenaz etaient blonds aux yeux bleus d'ailleurs les rescapés ashkenaz de cette solution finale le sont toujours ; il est à noter à cet egard que la fameuse race "aryenne" a mis dans des fours des enfants blonds aux yeux bleus).


Voilà qui pose le croyant dans helàs l'exacte situation du nazi, comme nous l'avons décrit précédemment.


Le croyant est donc placé dans une concurence fatale, où son existence religieuse est conditionné par l'ellimination de toutes autres confessions que la sienne.

Nous voyons très longuement et clairement et maintes fois répété dans "l'exode" et "Josué" l'ordre (soi-disant donner par Dieu lui même)"d'exterminer", "ne pas laisser souffle de vie" dans des villes entieres (conf "josué" au moins vingt villes ; ordres donnés par Josué et antérieurement par Moïse) d'exterminer des villes entières (au moins 20 villes successivement) tuer des bébés (egorger) viellards femmes enceintes enfants et même parfois le betail etc

extrait biblique nombres 31,14 :

"ET Moise s'irrita contre les commandants de l'armée les chefs des centaines qui revenaient de l'expedition. IL LEUR DIT :

Avez laissé la vie à toutes les femmes ?
maintenant tuez tout male parmi les petits enfants, et tuez toute fem
me qui a connu un homme en couchant avec lui, mais laissez en vie toutes les filles qui n'ont point connu la couche d'un homme."


Comment ne pas voir les fortes similitudes entre ces deux situations et ne pas conclure a leur caractère quasiment identique. (la seule difference avec le nazisme est que le mouvement "nazi" ne prétend pas obéir a un ordre de Dieu, mais nous verrrons par la suite que le discours judéo chretien n'est pas exempt du discours nazi).


Mais l'apocalypse n'est pas le seul endroit dans la bible où se manifeste cette soi disante volonté de Dieu d'exterminer toutes autres confessions que celle qu'il aurait¨proclamé lui même.


Il s'agit d'un ordre donné par Dieu ordre, dogme dont on confie au diable la charge de faire obéir les croyants, diable qui est comme nous le savons la clef de voute des religions puisque c'est lui qui en effrayant et menaçant des pires tortures, de l'enfer de la mort.

Le processus d'obligation et d'obéissance du croyant par le diable est un sujet longuement développé dans le chapitre :
Processus de diabolisation et radicalisme dans les livres saints.

Mais cette ultimatum "ordonné" par Dieu, place le croyant dans une situation presqu' "illicite", parce que il s'agit bien de l'ordre donné "soi disant, par Dieu d'exterminer toutes autres confessions.

Inutile de rappeller que le coran, qui se dénome aussi le rappel, ne manque pas de rappeler quelques centaines de fois, cet obligation, cet ordre (soi-disant) donné d'exterminer, d'elliminer ces "mécréants" ces soit disant gens du diable. (c'est a dire les non musulmans) Ce qui n'est pas du tout une particularité de l'islam comme nous venons de nous le démontrer.

Donc cette volonté d'hégémonie et d'extermination qui est ce qu'on appelle l'esprit nazi, provient directement sans ambiguité possible des livres saints eux mêmes, la bible le coran, et l'évangile, qui valide par son adoption de l'ancien testament et du judaisme, toute cette théorie de génocide et cet impératif de génocide.

Voilà donc ce que nous enseigne toutes ces religions "saintes", à exterminer en organisant des génocides. Et ceci dans les trois religions du livre.

LE NAZISME est un
INTEGRISME RELIGIEUX

Le n
azisme peut être considéré comme un integrisme religieux, évidemment le point de vue officiel les autorités religieuses toutes confondues, et pas seulement chretiennes est de considérer le nazisme comme un athéisme.

Hors ceux qui ont vécu la deuxieme guerre mondiale, et ceux qui se reclament encore du nazisme, sont biens convaincus du contraire, tandis que l'histoire même démontre que c'etait bel et bien un mouvement croyant.

Voici quelques illustrations qui rafraîchiront la mémoire de quelques protagonistes amnésiques de l'histoire.


boucle de ceinturon




Effectivement après la guerre on s'est acharné a isoler le nazisme du royaume des croyants. Mais n'est ce pas ce que toutes les religions en face de l'integrisme issue de leur propre religion pronnent et clament à qui veulent l'entendre ? D'ailleurs n'est ce pas arrangeant, cela n'arrange t'il pas tout le monde, les croyants et les chefs religieux de toutes ces si saintes religions.

Ainsi selon les officiels religieux, l'integrisme musulman, n'a rien a voir avec le coran, et l'integrisme judaique rien a voir avec l'ancien testament et forcément l'integrisme catholique n'a rien a voir avec le nazisme et forcément avec le christianisme.


Mais bien sur imputer au seul christianisme l'ampleur de l'integrisme religieux est une parcellisation illusoire du phénomène, puisqu'il s'agit d'un phénomène hautement inter-religieux et qui est issu du judaisme comme l'islam.
Petit glossaire des sujets idées thèmes et réflexions et sujets traités dans ce site.

critique biblique, analyse biblique, critique des religions, critique du judaisme, critique du christianisme, critique religieuse, critique de l'islam, analyse du coran, critique et analyse des religioons, histoire du judaisme, histoire du christianisme, histoire de la religion musulmane, archéologie biblique, Voltaire exégete biblique, thomas Romer exégete biblique, critique théologique, théologie critique, analyse et reflexions sur les trois religions du livre, origine du judaisme,religions comparées, integrisme et livres sacré,cause de l'integrisme religieux, cause de l'extremisme, le nazisme et le christianisme, la race pure, pure propagande nazi, barbarie violence et cruauté extraits bible le nazisme intégrisme chretien,propagande religieuse causes de l'integrismes,commentaire et analyse biblique, critique actuelle biblique, etude biblique,le Christ au vatican les manuscrits de la mer morte, les manuscrits de qunram, livres sacrés des religions en ligne, veda en ligne sama veda texte sacré en ligne,la vérité sur la bible, la vérité sur les religions, la vérité sur le christianisme, la vérité sur le judaisme, la vérité sur la religion musulmane etude et vérité sur le coran films documentaire en ligne archéologie biblique, archéologie empire romain, film documentaire sumeriens archéologique, film documentaire le trésor du temple de jerusalem, film documentaire en ligne egypte dieux et pharaons, film documentaire reportage archéologique video film documentaire persepolis, film documentaire en ligne archéologie biblique, video documentaire manuscrits de la mer morte,film vidéo documentaire en ligne empire romain, film vidéo documentaire civilisation antique, archéologie civilisation egyptienne, l'age du cuivre documentaire film archéologie la grece antique, amenophis 4, l'egypte et les dieux d'egyptes video reportages archéologie, akhenaton, dieu soleil,fim pharaon en ligne, film documentaire archeologique en ligne civilisations antique, , exegesme biblique thomas romer, religion et reflexion, livres sacrés des religions, livres sacrés en ligne du brahamanisme veda, extraits biblique violence et cruautés dans la bible, barbarie dans la bible, integrisme religieux et livres sacrés, coran et integrisme musulman, bible et integrisme religieux, integrisme juif, integrisme chretien,integrisme catholique, integrisme et religions du livre. Mahomet est-il juif ? judaicité de Mahomet, le christianisme et l'islam, Religions et religion de V.Hugo, religion reflexion, reflexion sur les religions, critique religieuse, theologie critique, reflexion theologique, critique theologique, reflexions sur le christianisme, reflexion sur l'islam ou religion musulmane, reflexion sur le judaisme, reflexion sur les différentes religions du monde, Voltaire théologien, le siecle des lumieres, le deisme, spiritualite et religions etablies, reflexion sur la bible, reflexion sur le coran, origine du judaisme le Brahamanisme ou Hindouisme,origine de la genese Brahamanisme : lois de manu livre sacré integral en ligne : les lois de manous ou loi de manu naissance du judaisme, reflexion sur la religion musulmane, origine du christianisme, naissance du christianisme, Moise les dix commandements, livre sacre bouddhiques : les dix lois des shamans ou prêtres de Bouddha semblable aux dix commandement, texte sacré en ligne le vendidad sade, le vrai livre de zoroastre texte integral en ligne,texte sacre complet en ligne le rig veda, livre sacré integral en ligne le sama veda. brahmanisme hindouisme texte sacré complet en ligne.critique de la bible,le deisme, preuves de l'existence de Dieu, le dessein intelligent, , esprit des lumieres, propagande religieuse utilisation du diable, critique des évangiles, évangiles appocryphes,analyse et reflexions sur les évangiles appocryphes, Texte religieux inexistence du diable, le diable et les religions, le trésor du temple.barbarie violence et cruauté extraits bible, exegesme biblique thomas romer, religion et reflexion, livres sacrés des religions, livres sacrés en ligne du brahamanisme veda, extraits biblique violence et cruautés dans la bible, violence et cruauté extraits de la bible, integrisme religieux et livres sacrés, coran et integrisme musulman, bible et integrisme religieux, integrisme juif, integrisme chretien,integrisme catholique, integrisme et religions du livre. Mahomet est-il juif ? judaicité de Mahomet, le christianisme et l'islam, Religions et religion de V.Hugo, religion reflexion, reflexion sur les religions, critique religieuse, theologie critique, reflexion theologique, critique theologique, reflexions sur le christianisme, reflexion sur l'islam ou religion musulmane, reflexion sur le judaisme, reflexion sur les différentes religions du monde, Voltaire théologien, le siecle des lumieres, le deisme, spiritualite et religions etablies, reflexion sur la bible, reflexion sur le coran, origine du judaisme le Brahamanisme ou Hindouisme,origine de la genese Brahamanisme : lois de manu livre sacré integral en ligne : les lois de manous ou loi de manu naissance du judaisme, reflexion sur la religion musulmane, origine du christianisme, naissance du christianisme, Moise les dix commandements, livre sacre bouddhiques : les dix lois des shamans ou prêtres de Bouddha semblable aux dix commandement, texte sacré en ligne le vendidad sade, le vrai livre de zoroastre texte integral en ligne,texte sacre complet en ligne le rig veda, livre sacré integral en ligne le sama veda. brahmanisme hindouisme texte sacré complet en ligne.critique de la bible,le deisme, preuves de l'existence de Dieu, le dessein intelligent, , esprit des lumieres, propagande religieuse utilisation du diable, critique des évangiles, évangiles appocryphes,analyse et reflexions sur les évangiles appocryphes, Texte religieux des parsis. livre sacre du bouddhisme ressemble aux dix commandements : les dix lois des shamans. Bouddha bouddhisme, spiritualité indienne brahmanisme, les lois de manu. Spiritualité chinoise, livres sacre de la religion chinoise Confucius, le chou King, le ta hio, les quatres livres de Confucius. Le Christ au Vatican texte integral en ligne .religions du Monde, les diférentes religions du monde, livres condamnés, livres brulés, livres sensurés. religions du monde religions comparée Questions sur le judaisme, questions sur le christianisme, archeologie vidéo documentaire dieux d'egypte pharaon critique du Judaïsme, Définition du judaisme, resumé du judaisme, définition du deisme, définition du théisme. les manuscrits de la mer morte et Jesus Christ. le christ au vatican texte integral en ligne connaissance des religions sacrifices humains dans la bible histoire biblique bible et histoire explications de la bible commentaires de la bible archéologie biblique commentaires de la bibles, critique religieuse. manipulation religieuse, la manipulation du diable.voltaire la bible enfin expliquée par plusieurs aumoniers a S.M.L.R.D.P. livres sensurés critique du christianisme critique du judaisme critique et analyse du judaisme la défense de milord boolingbroke, le siècle des philosophes des lumieres le déisme critique et analyse de la bible etude critique de la bible critique biblique analyse biblique thomas romer exegete biblique, thomas romer histoire de la bible, thomas romer analyse critique de la bible. le siècle des lumières et la critique biblique film documentaire archéologie biblique. livres sensurés critique du christianisme critique du judaisme critique et analyse du judaisme la défense de milord boolingbroke, le siècle des philosophes des lumieres le déisme critique et analyse de la bible etude critique de la bible critique biblique analyse biblique thomas romer exegete biblique, thomas romer histoire de la bible, thomas romer analyse critique de la bible. le siècle des lumières et la critique biblique film documentaire archéologie biblique différentes religions du monde les trois religions monothéistes, religion musulmane, religion chretienne, religion juive critique et analyses des religions du livre, la religion de hindoue, hindouisme les manuscrits de qumran, les manuscrits de la mer morte, Jesus Christ et les manuscrits de la mer morte, Déisme siècle des lumieres, reflexions philosophiques sure les religions, le diable et la propagande religion hindoue V. hugo religion et reflexions, resumé définition des religions, définition du christianisme, résumé sur le christianisme, résumé sur la bible, résumé sur les religions mahomet et le judaisme, tout savoir sur le judaisme, critique christianisme, critique judaisme.integrisme religieux, integrisme et nazisme, le nazisme et ces racines religieuses, l'integrisme et les livres sacrés, le radicalisme religieux et les livres sacrés, les fondements religieux de la ségrégation raciale ou discriminations religieuses, le fondement de l'intolerance dans livres sacrés. solution finale, la race aryenne, nazisme deuxieme guerre mondiale, la race pure aryenne, blonds aux yeux bleus comme hitler, extermination et religion, extermination et bible, josué et l'extermination des noms juifs, le coran et l'extermination des nons musulmans, la seconde guerre mondiale et le nazisme, nazisme race aryenne race pure, les juifs ashkenazi blonds aux yeux bleus, la race pure, le pen et le nazisme, le nazisme a la française le pen, hitler et la race pure, la race aryenne et le nazisme.barbarie violence et cruauté extraits bible, exegesme biblique thomas romer, religion et reflexion, livres sacrés des religions, livres sacrés en ligne du brahamanisme veda, extraits biblique violence et cruautés dans la bible, violence et cruauté extraits de la bible, integrisme religieux et livres sacrés, coran et integrisme musulman, bible et integrisme religieux, integrisme juif, integrisme chretien,catholique, integrisme et religions du livre. Mahomet est-il juif ? judaicité de Mahomet, le christianisme et l'islam, Religions et religion de V.Hugo, religion reflexion, reflexion sur les religions, critique religieuse, theologie histoire des religions, religions comparées, parentée inter-religieuse fanatisme religieux fanatisme et christianisme, fanatisme voltaire. fondamentalisme religieux,, le siècle des philosophes des lumieres le déisme critique et analyse de la bible etude critique de la bible critique biblique analyse biblique thomas romer exegete biblique, thomas romer histoire de la bible, thomas romer analyse critique de la bible. le siècle des lumières et la critique biblique film documentaire archéologie biblique différentes religions du monde les trois religions monothéistes, religion musulmane, religion chretienne, religion juive critique et analyses des religions du livre, la religion de hindoue, hindouisme les manuscrits de qumran, les manuscrits de la mer morte, Jesus Christ et les manuscrits de la mer morte,Le maître de justice, les rouleaux de la mer morte et Jésus Christ.l'origine de la genèse, l'origine du judaisme, les origines du christianismes, les origines de l'ISslam, les origines de l'ancien testament, les origines de la thora. parenté inter-religieuse, les religions du monde, connaissance des religions du mondes, livres sacrés en ligne des religions du monde, spiritualités du monde, spiritualité chinoise, spiritualité hindoue, spiritualité de l'inde, le chou king en ligne, probable origine des dix commandements les dix lois des shamans et prêtres de Bouddha, généralité sur les religions du monde, différentes spiritualités du monde, Déisme des philosophes des lumières, déisme des lumières, spiritualité et déisme, religions et déisme. Parenté des religions anciennes, source de la thora, commentaires de la thora, propagande religieuse censure religieuse, évolution des religions, manipulation religieuses. vérités et mensonges des religions du monde. critique religieuse de Victor Hugo, la religion de Victor Hugo. Litterature et religion.le Manava Dharma Sastra brahmanisme critique de l'hidouisme. origine et naissance des religions.

- MYTHE DU SUPERSAGE
TRES SEMBLABLE
AU DELUGE DE NOE

TRADUCTION A PARTIR DES TABLETTES CUNEIFORMES DE MESOPOTAMIE

"L'ATRAHASIS"

Les hommes créés par ENKI et NINTU pouvaient vivre 25.000 ans. 250.000 ans plus tard, huit rois des hommes s'étaient succédés. Les hommes étaient prospères, ils avaient étendu leur territoire, ils s'étaient multipliés. Mais le bruit de leurs activités, de leur agitation, de leurs guerres, de leurs fêtes, en un mot leur tapage finit par atteindre... même les cieux.

Lors du Conseil des Grands Dieux ENLIL dit : « La rumeur des humains est devenue trop forte. A cause de leur tapage continuel je n'arrive plus à dormir. Nous leur avons déjà envoyé maladies, fièvres, épidémies et pestilences pour les décimer, mais très vite ils se sont à nouveau multipliés. Nous leur avons envoyé sécheresse, famines et autres fléaux sans plus de résultat. A chaque fois d'ailleurs, ENKI le prince les a aidés à s'en sortir. Maintenant il faut en finir une fois pour toute et envoyer sur les hommes le Déluge afin qu'il n'en reste pas un. » ENKI pris la parole : « J'ai créé l'homme dans l'intérêt des dieux, ne me demandez pas d'approuver un tel cataclysme. Comment pourrais-je porter la main sur mes créatures ! »

Les dieux ayant malgré tout pris la décision finale, ENKI en songe, prévint ATRAHASIS, le Supersage, un homme de bien qui avait toujours mérité sa confiance. " ATRAHASIS, jette à bas ta maison, détourne-toi de tes biens pour te sauver la vie . Construit un grand bateau selon l'épure que j'ai tracée sur le sol. Cette embarcation aura forme équilatérale de 60 mètres de coté. Le bateau sera entièrement clos et toituré solidement. Que son calfatage soit épais et résistant. Tu appelleras ton vaisseau Sauve -Vie. Après y avoir chargé ton froment, tes biens, tes richesses, embarques-y ta femme, ta famille, ta parenté et tes ouvriers ainsi que des animaux sauvages, grands et petits, et des oiseaux du ciel ». Supersage n'avait que 7 jours pour construire Sauve-Vie.

Les siens et les animaux venaient juste d'embarquer quand un vent furieux rompit les amarres et libéra le bateau. Alors le soubassement de la terre se décolla. Les étoiles elles-mêmes furent déplacées. De profondes ténèbres cachèrent le soleil. Le fracas du Déluge épouvanta les dieux eux-mêmes, pourtant tous réfugiés en la demeure céleste d 'ANOU. ENKI blême de colère vit ses enfants emportés par les eaux. NINTU la déesse mère éclata en sanglots :" Comment ai-je pu dans l'assemblée des dieux laisser prendre cette décision finale ? C'est ENLIL qui par un discours habile, a rendu vaines mes paroles ".

Au bout de 7 jours, le vent se calma, le bateau cessa d'être ballotté. Supersage lâcha une colombe, elle revint, ne sachant où se poser. Il lâcha une hirondelle qui revint également. Enfin il lâcha un corbeau qui ne revint pas. Alors Supersage lâcha tous les oiseaux. Lorsque les eaux se furent retirées du haut de la montagne, Supersage débarqua et prépara un banquet à la gloire d'ENKI, le dieu ingénieux qui l'avait sauvé. L'odeur de la bonne chère attira également les grands dieux, qui, en l'absence des hommes, n'avaient ni bu ni mangé pendant tout ce temps. On peut supposer qu'ils n'en avaient pas vraiment besoin pour vivre, mais que ça leur manquait quand même. ENLIL voyant alors le bateau, entre en colère : « Nous les grands dieux nous avions prêté serment, d'où vient alors qu'un homme ait échappé à la destruction ? ». ENKI : " Oui, j'ai fait cela contre votre volonté à tous, j'ai sauvé ATRAHASIS. Calme-toi ENLIL, si tu as pu manger et te régaler, c'est bien grâce à cet homme. Grâce à lui la race humaine peut être sauvée".

NINTU la déesse mère prit alors la parole : « ENLIL, tes solutions sont trop définitives. Trouvons un moyen terme. Afin que la descendance de Supersage ne perturbe plus les dieux, ENKI l'ingénieux doit bien avoir une solution ". ENKI : " O ! Divine Matrice, nous avons donné aux hommes presque l'immortalité, c'était inconsidéré. Toi MAMMI, qui arrête les destins, impose donc aux hommes la mort pour qu'un équilibre s'installe. Afin que chez eux, outre les femmes fécondes, il y ait maintenant les infécondes, afin que chez eux sévisse la Démone Eteigneuse pour ravir les bébés aux genoux de leurs mères ". ENLIL approuva : " C'est entendu. Ce fut une erreur de vouloir les exterminer. Mais que les hommes ne vivent pas au delà de 120 années, afin qu'ils ne puissent jamais percer à jour nos connaissances. Ainsi, ils ne seront plus une menace pour nous ! Veillons à ce que les hommes ne s'installent jamais dans l'allégresse.Surveillons de près leur prolifération, leur prospérité et leur joie de vivre. C'est pour cela, Que chez les hommes un temps de malheur succede toujours à une ère de bien être".

Extrait de la

TRADUCTION DES TABLETTES CUNEIFORMES
par des spécialistes de la civilisation antique de Mesopotamie.
traduction d’après J. Bottero et S.N. Kramer :

"LORSQUE LES DIEUX FAISAIENT L'HOMME"


On trouvera ici, pour la première fois rassemblés, traduits et dûment éclairés par deux éminents spécialistes, la cinquantaine de mythes sauvés du naufrage de la civilisation mésopotamienne.

SUITE DE LA PRESENTATION DU LIVRE DES TRADUCTIONS DES MYTHES MESOPOTAMIENS "LORSQUE LES DIEUX FAISAIENT L'HOMME": ICI

- UNIVERSITE OXFORD
TRADUCTION EN ANGLAIS TEXTES ET LITTERATURE SUMMERIENNE :



cliquer sur l'image
- L'EPOPEE DE GUILGAMESH


Dans ce panthéon sacré était dissimulé un coffre de cuivre, verrouillé par une serrure de bronze. Il renfermait, à l'intérieur d'un tiroir secret, une tablette de lazulite. Sur cette pierre était gravée l'Épopée de Gilgamesh, le bâtisseur de cette citadelle, celui qui a surmonté toutes les épreuves. Revenu de ses lointains voyages, exténué mais apaisé, il confia à cette pierre ses exploits.

Voici celui qui a tout vu, exploré la Terre entière, pénétré chaque chose. Sage parmi les sages, il a percé tous les secrets, dévoilé tous les mystères.

Il a ouvert le chemin vers les montagnes, creusé des puits sur les pentes les plus inaccessibles, traversé le vaste océan jusqu'à l'endroit d'où surgit le Soleil. Il a exploré l'univers à la recherche de la vie éternelle, atteint avec courage les limites de ce monde.

Il a restauré les sanctuaires ravagés par le Déluge, et permis aux peuples de retrouver leurs rites religieux. Monarque prestigieux, fils héroïque de la cité d'Uruk, il est le buffle aux cornes menaçantes.

Marchant parfois à la tête de ses sujets, il a su les guider, mais il savait aussi les suivre pour les protéger. Il était à la fois la digue puissante gardant ses troupes et le violent raz-de-marée détruisant les murs de pierre.

Tel était Gilgamesh, fils de Lugalbanda et de Ninsuna la Bufflesse, être éblouissant à la force supérieure. Devenu le jeune prince d'Uruk, il abusa de sa puissance. Personne, parmi la multitude des hommes, ne pouvait se dire son égal. Sa souveraineté était sans partage au point qu'un jour il proclama :

- Le roi c'est moi. Je suis l'Unique !

Humain pour un tiers, aux deux tiers divin, son corps avait des proportions gigantesques. C'est Aruru la Sublime, déesse qui créa l'humanité, qui l'avait esquissé. Enki-Ea, maître des Arts, paracheva sa stature élancée. Tout en lui resplendissait et sa prestance était superbe.

Débordé par sa vigueur excessive, il sillonnait Uruk, tête haute, comme un animal féroce, faisant étalage de sa force. Il opprimait les guerriers de la cité tel un tyran. Même les plus braves tremblaient en secret.

Une rumeur se répandit dans tout le pays :

- Gilgamesh ne laisse pas un fils à son père ; de jour comme de nuit, il peut faire irruption dans leur chambre et se déchaîner contre eux. Gilgamesh ne laisse pas une adolescente à sa mère, qu'elle soit fille de guerrier ou déjà promise. Aussi glorieux, sagace et averti qu'il puisse être et bien qu'il soit notre guide, Gilgamesh est incapable de maîtriser sa vigueur ; il est insatiable !

À force d'entendre les plaintes du peuple d'Uruk, les dieux célestes finirent par se lasser et décidèrent de faire appel à leur propre créateur : Anu, le père des dieux et le seigneur de la cité.

- N'est-ce pas toi, Anu, qui as hissé sur le trône Gilgamesh, cet animal à l'arrogance sans pareille ?

Ils lui rapportèrent les reproches faits par les habitants d'Uruk à leur souverain. Tant et si bien qu'Anu finit par admettre leurs doléances. Les dieux célestes cherchèrent une solution et lorsqu'ils l'eurent trouvée, ils se retournèrent vers Aruru la Sublime pour qu'elle la mette en œuvre.

- Grande Aruru, toi qui as conçu l'humanité, crée maintenant un autre homme en suivant le modèle de l'ouragan imaginé par Anu. Qu'il soit l'égal de Gilgamesh et se mesure à sa fougue. Qu'ils s'empoignent tous les deux et qu'ainsi Uruk retrouve sa quiétude.

Aruru entendit la requête et appliqua ce qu'Anu lui avait prescrit. Après s'être lavé les mains, elle prit un bloc d'argile, et le déposa au milieu de la steppe.

C'est ainsi que fut créé Enkidu le Valeureux, mis au monde dans la solitude, à la musculature aussi dense qu'un météore. Le corps abondamment velu, il avait la chevelure d'une femme aux boucles foisonnantes comme un champ de seigle.

Ne connaissant personne, il vivait à l'état sauvage, en compagnie des gazelles, et broutait les feuillages. Il suivait sa horde, fréquentait les points d'eau, se désaltérant avec les bêtes.

Un jour, un chasseur poseur de pièges l'aperçut aux abords d'une mare. Une première fois, une autre fois, puis une troisième.

Dès qu'il le vit, le chasseur fut médusé. Stupéfait devant cette vision, le cœur serré, le visage saisi par l'inquiétude, il perdit brutalement la parole. Il en garda l'expression de celui qui revient de loin et resta muet des jours durant. Puis, ayant surmonté sa frayeur et retrouvé le langage, il se confia à son père :

- Mon père, il y a un colosse dans la steppe. C'est le plus fort et le plus vigoureux qu'il me fut donné de rencontrer. Sa musculature est un bloc venu du Ciel. J'en ai eu si peur que je n'ai osé l'approcher. Ce géant a comblé les trappes que j'avais moi-même creusées, arraché les filets que j'avais tendus et détourné le gros et le menu gibier. Père, il ne me laisse plus chasser dans la steppe !

Son père lui répondit :

- Mon fils, sache que Gilgamesh a la certitude que personne n'est plus fort que lui. Alors, fais ce que je te dis : va le trouver, va à Uruk, et dis-lui qu'un autre humain peut rivaliser avec lui. Apprenant cela, je te prédis que l'idée lui viendra de te donner sa courtisane. Emmène-la avec toi à la chasse et vante-lui la robustesse de ce gaillard. Lorsque la horde arrivera au point d'eau, la fille de joie ôtera ses vêtements et dévoilera ses charmes. Quand il la verra ainsi, il ne pourra s'empêcher de se jeter sur elle. Sa horde familière découvrira alors sa nature humaine et lui tournera le dos.

Le chasseur suivit les conseils de son père. Il entra dans Uruk, s'en fut trouver Gilgamesh et lui dit les mots que son père avait prescrits. Le souverain lui répondit comme prévu :

- Va, chasseur, et emmène avec toi ma courtisane.

Le chasseur partit, emmenant avec lui celle qu'on appelait La Joyeuse. Ils prirent la route et, après trois jours de marche, arrivèrent au but.

Ils s'installèrent dans un endroit où ils ne seraient pas vus et restèrent là, près de l'eau, à attendre. Un jour. Deux jours. Puis la horde arriva pour s'abreuver.

Enkidu, fils du désert, broutait en compagnie des gazelles. La courtisane vit cet être humain sauvage, cette redoutable créature. Le chasseur lui dit :

- Le voilà ! Dénude-toi. Dévoile-lui tes charmes afin qu'il découvre le plaisir d'un humain. Lorsqu'il te verra ainsi, il ne pourra se retenir et se jettera sur toi. Laisse alors choir tes vêtements pour qu'il s'allonge sur ton corps et fais-lui découvrir, à ce sauvage, ce qu'une femme sait faire. N'aie pas crainte de l'épuiser. Alors, le voyant te caresser, sa horde se retournera contre lui.

Et la fille de joie d'écarter ses voiles et de découvrir l'intimité de son corps. Quand elle se fut dénudée, la prophétie s'accomplit : six jours et sept nuits, Enkidu, en rut, fit l'amour à la courtisane. Puis, ivre du plaisir qu'elle lui avait donné, il décida de rejoindre sa meute.

Mais à sa vue les gazelles s'enfuirent, les bêtes sauvages s'écartèrent de lui. Il voulut s'élancer, mais son corps était vidé de ses forces. Ses genoux trop engourdis, il ne pouvait plus suivre les bêtes dans leur course.


Enkidu était affaibli, mais il avait mûri et avait acquis l'intelligence. Aussi, revenu s'asseoir aux pieds de la courtisane, les yeux rivés sur son visage, il découvrit qu'il était désormais capable de comprendre le langage des humains. Tout ce qu'elle lui disait, il le comprenait :

- Enkidu, tu es si beau, tu ressembles à un dieu. Pourquoi galoper dans la steppe avec les bêtes ? Laisse-moi t'emmener à Uruk en la sainte demeure d'Ishtar, là où se trouve Gilgamesh qui, pareil au taureau, peut vaincre les plus vaillants.

Devenu clairvoyant, il pressentit, à travers ces paroles, qu'il pourrait, en rencontrant l'homme dont elle lui parlait, découvrir aussi l'amitié. Il acquiesça et, devenu maître de ses mots, il s'adressa ainsi à La Joyeuse :

- Allons ! Conduis-moi jusqu'à la demeure de Gilgamesh. Je me mesurerai à lui. La lutte sera sans doute sévère, mais je le vaincrai et pourrai proclamer dans tout Uruk : « Le plus puissant, c'est moi ! » Le natif des steppes que je suis sera reconnu comme le plus fort et le plus puissant ! Je pourrai alors changer le cours des choses dans cette cité.

- Viens, dit la courtisane, allons retrouver Gilgamesh en personne. Je te le montrerai car je sais où il se trouve. Enkidu ! Viens avec moi à Uruk, la ville où chaque jour on fait la fête, où ne cessent de retentir les tambours, où les filles de joie lascives, aux cris voluptueux, voient les plus hauts personnages quitter leur couche nocturne pour leur beauté étincelante. Toi, Enkidu, qui ne savais pas vivre, je te montrerai Gilgamesh, cet homme inébranlable. Face à lui, tu verras comme son corps est parfait, comme il a de la prestance et respire la séduction. Tout, en lui, sur toi l'emporte. Sa vigueur est infatigable, il l'exerce sans relâche, jour et nuit ! Enkidu, mets ta hargne de côté. Samash, le dieu du Soleil, a pris Gilgamesh en affection, et Anu, Enlil et Ea ont démultiplié son intelligence. C'est un devin : avant même que tu sois arrivé jusqu'à lui, il t'a vu en songe et, à peine sorti de son sommeil, il s'est adressé à sa mère pour lui raconter son rêve.

Voici le récit qu'il fit à sa mère :

- Ma mère, je voudrais te raconter le rêve que j'ai fait cette nuit. Tandis que m'entouraient les étoiles célestes, un bloc venu du Ciel est tombé près de moi. J'ai voulu le soulever, mais il était trop lourd. Je tentai de le déplacer, mais je n'y parvins pas. Le peuple s'était rassemblé, la foule se pressait autour de lui. Tous se bousculaient pour le voir et lui baisaient les orteils comme à un nouveau-né. Et moi je le caressais comme une épouse. Puis je l'ai déposé à tes pieds, et toi, tu l'as traité comme un autre moi-même !

Sage et avisée, Ninsuna interpréta le rêve de son fils :

- Gilgamesh, les étoiles célestes sont ton escorte. Ce bloc tombé du Ciel, trop lourd pour toi et que tu as déposé à mes pieds, signifie que tu vas rencontrer un compagnon puissant et qui te sera secourable. Que tu l'aies caressé comme une épouse veut dire que lui, au moins, ne t'abandonnera jamais ! Ton rêve est excellent, Gilgamesh, et du meilleur augure !

Le lendemain, replongeant dans le sommeil, il fit un second rêve. À peine réveillé, il s'empressa de le conter à sa mère :

- Ma mère, voici que j'ai fait un autre songe. J'arpentais les carrefours d'Uruk, le nez au vent, lorsque je vis la foule se presser devant un objet. C'était, cette fois-ci, une hachette à l'aspect singulier. Les jeunes gens se rassemblaient devant elle. Elle me plut et l'ayant prise, je la plaçai à mon côté, comme la portent les guerriers. Je l'aimais elle aussi et je la caressais comme une épouse. Je la déposai à tes pieds et tu la traitas comme mon égale.

Compatissante, Ninsuna la Bufflesse, savante et perspicace, lui dit :

- Mon fils, la hache que tu as vue, c'est un homme, un camarade. Il va t'arriver un compagnon qui sera ton égal, un être puissant et qui te sera d'un grand secours.

Il lui répondit :

- Pouvais-je rêver qu'il m'arrive une telle chance ! D'avoir pour moi un si grand conseiller et qui en plus deviendra mon ami !

Tels furent les rêves que Gilgamesh confia à sa mère. Ceux-là mêmes que la fille de joie rapportait à Enkidu tandis qu'au bord de l'eau ils prolongeaient leurs caresses. Elle tenta de lui faire oublier son désert natal et l'exhorta à la suivre dans la grande ville, à la rencontre de Gilgamesh.

- Viens, lève-toi, quitte ce sol où dorment les bergers. Tu verras, tu l'aimeras comme un autre toi-même.

Les conseils de la fille de joie pénétrèrent son esprit. Il obtempéra. Comme toutes les femmes de la région, elle portait deux vêtements. Elle lui donna l'un d'eux pour qu'il n'aille pas nu et se revêtit de l'autre. Elle le prit par la main comme un enfant et le conduisit vers une hutte où vivaient des bergers. Aussitôt ils s'attroupèrent autour de lui et, en chœur, s'exclamèrent :

- Comme il ressemble à Gilgamesh ! Même stature, même taille ! N'est-ce pas Enkidu, le natif du désert, celui qui ne se nourrit que de l'herbe printanière et du lait des bêtes sauvages qu'il a coutume de téter ?

Ils lui proposèrent du pain et de la bière. Enkidu les regarda, méfiant, et refusa d'y goûter. La courtisane lui dit :

- Pour vivre avec les humains, Enkidu, il faut que tu manges ce pain. Et cette bière, il faut la boire, c'est l'usage ici.

Il mangea le pain et but sept chopes de bière. Le coeur joyeux, l'âme en liesse, son visage s'illumina. Avec de l'eau, il nettoya son corps velu, le frictionna avec de l'onguent. Il commençait à ressembler à un homme. Lorsqu'il s'habilla, on eût dit un jeune marié.

Après avoir surmonté ses répulsions et s'être accoutumé à sa nouvelle vie, il voulut se rendre utile. II devint le berger des pâtres, protégeant leur sommeil. La nuit, il mettait les loups en pièces et attaquait les lions. Ils pouvaient dormir tranquilles, ils avaient trouvé en lui un gardien d'une vigilance sans pareille.

Enkidu vivait ainsi, heureux de sa nouvelle condition, mais un jour, levant les yeux, il aperçut un homme.

- La Joyeuse, qui est cet homme, que fait-il ici ?

La courtisane l'appela, il vint vers Enkidu qui lui demanda :

- Où cours-tu ainsi, jeune homme, où te mène ton chemin ?
Il lui répondit :

- Chargé de victuailles, je me rends à une noce à laquelle je suis invité. Je déposerai ces nourritures succulentes sur la grande table de fête. Ayant fait cette offrande, je pourrai participer à la cérémonie. La coutume veut que la future épouse soit d'abord fécondée par Gilgamesh, puis, mais seulement ensuite, par son futur mari. C'est l'usage, le conseil des dieux en a décidé ainsi pour toutes les femmes dès leur naissance. Tel est leur destin, et tel est le privilège du souverain.

À ce discours Enkidu pâlit de colère, et décida d'empêcher que ce rituel puisse avoir lieu. La courtisane lui dit :

- Au lieu de rester sur place à te laisser envahir par ton emportement, viens plutôt à Uruk pour le laisser éclater.

Pendant ce temps, la cérémonie pour les noces était prête à commencer, et un lit avait été préparé pour la déesse afin qu'elle préside à l'union de Gilgamesh et de la jeune fiancée.
Dans Uruk, les sacrifices se succédaient et les jeunes gens s'abandonnaient à la luxure. La rumeur de l'arrivée d'un homme venu pour empêcher le rituel s'était déjà répandue.
Enkidu entra dans la ville, suivi par la courtisane. La foule se rassembla autour de lui, les habitants palabraient sur son compte :

- Comme il ressemble à Gilgamesh, surtout de profil ! Il est plus petit par son ossature, mais sa musculature est aussi vigoureusement charpentée. Cela est dû à son lieu de naissance, il devait brouter les herbages printaniers et téter le lait des bêtes sauvages. Bien qu'il soit comme un dieu, Gilgamesh a donc désormais un double.

Au moment où le souverain voulut se rendre à la cérémonie de noce, Enkidu s'immobilisa dans la rue et lui barra la route. De toutes ses forces, il s'élança contre Gilgamesh, bloquant la porte de son pied, et empêcha le souverain d'entrer. Le combat commença, ils s'empoignèrent comme des athlètes, s'arc-boutant tels des taureaux. Dans la lutte, ils démolirent le seuil, arrachèrent les jambages et firent trembler les murs. Au bout d'un moment, Gilgamesh fut immobilisé et mit un genou à terre, sa colère retomba et il céda devant son adversaire.

Alors Enkidu lui dit :


C'est un être d'exception que ta mère, Ninsuna la Bufflesse, a mis au monde. On a élevé ta tête au-dessus de celles des autres hommes, même de ceux qu'on s'apprête à marier. Enlil t'a assigné la royauté sur tous les peuples.

Le monarque, ayant entendu ces paroles, comprit qu'il s'agissait du compagnon qui lui avait été annoncé dans ses rêves. Il proposa à Enkidu un pacte d'amitié et décida de le présenter à sa mère.

Ninsuna la Bufflesse le reçut et dit à son fils :

J'ai appris qu'Enkidu s'était plaint amèrement de ta conduite et qu'il t'avait affronté.

- C'est vrai, lui répondit-il. Debout devant la porte de la maison nuptiale, il s'est interposé, m'empêchant d'y entrer. Devant mon peuple, il s'est plaint, avec aigreur, de ma conduite. Mais il faut savoir que l'homme qui est ici devant toi, Enkidu, n'a eu ni père ni mère. Regarde sa chevelure, elle flotte librement sur ses épaules. Mis au monde dans la steppe, nul ne l'a élevé. Mais regarde-le bien, cet homme est un délice, mère, accueille-le avec bienveillance.

Enkidu, qui assistait, immobile, à ce dialogue, fut saisi et ému. Son cœur envahi par le chagrin, ses yeux emplis de larmes, les bras sans force, toute vigueur l'ayant abandonné, il se sentit brusquement abattu. Alors Gilgamesh, se penchant vers son nouvel ami, lui demanda :

- Pourquoi tes yeux se remplissent-ils de larmes, pour quelle raison ton cœur est-il serré par le chagrin, et toi si abattu ?

- À force de me lamenter, mon ami, ma nuque est devenue toute raide, mes bras sont sans force et ma vigueur anéantie.

Alors leurs mains se rejoignirent et ils s'enlacèrent. Ayant découvert dans quel état de détresse était plongé celui qu'il considérait désormais comme un frère, Gilgamesh tenta de lui redonner des forces en lui proposant de réaliser ensemble un exploit :

Si les enfants ont été mis au monde, ce n'est pas pour rester inactifs. Enkidu, partons ensemble jusqu'à la forêt de Cèdres, ce lieu mystérieux interdit aux humains. C'est là que demeure Humbaba, l'Ogre chargé par les dieux des Tempêtes d'en être le gardien féroce. Toi et moi, nous irons là-bas, nous couperons les cèdres pour pénétrer dans la forêt et nous abattrons cet être funeste, le rayant de la surface de la Terre.

Mais Enkidu, toujours abattu, lui répondit :

- Aller trouver Humbaba et le vaincre, hélas mon ami, c'est impossible. Lorsque je vivais dans le désert, j'ai appris que le périmètre de la forêt de Cèdres s'étend sur près de six cents kilomètres ! Qui pourrait y pénétrer ? Il nous faudrait d'abord triompher du monstre qui en est le gardien. Humbaba ! Lorsqu'il hurle, c'est le Déluge ! Sa bouche, c'est le feu ! Son souffle, c'est la mort ! Pourquoi te mettre en tête pareille entreprise ? C'est un combat perdu d'avance.

Gilgamesh insista :

- Je veux quand même escalader la montagne et me rendre dans cette forêt.

- Comment pourrions-nous vaincre cette forêt ? répliqua Enkidu. Elle est placée sous la surveillance de ces dieux redoutables, Wer et Adad, qui ne dorment jamais, règnent sur les tempêtes, les orages, et ont désigné Humbaba pour la défendre. Enlil lui a donné pour remplir sa mission de terribles armes : les Sept Effrois, rayons lumineux foudroyants. Ces fulgurances magiques le rendent invincible.

Gilgamesh lui répondit :

- Qui donc peut atteindre le Ciel, où seuls les dieux disposent de l'éternité ? Les hommes, eux, ont leurs jours comptés, tout ce qu'ils font n'est que du vent ! Et toi, tu crains de mourir, mais qu'est devenu ton courage ? J'avancerai donc en tête, suis-moi et contente-toi de crier : « En avant, n'aie pas peur ! » Si je succombe, du moins me serai-je fait un nom ! On dira de moi : « Gilgamesh a engagé la lutte contre Humbaba le Féroce. » Toi qui es né et as grandi dans la steppe, toi que les lions ont assailli, tu dois le comprendre. Tu as parlé avec tant de faiblesse que tu m'as fait de la peine, mais quoi qu'il en soit, j'ai décidé d'aller couper les cèdres et de me faire ainsi un renom éternel. Allons, Enkidu, suis-moi à la forge et demandons aux artisans de couler nos armes.

Après s'être concertés, les artisans forgerons décidèrent de créer des armes à la mesure de ces géants. Ils coulèrent des haches et des cognées de soixante kilos chacune, des épées et des baudriers du même poids. Les deux hommes porteraient trois cents kilos d'armes chacun.

Gilgamesh s'adressa alors aux jeunes guerriers d'Uruk pour annoncer à tous son projet :

- Je me sens assez fort pour affronter ce combat incertain. Souhaitez-moi bonne route. Je serai de retour pour la fête du Nouvel An et j'entrerai dans Uruk par la grande porte. La fête de l'Akitu ne peut se célébrer qu'en ma présence. N'ayez crainte, je reviendrai à temps pour mener le cortège vers la chapelle de l'Akitu, accompagné par la musique et les cris de joie.

Devant l'excitation des jeunes guerriers et l'enthousiasme populaire, Enkidu ne savait plus comment calmer Gilgamesh. Inquiet, il alla demander aux Anciens de retenir son ami :

- Les jeunes gens d'Uruk l'encouragent, mais vous qui détenez la sagesse, dites-lui de ne pas se rendre dans cette forêt. Cette expédition est de la folie. Gilgamesh n'est qu'un homme, alors que celui qui est chargé par les dieux de la défendre est un monstre sans pitié.

Les Anciens mirent en garde le souverain :

- Tu es jeune, Gilgamesh, et tu te laisses déborder par ta fougue ! Comprends-tu seulement ce dont tu parles ? Quelle légèreté ! Un papillon t'aurait-il donné le jour ? Sais-tu seulement qui est Humbaba ? Lorsqu'il crie, l'épouvante te saisit ! De sa bouche jaillit un feu mortel ! Son visage est terrible et monstrueux, ses yeux énormes et saillants, son nez camus et, autour de sa bouche, une barbe sinueuse lui donne un air terrifiant. Il perçoit le moindre bruit de la forêt sur six cents kilomètres ! Qui donc pourrait y pénétrer ? Même les Igigi, ces dieux infernaux, n'osent pas s'y aventurer, car c'est pour semer la terreur que les dieux l'ont créé afin de protéger les cèdres.

Ayant entendu les avis des sages, Gilgamesh jeta un regard moqueur à Enkidu :

-Alors, mon ami, diras-tu, toi aussi : Humbaba me fait peur, je ne veux pas y aller ?

Voyant qu'ils ne parviendraient pas à le convaincre de renoncer à son expédition, les Anciens lui prodiguèrent leurs conseils :

- Ne te fie pas à tes forces, Gilgamesh, ajuste bien ton regard afin que tes coups portent. Vous serez deux, celui qui marchera le premier peut sauver son compagnon, celui qui connaît l'itinéraire est une protection pour son ami. Enkidu devra marcher en tête car il connaît le chemin de la forêt de Cèdres. Habitué au combat, maître en matière de lutte, il te protégera, quitte à se jeter le premier dans les chausse-trapes. Devant l'assemblée, Enkidu, nous te confions solennellement notre roi. Tu devras nous le ramener sain et sauf.

Gilgamesh prit Enkidu par la main et l'emmena faire ses adieux à Ninsuna, la grande reine, sa mère.

- Allons, ami, lui dit-il, rendons-nous au sublime palais de Ninsuna. Elle, si sage, intelligente et sachant tout, saura nous indiquer l'itinéraire le plus prudent pour notre expédition.

Il lui dit :

- Ninsuna, je me sens assez fort pour franchir la longue route qui mène à Humbaba et pour l'affronter dans un combat incertain. Je crois pouvoir me lancer dans cette aventure hasardeuse et revenir de la forêt de Cèdres ayant immolé Humbaba le Féroce et éliminé cet être funeste de la Terre. D'ailleurs, Samash, le dieu du Soleil, le déteste et m'encourage à agir ainsi.

Ninsuna se retira en ses appartements, se purifia pour pouvoir s'adresser à un dieu supérieur. Elle enfila une robe qui soulignait ses formes, s'orna d'un collier mettant en valeur sa poitrine, posa sur la tête son diadème et, ainsi parée, elle s'élança sur la terrasse du palais. Là, devant Samash, elle disposa un brûle-parfum et lui présenta une offrande. Puis, les mains levées vers lui, elle s'écria :

- Pourquoi, m'ayant attribué Gilgamesh pour fils, lui as-tu assigné une âme aussi infatigable ? Voilà que maintenant tu l'incites à franchir la longue route qui mène à Humbaba, cet être funeste que tu hais. Mais toi, tandis que tu convoleras avec Aya, ta jeune épouse, accepteras-tu de protéger la vie de mon propre fils, de la confier aux gardes de la nuit, aux étoiles du soir ?

Puis, ayant éteint l'encensoir, elle s'adressa à Enkidu pour lui faire part de ses volontés :

- Puissant Enkidu, tu n'es pas sorti de mon sein, mais à présent je t'adopte solennellement. Au nom des filles de dieux qui entourent Gilgamesh, des prêtresses, des consacrées et des hiérodules, je t'adjure de ramener Gilgamesh, mon fils. Sache que c'est pour cette mission que je t'adopte.

Enkidu répondit :

- Je m'engage à protéger mon ami et à le sauvegarder. Ce roi que vous me confiez, je le ramènerai, que le voyage dure un mois ou qu'il dure une année, pour le remettre entre vos mains.

Gilgamesh s'adressa à Samash :

Ô mon dieu, si je reviens à Uruk, le coeur joyeux, je te bâtirai un palais et je te ferai asseoir sur un trône.

On leur apporta leurs armes. Tandis qu'ils partaient par la grand-rue, la foule les encourageait par ses louanges :

-Puisse Samash te conduire au triomphe et réaliser tes vœux. Qu'il t'ouvre les voies fermées, te rende aisé le chemin et la montagne praticable. Que tes songes nocturnes soient autant d'heureux présages. Que Lugalbanda, ton père légendaire, t'aide à triompher. Obtiens au plus tôt la victoire. Comme tu en as le désir, trempe tes pieds dans le fleuve de Humbaba. À chacun de tes bivouacs, creuse un puits, pour qu'il y ait toujours de l'eau pure dans tes outres, de quoi faire à Samash des libations d'eau fraîche, et, chaque fois, tu auras une pensée pour Lugalbanda. Pars, Gilgamesh ! Que Samash ton dieu protecteur t'accompagne et te conduise au triomphe !

Ils partirent pour cette longue marche. Au bout de deux cents kilomètres, ils mangèrent. Puis, après trois cents autres, ils bivouaquèrent. Ils avaient ainsi parcouru cinq cents kilomètres en un jour. Habituellement, ce trajet prend un mois et demi. Ils atteignirent le mont Liban en trois jours. Alors, se prosternant devant Samash, ils creusèrent un puits. Gilgamesh monta au sommet de la montagne et versa de la farine à brûler pour le dieu Soleil en disant :

- Montagne, fais venir en moi un songe qui soit une promesse de bonheur.



Enkidu exécuta alors un rituel magique pour Gilgamesh, il lui aménagea un abri pour la nuit tandis qu'une tempête passait, puis il le fit se coucher et l'enferma dans un cercle enchanté. Comme se courbe l'orge des champs lorsque le Soleil disparaît, Gilgamesh, ayant appuyé son menton sur ses genoux, sentit le sommeil qui se déverse sur les hommes tomber sur lui. À minuit, il se réveilla brusquement, se leva et raconta à son ami le songe qu'il venait de faire :


- Nous étions dans les ravins d'une gorge montagneuse. Brusquement, la montagne, dans une terrible avalanche, s'est écroulée sur nous. Nous nous sommes alors envolés, pareils à des mouches de roseaux.

Enkidu interpréta le songe :

- Mon ami, ce rêve est excellent ! La montagne que tu as vue signifie que nous nous emparerons de Humbaba, que nous l'immolerons et que nous jetterons son cadavre dans la plaine. Demain, Samash nous apprendra une bonne nouvelle.

Ils reprirent leur marche. Après deux cents kilomètres, ils s'arrêtèrent pour manger, puis s'endormirent. Gilgamesh, réveillé en sursaut, raconta son deuxième rêve :

- Au cœur du sommeil que concèdent les dieux, j'ai vu un songe étrange, fascinant et troublant, à la fois effrayant et bouleversant. Je luttais, corps à corps, avec un buffle sauvage. En mugissant, de ses sabots il fendait le sol, soulevant un nuage de poussière qui obscurcissait le Ciel. Je cédais devant lui, pliant le genou, lorsque quelqu'un me prit la main. Me saisissant par le bras, il dégagea mon corps écrasé par le buffle. Brusquement, je vis un autre homme dégainer sa dague et poser la lame sur ma tempe puis sur ma joue. Ensuite, il me fit boire l'eau de son outre.

Enkidu interpréta le rêve :

- Pour le premier, il s'agit de l'être surnaturel, du dieu vers lequel nous nous rendons. Ce buffle n'est pas du tout un présage hostile, il n'est autre que le Samash-Protecteur, le dieu Soleil-Resplendissant. Dans les épreuves, en plein danger, il nous prendra la main. Le second, celui qui t'a fait boire l'eau de son outre, c'est ton dieu paternel, ton divin patron, Lugalbanda, qui prend soin de toi et, de sa dague, honore ta personne. Si nous agissons sous leur protection, Gilgamesh, nous accomplirons ensemble quelque chose d'unique, une prouesse inouïe, jamais réalisée en ce monde.

La nuit suivante, Gilgamesh fut une troisième fois brusquement tiré de son sommeil :

- Enkidu ! Tu ne m'as pas appelé ? Pourquoi suis-je éveillé ? Tu ne m'as pas touché ? Pourquoi suis-je troublé ? Un dieu est-il passé, ou était-ce un fantôme ? Pourquoi ma chair frissonne-t-elle ? Mon ami, je viens d'avoir un troisième songe tout à fait bouleversant. Les cieux tonnaient, la terre grondait. Puis la tempête a fait place à un silence de mort. Le jour faiblissait, puis les ténèbres descendirent, enfin l'obscurité survint. Un éclair de foudre déclencha un incendie. Sur les flammes se mit à pleuvoir de la mort. Puis le brasier s'effondra sur lui-même et fut réduit en cendres.

Gilgamesh raconta ensuite un quatrième songe :

- J'ai vu en rêve un colosse, son visage avait l'aspect du gypse, sa taille était immense, les touffes de sa barbe drues comme des orges. À peine avions-nous pénétré dans la forêt que la bataille avec lui se déclencha, tandis que tu regardais, fasciné, l'éclat surnaturel d'un être très vieux.

Enkidu lui expliqua :

- Ce Humbaba que ton âme redoute tant, tu te mesureras longuement à lui, et tu l'abattras comme un taureau. De toute ta vigueur, tu lui couperas la tête. Quant au vieillard qui t'est apparu, c'est peut-être Wer, ton dieu, celui qui déclenche les ouragans ou bien ton géniteur : Lugalbanda.

Mais Gilgamesh poursuivit :

- J'ai vu un autre songe encore plus terrible que les précédents. Je regardais Anzu dans le Ciel, l'aigle colossal à tête de lion qui incarne les forces du Chaos. Il avait dérobé la tablette des Destins, celle qui gouverne le sort des dieux et des hommes. Sur elle étaient inscrits les caractéristiques et le devenir de chaque être. L'aigle s'est alors enfui dans la montagne, provoquant l'immobilité et le silence de tout l'univers. Ninurta, le dieu de la Guerre, après un premier assaut infructueux, réussit à le priver de la parole puis, lui ayant ôté le pouvoir de changer les destinées grâce aux conseils d'Enki-Ea, le dieu de la Magie, il parvint à le terrasser et à le mettre à mort. Anzu s'élança pour planer au-dessus de nous comme un nuage menaçant. Son aspect était monstrueux, sa bouche était du feu, son haleine, la mort. Un gaillard passa devant mes yeux et mes mains réussirent à empoigner ses ailes.

Enkidu interpréta :

- C'est moi que tu as vu dans ton rêve car je te soutiendrai contre lui. Quant au gaillard, il n'est autre que Samash le Tout-Puissant.

Après trois jours, ils atteignirent la montagne de Cèdres. Devant Samash, les larmes de Gilgamesh coulaient.

- La promesse que tu as faite à Ninsuna, ma mère, rappelle-t'en : Assiste-moi ! Exauce-moi !

Samash entendit ces paroles, et lui qui voit tout s'aperçut que Humbaba ne s'était pas encore préparé.

Depuis le Ciel, il fit entendre sa voix à Gilgamesh pour le prévenir :

- Talonne-le rapidement, fais-le maintenant, qu'il n'ait pas le temps de descendre dans la forêt. Empêche-le de regagner son repaire, de pénétrer dans les fourrés pour s'y cacher. Il n'a pas encore revêtu ses sept manteaux enchantés, ses sept cuirasses, il n'en porte qu'une et s'est débarrassé des six autres.

Alors ils foncèrent comme des buffles furieux. Mais le gardien de la forêt vociféra. Ce premier cri les emplit de terreur. Puis il hurla de plus belle. Enkidu retrouvait ses anciennes frayeurs. Gilgamesh tentait de le rassurer :

- Descendons ! C'est un terrain glissant, on ne peut pas y marcher seul. Mais à deux, c'est possible. Deux lionceaux sont plus forts qu'un seul lion. On ne peut rompre une cordelette à trois nœuds.

Enkidu fut à nouveau envahi par le désarroi :

- Quand bien même je parviendrais à descendre, à m'introduire dans la forêt pour ouvrir le chemin, mes bras, mes membres resteront paralysés.

Gilgamesh répondit :

- Pourquoi nous laisser aller à tant de faiblesse ? Nous avons franchi tous les obstacles, le terme du voyage est proche. Toi, Enkidu, mon ami, expert au combat, familier des batailles, frotte-toi le corps de plantes magiques et tu ne craindras plus la mort. Fais retentir ta voix comme un tambour, rugis à pleine voix, fais-la mugir comme une tornade. Éloigne la paralysie de tes bras, la faiblesse de tes genoux. Donne-moi la main, ami, marchons ensemble. Que ton cœur brûle à l'idée du combat ! Méprise la mort, ne pense qu'à la vie ! Celui qui veille sur quelqu'un doit être à toute épreuve ! Qui marche devant l'autre le préserve et sauvegarde son compagnon. Jusqu'à nos plus lointains descendants, nous aurons acquis la gloire.

Ils arrivèrent à la lisière de la forêt et restèrent là, immobiles et muets. Ils contemplèrent alors la hauteur des cèdres et examinèrent longuement comment entrer dans la forêt. Un sentier avait été creusé par les allées et venues de Humbaba. Le chemin était frayé, la marche était facile, une route toute droite au bout de laquelle on apercevait, au loin, la montagne de Cèdres, résidence des dieux. Sur le versant de la montagne, les cèdres déploient leur luxuriance, leur ombrage délicieux, empli de parfums suaves. Les buissons s'y entrelacent d'essences précieuses dégageant des substances aromatiques.

La forêt est entourée d'un premier fossé, large de dix kilomètres, puis d'un second de sept kilomètres. Ils les franchirent et entrèrent dans la forêt. Ils avançaient au milieu des arbres, attentifs au moindre bruit, lorsque tout à coup ils se retrouvèrent face à Humbaba. Le monstre ne cria pas, mais il les menaça de la malédiction d'Enlil qui avait interdit aux hommes d'y pénétrer. Gilgamesh fut impressionné, mais Enkidu lui rappela ses propres paroles, et l'exhorta au courage. Humbaba lui dit :

- Des fous et des inconscients t'auraient-ils conseillé, Gilgamesh, de venir m'affronter ? Et toi, Enkidu, qui n'es qu'un enfant trouvé, semblable aux œufs des poissons, qui n'as jamais connu ton père et, pas plus que les tortues, n'as jamais tété ta mère. En ton jeune âge, je t'observais, mais je me suis bien gardé de te fréquenter. À présent, si je te tuais, j'en aurais l'âme bien épanouie. Car c'est toi qui as conduit Gilgamesh jusqu'ici. Ne vois-tu pas que ce Gilgamesh est un étranger furieux, un ennemi ! J'aurais dû depuis longtemps lui déchirer la gorge et le donner en pâture aux serpentaires, aux aigles et aux vautours !

Gilgamesh dit alors à Enkidu qu'il n'était plus très sûr de reconnaître Humbaba, qu'il semblait avoir changé de visage.

- Pourquoi donc, mon ami, lui répondit Enkidu, chuchotes-tu ainsi, la main devant la bouche et la tête basse, en te cachant ? À présent, il n'y a plus qu'une issue : quand le vin est tiré il faut le boire. Si tu veux faire un carnage et frapper de grands coups, il n'est plus temps d'hésiter, trop tard pour quitter ces lieux, trop tard pour s'en retourner.

Gilgamesh reprit courage. Affrontant Humbaba, il le frappa à la tête. Ils piétinaient le sol, le martelaient de leurs talons, disloquant par leurs saccades l'Hermon et le Liban, au point qu'ils finirent par créer cette crevasse profonde que l'on appelle « la grande fosse syrienne ». La nuée claire devint sombre ; comme un brouillard, la mort les enveloppait.

Samash fit lever de grandes tempêtes contre Humbaba et le fit assaillir par les treize vents : du nord, du sud, de l'est, de l'ouest, souffleur, rafales, tourbillons, mauvais, poussière, mortifère, gel, tempête et tornade.

À portée des armes de Gilgamesh, Humbaba ne pouvait plus ni reculer, ni avancer. Son visage s'assombrit. Il tenait à la vie, il essaya de l'amadouer :

- Tu as été enfant, tu as été mis au monde par ta mère et tu descends de Lugalbanda. Si tu t'es élevé au-dessus des hommes, c'est grâce à Samash, roi de cette montagne. Souverain Gilgamesh, rejeton du cœur d'Uruk, je serai à tes ordres et je te livrerai autant d'arbres que tu m'en commanderas. Je réserverai pour toi les myrtes, et tous les bois destinés à embellir les édifices de ta ville...

Mais Enkidu le mit en garde :

- N'écoute pas ses discours, ne réponds pas à ses prières.

Voyant qu'Enkidu était le pire de ses ennemis, Humbaba lui dit :

- Tu es au courant du projet de Gilgamesh et de son dessein concernant ma forêt, et tu sais comment lui parler pour l'infléchir. J'aurais pu t'égorger, Enkidu, tu le sais, et à présent il est en ton pouvoir de me sauver. Persuade Gilgamesh de me laisser la vie.

Mais Enkidu n'en démordait pas :

- Achève-le, égorge-le, écrase-le avant qu'Enlil n'entende son appel et que les grands dieux ne soient furieux contre nous de nous en prendre à celui qu'ils ont établi ici. Gilgamesh, accomplis ta gloire éternelle, celle d'avoir vaincu Humbaba ! Mon ami, si tu attrapes un oiseau, où vont ses petits ? Débarrassons-nous d'abord de Humbaba, après nous nous occuperons de ses fulgurances. Comme des oisillons, elles se seront égaillées dans l'herbe. Frappe-le en premier et après tu pourras abattre ses défenses.

Humbaba se sentit perdu et il lança une malédiction sur ses deux adversaires :

- Qu'ils ne connaissent jamais la vieillesse, ni l'un ni l'autre ! Qu'Enkidu, comme son ami, ne trouve jamais de salut !

Voyant que Gilgamesh ne bougeait pas, Enkidu se décida :

- J'ai beau te parler, mon ami, tu ne m'écoutes pas, c'est donc moi qui vais expédier Humbaba.
Enkidu dégaina à cinq reprises, tandis que Humbaba bondissait pour lui échapper. Il finit par le tuer à coups de pique. Aussitôt d'épaisses ténèbres s'abattirent sur la montagne.

Ayant ainsi frappé le scélérat, ils purent abattre les sept fulgurances et les démembrer. Gilgamesh prit sur lui, pour s'enfoncer dans la forêt, une charge de deux cent trente kilos, un filet de trente kilos et une épée de deux cents kilos. Les deux amis se mirent à abattre librement les cèdres ; Enkidu repérait les troncs les plus intéressants et Gilgamesh les abattait.

Nous venons, dit Enkidu, d'abattre un cèdre extraordinairement élevé dont la cime perçait le Ciel. Fais-en faire un vantail de porte pour le temple d'Enlil, de trente-six mètres de haut et douze de large, dont les trois pivots soient de six mètres chacun. Nous le ferons flotter sur l'Euphrate jusqu'à Nippur qui sera en liesse.

Ils agencèrent un radeau et descendirent le fleuve. Gilgamesh portait à bout de bras, comme un trophée, la tête de Humbaba.


LIVRE SACRE
DE LA RELIGION ASSYRIENNE,
PERSE, ACHEMENIDE ET EN GENERAL DE MESOPOTAMIE

"LIVRE DE ZOROASTRE"
TRADUCT
ION
D'ANQUETIL DU PERRON
1771
SUR LA RELIGION DE LA MESOPOTAMIE, (UR, le point de Départ présumé d'Abraham)

Tome 2

(cliquer sur l'image)


Tome 1: ZEND AVESTA - (VENDIDAD SADE p 263)


La première partie du Tome 1
Relate le voyage entrepris par Anquetil en Inde pour obtenir ces
textes et comprend un appendice sur le Zend Avesta : ici



Autre TRADUCTION de L'AVESTA
par DARMESTETER de la collection des "sacred books of the east"
(helàs en anglais)

voir : ici

LE DENKARD
(helàs en anglais)

voir : ici


Lien vers des cours au COLLEGE DE FRANCE sur LE MAZDEISME ET LE LIVRE DE ZARATHOUSTRA
(zoroastre) du professeur Jean Kellens : ici et ici

la première partie du Tome 1 relate le voyage entrepris par Anquetil : ici


archéologie video documentaires reportage chaldée acheménides mythes anciens création du monde Atrahasis supersage litterature antique araméenes araméens mythes du déluge cosmogonie chaldéens summeriens, Epopées Gilgamesh textes en lignes amar utu, marduk, origines judaisme ishtar, astarté textes en lignes, debut monothéisme, influences hindouismes sur les religions du monde. Mazdéisme, zoroastre Ur, Persepolis, sumer, Gilgamesh, assyriologie, abraham, uruk, zoroastre mazdéisme traductions des tablettes cuneiformes de mesopotamie, ecriture cuneiformes textes en lignes traduction en lignes des textes en ecriture cunéiforme anciens textes de Perse, anciens textes de mésopotamie, vidéos mesopotamie, videos sumer, video Perse antique, video site archéologique de la cite d'ur, video site archéologique Mohenjo daro, vidéo sites zoroastre, texte anciens du Mazdéisme, textes antiques du mazdéisme, textes antiques de zoroastres, traductions des ecrits antiques de mesopotamie, vidéo patrie d'abraham, ur, ninive, suze tablettes cunéiformes de mesopotamie, litterature antique de mesopotamie, texte antique de la religion sumerienne, ancien mythe du deluge mesopotamie parallele avec la bible, le supersage astrahasis, gilgamesh épopee des rois acheménides, traduction en français en ligne des tablettes cunéiformes de la mésopotamie, zoroastrisme textes antiques, mazdéisme textes sacrés en ligne, mithraisme, texte sacré de zoroastre. torobole sacrifice du torreau, mazda mithra, video des sites archéologiques des cité d'ur, video sites archéologiques des cites de harappa, video archéologique de la cité de mohenjo daro, video archéologique des cités de mesopotamie, video archéologie irak antique, video persepolis, video archéologie uruk, video archéologie de la cité antique assyrienne, assyriologie, video archéologie de la civilisation de la vallée de l'Indus, archéologie de l'inde antique, video religions antiques, video religion de zoroastres, ancienne religion de perse, ancienne religion d'iran, ahura mazda, Dieu soleil, Dieux anciens perses, livres sacrés de la religion de Perse, legende du deluge dans l'hindouisme, ecriture cunéiforme, litterature cuneiforme en ligne, traduction des tablettes cuneiformes, Judaisme et mesopotamie, genese et mythes de mesopotamie, le déluge biblique et les legendes de mesopotamie, ur patrie d'abraham, judaisme et ur, origine du deluge de noé, islam et mesopotamie, islam et les ecritures cunéiformes manicheisme haryman et ahura mazda, les fils de la lumiere, origines des mythes judaiques, hindouisme et judaismes mythes similaires, origines de l'islam les tablettes cunéiformes de persépolis, bibliotheque d'azurbanipal, chaldée, nabuchodonozor 1 nabuchodonozor 2, le roi akkad, ecrits de la religion de marduk, amar uttu textes des religions anciennes, textes sacrés des religions antiques de Mesopotamie, textes de la religion des acheménides, religion perse traduction des textes antiques en ligne, parallele entre la religion de perse et le judaisme, hindouisme et judaisme mythes et légendes, zoroastrisme et légende du deluge de noe, ancienne religion de perse et la génese similitudes, origine de la genese mythe antique d'ur, textes sacrés en lignes de la religion sumeriennes code hammurabi,tablettes cuneiformes de la civilisation antique d'irak, traduction en ligne et en français des mythes sumeriens du deluge semblable au Mythe du déluge de Noé le mythe de atrahasis, dit mythe du supersage, religion antique sumerienne, religion ancienne d'Irak, religion assyrienne, religion acheménide, la naissance du monotheisme Marduk, akhenaton et le monothéisme, amar utu, naissance du monéthéisme, hyksos et le monothéisme, traduction des mythes de mésopotamie ecrits sur des tablettes cuneiformes, les mythes du déluge, mythe de la création du monde sur des tablettes cunéiformes, textes traduits à partir des tablettes cunéiformes de mésopotamie relatant le mythe du déluge noé. texte traduit des tablettes cunéiformes d'ur relatant le mythe de la création de l'homme, mesopotamie antique traduction des tablettes en ecriture cunéiforme, chroniques royales, zoroastrisme et les mythes bibliques, mythes bibliques et mythes de la naissance du monde de Perse, traduction des tablettes cunéiformes des anciennes mythologies bibliques, la bible et la tablettes cunéiformes de mesopotamie, la naissance du monothéisme dans la mésopotamie antique, religion de Marduk et le judaisme, judaisme et irak, judaisme et zoroastrisme, ahura mazda et le culte du soleil, amar utu, culte du soleil et aton, disque solaire, ancienne religion d'iran, religion achemenide, civilisation antique de mésopotamie origine du judaisme ahura mazda babylone religion de babylone, tablettes cuneiformes de bablylone, tablettes cunéiformes de sumer, religion de sumer, tablettes cunéiforme de la bibliothéque antique de azurbanipal, la royauté pouvoir central et religion, cyrus, darius empire achemedide, naissance du monothéime en orient. empire perse, religion d'assyrie, tablettes cunéiformes de l'empire achéménides, zarathoutra et la perse antique, zarathoustra et le mazdeisme, Sargon d'akkad et le mythe de l'enfant sauvé des eaux moise, le mythe de sargon religion panthéon akkadien, religion de l'empire akkadien, religion canannéene, livres sacrés de la religion antique de mesopotamie, livres sacrés de la religion sumerienne, textes sacrés en ligne de la religion perse, livres sacrés de la religion acheménide, tablettes cunéiformes textes sacrés de zarathoustra, zarathoustra et la religion antique de perse, textes sacrés de la religion de zarathoustra, zarathoustra et les fils de la lumiere, manicheisme aryman et ahura mazda, les démons dans l'antiquité, le diable dans l'antiquité, l'islam et la religion de zoroastre, la religion musulmane et la religion des sassanides, l'islam et la religion antique de perse, textes en ligne de la religion de zarathoustra, livres sacrés du zoroastrisme, le deluge de noé l'islam et la religion perse de l'antiquités, textes antiques de perses, traduction des tablettes cunéiformes sur les mythes d'ur, les tablettes cunéiformes de la ville d'ur, la cité archéologique d'ur, textes sacrés d'ur, livres sacrés d'ur, la religion d'ur, la religion antique perse, zarathoustra livres sacrés en ligne comprendre l'islam, origine de l'islam le judaisme, islam et la religion d'ur, ur cité d'abraham, origine du judaisme la religion de perse livres sacrés de darius, darius, chroniques des rois litterature perse, acheménide.traduction des livres sacrés de perse antique, traduction des textes sacré d'ur, traduction des textes religieux de mesopotamie, textes sacrés en ligne de la religion des sumeriens, religion cananéènes, religion islam et nabuchodonozor, religion des sassanides, sumeriens textes religieux, textes sacrés du zoroastrisme en ligne, texte sacré de zoroastre, livres religieux des sumeriens, l'islam et le mythe du déluge religion d'abraham ur, tigre et l'Euphrate textes sacrés.origine du judaisme, racines mesopotamienne du judaisme, les fils de la lumiere rapport avec les manuscrits de la mer morte, les fils de la lumiere ahura mazda, ancetre du judaisme,textes sacrés en ligne livre de zoroastre, mythe religieux antique, livres sacrés des anciens perse, livres sacré en ligne zoroastre, code hammurabi les premieres civilisations antiques, les premieres religions, les religions de l'antiquites, livres sacrés des différentes religions du monde, ahura mazda, culte du soleil, debut du monotheisme, Dieu marduk, enlil, religions et mythes de l'antiquités, video ancienne perse, video civilisation sumerienne, video film en ligne civilisation antique d'ur, video film civilisation hittite, livres sacrés en ligne de la civilisation achemenide, les plus anciens textes religieux du monde en ligne, religion de persepolis, religion de ninive, religion monothéiste marduk, assyriologie, textes d'assyriologie, textes religieux originaux en ligine, textes antiques des religions des premieres civilisations orientales, religion du moyen orient, origine de la bible, origine du coran, aryman textes religieux textes sacrés integrals en ligne, traductions des tablettes cuneiformes des civilisations antiques prêt de la judée, israel, histoire des textes judaiques, histoire du judaisme, textes antiques en rapport avec le judaisme, ancien mythes de l'antiquités, anciennes religions du monde, histoire du judaisme, relation entre le judaisme et la religion de sumer, judaisme ur abraham et religions chaldéennes, assyriologie religion de darius, religion de marduk, religion antiques de mesopotamie, religion ancetres du judaisme, source du judaisme, texte antique du judaisme, comprendre le judaisme, racine du judaisme, origine du judaisme, histoire d'abraham, religion abraham ur, religion babylone, tablettes cuneiformes de Babylone, civilisation babylonienne, film video reportage babylone. islam et livres de sagesse de perse, islam et la religion des sumeriens, l'islam et les livres sacrés d'ur, noe islam mesopotamie mythe d'atrahasis, mythe pré-judaique, mythe du zoroastrisme, l'islam et le zoroastrisme, l'islam et la perse antique, l'islam et la religion antique de l'ancien irak, l'iran ancien et l'islam, perse et religion musulmane, origine de la religion musulmane, sargon et la religion musulmane, sargon et le mythe de moise, moise et le mythe de SArgon, texte du mythe de Sargon en ligne, sacrifice du taureau et mithra, les textes originaux du mythe de Sargon, légende de sargon texte cunéiforme en ligne. sargon légende de moise, Moise et Sargon d'akkad, religion de l'empire akkadien, textes integral d'assyriologie, tradiction des textes religieux d'assyriologie, la religion assyrienne.


Créez un site ou une boutique en ligne facilement et gratuitem

VÉGÉTARISME OU ASSASSINATS D'ÊTRES INNOCENTS ,
CRUAUTÉ MILLÉNAIRE.
NOUS SOMMES DES ANIMAUX ÉVOLUÉS, MAIS NOUS SOMMES DES ANIMAUX QUAND MÊM
E.

LA DIFFÉRENCE ENTRE UN ANIMAL ET L'HOMME CONSISTE SEULEMENT DANS UN DÉVELOPPEMENT DIFFERENT DE L'INTELLIGENCE.
(ce qui ne veut pas dire qu'ils n'ont pas d'intelligenc
e)

EN FAIT CE SONT DES ÊTRE MOINS ÉVOLUÉS QUE NOUS.,COMME DES PETITS FRÈRES.

NOUS PROFITONS DE NOTRE FORCE, POUR LES MALTRAITER ET LES TUER LACHEMENT.

PARCE QU'ILS N'ONT PAS D'ARMES, ET PAS LA PAROLE POUR NOUS TRAÎNER EN PROCÈS, OU SEULEMENT SE DÉFENDRE.

ILS ÉPROUVENT DES SENTIMENTS, COMME NOUS TRISTESSE, JOIE, DOULEUR.

UN CHIEN QUI BOUGE LA QUEUE, EST CONTENT, UN SINGE EST BIEN ENTENDU DOTE DE SENTIMENTS AUSSI, un oiseau, un chat etc...

ILS ONT PARFOIS DES SENS PLUS ÉVOLUÉS QUE LES NÔTRES, L'ODORAT POUR DE NOMBREUX ANIMAUX, ET L'OUÏE (pour de nombreux animaux, comme le Chien).

ET MÊME UN SIXIÈME SENS PLUS ÉVOLUÉS QUE LES HUMAINS, CE SONT EUX QUI PARFOIS NOUS ANNONCENT DES DANGERS, QUE NOUS HUMAINS IGNORONS.

vegetarisme modéré et oeufs stériles de poules.

On peut avoir un vegetarisme modéré,
c'est a dire manger des fromages les produits laitiers crême fraiche etc... mais aussi des oeufs, la poule pond des oeufs sans l'intervention du coq, elle pond des oeufs aussi avec l'intervention du coq, ceux que le coq a fécondé donneront des poussins, ceux qui n'ont pas eté fécondé par le coq ne donneront rien, c'est a dire qu'on ne tue pas en mangeant de ces oeufs.

Ce sont les oeufs vendus dans le commerce. Ils sont stériles.
ce qui permet de faire des mayonnaises, et de manger des patisseries, etc...

Bien sur cela pour le lait comme pour les oeufs implique une gestion des naissances males de la vaches et de la poule, c'est a dire que les males ne serviraient plus qu'à la reproduction, et qu'il faudrait quand même les garder ou faciliter la naissance des femelles (sans intervention violente, c'est à dire sans tuer.)

On peut entrevoir une periode d'adaptati
on de 3 mois ou on tolerera quelques plats de crevettes pour arriver jusqu'à ne plus rien mangé de ce qui a été tué.

Préjugés sur l'apport proteiniques
des viandes et poissons.



Il y a autant de protéïnes si ce n'est plus dans les légumes secs.

HARicots blancs : plus de 20 % plus que la viande
lentilles : 20 %
pois cassés: 20 %
FARine classique, pain, pattes : 9% (la moitié d'un steack, sauf
qu'une assiette de patte ou de lentilles ou de haricots est 3 ou 4 fois plus copieuse qu'un steack, donc apport proteinique, bcp plus important).

Le lait : 35 % de proteine donc deux fois plus que le steack en gros. (sans compter las vitamine le calcium etc...)


ET puis en ce qui concerne l'hygiene, manger des boyaux, des veines, des nerfs, etc... un animal mort, donc voué a la putréfaction, n'est ni ragoutant , ni hygienique.

On peut garder une patate, une orange, des noisettes, du riz, 1 an voire plus, mais un animal, des qu'il décede, le shema de destruction se met en place immédiatement et automatiquement.



Et l'homme au point de vu moral et spirituel, n'est ni fait pour tuer, ni manger ce qui a été tué.






vegetarisme, vegetarien vegetalien manger des oeufs regime vegetarien vegetalie, manger des produits laitier, vegetarisme moderer, comment suivre un regime vegetarien. ne tuez pas animaux gentils,

RÉSUME SUR LES TROIS RELIGIONS DU LIVRE, LE JUDAISME, LE CHRISTIANISME ET L'ISLAM.


Une des premières choses qui apparaît sur la bible quand on entreprend une etude poussée de la bible (ou du Coran qui provient de la bible) c'est la différence entre ce qu'on croit savoir et ce qu'on sait rééllement de l'oeuvre en question.

Ce qu'on sait c'est ce que les officiels religieux ont biens voulus qu'on sache. Comme si on avait placcardé à l'agraffeuse industrielle l'affiche du film holywoodien "les 10 commandements"(que cela soit pour la religion musulmane, juive ou chretienne.)

Pourtant si ce qu'on attend légitimement de sa religion, c'est qu'elle soit un guide vers l'amour et la liberté : vers l'amour de Dieu.Ce que représente cette image. Il s'avère que C'est loin d'être la réalité de la bible.

Ainsi Il est important de discerner la différence entre la foi et la religion, ce qu'on peut illustrer par l'oeuvre de V. Hugo par exemple ou il fait la différence entre la religion officielle et la foi en quelque sorte, la religion idéale et la religion historique, dans son livre intitulé "Religion et religions".



Cette différentiation est très importante, parce que la religion que le croyant se figure et qu'il porte dans sa foi, ressemble à cette affiche d'un guide vers l'amour et la liberté et c'est cette image qui est la bonne (à peu prêt). Qui effectivement représente l'aspiration de l'homme vers Dieu et la liberté, l'aspiration vers un monde de bonté.


Pourtant ce n'est pas la réalité de la bible, c'est ce qu'elle veut nous faire croire.

La religion du livre est une religion d'exclaves dans son contexte historique , ce n'est pas une religion qui a libéré des exclaves, c'est une religion pour réduire les fidèles à l'esclavage.

Les Israélites etaient nommés dans la bible "les esclaves" de Dieu, les "musulmans" = "soumis" en arabe sans parler de la fameuse classe des intouchables qui eux etaient encore plus que cela.

La tyrannie religieuse etait une tyrannie d'une violence et d'une cupidité effroyable, et nos ancetres musulmans juifs ou chretiens etaient tous des exclaves de ces chefs religieux. Et ce sont eux que nous vénérons aujourd'hui et qui sont nos guides de conscience.

C'est pourquoi il est toujours important de discerner foi en Dieu et religions.

PARCE QUE les religions se sont habrités derrière la foi légitime en Dieu, pour manipuler les hommes, et les voler , les torturer, les martyriser, les asservir etc...


Les officiels religieux (toutes confessions réunies, surtout les antiques mais pas seulement semble t-il) sont comme les loups qui montrent pattes blanches en pretextant qu'ils sont "des envoyés de Dieu", et veulent par ces subterfuges qu'on leur obéissent au doigt et à l'oeuil, comme si ils etaient Dieu même, mais ils ne font et n'ont jamais fait que s'attribuer l'autorité de Dieu à leur avantage, irrespectueux des hommes et de Dieu. Donc ils ont toujours fait le contraire, et voulaient faire croire (aux croyants) que ceux qui remettaient en cause leur autorité ou leur domination faisaient le travail du diable, mais le travail du diable c'est eux qui l'ont toujours fait.



Conclusion :

La foi, est la seule chose qui est à retirer indemne de la fournaises de ces religions, et la seule chose qui dépasse et de loin toutes leurs bassesses (ancestrales) et qui a une réélle valeur (indépendammen
t des religions) puisqu'elle est le lien intime entre l'homme (individuel) et Dieu.

Tout ces thèmes sont développés et etudiés dans ce site à partir des extraits de la bible et à l'aide d'eminents spécialistes exegetes bibliques comme Voltaire et Thomas Römer : ici


RESUME DETAILLE ET COMPLET
DU CHRISTIANISME DU JUDAISME ET DE L'IS
LAM
a partir du commentaire d'un extrait d'un livre de THOMAS ROMER):

ICI



DIFFERENCES HISTORIQUES ENTRE LES RELIGIONS DU LIVRE




Si l'on considère l'histoire des religions, le judaïsme le christianisme, et l'islam, sont la même religion. La seule chose qui diffère réside dans la question : au service de quel chef cette religion : le judaïsme va t'elle se mettre au service ?

Ainsi la seule différence réside dans un conflit d'interêt. (bien sur en ce qui concerne le christianisme, c'est a dire le chistianisme qui est aussi le judaisme à ces début, il est question du sacrifice corporel et spirituel de Jésus décrit comme un Dieu, ou Dieu même, alors que théoriquement Dieu est immortel et que jusqu'à présent et jusqu'à nouvel ordre il n'est ni mortel, ni humain, puisqu'il est Dieu.

Ceci dit, même cette sorte d'incompatibilité avec la théologie juive et musulmane n'est apparu que plus tard dans le développement de quelques thêmes judaiques. C'est a dire le thème de l'autorité prophetique et divine du roi qui finit par identifier le roi à Dieu.

Ainsi que le roi est prophête, messager de Dieu et élu de Dieu et pendant qu'on y estdevient Dieu lui même.

(on peut retrouver ces thèmes et ces questions dans les chroniques et les rois et il n'y a pas grand chose d'etonnant dans cette exagération, puisque l'exagération est le mot d'ordre quand il s'agit de dominer, faire des exclaves parfois de ces propres fidèles etc... il interessant de scruter à la loupe ces passages prophétiques)

Alors évidemment cette contre apologie du juif, qui lui persiste à penser que Dieu est Dieu ni humain, ni mortel, est jugé par les évangiles, comme un blasphème une atteinte à la divinité alors que c'est ce développement du christianisme qui est la véritable atteinte a la divinité, puisque ce developpement du christianisme fait d'un prophète roi donc d'un homme : Dieu.

On retrouve dans le brahmanisme, ces rois qui sont des incarnations de Dieu, comme Rama etc... Donc Jesus serait un Krishna Une incarnation déique.

D'ailleurs il y a cet égard un passage dans les évangiles, on l'on entend que Jesus est une incarnation d'une divinité de Rama ou krishna qui est la même dénomination pour Vishnou.

Evidemment la question entre l'incarnation humaine (temporaire, passagère) de la divinité et la divinité elle même pose nombre d'ambiguités mais selon toute logique, on doit considérer que Dieu se comporte comme Dieu, et non comme un humain.

Il n'y a pas évidemment pas d'egalité identitaire entre l'homme et Dieu. Ceci bien sur en théorie, mais comment dissocier l'homme de Dieu, dans les faits ? Qu'est ce qui dissocie un comportement humain d'un comportement divin? Souvent on arrive à faire la différence seulement en examinant par le simple aspect de l'interêt ou de la cupidité ; aspect qui résume à lui tout seul toutes les histoires des rois juifs chretiens brahmaniques musulmans etc...

Le christianisme et l'islam sont des branches du judaisme. Qui est lui même une branche du brahmanisme (voir développement en page d'accueil).

Donc c'est un judaisme antique, qui est la source de ces religions.

Dans la bible, il y a donc l'ancien testament et l'évangile, Il apparaît que c'est l'évangile qui soit disant opère la réforme de cet ancien testament.

La réforme n'est pas si effective que cela, puisque Jésus Christ, est un roi juif, à qui il est arrivé des mésaventures.

Il apparaît de revisiter le christianisme en se référant à la aux évangiles.

Dans les évangiles Jésus est appelé a plusieurs reprises "roi de justice a la manière de Melchisedek", Melchisedek était un roi prêtre (melchisédek = roi-justice lettres aux hébreux 2 à 7). Jésus s'inscrit totalement dans la tradition juive des prophètes, dans les chroniques 1et 2, les prophètes ont des visions ou des rêves, comme l'enlèvement de jésus par le diable, parlent et voient Dieu comme ils se le représentent à l'époque, c'est a dire un personnage de cuivre qui apparaît dans le feu (ref la bible) et bien sur ont à leur actif de nombreux miracles. Des prophètes qui sont aussi souvent des rois (ex : David, salomon, etc...). Ainsi dans de maints passage de la bible, on s'adresse a Jesus en disant "maître". Et les apôtres sont une sorte de suite royale, ou de cour. Il s'agit donc d'un roi juif, roi et prêtre ou prophète, comme c'est souvent le cas pour les prophètes. Les rois de cette époque étaient des rois de villes, de régions. Et Jésus lui même s'inscrit dans la tradition juive "je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir" Mat 5:17

les premiers chrétiens étaient juifs.


conclusion :

On constate en scrutant attentivement l'histoire des trois religions du livre, qu'elles se sont toutes etablies a partir d'un groupement juif, il en est de même pour le christianisme et l'islam. On le voit très bien pour le christianisme en lisant le nouveau testament, que le christianisme s'est greffé sur une communauté juive à l'origine. Pour l'islam c'est moins apparent, mais de nombreux éléments tendent à prouver que Mahomet lui même etait juif, et que sa religion s'est dissocié du judaisme par la suite, dans un mouvement d'émancipation et de dissociation volontaire, créant ainsi une religion qui ne puisse pas s'identifer totalement au judaisme (voir Mahomet et le judais
me ).

La culpabilité, le diable (très pratique, pour fermer les yeux des croyants), les richesses faut laisser tomber (pour les riches), dieu a été mourir sur la croix ?

LE CALVAIRE DE J. CHRIST, ANALYSE, COMMENTAIRES

UR, ABRAHAM
TRADUCTIONS DES TABLETTES CUNEIFORMES DE MESOPOTAMIE
CODE HAMMURABI, EPOPEE DE GUILGAMESH, MYTHE ATRAHASIS du DE
LLUGE

- MYTHE DE L'ATRAHASIS


Traduction de la tablette en ecriture cunéiforme du Mythe du DELUGE MESOPOTAMIEN ressemblances avec le DELUGE DE NOE

Les hommes créés par ENKI et NINTU pouvaient vivre 25.000 ans. 250.000 ans plus tard, huit rois des hommes s'étaient succédés. Les hommes étaient prospères, ils avaient étendu leur territoire, ils s'étaient multipliés. Mais le bruit de leurs activités, de leur agitation, de leurs guerres, de leurs fêtes, en un mot leur tapage finit par atteindre... même les cieux.

Lors du Conseil des Grands Dieux ENLIL dit : « La rumeur des humains est devenue trop forte. A cause de leur tapage continuel je n'arrive plus à dormir. Nous leur avons déjà envoyé maladies, fièvres, épidémies et pestilences pour les décimer, mais très vite ils se sont à nouveau multipliés. Nous leur avons envoyé sécheresse, famines et autres fléaux sans plus de résultat. A chaque fois d'ailleurs, ENKI le prince les a aidés à s'en sortir. Maintenant il faut en finir une fois pour toute et envoyer sur les hommes le Déluge afin qu'il n'en reste pas un. » ENKI pris la parole : « J'ai créé l'homme dans l'intérêt des dieux, ne me demandez pas d'approuver un tel cataclysme. Comment pourrais-je porter la main sur mes créatures ! »

Les dieux ayant malgré tout pris la décision finale, ENKI en songe, prévint ATRAHASIS, le Supersage, un homme de bien qui avait toujours mérité sa confiance. " ATRAHASIS, jette à bas ta maison, détourne-toi de tes biens pour te sauver la vie . Construit un grand bateau selon l'épure que j'ai tracée sur le sol. Cette embarcation aura forme équilatérale de 60 mètres de coté. Le bateau sera entièrement clos et toituré solidement. Que son calfatage soit épais et résistant. Tu appelleras ton vaisseau Sauve -Vie. Après y avoir chargé ton froment, tes biens, tes richesses, embarques-y ta femme, ta famille, ta parenté et tes ouvriers ainsi que des animaux sauvages, grands et petits, et des oiseaux du ciel ». Supersage n'avait que 7 jours pour construire Sauve-Vie.

Les siens et les animaux venaient juste d'embarquer quand un vent furieux rompit les amarres et libéra le bateau. Alors le soubassement de la terre se décolla. Les étoiles elles-mêmes furent déplacées. De profondes ténèbres cachèrent le soleil. Le fracas du Déluge épouvanta les dieux eux-mêmes, pourtant tous réfugiés en la demeure céleste d 'ANOU. ENKI blême de colère vit ses enfants emportés par les eaux. NINTU la déesse mère éclata en sanglots :" Comment ai-je pu dans l'assemblée des dieux laisser prendre cette décision finale ? C'est ENLIL qui par un discours habile, a rendu vaines mes paroles ".

Au bout de 7 jours, le vent se calma, le bateau cessa d'être ballotté. Supersage lâcha une colombe, elle revint, ne sachant où se poser. Il lâcha une hirondelle qui revint également. Enfin il lâcha un corbeau qui ne revint pas. Alors Supersage lâcha tous les oiseaux. Lorsque les eaux se furent retirées du haut de la montagne, Supersage débarqua et prépara un banquet à la gloire d'ENKI, le dieu ingénieux qui l'avait sauvé. L'odeur de la bonne chère attira également les grands dieux, qui, en l'absence des hommes, n'avaient ni bu ni mangé pendant tout ce temps. On peut supposer qu'ils n'en avaient pas vraiment besoin pour vivre, mais que ça leur manquait quand même. ENLIL voyant alors le bateau, entre en colère : « Nous les grands dieux nous avions prêté serment, d'où vient alors qu'un homme ait échappé à la destruction ? ». ENKI : " Oui, j'ai fait cela contre votre volonté à tous, j'ai sauvé ATRAHASIS. Calme-toi ENLIL, si tu as pu manger et te régaler, c'est bien grâce à cet homme. Grâce à lui la race humaine peut être sauvée".

NINTU la déesse mère prit alors la parole : « ENLIL, tes solutions sont trop définitives. Trouvons un moyen terme. Afin que la descendance de Supersage ne perturbe plus les dieux, ENKI l'ingénieux doit bien avoir une solution ". ENKI : " O ! Divine Matrice, nous avons donné aux hommes presque l'immortalité, c'était inconsidéré. Toi MAMMI, qui arrête les destins, impose donc aux hommes la mort pour qu'un équilibre s'installe. Afin que chez eux, outre les femmes fécondes, il y ait maintenant les infécondes, afin que chez eux sévisse la Démone Eteigneuse pour ravir les bébés aux genoux de leurs mères ". ENLIL approuva : " C'est entendu. Ce fut une erreur de vouloir les exterminer. Mais que les hommes ne vivent pas au delà de 120 années, afin qu'ils ne puissent jamais percer à jour nos connaissances. Ainsi, ils ne seront plus une menace pour nous ! Veillons à ce que les hommes ne s'installent jamais dans l'allégresse.Surveillons de près leur prolifération, leur prospérité et leur joie de vivre. C'est pour cela, Que chez les hommes un temps de malheur succede toujours
à une ère de bien être".

Traduction J. BOTTERO et S.N KRAMER


SUITE :TRADUCTIONS (en français) DES TABLETTES CUNEIFORMES ,VIDEO ARCHEOLOGIE MESOPOTAMIE EPOPEE GILGAMESH CODE HAMMURABI
+ D'I
NFO :
PAGE MESOPOTAMIE:
ici

CHRISTIANISME,
(ANALYSE SPECTRAL
E)



" ...J.C a été condamné et est mort sur la croix, comme un hors la loi... "

Un peu faible le bon Dieu, oui mais encore pour racheter nos péchés, (ou ceux des petites ou grosse ordures qu'ils l'ont torturés, et qui l'a torturé ? Les juifs condamnent-ils un de leur coreligionnaire, au supplice de la croix ?)

Les romains : l'autorité romaine est venu le chercher, avec les gardes romains, l'armée romaine, donc ceux qui plus tard on dit : qu'est ce qu'on est fidèle à jésus ... sous entendu, cette raclée il l'a bien cherché, et ben si on pouvait donner la fessée à un Dieu, on est donc supérieur à lui ... nouvelle théorie est né .... les hommes plus fort que Dieu et on allait pas s'en priver)

( ceci dit,le calvaire de J. CHRIST , qui que ce soit qui l'ai condamné. C'est ce que sa donne ... l'homme a mis une raclée a Dieu, en même temps que "Dieu" lui rachète nos péchés et surtout les pêchers des rois tortionnaires et crapuleux et impitoyables de l'époque.


Définition résumé
La question du calvaire de J.C. mérite d'être traité dans les détails, puisqu'il s'agit d'un des éléments les plus important de la religion Chrétienne.

Toutes les religions, ont ce genre de vice caché, une supercherie millénaire, Il semble que toutes les religions ont débutés sur une base de fraude, sur un détournement.

Pourquoi ? parce que les intérêts, la manipulation, qui pouvait découlé de l'autorité divine était importante. Donc une source d'intérêt non négligeable, et parfois extrèmement rémunératrice, du moment qu'on savait bien l'utiliser.

MAIS IL N'Y A PAS EU DE FRAUDE, SUR CE QU'IL EST IMPORTANT DE CONSIDÉRER ; c'est a dire : L'EXISTENCE DE DIEU.

Et l'apport néanmoins des religions, du christianisme, etc... est un apport tout de même non négligeable, puisque des valeurs, comme la bonté de Dieu, l'amour de Dieu, Dieu, lui même etc... sont le bagage d'une société non matérialiste, et qui véhicule un espoir majeur pour l'humanité.

Suite du résumé sur le Christianisme :
La culpabilité, le diable (très pratique, pour fermer les yeux des croyants), les richesses faut laisser tomber (pour les riches), dieu a été mourir sur la croix ?

Thomas Römer : ici
(autre résumé plus détaillé et plus complet a partir du commentaire d'un extrait de son livr
e).



RESUME DETAILLE ET COMPLET
DU CHRISTIANISME DU JUDAISME ET DE L'IS
LAM
a partir du commentaire d'un extrait d'un livre de THOMAS ROMER):

ICI

CHAPITRES INTERRESSANTS A CONSULTER DANS CE SITE :

- REPORTAGES DOCUMENTAIRES ARCHEOLOGIE BIBLIQUE VIDEOS ARCHEOLOGIE

- l'integrisme religieux et les livres sacrés processus de diabolisation et radicalisme


- Manipulation grace au diable

- LOIS DE MANU (livre de l'hindouisme, v
eda)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article