Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick Granet

SA BIOGRAPHIE

Afficher tout

Né à Réhon (Meurthe-et-Moselle) le 13 avril 1941, mort à Paris le 5 novembre 1983. Les premiers dessins humoristiques de Reiser paraissent en 1958 et il participe dès l’année suivante au lancement d’Hara-kiri, étendant naturellement sa collaboration aux autres publications des éditions du Square : Charlie hebdo, Charlie mensuel, BD, sans oublier le magazine écologiste La Gueule ouverte. À la fin des années soixante, il intègre l’équipe de Pilote, d’abord comme scénariste puis comme dessinateur. Reiser travaille aussi ponctuellement pour la presse d’information (Le Monde, Le Nouvel Observateur…). Associé à Coluche, il conçoit pour L’Écho des savanes la série des Sales blagues, qui sera reprise après sa mort par Vuillemin. Albin Michel publie depuis 1994 une collection anthologique intitulée Les Années Reiser.

SA BIBLIOGRAPHIE

Détail

Jean-Marc Reiser, dit Reiser, qui a signé à ses débuts Jean-Marc Roussillon (né à Réhon en Meurthe-et-Moselle le 13 avril 1941 et mort à Paris, le 5 novembre 1983 des suites d'un cancer des os), est un auteur de bande dessinée français connu pour ses

planches à l'humour féroce.

Son œuvre est considérable. On retiendra ses personnages : Gros Dégueulasse, Jeanine… Ses dessins ont été rassemblés dans de nombreux recueils : Ils sont moches, La Famille Oboulot aux vacances, Les Oreilles rouges, La Vie au grand air, Vive les femmes, La Vie des bêtes etc. La série des Sales Blagues publiée dans L'Écho des Savanes, poursuivie par Vuillemin, continue d'attirer un grand nombre de lecteurs.

Parmi les principales caractéristiques de son style, on peut retenir :

  • Son habitude de parler des gens ordinaires, de leur vie de tous les jours. Il a très rarement dessiné les hommes politiques de son époque, alors qu'il travaille pour un hebdomadaire satirique ;
  • La simplicité de son dessin. Reiser va toujours à l'essentiel. Son but : faire rire ;
  • Son humour, très cru pour l'époque, et souvent d'un mauvais goût assumé.

« Il est allé au cimetière à pied » (il est enterré au cimetière du Montparnasse), pour reprendre le titre du numéro spécial d'Hara-Kiri à sa mort qui reprenait un de ses dessins, réalisé initialement pour Franco. Lors de son enterrement, l'équipe d'Hara-Kiri avait déposé une gerbe sur laquelle on pouvait lire : « De la part de Hara Kiri, en vente partout ».

  • a tombe de Reiser, d'une forme peu conventionnelle, a été brocardée par Pierre Desproges (qui vouait une véritable admiration pour Reiser) dans l'un de ses sketches[réf. nécessaire].

    Elle présente en fait le profil d'une aile car Reiser était un passionné d’aviation (il est l’un des pionniers du vol libre français à travers l’expérimentation des ailes delta). Il croque les travers de ce milieu avec le trait féroce qui caractérise son œuvre : la crise de l’industrie aéronautique française et de l’aéropostale, les difficultés de Concorde, les grèves des pilotes d’Air France, les détournements d’avion, le choc pétrolier... Une exposition au musée de l'air a dévoilé ce côté méconnu de Reiser.

    Il a été l'époux de Michèle Reiser, réalisatrice de télévision et membre du CSA, auteur des livres Dans le creux de la main, Jusqu'au bout du festin.

REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER
REISER