Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

Un projet pour la révolution sociale
Avant-propos

Ce qui motive notre action

L'égalité économique et sociale
Contre le racisme
  • que les différences et les antagonismes au sein de la “nation” sont d'importance négligeable ;
  • que les similitudes, pourtant faciles à trouver, entre notre société et celles des “étrangers” ne sont pas significatives.
Contre le sexisme
La liberté

Nos refus politiques

Le refus de l'État
Le refus du capitalisme, de la logique du profit, du salariat et de la monnaie
Le refus de la Religion
  • Leur refuser toute aide économique.
  • Dénoncer sans relâche leur existence et montrer qu'au delà de tous leurs discours d'apparence “généreuse”, les théologiens s'opposent toujours à la liberté de l'individu, au développement de son autonomie et de son sens critique.
  • Leur opposer surtout un système éducatif offrant les meilleures conditions d'enseignement car c'est la transformation sociale elle-même qui doit en définitive, priver les Églises de leur crédibilité.

Le projet de société anarchiste

Le Fédéralisme libertaire, quelques considérations générales
Une organisation sociale sans monnaie
  • Pour pouvoir gérer la société, nous dit-on, il faut bien évaluer les produits, les actions économiques, il faut bien faire des budgets, estimer des investissements, calculer la valeur des choses à échanger...
  • La monnaie est même censée être l'outil de la justice sociale ; s'il n'y a pas de monnaie, comment allons-nous voir qu'un individu prend “plus que sa part de la richesse collective” ?
  • Et, comble suprême de l'aliénation, la monnaie va jusqu'à véhiculer une image de liberté : “s'il n'est plus possible de vendre les fruits de son travail”, comment le peintre va-t-il pouvoir vivre, puisque ses toiles, c'est le cas de le dire, n'auront plus de prix ? Comment l'écrivain pourra-t-il vendre ses ouvrages ? Comment le musicien pourra-t-il faire payer l'entrée à ses concerts etc. ? Bref, “pouvoir gagner de l'argent” semble être la garantie de l'indépendance...
L'organisation fédérale anarchiste
  • La définition des grands objectifs de production, en fonction des besoins recensés.
  • Le fonctionnement interne des “unités de production” : usines, exploitations agricoles, organismes de services aux industries, aux collectivités et aux particuliers...
  • La coordination de ces unités en de vastes réseaux, puisqu'elles ne peuvent exister indépendamment les unes des autres : il faut qu'elles disposent des outils, des produits, des bâtiments et des infrastructures (routes, voies ferroviaires et aériennes...) conditionnant leur bonne marche.
  • La répartition des biens de consommation, des logements...
  • Les services de santé, de sécurité civile, de transports publics...
  • Les structures d'éducation et de formation et plus largement tout ce qui se rapporte à la transmission de l'information et des savoirs.
  • Reste enfin à réguler des conflits de toutes sortes, que ce soit entre deux individus, entre un individu et un groupe, entre deux fédérations, entre des communes ou des régions...
Le fédéralisme libertaire : une double dimension
La coopération entre les fédérations
Le rôle des Communes et des Régions dans une société anarchiste
L'autogestion généralisée de la production
Autogestion et mandatements
Autogestion et propriété
L'autogestion et le statut du travailleur
Autogestion et emploi
L'autogestion et la rotation des tâches

La régulation de la consommation. L'organisation de la répartition.

Le lien entre le travail et la consommation
L'éducation libertaire
L'information
La gestion des conflits

La pratique révolutionnaire

La révolution
Révolution et violence
Contre l'autoritarisme révolutionnaire
Contre le réformisme et l'électoralisme

L'implication dans les luttes

La politisation des revendications
Contre les manipulations idéologiques
Le “trou” de la sécurité sociale
La “lutte contre l'exclusion”
L'action sociale et caritative
La “défense de l'emploi”
La réduction, le “partage” et “l'aménagement” du temps de travail
Fédérer les luttes !
En guise de conclusion...
Les seuls combats perdus d'avance sont ceux que l'on refuse de mener !